Nouveau

Lucy, célèbre ancêtre humaine, est-elle décédée après être tombée d'un arbre ?

Lucy, célèbre ancêtre humaine, est-elle décédée après être tombée d'un arbre ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La découverte du squelette partiel de Lucy a représenté une percée majeure dans l'étude des anciens ancêtres humains, permettant aux scientifiques d'établir que les premiers hominidés comme Australopithecus afarensis ont appris à marcher debout avant que leur cerveau ne grossisse. Bien que les pieds, les genoux et les hanches de Lucy ressemblent à ceux des humains modernes, elle avait une petite tête, avec un cerveau de taille similaire à celui d'un chimpanzé. Tout comme les chimpanzés, les premiers hominidés ont mûri à un âge plus précoce que les humains modernes : le squelette et les dents de Lucy montrent qu'elle avait atteint la maturité même si elle n'avait que 15 ou 16 ans lorsqu'elle est décédée. Elle mesurait 3 pieds 6 pouces et pesait 60 livres.

La nouvelle étude, publiée cette semaine dans la revue Nature, est née au milieu des années 2000, lorsque le squelette de Lucy a été prêté temporairement par le Musée national d'Éthiopie pour une exposition itinérante aux États-Unis. Après une exposition au Houston Museum of Natural Science, des chercheurs de l'Université du Texas à Austin ont passé 10 jours à examiner le célèbre fossile - qui comprend des os du crâne, du membre supérieur, de la main, du squelette axial, du bassin, du membre inférieur et du pied - en utilisant équipement de tomodensitométrie (CT) haute résolution et haute énergie.

Selon John Kappelman, professeur d'anthropologie à l'UT Austin et auteur principal de la nouvelle étude, l'analyse des scans a révélé des fractures déroutantes dans le haut du bras et des épaules, sans aucun signe de guérison, ce qui indique que les blessures peuvent s'être produites autour de l'heure de la mort de Lucy. Kappelman et ses collègues ont consulté des chirurgiens orthopédistes, qui ont confirmé que la fracture dans le bras droit de Lucy semblait être une fracture compressive, qui peut survenir lorsqu'une personne tombe d'une grande hauteur.

Dans cet esprit, les chercheurs ont inspecté le reste du squelette de Lucy, y compris les modèles 3D virtuels qu'ils ont réalisés à partir des scans ainsi que les os d'origine en Éthiopie, à la recherche d'autres fractures qui auraient pu être causées par une chute. Bien qu'ils aient trouvé de nombreuses fractures qui se sont probablement produites après sa mort (comme les os vieillissaient et étaient ensevelis par le sable), ils ont également trouvé plus de fractures par compression et d'autres fractures qui semblent avoir été causées par une chute.

Dans la version des événements de la nouvelle étude, Lucy est décédée rapidement mais pas sans douleur. Les chercheurs pensent qu'elle est tombée d'une hauteur d'environ 40 pieds, touchant le sol à une vitesse de plus de 35 mph. Parce que la zone dans laquelle le squelette de Lucy a été trouvé était basse, sans falaises à proximité, ils pensent qu'elle a dû tomber d'un arbre. À partir du motif de fractures dans les chevilles, les genoux, les hanches et les épaules de Lucy, les scientifiques ont émis l'hypothèse qu'elle avait touché les pieds au sol en premier. Ses deux épaules ont été fracturées d'une manière qui suggère qu'elle a tendu les bras pour amortir sa chute, indiquant qu'elle était consciente au moment de sa mort. Mais, ont conclu les auteurs de l'étude, "la mort a suivi rapidement" après la chute, car elle a probablement subi de graves blessures aux organes internes en plus des fractures.

"En comprenant sa mort, c'est ainsi que [Lucy] m'a pris vie", a déclaré Kappelman à USA Today. "Lucy n'était plus simplement une boîte d'os, mais dans la mort est devenue un véritable individu: un petit corps brisé gisant impuissant au pied d'un arbre." Lui et ses collègues ont également exploré d'autres hypothèses sur la cause du décès de Lucy, notamment une inondation, une crise, un coup de foudre ou une attaque par un animal, mais aucune ne correspondait au schéma de fractures qu'ils ont trouvé.

La nouvelle étude soutient la théorie très controversée connue sous le nom d'«arboréalisme», selon laquelle les ancêtres humains vivaient en partie dans les arbres et en partie sur terre. Compte tenu de sa petite taille, Lucy aurait dû faire face à des prédateurs comme les hyènes, les chats à dents de sabre et les chacals, et les scientifiques pensent qu'elle et ses premiers hominidés ont pris les arbres pour se protéger.

D'autres experts, cependant, disent que les auteurs de la nouvelle étude n'ont pas fait assez pour exclure d'autres causes des fractures des os de Lucy. Ces critiques incluent le paléoanthropologue Donald C. Johanson, qui a dirigé l'équipe qui a découvert le squelette de Lucy en 1974. Johanson a déclaré au New York Times que les fractures étaient beaucoup plus susceptibles de se produire longtemps après la mort de Lucy, car ses os étaient exposés aux éléments. et enseveli par le sable. À l'époque où Lucy vivait, affirme-t-il, les ancêtres humains n'étaient plus des grimpeurs d'arbres qualifiés, mais avaient évolué pour trouver leur nourriture sur le sol. "Australopithecus afarensis était essentiellement un animal terrestre", a déclaré Johanson.

Malgré de telles critiques, on ne peut nier l'intrigue entourant une solution possible à un cas froid aussi célèbre après plus de 3 millions d'années. Heureusement, les anthropologues en fauteuil pourront bientôt juger par eux-mêmes, car le gouvernement éthiopien a autorisé Kappelman et ses collègues à publier leurs données en ligne sur eLucy.org.


La cause du décès de l'ancêtre humain Lucy est résolue, selon les scientifiques

La célèbre ancêtre humaine connue sous le nom de Lucy a parcouru la Terre, mais c'est son escalade dans les arbres qui aurait pu conduire à sa disparition, suggère une nouvelle étude.

Une analyse de son squelette partiel révèle des fractures dans son bras droit, son épaule gauche, sa cheville droite et son genou gauche – des blessures qui, selon les chercheurs, résultent d'une chute d'un haut perchoir tel qu'un arbre.

Lucy est probablement décédée rapidement, a déclaré John Kappelman, anthropologue à l'Université du Texas à Austin, qui a publié les résultats lundi dans la revue Nature.

"Je ne pense pas qu'elle ait souffert", a déclaré Kappelman.

Mais plusieurs autres chercheurs, dont le découvreur de Lucy, ne sont pas d'accord. Ils soutiennent que la plupart des fissures dans les os de Lucy sont bien documentées et sont survenues après sa mort à cause du processus de fossilisation et de forces naturelles telles que l'érosion.

La façon dont Lucy a rencontré sa fin est restée un mystère depuis que ses restes fossiles bien conservés ont été découverts il y a plus de quatre décennies. Sa découverte était importante car elle a permis aux scientifiques d'établir que les anciens ancêtres humains marchaient debout avant de développer un gros cerveau.

Lucy était membre de Australopithèque afarensis, une première espèce humaine qui vivait en Afrique il y a environ 4 à 3 millions d'années. Les premiers humains grimpaient aux arbres et marchaient sur le sol. Lucy marchait debout et utilisait parfois ses longs bras pendants pour grimper aux arbres. Elle était une jeune adulte lorsqu'elle est décédée.

Tim White, paléoanthropologue à l'Université de Californie à Berkeley, a qualifié la conclusion de l'étude de "diagnostic erroné". White a déclaré dans un e-mail.

La scission met en évidence la difficulté d'identifier une cause de décès à partir de restes fossilisés. Les scientifiques savent rarement comment les premiers humains sont morts, car les squelettes sont incomplets et les os ont tendance à s'écraser sous le sable et les rochers.

Au fil des ans, le découvreur de Lucy, Donald Johanson, a tenté de résoudre le mystère.

Le squelette de Lucy, qui est terminé à 40 %, a été récupéré en Éthiopie dans ce qui était un ancien lac à proximité de restes fossilisés de crocodiles, d'œufs de tortue et de pinces de crabe.

"Il n'y a aucune preuve définitive de la façon dont elle est morte", a déclaré Johanson de l'Arizona State University.


Lucy, notre ancêtre australopithèque, est-elle morte d'une chute d'arbre ? (VIDÉO)

Lucy, peut-être l'un des premiers hominidés les plus célèbres de la paléoanthropologie, aurait été parmi les premiers de nos ancêtres à avoir marché sur deux pieds, mais c'est peut-être une chute d'un arbre qui a conduit à sa disparition, rapportent des chercheurs de l'Université du Texas. à Austin.

Lucy, l'un des rares spécimens des premières espèces d'hominidés Australopithecus afarensis, est décédée il y a environ 3,18 millions d'années dans ce qui allait devenir l'Éthiopie, où son fossile bien conservé a été découvert en 1974.

C'était l'un des premiers fossiles d'hominidés les plus anciens et les plus complets jamais découverts dans l'histoire de l'humanité, et les chercheurs inspirés des Beatles l'ont nommée d'après la chanson "Lucy in the Sky With Diamonds". Cependant, ce qui a causé sa mort reste un mystère.

De nouvelles recherches suggèrent que "Lucy", l'ancêtre humain d'il y a 3 millions d'années, est décédée après être tombée d'un arbre https://t.co/W2722Ulf61 pic.twitter.com/PzbG9fnI2Z

&mdash ABC News (@ABC) 30 août 2016

John Kappelman, anthropologue à l'Université du Texas, a examiné le squelette de Lucy et a révélé des fractures. Selon le professeur, les scans 3D ont révélé de multiples fractures osseuses, les fractures se produisant aux points de pression où les os d'organismes vivants se fracturent souvent lorsqu'ils sont soumis à un stress.

Comment #Lucy est-elle vraiment morte ? La discussion s'intensifie alors que les chercheurs du monde entier #3DPrint Her Boneshttps://t.co/0ScpAbkJuf pic.twitter.com/wAGYffTmd0

&mdash Actualités de l'impression 3D (@3DPrintGirl) 29 août 2016

Le squelette de Lucy avait des fractures à l'épaule gauche, au bras droit, au genou gauche et à la cheville droite.

De plus, ces fractures n'ont pas guéri à l'époque, et l'équipe de Kappelman a conclu que ce sont les blessures qui ont causé la mort de Lucy.

Selon Kappelman, ces ruptures indiquent une chute de grande hauteur, vraisemblablement un arbre.

De plus, l'épaule droite cassée de Lucy présente des fractures de compression distinctives, qui pourraient être le résultat de son atterrissage sur les bras après une chute d'une grande hauteur.

«J'ai montré la preuve à un chirurgien orthopédiste, qui a immédiatement dit qu'il s'agissait d'une fracture causée par une chute d'une hauteur considérable &mdash il n'y avait aucun doute,», a expliqué Kappelman. &ldquoJ'ai maintenant fait examiner cela par neuf chirurgiens qui sont tous d'accord.&rdquo

L'équipe de Kappelman pense que les anciennes créatures préhumaines ne mesuraient qu'un mètre de haut et pesaient environ 27 kilogrammes, et qu'elles se reposaient probablement dans les arbres la nuit pour se protéger des prédateurs.

Si les calculs de Kappelman sont corrects, Lucy a grimpé dans un arbre de 14 mètres (équivalent à la hauteur d'un immeuble de cinq étages). Lorsqu'elle est tombée, elle aurait heurté le sol à 60 kilomètres à l'heure, ce qui s'est probablement avéré fatal.

Selon David Pilbeam, paléoanthropologue à l'Université Harvard, les chercheurs de l'Université du Texas ont trouvé l'explication la plus plausible de la rupture, principalement une chute d'une hauteur considérable sur une surface très solide.

En rapport:

Tous les commentaires

En réponse à (Afficher le commentaireMasquer le commentaire)
Conseillé
Multimédia

Tendance

Bonjour, !

Bonjour, !

Bonjour, !

Le fait d'enregistrer et d'autoriser les utilisateurs sur les sites Web de Sputnik via le compte des utilisateurs ou les comptes sur les réseaux sociaux indique l'acceptation de ces règles.

Les utilisateurs sont tenus de respecter les lois nationales et internationales. Les utilisateurs sont tenus de parler avec respect aux autres participants à la discussion, aux lecteurs et aux personnes référencées dans les messages.

L'administration des sites a le droit de supprimer les commentaires rédigés dans des langues autres que la langue de la majorité du contenu des sites.

Dans toutes les versions linguistiques des sites Web sputniknews.com, tous les commentaires publiés peuvent être modifiés.

Un commentaire d'utilisateur sera supprimé s'il :

  • ne correspond pas au sujet du message
  • promeut la haine et la discrimination sur une base raciale, ethnique, sexuelle, religieuse ou sociale ou viole les droits des minorités
  • viole les droits des mineurs, leur causant un préjudice sous quelque forme que ce soit, y compris un préjudice moral
  • contient des idées de nature extrémiste ou appelle à d'autres activités illégales
  • contient des insultes, des menaces envers d'autres utilisateurs, des individus ou des organisations spécifiques, dénigre la dignité ou sape la réputation des entreprises
  • contient des insultes ou des messages exprimant un manque de respect envers Spoutnik
  • viole la vie privée, distribue des données personnelles de tiers sans leur consentement ou viole la confidentialité de la correspondance
  • décrit ou fait référence à des scènes de violence, de cruauté envers les animaux
  • contient des informations sur les méthodes de suicide, incite au suicide
  • poursuit des objectifs commerciaux, contient de la publicité inappropriée, une publicité politique illégale ou des liens vers d'autres ressources en ligne contenant de telles informations
  • fait la promotion de produits ou de services de tiers sans autorisation appropriée
  • contient un langage offensant ou blasphème et ses dérivés, ainsi que des allusions à l'utilisation d'éléments lexicaux entrant dans cette définition
  • contient du spam, fait de la publicité pour le spam, des services de courrier de masse et fait la promotion de programmes d'enrichissement rapide
  • promeut l'usage de stupéfiants/substances psychotropes, fournit des informations sur leur production et leur utilisation
  • contient des liens vers des virus et des logiciels malveillants
  • fait partie d'une action organisée impliquant de gros volumes de commentaires au contenu identique ou similaire ("flash mob")
  • « inonde » le fil de discussion d'un grand nombre de messages incohérents ou non pertinents
  • viole l'étiquette, présentant toute forme de comportement agressif, humiliant ou abusif (« trolling »)
  • ne suit pas les règles standard de la langue anglaise, par exemple, est tapé entièrement ou principalement en lettres majuscules ou n'est pas décomposé en phrases.

L'administration a le droit de bloquer l'accès d'un utilisateur à la page ou de supprimer le compte d'un utilisateur sans préavis si l'utilisateur enfreint ces règles ou si un comportement indiquant cette violation est détecté.

Les utilisateurs peuvent initier la récupération de leur compte / débloquer l'accès en contactant les modérateurs à [email protected]

  • Objet - la restauration du compte / déverrouiller l'accès
  • Identifiant d'utilisateur
  • Une explication des actions qui ont enfreint les règles ci-dessus et ont entraîné le verrouillage.

Si les modérateurs jugent possible de restaurer le compte / débloquer l'accès, ce sera fait.

En cas de violations répétées des règles ci-dessus entraînant un deuxième blocage du compte d'un utilisateur, l'accès ne pourra pas être restauré.


LOS ANGELES – La célèbre ancêtre humaine connue sous le nom de Lucy a parcouru la Terre, mais c'est son escalade dans les arbres qui aurait pu conduire à sa disparition, suggère une nouvelle étude.

Une analyse de son squelette partiel révèle des fractures dans son bras droit, son épaule gauche, sa cheville droite et son genou gauche - des blessures qui, selon les chercheurs, résultent d'une chute d'un haut perchoir tel qu'un arbre.

Lucy est probablement décédée rapidement, a déclaré John Kappelman, anthropologue à l'Université du Texas à Austin, qui a publié les résultats lundi dans la revue Nature.

"Je ne pense pas qu'elle ait souffert", a déclaré Kappelman.

Mais plusieurs autres chercheurs, dont le découvreur de Lucy, ne sont pas d'accord. Ils soutiennent que la plupart des fissures dans les os de Lucy sont bien documentées et sont survenues après sa mort à cause du processus de fossilisation et de forces naturelles telles que l'érosion.

La façon dont Lucy a rencontré sa fin est restée un mystère depuis que ses restes fossiles bien conservés ont été découverts il y a plus de quatre décennies. Sa découverte était importante car elle a permis aux scientifiques d'établir que les anciens ancêtres humains marchaient debout avant de développer un gros cerveau.

Lucy était membre d'Australopithecus afarensis, une espèce humaine ancienne qui vivait en Afrique il y a environ 4 à 3 millions d'années. Les premiers humains grimpaient aux arbres et marchaient sur le sol. Lucy marchait debout et utilisait parfois ses longs bras pendants pour grimper aux arbres. Elle était une jeune adulte lorsqu'elle est décédée.

Tim White, paléoanthropologue à l'Université de Californie à Berkeley, a qualifié la conclusion de l'étude de "diagnostic erroné". dans un e-mail.

La scission met en évidence la difficulté d'identifier une cause de décès à partir de restes fossilisés. Les scientifiques savent rarement comment les premiers humains sont morts, car les squelettes sont incomplets et les os ont tendance à s'écraser sous le sable et les rochers.

Au fil des ans, le découvreur de Lucy, Donald Johanson, a tenté de résoudre le mystère.

Le squelette de Lucy, qui est complet à 40 %, a été récupéré en Éthiopie dans ce qui était un ancien lac à proximité de restes fossilisés de crocodiles, d'œufs de tortue et de pinces de crabe.

"Il n'y a aucune preuve définitive de la façon dont elle est morte", a déclaré Johanson de l'Arizona State University.

L'équipe du Texas a examiné les os de Lucy et utilisé l'imagerie de haute technologie. Kappelman a déclaré que les scans avaient révélé de multiples fractures osseuses et aucun signe de guérison, suggérant que les blessures se sont produites au moment du décès.

Il a reconstitué ses derniers instants : la Lucy de 1,06 mètre (3 pieds 6 pouces) est tombée d'au moins 40 pieds et a heurté le sol à 35 mph. Elle atterrit sur ses pieds avant de se tordre et de tomber. Un tel impact aurait causé des dommages aux organes internes. Des fractures sur le haut de ses bras suggèrent qu'elle a tenté d'amortir sa chute.

Kappelman a émis l'hypothèse que la capacité de marche de Lucy l'avait peut-être rendue moins apte à grimper aux arbres, la rendant plus vulnérable aux chutes de hauteur.

Tout le monde n'est pas d'accord pour dire que ses compétences en escalade d'arbres manquaient. D'autres scientifiques soulignent qu'il y a eu des chutes documentées de chimpanzés et d'orangs-outans, qui passent plus de temps dans les arbres que les espèces de Lucy.

"Sans machine à remonter le temps, comment peut-on savoir qu'elle n'a pas simplement eu de malchance et qu'elle n'a pas chuté?", A déclaré William Harcourt-Smith du Musée américain d'histoire naturelle dans un e-mail.


La chute d'un arbre a-t-elle tué la célèbre ancêtre humaine Lucy ?

1 sur 5 FICHIER - Cette photo d'archive du 14 août 2007 montre un modèle tridimensionnel du premier ancêtre humain, Australopithecus afarensis, connu sous le nom de Lucy, exposé au Houston Museum of Natural Science. C'est une estimation scientifique de ce à quoi Lucy a pu ressembler dans la vie. Une nouvelle étude basée sur une analyse du fossile de Lucy par l'Université du Texas à Austin suggère qu'elle est morte après être tombée d'un arbre. Plusieurs scientifiques, dont le découvreur de Lucy, rejettent le fait qu'elle ait plongé dans la mort d'un arbre. (AP Photo/Pat Sullivan, File) Pat Sullivan Voir plus Voir moins

2 sur 5 Acheter une photo Cette image non datée fournie par l'Université du Texas à Austin montre le squelette de Lucy, un spécimen fossile d'un ancêtre humain, Australopithecus afarensis. Une nouvelle étude basée sur une analyse du fossile de Lucy par l'université suggère qu'elle est morte après être tombée d'un arbre. Plusieurs scientifiques, dont le découvreur de Lucy, rejettent le fait qu'elle ait plongé à sa mort d'un arbre. (Université du Texas à Austin via AP) Marsha Miller Afficher plus Afficher moins

Acheter une photo Texas. Une nouvelle étude basée sur une analyse du fossile de Lucy par l'université suggère qu'elle est morte après être tombée d'un arbre. Plusieurs scientifiques, dont le découvreur de Lucy, rejettent le fait qu'elle ait plongé dans la mort d'un arbre. (Marsha Miller/Université du Texas à Austin via AP) Marsha Miller Voir plus Voir moins

LOS ANGELES (AP) &mdash La célèbre ancêtre humaine connue sous le nom de Lucy a parcouru la Terre, mais c'est son escalade dans les arbres qui aurait pu conduire à sa disparition, suggère une nouvelle étude.

Une analyse de son squelette partiel révèle des fractures au bras droit, à l'épaule gauche, à la cheville droite et au genou gauche et des blessures qui, selon les chercheurs, résultent d'une chute d'un haut perchoir tel qu'un arbre.

Lucy est probablement décédée rapidement, a déclaré John Kappelman, anthropologue à l'Université du Texas à Austin, qui a publié les résultats lundi dans la revue Nature.

"Je ne pense pas qu'elle ait souffert", a déclaré Kappelman.

Mais plusieurs autres chercheurs, dont le découvreur de Lucy, ne sont pas d'accord. Ils soutiennent que la plupart des fissures dans les os de Lucy sont bien documentées et sont survenues après sa mort à cause du processus de fossilisation et de forces naturelles telles que l'érosion.

La façon dont Lucy a rencontré sa fin est restée un mystère depuis que ses restes fossiles bien conservés ont été découverts il y a plus de quatre décennies. Sa découverte était importante car elle a permis aux scientifiques d'établir que les anciens ancêtres humains marchaient debout avant de développer un gros cerveau.

Lucy était membre d'Australopithecus afarensis, une espèce humaine ancienne qui vivait en Afrique il y a environ 4 à 3 millions d'années. Les premiers humains grimpaient aux arbres et marchaient sur le sol. Lucy marchait debout et utilisait parfois ses longs bras pendants pour grimper aux arbres. Elle était une jeune adulte lorsqu'elle est décédée.

Tim White, paléoanthropologue à l'Université de Californie à Berkeley, a qualifié la conclusion de l'étude de "diagnostic erroné". Les chercheurs du Texas "semblent s'être concentrés uniquement sur les fissures qu'ils pourraient attribuer à une chute imaginaire, ignorant les fissures abondantes supplémentaires", a déclaré White dans un e-mail.

La scission met en évidence la difficulté d'identifier une cause de décès à partir de restes fossilisés. Les scientifiques savent rarement comment les premiers humains sont morts, car les squelettes sont incomplets et les os ont tendance à s'écraser sous le sable et les rochers.

Au fil des ans, le découvreur de Lucy, Donald Johanson, a tenté de résoudre le mystère.

Le squelette de Lucy, qui est complet à 40 pour cent, a été récupéré en Éthiopie dans ce qui était un ancien lac à proximité de restes fossilisés de crocodiles, d'œufs de tortue et de pinces de crabe.

"Il n'y a aucune preuve définitive de la façon dont elle est morte", a déclaré Johanson de l'Arizona State University.

L'équipe du Texas a examiné les os de Lucy et utilisé l'imagerie de haute technologie. Kappelman a déclaré que les scans avaient révélé de multiples fractures osseuses et aucun signe de guérison, suggérant que les blessures se sont produites au moment du décès.


La chute d'un arbre a-t-elle tué la célèbre ancêtre humaine Lucy ?

DOSSIER – Cette photo d'archive du 14 août 2007 montre un modèle tridimensionnel du premier ancêtre humain, Australopithecus afarensis, connu sous le nom de Lucy, exposé au Houston Museum of Natural Science. C'est une estimation scientifique de ce à quoi Lucy pouvait ressembler dans la vie. Une nouvelle étude basée sur une analyse du fossile de Lucy par [&hellip]

LOS ANGELES (AP) – La célèbre ancêtre humaine connue sous le nom de Lucy a parcouru la Terre, mais c'est son escalade dans les arbres qui aurait pu conduire à sa disparition, suggère une nouvelle étude.

Une analyse de son squelette partiel révèle des fractures au bras droit, à l'épaule gauche, à la cheville droite et au genou gauche - des blessures qui, selon les chercheurs, résultent d'une chute d'un haut perchoir comme un arbre.

Lucy est probablement décédée rapidement, a déclaré John Kappelman, anthropologue à l'Université du Texas à Austin, qui a publié les résultats lundi dans la revue Nature.

"Je ne pense pas qu'elle ait souffert", a déclaré Kappelman.

Mais plusieurs autres chercheurs, dont le découvreur de Lucy, ne sont pas d'accord. Ils soutiennent que la plupart des fissures dans les os de Lucy sont bien documentées et sont survenues après sa mort à cause du processus de fossilisation et de forces naturelles telles que l'érosion.

La façon dont Lucy a rencontré sa fin est restée un mystère depuis que ses restes fossiles bien conservés ont été découverts il y a plus de quatre décennies. Sa découverte était importante car elle a permis aux scientifiques d'établir que les anciens ancêtres humains marchaient debout avant de développer un gros cerveau.

Lucy était membre d'Australopithecus afarensis, une espèce humaine ancienne qui vivait en Afrique il y a environ 4 à 3 millions d'années. Les premiers humains grimpaient aux arbres et marchaient sur le sol. Lucy marchait debout et utilisait parfois ses longs bras pendants pour grimper aux arbres. Elle était une jeune adulte lorsqu'elle est décédée.

Tim White, paléoanthropologue à l'Université de Californie à Berkeley, a qualifié la conclusion de l'étude d'"erreur de diagnostic". Les chercheurs du Texas semblent s'être concentrés uniquement sur les fissures qu'ils pourraient attribuer à une chute imaginaire, ignorant les fissures abondantes supplémentaires », a déclaré White dans un e-mail.

La scission met en évidence la difficulté d'identifier une cause de décès à partir de restes fossilisés. Les scientifiques savent rarement comment les premiers humains sont morts, car les squelettes sont incomplets et les os ont tendance à s'écraser sous le sable et les rochers.

Au fil des ans, le découvreur de Lucy, Donald Johanson, a tenté de résoudre le mystère.

Le squelette de Lucy, qui est terminé à 40 pour cent, a été récupéré en Éthiopie dans ce qui était un ancien lac à proximité de restes fossilisés de crocodiles, d'œufs de tortue et de pinces de crabe.

"Il n'y a aucune preuve définitive de la façon dont elle est décédée", a déclaré Johanson de l'Arizona State University.

L'équipe du Texas a examiné les os de Lucy et utilisé une imagerie de haute technologie. Kappelman a déclaré que les scans avaient révélé de multiples fractures osseuses et aucun signe de guérison, suggérant que les blessures se sont produites au moment du décès.

Il a reconstitué ses derniers instants : la Lucy de 1,06 mètre (3 pieds 6 pouces) est tombée d'au moins 40 pieds et a heurté le sol à 35 mph. Elle atterrit sur ses pieds avant de se tordre et de tomber. Un tel impact aurait causé des dommages aux organes internes. Des fractures sur le haut de ses bras suggèrent qu'elle a tenté d'amortir sa chute.

Kappelman a émis l'hypothèse que la capacité de marche de Lucy l'avait peut-être rendue moins apte à grimper aux arbres, la rendant plus vulnérable aux chutes de hauteur.

Tout le monde n'est pas d'accord pour dire que ses compétences en escalade d'arbres manquaient. D'autres scientifiques soulignent qu'il y a eu des chutes documentées de chimpanzés et d'orangs-outans, qui passent plus de temps dans les arbres que les espèces de Lucy.

"Sans machine à remonter le temps, comment peut-on savoir qu'elle n'a pas eu de chance et qu'elle n'a pas chuté?", a déclaré William Harcourt-Smith du Musée américain d'histoire naturelle dans un e-mail.

Copyright 2021 Nexstar Media Inc. Tous droits réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.


3,2 millions d'années après sa mort, l'autopsie révèle que Lucy est probablement décédée après être tombée d'un arbre

C'est le cas le plus froid de la science, et il vient peut-être d'être craqué.

Quarante ans après que les chercheurs aient découvert Lucy, un ancêtre humain qui a vécu il y a 3,2 millions d'années, les scientifiques pensent qu'ils savent maintenant comment elle est morte.

Après avoir examiné des tomodensitogrammes à haute résolution des os fracturés de l'épaule droite de Lucy, ainsi que les dommages causés à d'autres parties de son squelette, des chercheurs de l'Université du Texas à Austin proposent que la vie du petit hominidé s'est terminée peu de temps après une chute catastrophique d'un grand hauteur — probablement d'un arbre.

"Ce que nous voyons, c'est un schéma de fractures bien documenté dans les cas de personnes qui ont subi une chute grave", a déclaré John Kappelman, professeur d'anthropologie et de sciences géologiques à l'UT. « Cela n’arriverait pas si vous veniez de tomber. »

Dans un article publié lundi dans Nature, Kappelman et ses collègues suggèrent que Lucy est tombée d'un arbre, a atterri durement sur ses pieds puis s'est penchée en avant, étendant ses bras droit devant elle dans une tentative désespérée de stopper sa chute.

La force de l'impact de ses mains frappant le sol est probablement responsable de la fracture par compression débilitante de son épaule, écrivent les auteurs. Mais la chute a également causé la rupture de plusieurs os de son corps et a probablement causé de graves dommages aux organes. La mort aurait suivi rapidement.

Si leur hypothèse est correcte, Lucy était probablement consciente dans les derniers instants avant sa mort.

"Elle a fait exactement ce que nous ferions", a déclaré Kappelman. "Elle essayait de sauver sa vie."

L'animation simule la mort de Lucy après une chute d'un grand arbre.

Lucy a été découverte en 1974 par le paléoanthropologue Donald Johanson dans la région de Hadar, au centre de l'Éthiopie. Johanson et ses collègues ont nommé le fossile d'après la chanson des Beatles "Lucy in the Sky With Diamonds" parce qu'il jouait encore et encore dans leur camp la nuit où elle a été trouvée.

Une partie de ce qui a rendu Lucy si importante était son mélange inhabituel de caractéristiques. Elle avait des jambes relativement courtes et des bras longs comme un chimpanzé, mais son large bassin indiquait qu'elle marchait debout. Cette combinaison de traits suggère son espèce, Australopithèque afarensis, peut avoir été un lien entre les humains modernes et nos ancêtres arboricoles.

Lucy était beaucoup plus petite que les humains modernes. Bien qu'elle soit probablement une adulte au moment de sa mort, elle ne mesurait que 3 pieds 6 pouces et pesait environ 60 livres, soit environ la taille d'une première année.

Ses restes fossilisés ont été étudiés par des dizaines de scientifiques, mais il s'agit de la première étude à émettre une hypothèse sur la façon dont elle a atteint sa fin. Kappelman a dit que c'est parce que pour la plupart, les ossements anciens ne révèlent pas comment un animal est mort.

"Malgré ce que vous voyez dans des émissions comme" CSI ", les squelettes ne conservent que rarement des preuves de la mort", a-t-il déclaré. « Si nous ne voyions pas ces bras dépasser, l’argument que nous avançons pourrait ne pas être si puissant. »

Les recherches de Kappelman sur la disparition de Lucy ont commencé en 2008, lorsque le gouvernement éthiopien lui a accordé 10 jours pour scanner les parties préservées de son squelette au laboratoire de tomodensitométrie haute résolution de l'Université du Texas.

Les tentatives précédentes de scruter l'intérieur des os de Lucy à la fin des années 1970 avaient échoué parce que les tomodensitomètres à cette époque n'étaient pas assez puissants.

"Lucy est un fossile entièrement minéralisé, elle est donc comme une roche, et le problème avec le CT à faible énergie est qu'ils ne peuvent pas voir à travers la roche", a déclaré Kappelman. « Jusqu'en 2008, nous n'avions aucune donnée sur la structure interne de ses os. Elle était radiographiquement opaque.

C'est pendant qu'il scannait son humérus droit, l'os du bras, que Kappelman s'est rendu compte que les fractures à l'extrémité de l'os le plus proche de l'épaule ne ressemblaient à rien de ce qu'il avait vu dans d'autres fossiles.

Les fossiles anciens se brisent souvent en raison de forces géologiques. Par exemple, les ruptures pourraient être causées par l'énorme pression de la roche qui peut s'accumuler sur les fossiles au fil du temps. Ils peuvent également se fracturer lorsque des changements dans la croûte terrestre les déchirent. Mais Kappelman pensait que les fissures dans les os de Lucy pourraient avoir une origine différente. Peut-être qu'ils étaient plutôt dus à une blessure.

Pour vérifier son intuition, il a appelé le Dr Stephen Pearce, l'ami d'un ami et chirurgien orthopédiste à l'Austin Bone and Joint Clinic. Pearce a accepté de jeter un coup d'œil à un moulage de l'humérus droit de Lucy dans son cabinet médical.

"Cela ressemblait très nettement à une fracture proximale que nous voyons assez régulièrement en tant qu'orthopédistes, généralement à cause d'une chute d'une échelle ou d'un échafaudage, ou d'un accident de voiture", a déclaré Pearce. "Je ne suis pas anthropologue, mais cela ressemblait certainement au schéma de fracture que vous verriez si elle tombait d'un arbre."

Au fil du temps, Kappelman a montré son plâtre de l'humérus à huit chirurgiens orthopédistes différents. Tous ont dit que cela ressemblait à une fracture de l'humérus proximal en quatre parties qui se produit lorsqu'une personne tend les mains pour amortir une chute.

"Ce n'était pas comme s'ils disaient:" Cela pourrait être ceci ou cela pourrait être quelque chose d'autre "", a déclaré Kappelman. "Ce n'était même pas une question de leur point de vue."

Mais comment les chercheurs ont-ils pu savoir que l'événement qui a causé les fractures osseuses a également causé sa mort ?

Kappelman et ses co-auteurs soutiennent que la chute n'a pas pu se produire bien avant la mort de Lucy parce que les fractures osseuses étaient nettes et ne montraient aucun signe de guérison.

Ils disent également que la blessure n'a pas pu se produire longtemps après la mort, car de minuscules éclats d'os qui se sont cassés lors de l'impact sont restés dans leur position post-blessure plutôt que de se disperser sur le sol. Cela ne pourrait se produire que si le tissu fibreux qui forme un type de peau autour de l'os n'était pas encore cari, ont déclaré les auteurs.

“Kappelman’s point is that these slivers of bone can only be accounted for if the fibrous tissue was still there, holding everything in place,” said Jack Stern, an anatomist and professor emeritus at Stony Brook University in New York who was not involved in the work. “That argument impressed me.”

In addition, the authors describe a series of other devastating fractures in Lucy’s left shoulder, right ankle, left knee, pelvis and first rib that are consistent with their great fall hypothesis.

But not everyone is buying the argument.

Donald Johanson, director of the Institute of Human Origins at Arizona State University and the man who discovered Lucy more than 40 years ago, said the paper does not provide convincing evidence for how Lucy died.

“Tens of thousands of fossils have been recovered by numerous paleontologists and they all show the same kind of bone breakage interpreted by me and my team to be due to geological forces,” he said. “Once these bones get interred in the water, sandstone starts building up on top of them and it’s a lot of pressure. These forces cause these kind of fractures.”

According to Johanson, we will probably never know how Lucy died.

William Jungers, an anthropologist at Stony Brook who reviewed the paper for Nature, said he also had “severe doubts” about the possibility of diagnosing the cause of death in a fossil as old as Lucy. However, Kappelman’s argument won him over.

“Virtually every major reservation I had was anticipated or addressed head-on in the review process,” he said. “The detailed, comprehensive analysis of her fracture pattern compared to the extensive human clinical literature on skeletal trauma resulting from a rapid ‘vertical deceleration event’ is especially compelling to me.”

Although “paleo-forensics” doesn’t allow for replication experiments, John Fleagle, an evolutionary biologist at Stony Brook who was not involved in the work, said there may be ways to test Kappelman’s hypothesis.

“If the bones of antelopes, warthogs and lions show similar bone breakage, it probably wouldn’t be due to a fall from a great height,” he said. “I look forward to seeing such a study.”

Kappelman said he’s working on it.

“My co-author Dr. Todd and I are currently working up the fossils from Trinil in Java, the site where l'homo erectus was first discovered in the 1890s. There are many thousands upon thousands of fossil mammals [including Homo erectus] at this site,” he said. “Spoiler alert: Not a single one of these thousands of fossils show any fractures similar to the compressive fractures preserved in Lucy’s skeleton.”

In the meantime, people with access to a 3-D printer can evaluate the findings presented in the paper for themselves.

The Ethiopian National Museum has made a set of 3-D files of Lucy’s shoulder and knee available online at eLucy.org that will let users replicate Lucy’s bones in the comfort of their homes and classrooms.

Kappelman said he is looking forward to getting feedback on his findings.

“What we presented is a scientific hypothesis, but it doesn’t mean we’re right,” he said. “This is the most famous fossil in the world. I’m curious to hear what other people say about it.”

Do you love science? I do! Follow me @DeborahNetburn and “like” Los Angeles Times Science & Health on Facebook.


90.1 FM WABEWoù ATL rencontre NPR Où ATL rencontre NPR

The famous human ancestor known as Lucy walked the Earth, but it was her tree climbing that might have led to her demise, a new study suggests.

An analysis of her partial skeleton reveals breaks in her right arm, left shoulder, right ankle and left knee — injuries that researchers say resulted from falling from a high perch such as a tree.

Lucy likely died quickly, said John Kappelman, an anthropologist at the University of Texas at Austin, who published the findings Monday in the journal Nature.

“I don’t think she suffered,” Kappelman said.

But several other researchers, including Lucy’s discoverer, disagree. They contend most of the cracks in Lucy’s bones are well documented and came after her death from the fossilization process and natural forces such as erosion.

How Lucy met her end has remained a mystery since her well-preserved fossil remains were unearthed more than four decades ago. Her discovery was significant because it allowed scientists to establish that ancient human ancestors walked upright before evolving a big brain.

Lucy was a member of Australopithecus afarensis, an early human species that lived in Africa between about 4 million and 3 million years ago. The earliest humans climbed trees and walked on the ground. Lucy walked upright and occasionally used her long, dangling arms to climb trees. She was a young adult when she died.

Tim White, a paleoanthropologist at the University of California, Berkeley, called the study’s conclusion a “misdiagnosis.” The Texas researchers “appear to have focused only on the cracks that they could attribute to an imagined fall, ignoring the additional abundant cracks,” White said in an email.

The split highlights the difficulty of pinpointing a cause of death from fossilized remains. Scientists rarely know how early humans died because skeletons are incomplete and bones tend to get crushed under sand and rocks.

Over the years, Lucy’s discoverer Donald Johanson has tried to solve the mystery.

Lucy’s skeleton, which is 40 percent complete, was recovered in Ethiopia in what was an ancient lake near fossilized remains of crocodiles, turtle eggs and crab claws.

“There’s no definitive proof of how she died,” said Johanson of Arizona State University.

The Texas team examined Lucy’s bones and used high-tech imaging. Kappelman said the scans revealed multiple broken bones and no signs of healing, suggesting the injuries occurred around the time of death.

He reconstructed her final moments: The 3-foot-6-inch (1.06-meter) Lucy fell from at least 40 feet and hit the ground at 35 mph. She landed on her feet before twisting and falling. Such an impact would have caused internal organ damage. Fractures on her upper arms suggest she tried to break her fall.

Kappelman theorized that Lucy’s walking ability may have caused her to be less adept at climbing trees, making her more vulnerable to falling from heights.

Not everyone agrees that her tree-climbing skills were lacking. Other scientists point out that there have been documented falls by chimpanzees and orangutans, which spend more time in trees than Lucy’s species.

“Without a time machine, how can one know that she didn’t just get unlucky and fall?” William Harcourt-Smith of the American Museum of Natural History said in an email.

WABE brings you the local stories and national news that you value and trust. Please make a gift today.

Ancestor, Lucy, Died After Falling From Tree

Published on 8/29/2016 at 11:00 AM

"Lucy," the iconic 3.18-million-year-old early human, literally dropped dead, according to new research that determined she died of injuries sustained after falling from a tall tree.

Since Lucy's species Australopithecus afarensis existed within a transitional period when our primate ancestors evolved from a more tree-dwelling lifestyle to a terrestrial one, the new findings -- published in the journal Nature -- indicate that adaptations that made it easier for our ancestors to walk on two legs on land compromised their ability to climb trees safely and efficiently. This may have predisposed them to falls from heights, as what may have happened to unfortunate Lucy, whose broken fossilized bones tell nearly the whole story.

"Today these fractures are often seen in automobile accidents, but also an impact following a fall from height," lead author John Kappelman, a professor of anthropology at The University of Texas at Austin, told Discovery News. "Since there were no cars in Lucy's time, we suggest that a fall is the mostly likely way that this subset of fractures formed, just as seen in modern patients today under natural conditions."

In order to assess Lucy's cause of death, Kappelman and his team studied her remains, which include parts of her skull, hand, axial skeleton, pelvis and foot. The scientists used computed tomographic scans to analyze these parts in detail, and then compared the findings to various documented clinical cases where the cause of death is clearly noted.

In addition to discovering that Lucy's cause of death is consistent with a fall from a high place -- presumed to have been from a tall tree due to where her remains were found in the Afar region of Ethiopia -- the fossil clues presented another key piece of evidence.

Fractures in Lucy's upper arms suggest that she stretched out her arms in an attempt to break her fall. This tells us that she was very much alive when she toppled to her demise, and did not die of a heart attack or from some other cause beforehand.

The scientists further found that Lucy died relatively young, but was not a child, since she had all of her adult teeth, including a third molar -- a wisdom tooth.

"Her species appears to have grown up faster than us, probably more like a chimpanzee, and I suspect she was maybe 15 years old, so a young adult for her kind," Kappelman said.

Chimpanzees and other modern arboreal primates are far more agile at tree climbing than humans are. They can climb trees from a young age since it's a life or death matter for them.

But even chimps can fall to their death from trees. Famed primatologist Jane Goodall and her team documented 51 such falls in a two-year period, with breaking branches being one of the main reasons that they topple.

Lucy's feet had evolved for better walking on the ground, according to earlier research. This would have compromised her ability to clutch onto tree limbs, probably making falls more common.

Kappelman, however, does not think that this risk caused our primate ancestors to become fully terrestrial.

He said that the arboreal lifestyle "is still a viable niche for lots of animals, including the majority of primates. The first committed terrestrial bipeds (two-legged ground walkers) are probably Homo erectus, but even some modern humans forage in the trees."

He and his colleagues suspect that small-bodied Lucy nested in trees at night to avoid predators, which is what chimps and gorillas do today. This means that, "at a minimum, she climbed up a tree at night, slept there for some hours, and climbed down from that tree in the morning," Kappelman said, adding that she might have sometimes foraged for food in trees too.

Experts contacted by Discovery News were all intrigued by the new study.

Osbjorn Pearson, an associate professor in the University of New Mexico's Department of Anthropology, said, "The evidence was literally right under the noses of many anthropologists for the last three and a half decades," referring to the time since 1982 that researchers have known of Lucy's remains.

Pearson agrees that Lucy probably nested in trees at night to escape predators, and could have foraged in them every so often, especially to get fruits. He thinks her adaptations for walking on the ground likely meant that "A. afarensis would have been more efficient at bipedal walking than chimpanzees, but perhaps less energetically efficient than modern humans."

John Fleagle, a distinguished professor at Stony Brook University's Department of Anatomical Sciences, said that the new research agrees that the fractures on Lucy's "humerus and other bones show the same pattern that doctors see in people who fall from heights and land on their arms."

Fleagle added that the research "adds a level of detail to our understanding on the life and death of a fossil that is rarely achieved."

William Jungers, a distinguished professor emeritus also from Stony Brook University and a research associate at Association Vahatra in Madagascar, believes that the new paper presents "a provocative but plausible scenario for the demise of Lucy."

Jungers said that "death from accidental falls from trees is surprisingly common in some human groups, like the Aka pygmies, so why not Lucy too?"


Did fall from tree kill famous human ancestor Lucy?

LOS ANGELES — The famous human ancestor known as Lucy walked the Earth, but it was her tree climbing that might have led to her demise, a new study suggests.

An analysis of her partial skeleton reveals breaks in her right arm, left shoulder, right ankle and left knee — injuries that researchers say resulted from falling from a high perch such as a tree.

Lucy likely died quickly, said John Kappelman, an anthropologist at the University of Texas at Austin, who published the findings Monday in the journal Nature.

“I don’t think she suffered,” Kappelman said.

But several other researchers, including Lucy’s discoverer, disagree. They contend most of the cracks in Lucy’s bones are well documented and came after her death from the fossilization process and natural forces such as erosion.

How Lucy met her end has remained a mystery since her well-preserved fossil remains were unearthed more than four decades ago. Her discovery was significant because it allowed scientists to establish that ancient human ancestors walked upright before evolving a big brain.

Lucy was a member of Australopithecus afarensis, an early human species that lived in Africa between about 4 million and 3 million years ago. The earliest humans climbed trees and walked on the ground. Lucy walked upright and occasionally used her long, dangling arms to climb trees. She was a young adult when she died.

Tim White, a paleoanthropologist at the University of California, Berkeley, called the study’s conclusion a “misdiagnosis.” The Texas researchers “appear to have focused only on the cracks that they could attribute to an imagined fall, ignoring the additional abundant cracks,” White said in an email.

The split highlights the difficulty of pinpointing a cause of death from fossilized remains. Scientists rarely know how early humans died because skeletons are incomplete and bones tend to get crushed under sand and rocks.

Over the years, Lucy’s discoverer Donald Johanson has tried to solve the mystery.

Lucy’s skeleton, which is 40 percent complete, was recovered in Ethiopia in what was an ancient lake near fossilized remains of crocodiles, turtle eggs and crab claws.

“There’s no definitive proof of how she died,” said Johanson of Arizona State University.

The Texas team examined Lucy’s bones and used high-tech imaging. Kappelman said the scans revealed multiple broken bones and no signs of healing, suggesting the injuries occurred around the time of death.

He reconstructed her final moments: The 3-foot-6-inch (1.06-meter) Lucy fell from at least 40 feet and hit the ground at 35 mph. She landed on her feet before twisting and falling. Such an impact would have caused internal organ damage. Fractures on her upper arms suggest she tried to break her fall.

Kappelman theorized that Lucy’s walking ability may have caused her to be less adept at climbing trees, making her more vulnerable to falling from heights.

Not everyone agrees that her tree-climbing skills were lacking. Other scientists point out that there have been documented falls by chimpanzees and orangutans, which spend more time in trees than Lucy’s species.

“Without a time machine, how can one know that she didn’t just get unlucky and fall?” William Harcourt-Smith of the American Museum of Natural History said in an email.


For More Information: Get Answers

Remember, if you see a news story that might merit some attention, let us know about it! (Note: if the story originates from the Associated Press, FOX News, MSNBC, the New York Times, or another major national media outlet, we will most likely have already heard about it.) And thanks to all of our readers who have submitted great news tips to us. If you didn’t catch all the latest News to Know, why not take a look to see what you’ve missed?

(Please note that links will take you directly to the source. Answers in Genesis is not responsible for content on the websites to which we refer. For more information, please see our Privacy Policy.)


Voir la vidéo: LE DRAGON CHRIST SE TRAHIT MONTRE QU IL SAIT SUR DIEU ISIS LA VENUE LE RETOUR DE MERE LUCY (Janvier 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos