Nouveau

À quelle fréquence les moines quittaient-ils leurs monastères au Moyen Âge ?

À quelle fréquence les moines quittaient-ils leurs monastères au Moyen Âge ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai lu sur les monastères médiévaux, et j'ai lu récemment que les moines pouvaient parfois agir comme prêtres de village. Cela m'a troublé car j'avais lu que les moines ne pouvaient pas quitter leurs monastères. N'était-ce qu'une seule école de monastacisme ? Selon La vie quotidienne des moines médiévaux, les moines pourraient quitter leurs monastères, à quelle fréquence cela serait-il arrivé ?


Typiquement, une minorité significative des moines étaient des prêtres. Mais chaque ordre aurait ses propres règles concernant le mouvement de ses membres. Les ordres les plus stricts n'accepteraient pas qu'un de ses prêtres serve la paroisse du village local - par ex. les trappistes ne le font pas.

Même les ordres les plus stricts, tels que les trappistes (voir le film Into Great Silence, qui suit une année de leur vie), qui vivraient régulièrement toute leur vie à l'intérieur du monastère, avaient encore des exceptions, par exemple, périodiquement des moines seniors voyageaient et visiter d'autres monastères, pour échanger des expériences, détecter d'éventuelles erreurs ou déviations de la règle, et discuter des changements ou évolutions potentiels de leur observance (voir, par exemple, la discussion dans le film sur le lavage des mains avant le déjeuner). Je n'ai jamais entendu parler d'une organisation religieuse présente dans diverses villes (pas seulement des ordres religieux) qui n'ait pas une sorte de visites périodiques pour vérifier leur observance. La fondation de nouveaux monastères est une autre exception évidente.

La plupart des autres ordres, même contemplatifs, auraient des exceptions plus importantes. De nombreux monastères visaient à être autosuffisants et devaient donc administrer des terres exploitées par des serfs et/ou leur propre entreprise comme la fabrication d'alcool, de bière ou de parfum, et bien qu'ils puissent employer des intermédiaires, l'œil du propriétaire est souvent nécessaire - ils devraient inspecter et parler avec leurs serfs, leurs fournisseurs et les clients qui achètent leurs produits.

Ils pouvaient également voyager pour aider les autres, par exemple, les cisterciens d'Alcobaça, au Portugal, se déplaçaient souvent à la demande de nobles ou d'évêques pour diffuser de bonnes techniques agricoles ou de gestion de l'eau au XIIIe s - ils étaient des experts, les moines de France avaient apportaient des techniques récentes, et leurs propres terres étaient parmi les plus productives du royaume. Ils ont même dû construire une palissade autour du monastère pour empêcher les vendeurs d'entrer pendant la prière et la nuit.

Des moines célèbres tels que saint Thomas ou saint Bernard, pouvaient également se déplacer à la demande de nobles (voire de rois ou de papes) pour donner des conseils ou participer à des réunions importantes telles que des conciles.

Les moines qui enseignaient dans des séminaires ou à l'université devaient sortir de la clausure pour les tâches d'enseignement ou les réunions ou cérémonies académiques. Bien que, dans certains cas, leur clausure était physiquement à l'intérieur de l'université, comme certains bâtiments de l'Université de Coimbra qui étaient de véritables monastères avec des clausures internes qui abritaient des moines-professeurs. Les commandes consacrées aux soins de santé ou à l'enseignement auraient également des exigences similaires.

Et, certains ordres ne vivent pas du tout dans la clauture, comme les ordres mendiants. Franciscains et Dominicains étaient censés être en dehors du monastère pour prêcher ou servir les pauvres, même s'ils sont profès religieux avec vœux de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, au même titre que les moines. Les déplacements dans les villes voisines étaient également courants pour eux.

De plus, les ordres militaires (Templiers et Hospitaliers) - de vrais moines, avec vœux. Ils devaient administrer leurs vastes terres, effectuer une formation militaire, aller à la guerre et rendre d'autres services aux nobles (un autre moyen d'obtenir des revenus, car faire la guerre coûte très cher), comme les Templiers français transportant de l'or pour le roi de France. Beaucoup de temps en dehors du monastère.

Les Mercédaires collectaient de l'argent pour payer la rançon des chrétiens pris comme esclaves sur les terres musulmanes. Cela signifie qu'ils devaient se déplacer pour prêcher et collecter l'argent, puis se rendre en Afrique du Nord pour négocier le paiement et la libération des esclaves. Certains d'entre eux se sont proposés de rester en Afrique du Nord pour soutenir spirituellement les esclaves chrétiens, quand l'émir local le permettrait.

Bref, bien que de nombreux moines ne quittaient pas souvent leurs monastères, et pour certains ordres étaient très très rarement vus à l'extérieur, voir un moine n'était pas du tout un événement rare, si l'on compte tous les différents ordres.

Un autre cas serait celui des moines élus évêques. Mais ils ne doivent pas être considérés comme des exceptions, car lorsqu'un moine accepte l'élection, il est censé être démis de ses vœux spécifiquement liés à son ancienne vocation, et embrasser sa nouvelle vocation d'évêque avec ses propres règles.

Autre constat très général : nombre des ordres cités ci-dessus ont été créés au Moyen Âge. Cela signifie qu'au début du Moyen Âge, lorsque les moines étaient principalement des bénédictins, des agostiniens ou des ermites, bon nombre des exceptions citées ci-dessus ne s'appliquaient pas. D'autre part, certains des ordres les plus récents (cisterciens, trappistes) étaient plus stricts que les premiers.


[Ceci est à l'appui de la réponse de Luiz, par commentaire, demandant des sources]


  1. Sur le Trappistes: Ils sont un spin-off du Ordre cistercien. Il n'est pas surprenant que les trappistes fassent des visites (à d'autres monastères) et assistent aux chapitres généraux annuels. Il s'agit en fait d'un exigence du Ordre des Cisterciens, sur la base de leur constitution, Carta Caritatis (latin pour Charte de Charité).
  2. Sur les monastères devant être autosuffisants: Les monastères carolingiens des VIIIe et IXe siècles étaient fortement dépendants des terres qu'ils administraient de la part de le suzerain carolingien. Regarde ça.
  3. Sur la participation à des réunions/conseils (politiques) importants: Il ne faut pas s'étonner du milleu des moines durant le Haut Moyen Âge, les obligeant à travailler avec les rois et les nobles. Rappelez-vous le Controverse d'investiture commençant par le pape Grégoire VII et l'empereur Henri IV du début du XIe siècle. Au début du siècle suivant, en 1122, cette controverse fut réglée à Concordant de vers - où il a été convenu que l'autorité politique et religieuse sur l'investiture devrait être séparée. Pourtant, moins de cent ans plus tard, il y avait le Papauté d'Avignon durant près de 70 ans (de 1309 à 1376). C'est là que Boniface VIII a dû s'éloigner de Rome, à Avignon - pour se rapprocher de la couronne française.

Et la liste est longue… Luiz a tellement couvert sa réponse. Par conséquent, mes applaudissements pour qu'il soit bien pensé.


Voir la vidéo: Les Moines: Evolution - Chroniques de Prof #30 (Janvier 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos