Nouveau

Pourquoi l'Amérique n'a-t-elle pas été découverte de la terre gauche au détroit de Béring ?

Pourquoi l'Amérique n'a-t-elle pas été découverte de la terre gauche au détroit de Béring ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

À 66 01' 03.27"N - 169 45' 27.89"V la hauteur est de 626m (2053 pieds) La distance à l'horizon est de 89,4 kilomètres (30,7 miles) De ce point ~ 5 kilomètres (3 miles) sur la terre américaine est visible .

C'est une situation étrange

Et s'ils vont à l'île Big Diomede à 65 46' 30.56"N - 169 04' 13.54"V où la hauteur est de 478m (1568 pieds) l'horizon est à 78,1 km (48 miles) et la vue terrestre est à 32 km (20 milles)


Il a été découvert, car il est prouvé que les Amérindiens sont venus d'Asie par le pont terrestre du détroit de Béring (à une époque où il n'y avait pas de mer dans le détroit en raison de l'eau retenue dans les glaciers d'une ère glaciaire).

Si vous voulez dire "pourquoi les voyageurs européens (ou chinois/musulmans/etc.) ont-ils découvert l'Amérique à partir de là ?", la réponse est qu'il n'y avait pas d'européen/chinois/musulman/etc. voyageurs s'y rendant, car il fait très, très, très froid et est loin, très loin de tout ce qui a un intérêt économique ou stratégique minime. En fait, il n'y a eu aucune référence à la région russe bordant la Béring jusqu'à 150 ans après la découverte de l'Amérique.


Colomb n'était ni le premier humain à découvrir les Amériques, ni le premier Européen.

En particulier, la chaîne des îles Aléoutiennes n'est pas une réelle barrière aux indigènes en possession de simples bateaux. Les peuples aléoutes vivent encore aujourd'hui des deux côtés, utilisant à peine plus de technologie qu'il y a 20 000 ans. Les preuves linguistiques et génétiques dont nous disposons semblent montrer qu'il y avait au moins trois vagues d'immigration à travers cette région, dont deux alors qu'il n'y avait pas de pont terrestre.

Que Colomb était d'abord, il fut le premier issu d'une société possédant des presses à imprimer à découvrir les Amériques. La première presse de Gutenberg était opérationnelle en 1439, mais ce n'est qu'à la fin des années 1400 que l'impression a vraiment commencé à se répandre dans toute l'Europe. La découverte de Colomb était bien sûr en 1492.

C'était important car cela signifiait que la connaissance de cette découverte pouvait être efficacement produite en masse et diffusée dans le monde alphabétisé.


Tchoukotka

Le 14 juillet 1728 – trois ans et demi après avoir quitté Saint-Pétersbourg – le navire nouvellement construit de l'explorateur Vitus Bering, le Saint-Gabriel, rempli de suffisamment de nourriture pour nourrir son équipage de quarante personnes pendant un an, a navigué de l'embouchure de la Rivière Kamtchatka. En suivant la côte de la péninsule vers le nord pendant cinq jours, Bering a tourné vers le nord-est et, le lendemain, a de nouveau rencontré la terre juste au-dessus de 60 degrés de latitude nord. C'était le dessous de la péninsule de Chukchi (pas clairement délimité sur sa carte), et avec une certaine perplexité il l'a côtoyé pendant environ deux semaines. Le 1er août, il s'attarda à explorer une baie, mais une semaine plus tard, il rencontra huit Tchouktches, qui s'approchèrent du navire dans un bateau en peau de peau. « Quand nous les avons invités à monter à bord », se souvient Bering, « ils ont gonflé la vessie d'un grand phoque, y ont mis un homme et nous l'ont envoyé pour converser ». Plus tard, les Tchouktches ont amené leur propre bateau à côté et, grâce aux deux interprètes que Bering avait amenés avec lui, ont appris que la terre, orientée vers le nord-est, se retournait bientôt vers l'ouest et qu'il y avait une île à proximité dans la mer. Le 10 août, Bering passa devant elle, remarquant des habitations mais aucun peuple, et la baptisa Saint-Laurent, « car c'était son jour de fête ».

Le 13 août, le navire avait contourné le point le plus au sud-ouest de la péninsule des Chukchi. Quelques jours plus tard, sans s'en rendre compte, Béring franchit l'étroit détroit entre l'Asie et l'Amérique qui porte désormais son nom. Bien que par temps clair (au point le plus étroit du détroit) il soit possible d'apercevoir les deux continents en même temps, ce jour historique, le brouillard cachait la côte américaine, et pour autant que Béring le sache, elle était à 1 000 milles. Sans pause, il a navigué plein nord (dans la mer de Béring), mais après la disparition de la côte asiatique le 15, il a décidé de consulter Spanberg et Chirikov pour savoir s'il fallait continuer le voyage ou retourner au Kamtchatka avant que le froid ne s'installe. C'était le conseil de Spanberg que l'expédition ne navigue pas plus de deux jours, "parce que nous avons atteint 65 degrés 30' de la région nord et selon notre avis et le rapport des Chukchi sont arrivés en face de l'extrémité extrême et sont passés à l'est de la terre." Et alors, « que faut-il faire de plus ? » Chirikov, d'autre part, a fait valoir qu'ils ne pouvaient pas savoir avec certitude si l'Amérique était séparée de l'Asie à moins qu'ils ne se rendent «à l'embouchure de la rivière Kolyma», ou au moins jusqu'à ce que leur chemin vers l'ouest autour de la péninsule soit bloqué par la glace. Ils devraient donc suivre la terre, si possible (et selon leurs instructions), pour voir si elle menait à l'Amérique.

Bering était d'accord avec Spanberg. Les Tchouktches lui avaient dit que la côte tournait vers le nord, puis vers l'ouest, et était entourée par l'océan – et en fait, comme Bering pouvait le voir, la côte se penchait vers l'ouest alors qu'il avançait plus au nord. Il lui semblait inutile de vérifier l'évidence, au risque de mort pour son navire et son équipage. Un délai supplémentaire pourrait l'obliger à hiverner chez les Tchouktches sur la côte intimidante de la péninsule, qui, pour autant qu'il puisse en juger, n'était constituée que de grandes crêtes de rochers enneigés et dénués d'arbres avec lesquels construire des huttes d'hiver.

Béring a tourné vers le sud. Une fois de plus, la côte de l'Asie est apparue, mais par un hasard malheureux, alors qu'il enfilait le détroit, Béring n'a pas réussi une seconde fois à voir l'Amérique à travers la brume, bien qu'il ait découvert l'une des îles Diomède. Quatre jours plus tard, l'équipage a troqué de manière plutôt rentable avec quarante Chukchi qui sont venus au navire dans des bateaux - les Russes échangeant des épingles et des aiguilles contre "une bonne quantité de chair séchée, de poisson et d'eau contenue dans des vessies de baleine, 15 peaux de renard , et quatre dents de Narval. Sans autre incident, le 2 septembre, le St. Gabriel est rentré sain et sauf au port.

Malgré une confiance apparente dans l'accomplissement de sa mission, Béring avait des doutes et, tout au long de l'hiver, il consulta un certain nombre d'anciens combattants cosaques et d'autres connaisseurs de la géographie locale. Averti par plusieurs que la terre était censée se trouver non loin de la côte - comme en témoignent les oiseaux volant vers l'est et les arbres inconnus flottant dans la mer - vers la fin de juin 1729, il a dirigé le St. Gabriel plein est depuis l'embouchure de la rivière Kamchatka. , et a exploré les mers dans un rayon d'environ 130 milles. Il s'est peut-être aventuré plus loin, mais les tempêtes ont écourté sa quête. Cela fait, depuis Nizhnekamchatsk, il contourna le cap Lopatka à la pointe sud de la péninsule - "ce qui n'avait jamais été fait auparavant" - traversa jusqu'à Okhotsk et commença le long voyage terrestre de retour à Saint-Pétersbourg, où il arriva le 1er mars 1730. .

Alors que Bering et ses hommes étaient au Kamchatka, une sorte d'expédition complémentaire, avec des tâches ressemblant à celles confiées à l'origine au Grand Commandement du Kamtchatka, avait été autorisée par le Sénat et le Conseil privé suprême nouvellement créé. Dirigé par Afanasy Shestakov, un chef cosaque basé à Iakoutsk, il impliquait une armée de quinze cents hommes (énorme selon les normes sibériennes) dans le but de renforcer le contrôle russe sur tout le nord-est. Une partie de la force a été placée sous le commandement de Dmitri Pavlutsky, capitaine de dragons à Tobolsk et premier combattant russe de Chukchi, mais les résultats de l'expédition n'ont pas été à la hauteur des efforts déployés. Les querelles entre Shestakov et Pavlutsky ont entravé l'opération, et les tentatives de Shestakov pour pacifier les Koryaks se sont soldées par un désastre lorsqu'il a été tué dans une bataille en mars 1730, et un contingent venant à son soutien a été anéanti. La tête séchée de Shestakov a été conservée longtemps après par les indigènes comme trophée de leur victoire.

Encouragés par ces développements, certains dirigeants du Kamchadal ont également commencé à envisager des moyens de chasser les Russes de leur terre. Bering, semble-t-il, avait quitté le Kamtchatka juste à temps. Bien que la région n'ait jamais été exempte d'anarchie et de désordre, les charges de transport imposées à la population indigène par son expédition avaient certainement contribué aux troubles. En 1731, des rébellions se sont produites dans les environs de Bolsheretsk et Verkhnekamchatsk, puis, autour de Nizhnekamchatsk, les Kamchadals se sont regroupés sous un natif baptisé Fyodor Kharchin et ont capturé le fort. Quelques survivants ont réussi à se frayer un chemin vers un navire russe sur le point de partir pour l'Anadyr, et l'équipage a débarqué à la hâte et a traîné son canon jusqu'aux murs de la forteresse. Lorsque les Russes ont commencé à percer, les défenseurs ont paniqué et Kharchin lui-même s'est échappé déguisé en fille. D'autres, cependant, se sont battus jusqu'à ce qu'un coup de feu enflamme la poudrière et que le fort entier explose. Enragés par le viol de leurs femmes (principalement des concubines indigènes), les Cosaques ont tué leurs prisonniers à un homme. Un mois plus tard, Kharchin lui-même est arrêté, mais certains de ses complices et leurs familles choisissent le suicide collectif plutôt que de tomber entre les mains des Russes.

À Saint-Pétersbourg, les autorités ont décidé que le Kamtchatka était trop éloigné de Iakoutsk pour rester sous sa juridiction effective et ont transféré la responsabilité de la péninsule à Okhotsk. Un fonctionnaire a également été dépêché de Tobolsk pour rétablir l'ordre après avoir enquêté sur les causes de la révolte, il a exécuté et autrement puni avec une justice impartiale un certain nombre de Russes ainsi que des Kamchadals.

Pendant ce temps, après la mort de Shestakov, Pavloutski avait pris le commandement de l'expédition et avait fait d'Anadyrsk sa base pour la conquête des Tchouktches. Bien que les Russes aient vaincu ces guerriers indomptables dans plusieurs batailles, ils n'ont pas pu les maîtriser, et le résultat le plus tangible (mais insaisissable) de l'expédition s'est avéré être géographique - la recherche de la "Grande Terre" censée se trouver en face du Cap Est. de la péninsule de Chukchi. Pavlutsky a organisé une expédition pour le trouver et a placé l'expédition sous la direction de Mikhail Gvozdev, un métallurgiste, avec Ivan Fedorov comme pilote. Ils s'approprièrent le Saint-Gabriel de Béring à cet effet et rassemblèrent un équipage de trente-neuf personnes. Partis de l'embouchure de l'Anadyr en juillet 1732, ils s'arrêtèrent brièvement sur l'une des îles Diomède, puis continuèrent vers l'est, venant apparemment en vue du cap Prince de Galles, en Alaska. En s'approchant, ils virent qu'il était assez grand et couvert de forêts de peupliers, d'épicéas et de mélèzes. Après avoir longé la côte pendant plusieurs jours, ils n'ont « pas de fin en vue ». À un moment donné, « un indigène nu a pagayé jusqu'au navire depuis le rivage sur une vessie gonflée » et, par l'intermédiaire de son interprète, leur a demandé qui ils étaient et où ils allaient. Ils ont répondu qu'ils étaient perdus en mer et cherchaient le Kamtchatka. L'indigène montra promptement la direction d'où ils venaient. Ils n'ont cependant pas débarqué et parce qu'après leur retour, ils n'ont pas réussi à rassembler leurs notes et à dresser une carte adéquate, leur voyage n'a été officiellement signalé qu'une décennie plus tard, en 1743. À ce moment-là, la priorité de leur découverte avait été devenu une technicité, puisque des événements bien plus importants s'étaient produits.

De plus, les indigènes du nord-est de la Sibérie étaient agités. Bien que les Kamchadals aient manqué de courage pour une résistance supplémentaire (et que le suicide ait commencé à rivaliser avec la maladie pour réduire leurs rangs), entre 1745 et 1755, les Koryaks ont mené avec succès un certain nombre de raids sur les avant-postes russes et ont incendié le fort d'Atlansk.

Les Chukchi étaient plus difficiles à apprivoiser. Ils rejetèrent le yasak, survécurent à de nombreuses campagnes (menées par le major Dmitri Pavlutsky) contre eux, exterminèrent virtuellement les Yukaghirs (qu'ils méprisaient en tant qu'alliés russes), chassèrent les troupeaux de rennes gardés par les Russes pour le transport et la nourriture, etc. Dans la nuit du 12 mars 1747, Pavlutsky rassembla quatre-vingt-dix-sept Cosaques et trente-cinq Koryaks pour une frappe de représailles, et à l'aube du 14, il aperçut six cents Tchouktches campant à flanc de montagne. Sans attendre de renforts, il attaque. Dans une sorte de version russe de Custer's Last Stand, le célèbre combattant Chukchi a été rapidement encerclé et piégé. Le soir, il était tombé, avec la plupart de ses compagnons, tandis que les assaillants capturaient toutes leurs armes, un canon, le drapeau de la compagnie et le tambour de rassemblement de Pavlutsky.

Tribesman avait environ 500 hommes contre les quatre-vingt-dix-sept cosaques de Pavlutsky. C'était "arcs contre fusils", mais les arcs et les lances étaient victorieux. La plupart des Russes ont été tués ou blessés.

Pavlutsky a couvert la retraite et a été parmi les derniers soldats à mourir. Il a combattu au corps à corps avec un fusil dans une main et un sabre dans l'autre. Lorsqu'il a été maîtrisé et jeté au sol, il a accepté la défaite et a ouvert sa cuirasse d'acier pour permettre aux lances des ennemis de lui transpercer le cœur.

Lorsque la nouvelle de la défaite parvint à Saint-Pétersbourg, le département de Sibérie envoya cinq cents dragons dans le bassin d'Anadyr, et leurs assauts répétés finirent par obliger les Tchouktches à céder. En 1756, une délégation des Tchouktches vint à Anadyrsk pour demander la paix et accepta un yasak symbolique d'une peau de renard par homme. Cela était acceptable pour le gouvernement et lui a donné une excuse pour abandonner le fort d'Anadyrsk, dont l'entretien était depuis longtemps prohibitif. Entre 1710 et 1764, il n'avait rapporté que 29 152 roubles, mais avait coûté au Trésor 1 381 000 roubles, dont 841 760 uniquement pour les fournitures. En 1770, il est réduit au statut de poste de traite.


Chronologie de l'histoire de l'Alaska

L'histoire moderne de l'Alaska est très courte, elle n'a été découverte par le monde développé qu'à la moitié du XVIIIe siècle. Cependant, les peuples autochtones de l'Alaska sont ici depuis un certain temps.

Chronologie de l'histoire de l'Alaska au XVIe siècle

1578 - Le chef cosaque Yermak Timofief était en expédition dans le centre de la Russie lorsqu'il entendit parler de riches zibelines et de fourrures précieuses dans l'est. Les voyages à travers les steppes ont marqué le début de la conquête de la Russie vers l'est.

Chronologie de l'histoire de l'Alaska au XVIIe siècle

1639 - Des cavaliers cosaques ont traversé la chaîne de montagnes orientale de la Sibérie et ont continué jusqu'au rivage de la mer d'Okhotsk. Une fois là-bas, ils ont construit le premier village russe, face à l'est, à travers le Pacifique.

Chronologie de l'histoire de l'Alaska au XVIIIe siècle

1711 - Les commerçants russes découvrent une "Grande Terre" à l'est.

1725 - Pierre le Grand de Russie a chargé un capitaine de vaisseau danois, Vitus Bering, d'explorer la côte nord-ouest de l'Alaska. Cet exploit est crédité de la découverte "officielle" par la Russie et de la première information fiable sur le terrain. Bering a établi la revendication de la Russie sur le nord-ouest de l'Amérique du Nord.

1728 - Vitus Bering navigue dans le détroit de Béring.

1733 - La deuxième expédition de Bering, avec à son bord George Wilhelm Steller, le premier naturaliste à visiter l'Alaska.

1741 - Alexei Chirikof, avec l'expédition de Béring, aperçoit le 15 juillet que les Européens avaient trouvé l'Alaska.

1742 - Premier rapport scientifique sur l'otarie à fourrure du Pacifique Nord.

1743 - Début de la chasse concentrée de la loutre de mer par la Russie.

1774 - Juan Perez commandé par l'Espagne pour explorer la côte ouest découvre l'île du Prince de Galles, Dixon Sound.

1776 - Expédition du capitaine James Cook à la recherche du passage du Nord-Ouest.

1778 - En cherchant l'insaisissable passage du Nord-Ouest, l'explorateur britannique, le capitaine James Cook, a exploré la voie navigable qui borde maintenant le centre-ville d'Anchorage, Cook Inlet.

1725 - Cook atteint King Island, Norton Sound, Unalaska.

1784 - Grigorii Shelikov établit la première colonie blanche à Three Saints Bay, Kodiak.

1786 - Gerassin Pribilof découvre les roqueries sur les îles désormais connues sous le nom de Pribilofs.

1791 - George Vancouver quitte l'Angleterre pour explorer la côte Alejandro Malaspina explore la côte nord-ouest de l'Espagne.

1792 - Catherine II accorde le monopole des fourrures en Alaska à Grigorii Shelikov.

1794 - Baranov construit le premier navire dans le nord-ouest de l'Amérique à Voskres-senski sur Kenai.

1795 - La première église orthodoxe russe établie à Kodiak.

1799 - Alexander Baranov établit un poste russe connu aujourd'hui sous le nom de charte commerciale Old Sitka accorde des droits commerciaux exclusifs à la société russo-américaine.

Chronologie de l'histoire de l'Alaska au XIXe siècle

1802 - Fort russe à Old Sitka détruit par les Tlingits.

1804 - Les Russes retournent à Sitka et attaquent le fort de Kiksadi sur Indian River. Les Russes perdent la bataille, mais les Amérindiens sont contraints de fuir. Baranov rétablit le poste de traite.

1805 - Yurii Lisianski navigue vers Canton avec la première cargaison russe de fourrures à être envoyée directement en Chine.

1821 - Aucun étranger n'est autorisé dans les eaux russo-américaines, sauf dans les ports d'escale réguliers.

1824 - Les Russes commencent l'exploration du continent qui mène à la découverte des rivières Nushagak, Kuskokwim, Yukon et Koyokuk.

1834 - Le père Veniaminov s'installe à Sitka, consacré évêque Innokenty en 1840.

1835 - Une mission russe est établie près de Knik, de l'autre côté de la crique d'Anchorage actuelle.

1840 - Le diocèse orthodoxe russe a formé l'évêque Innokenty Veniaminov, autorisé à utiliser les langues autochtones dans la liturgie.

1841 - Edward de Stoeckl affecté au secrétariat de la légation de Russie aux USA

1847 - Création du fort Yukon.

1848 - Cathédrale Saint-Michel dédiée au Nouvel Archange (Sitka).

1853 - Des explorateurs-trappeurs russes découvrent des suintements de pétrole à Cook Inlet.

1857 - Début de l'extraction du charbon à Coal Harbour sur la péninsule de Kenai.

1859 - De Stoeckl revient de Saint-Pétersbourg aux États-Unis avec le pouvoir de négocier la vente de l'Alaska. L'Alaska est devenu un État en 1959.

1861 - De l'or découvert sur la rivière Stikine près du ruisseau Telegraph.

1865 - Western Union Telegraph Company se prépare à installer une ligne télégraphique à travers l'Alaska et la Sibérie.

Achat de Russie

1867 - Les difficultés financières forcent la Russie à vendre l'Amérique russo aux États-Unis. Négocié par le secrétaire d'État américain William Seward, le traité achète ce qui est maintenant l'Alaska pour 7,2 millions de dollars, soit environ 2 cents l'acre. La valeur de l'Alaska n'était pas appréciée par les masses américaines à l'époque, l'appelant "la folie de Seward". Iles Pribilof placées sous la juridiction du Secrétaire au Trésor. La population d'otaries à fourrure, stabilisée sous la domination russe, décline rapidement.

1868 - L'Alaska est désigné comme le département de l'Alaska sous le commandement du général de division Brevet Jeff C. Davis, de l'armée américaine.

1869 - Les Temps de Sitka, premier journal en Alaska, publié.

1872 - De l'or découvert près de Sitka et en Colombie-Britannique.

1874 - George Halt aurait été le premier homme blanc à traverser le col Chilkoot à la recherche d'or.

1876 - De l'or découvert au sud de Juneau à Windham Bay.

1877 - Les troupes américaines se sont retirées de l'Alaska.

  • L'école ouvre à Sitka, pour devenir Sheldon Jackson Junior College.
  • Création des premières conserveries d'Alaska à Klawock et Sitka.

1880 - Richard Harris et Joseph Juneau, avec l'aide du chef de clan local Kowee, découvrent de l'or sur la fondation de Gastineau Juneau.

1881 - Le claim Parris Lode est jalonné et en 1885, c'est la mine la plus importante d'Alaska : Treadwell Mine.

  • Début de la première pêche commerciale au hareng à Killisnoo
  • construction des deux premières conserveries de saumon du centre de l'Alaska.
  • L'US Navy bombarde, puis brûle le village tlingit d'Angoon.

1884 - Le Congrès adopte la loi organique. 15 000 $ affectés à l'éducation des enfants indiens.

1885 - Le Dr C. H. Townsend suggère l'introduction du renne en Alaska. Sheldon Jackson nommé agent général pour l'éducation en Alaska.

1887 - Le père William Duncan et les disciples Tsimshian ont trouvé Metlakatla sur l'île Annette.

  • L'enquête sur les limites a commencé par le Dr W. H. Dall des États-Unis et le Dr George Dawson du Canada.
  • Des cris de « Gold ! » résonnent dans la région lorsque des prospecteurs ont touché de la terre à Crow Creek près de Girdwood, à seulement 64 km au sud de ce qui est aujourd'hui le centre-ville d'Anchorage. Plus de 60 000 Américains ont voyagé vers le nord pour faire fortune. Il s'agit de la première de nombreuses époques de « boom and bust » pour Anchorage et l'Alaska.

1890 - De grandes conserveries de saumon d'entreprise commencent à apparaître.

1890 - Le Dr Sheldon Jackson explore la côte arctique et amène l'élevage de rennes en Alaska.

1891 - Premières concessions pétrolières jalonnées dans la région de Cook Inlet.

1892 Création de la réserve d'Afognak, création du système de service forestier de l'Alaska.

1894 - Découverte d'or sur la fondation de Mastadon Creek à Circle City.

1896 - Dawson City fondée à l'embouchure de la rivière Klondike aurifère découvert sur le ruisseau Bonanza.

1897-1900 - La ruée vers l'or du Klondike.

1897 Premier envoi de flétan frais envoyé au sud de Juneau.

  • Skagway est la plus grande ville d'Alaska
  • Début des travaux sur White Pass and Yukon Railroad
  • Le Congrès s'approprie de l'argent pour le télégraphe de Seattle à Sitka
  • La ruée vers l'or de Nome commence.

1899 - Gouvernement local organisé à Nome.

Chronologie de l'histoire de l'Alaska au 20e siècle

  • Anchorage a connu une croissance rapide dans les années 1900. En 1912, l'Alaska devient un territoire américain. Le recensement répertorie la population de l'Alaska à 29 500 Esquimaux, Indiens et Aleuts 4 300 « Alaskiens du Caucase » et 26 000 Cheechakos (nouveaux arrivants).
  • Le Code civil de l'Alaska divise l'État en trois districts judiciaires, les juges de Sitka, Eagle et St. Michael déplacent la capitale à Juneau. Chemin de fer de White Pass terminé. Le Congrès américain adopte une loi pour établir Washington-Cable (WAMCATS) qui deviendra plus tard l'Alaska Communications System (ACS).
  • Le président Theodore Roosevelt crée la forêt nationale de Tongass
  • E.T. Barnette et les mineurs locaux nomment leur colonie Fairbanks.

1904 - Dernier grand potlatch tlingit tenu à Sitka. Câbles sous-marins posés de Seattle à Sitka, et de Sitka à Valdez, reliant l'Alaska à "l'extérieur".

1905 - Le télégraphe construit par le chemin de fer de Tanana relie Fairbanks et la Commission de la route de l'Alaska à Valdez, établie sous la juridiction de l'armée.

1906 - L'Alaska est autorisé à envoyer un vote moins délégué au Congrès. Le bureau du gouverneur a déménagé de Sitka à Juneau.

  • De l'or découvert au sentier Ruby Richardson établi
  • Forêt nationale de Chugach, la plus grande forêt des États-Unis, créée par proclamation présidentielle.

1908 - Première installation frigorifique construite à Ketchikan.

  • Un accord international entre les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, la Russie et le Japon contrôle la pêche des otaries à fourrure
  • Loutres de mer placées sous protection complète
  • Copper River and Northwestern Railroad entre en service à la mine de cuivre Kennecott.
  • Le statut territorial de l'Alaska prévoit la législature
  • Alaska Native Brotherhood s'organise dans le sud-est
  • Le mont Katmai explose, formant la vallée des dix mille fumées.
  • La première législature territoriale de l'Alaska se réunit
  • La première loi adoptée accorde le droit de vote aux femmes.

1914 - Le Congrès autorise la construction de l'Alaska Railroad, ouvrant la voie au seul chemin de fer de l'histoire qui appartiendrait et serait exploité par le gouvernement américain. L'arpentage commence pour Alaska Railroad City of Anchorage, née comme camp de construction.

  • Le président Woodrow Wilson choisit l'itinéraire du chemin de fer qui reliera le port de Seward à travers les champs de charbon de l'intérieur jusqu'aux concessions aurifères près de Fairbanks. Ce qui est maintenant Anchorage est choisi comme quartier général. Des milliers de demandeurs d'emploi et d'aventuriers affluent dans la région, vivant dans une ville de tentes sur les rives de Ship Creek.
  • Alaska Native Sisterhood tient sa première convention à Sitka.
  • La « Grande vente de lots d'ancrage », une vente aux enchères de terrains qui façonnera l'avenir de la ville, est organisée. Un mois plus tard, la commune officialise son nom lorsque les électeurs se rendent aux urnes. Les électeurs choisissent Alaska City mais le gouvernement fédéral décide de conserver le titre existant : Anchorage.

1916 - Premier projet de loi pour l'État de l'Alaska présenté au Congrès. Les Alaskiens votent en faveur de l'interdiction par une marge de 2 contre 1.

1917 - Le complexe de la mine Treadwell s'effondre.

1918 - Le premier train de Seward se rend à Anchorage, marquant l'achèvement de la moitié sud de la ligne de chemin de fer.

1920 - Après de longues négociations, les citoyens d'Anchorage votent pour l'incorporation. Six jours plus tard, Léopold David est élu premier maire de la ville.

  • Ouverture du Collège agricole et de l'École des mines de l'Alaska.
  • Droits de vote des autochtones établis par le biais d'une affaire judiciaire.

1923 - Le président Warren G. Harding enfonce la pointe dorée de Nenana, signalant l'achèvement du chemin de fer de l'Alaska.

  • Le Congrès étend la citoyenneté à tous les Indiens aux États-Unis
  • Tlingit William Paul, Sr. est le premier autochtone élu à l'Assemblée législative de l'Alaska.
  • Début de la livraison de la poste aérienne en Alaska.

1928 - Une affaire judiciaire résout le droit des enfants autochtones à fréquenter l'école publique.

1929 - L'US Navy commence une enquête de 5 ans pour cartographier certaines parties de l'Alaska. La convention de la Fraternité autochtone de l'Alaska à Haines décide de poursuivre le règlement des revendications territoriales dans le sud-est de l'Alaska.

1932 - Communications radio téléphoniques établies à Juneau, Ketchikan et Nome.

1935 - Projet de la vallée Matanuska établi. Neuf cents travailleurs de la mine d'or Alaska-Juneau font une grève qui dure 40 jours et se termine par des violences. - Les Loi juridictionnelle de juin 1935 permet aux Indiens Tlingit et Haïda de faire valoir leurs revendications territoriales devant la Cour des réclamations des États-Unis.

  • Les Loi sur la réorganisation des Indiens de 1935 modifié pour inclure l'Alaska
  • Nell Scott de Seldovia devient la première femme élue à l'Assemblée législative territoriale.

1940 - Anchorage est encore une petite ville endormie mais sa position stratégique attire l'intérêt militaire. Les premiers soldats arrivent pour construire une base militaire et un terrain d'aviation, qui deviennent Fort Richardson et la base aérienne d'Elmendorf, apportant une croissance rapide à Anchorage.

1942 - Les Japonais envahissent les îles Aléoutiennes en Alaska. Dans le cadre de la défense de la côte ouest, la route de l'Alaska est construite dans un délai incroyablement court de huit mois et 12 jours, reliant Anchorage au reste du pays. Anchorage entre dans les années de guerre avec une population de 7 724 habitants et en ressort avec 43 314 habitants.

  • Janvier 1943 - Convoi américain de 70 navires déplacé vers le théâtre des Aléoutiennes.
  • 12 janvier 1943 - Les forces armées occupent Amchitka, îles Aléoutiennes.
  • 30 janvier 1943 - La base navale, Akutan Harbor, Fox Island, Alaska, est établie.
  • 18 février 1943 - Deux croiseurs et quatre destroyers bombardent des installations japonaises à Holtz Bay et au port de Chichagof, à Attu, dans les îles Aléoutiennes.
  • 24 février 1943 - L'installation aéronavale d'Amchitka, en Alaska, est établie.
  • 1er mars 1943 - L'installation aérienne auxiliaire navale sur l'île Annette, en Alaska, est établie.
  • 26 mars 1943 - Bataille des îles Komandorski
  • 27 mars 1943 - Le convoi japonais destiné à renforcer les Aléoutiennes rencontre la flotte ennemie et fait demi-tour.
  • 26 avril 1943 - Un groupe opérationnel de 3 croiseurs et 6 destroyers bombarde les installations japonaises à Attu, dans les îles Aléoutiennes.
  • 10 mai 1943 - Les troupes américaines envahissent Attu dans les îles Aléoutiennes.
  • 15 mai 1943 - La base aéronavale d'Adak, dans les îles Aléoutiennes, est établie.
  • 31 mai 1943 - Les Japonais mettent fin à leur occupation des îles Aléoutiennes alors que les États-Unis achèvent la capture d'Attu.
  • 8 juin 1943 - L'installation aéronavale d'Attu, dans les îles Aléoutiennes, est établie.
  • 29 juin 1943 - La base aérienne auxiliaire navale de Shemya, en Alaska, est établie.
  • 14 juillet 1943 - Des destroyers bombardent Kiska, îles Aléoutiennes. La base d'opérations navale d'Adak, dans les îles Aléoutiennes, est établie.
  • 22 juillet 1943 - Une force navale composée de 2 cuirassés, 5 croiseurs et 9 destroyers bombarde la région de Kiska, îles Aléoutiennes.
  • 28 juillet 1943 - Les Japonais évacuent Kiska sans être détectés par les Alliés.
  • 1er août 1943 - Des avions de l'armée lancent des bombardements quotidiens sur Kiska, îles Aléoutiennes.
  • 2 août 1943 - Des groupes opérationnels navals composés de 2 cuirassés, 5 croiseurs et 9 destroyers bombardent Kiska, îles Aléoutiennes. Kiska est bombardée 10 fois entre cette date et le 15 août.
  • 15 août 1943 - La force opérationnelle navale commandée par le commandant de la Force du Pacifique Nord débarque des troupes de l'armée américaine et du Canada à Kiska, dans les îles Aléoutiennes. Kiska a été évacuée par les Japonais.
  • 22 août 1943 - Les forces alliées déclarent que Kiska est désertée par les forces japonaises.
  • 21 décembre 1943 - Un avion de la marine d'Attu, îles Aléoutiennes, bombarde la région de Paramushiro-Shimushu, îles Kouriles.

1944 - Fermeture de la mine d'or Alaska-Juneau. Début de l'exploration pétrolière et gazière.

1945 - Le gouverneur Gruening signe l'Anti-Discrimination Act, la première loi de ce type adoptée aux États-Unis et dans ses possessions depuis l'après-guerre civile.

1946 - Ouverture d'un pensionnat pour élèves autochtones du secondaire à Mt. Edgecombe.

  • Le commandement de l'Alaska a établi le premier commandement unifié des États-Unis composé d'officiers de l'armée, de l'armée de l'air et de la marine.
  • Première action en revendication territoriale des autochtones de l'Alaska, déposée par les Tlingit et les Haïdas, déposée devant la Cour des réclamations des États-Unis.

1948 - Les Alaskiens votent pour abolir les pièges à poissons par une marge de 10 à 1.

1953 - Le puits de pétrole foré près d'Eureka sur Glenn Highway marque le début de l'histoire pétrolière moderne de l'Alaska Les premières opérations de contreplaqué commencent à Juneau La première grande usine de pâte d'Alaska ouvre à Ketchikan. Première émission télévisée en Alaska par KENI, Anchorage.

1955 - Les Alaskiens élisent des délégués à la convention constitutionnelle.

1955 - Ouverture de la Convention constitutionnelle à l'Université d'Alaska.

1956 - Les électeurs territoriaux adoptent la Constitution de l'Alaska et envoient deux sénateurs et un représentant à Washington dans le cadre du plan Tennessee.

1958 - La mesure d'État est adoptée Le président Eisenhower signe le projet de loi sur l'État.

Indépendance

  • État proclamé
  • Constitution de l'État en vigueur
  • Ouverture de l'usine de pâte de Sitka
  • La Cour des réclamations des États-Unis rend un jugement en faveur des revendications des Tlingit et des Haïda sur les terres du sud-est de l'Alaska.

1964 - Le tremblement de terre du Vendredi Saint.

1966 - Fédération des autochtones de l'Alaska organisée. Le secrétaire à l'Intérieur Udall impose un "gel des terres" pour protéger l'utilisation et l'occupation des terres de l'Alaska par les autochtones.

1967 - L'inondation de Fairbanks.

1968 - Pétrole pompé d'un puits à Prudhoe Bay sur le versant nord. Le gouverneur Hickel établit Groupe de travail sur les revendications territoriales de l'Alaska qui recommande un règlement foncier de 40 millions d'acres pour les autochtones de l'Alaska.

  • La vente du bail de North Slope Oil rapporte 900 millions de dollars
  • Première émission de télévision par satellite en direct en Alaska.
  • Alaska Native Claims Settlement Act (43 USC 1601-1624) - Public Law 92-203, a approuvé et transfère la propriété de 44 millions d'acres de terres à des sociétés autochtones nouvellement créées.
  • Création de la commission scolaire Mt. Edgecumbe - Wrangell Parent.
  • Les premiers programmes préscolaires de BIA pour les enfants de deux à trois ans.
  • Administration du financement du programme au niveau de l'agence établie.
  • L'Alaska Native Claims Settlement Act (ANCSA) devient loi.
  • Système scolaire géré par l'État de l'Alaska : la législature de l'État de l'Alaska établit le système scolaire géré par l'État de l'Alaska en tant que nouveau système en tant qu'agence indépendante et transfère la responsabilité opérationnelle des écoles rurales et sur base du ministère de l'Éducation à cette nouvelle entité.

1972 - La Constitution de l'Alaska a été modifiée pour interdire la discrimination sexuelle.

  • Le Congrès adopte la Trans-Alaska Pipeline Authorization Act
  • Le programme d'accès limité à la pêche au saumon devient loi.

1974 - Les électeurs de l'Alaska approuvent l'initiative de mouvement de capitaux.

1975 - La législature de l'Alaska affecte des fonds pour lancer l'achat et l'installation de 100 stations terriennes de satellite pour l'établissement d'un réseau de communication par satellite à l'échelle de l'État.

  • Propositions de gazoduc déposées
  • Les électeurs de l'Alaska choisissent Willow comme nouveau site de la capitale
  • Les électeurs approuvent l'amendement constitutionnel établissant le Fonds permanent de l'Alaska pour recevoir "au moins 25 pour cent" de tous les revenus pétroliers de l'État et des revenus connexes.
  • 28 février : Le Fonds permanent reçoit son premier dépôt de revenus pétroliers dédiés : 734 000 $.
  • La construction de l'oléoduc est terminée et le premier pétrole arrive par l'oléoduc à Valdez.
  • Le pipeline Trans-Alaska : Un baril de pétrole brut met 5,04 jours pour s'écouler de Prudhoe Bay à Valdez via le pipeline trans-Alaska à 6,62 mph. Si le pipeline était plein, il contiendrait 9 millions de barils. Un baril équivaut à 42 gallons.
  • La législature de l'Alaska augmente la part du Fonds permanent des revenus pétroliers de 25 à 50 pour cent abroge l'impôt sur le revenu des particuliers de l'Alaska
  • établit le fonds de dividendes de l'Alaska pour distribuer les revenus du fonds permanent aux résidents de l'Alaska.
  • Le Congrès adopte la Loi sur la conservation des terres d'intérêt national de l'Alaska (ANILCA).
  • Les fuseaux horaires changent pour inclure tout l'Alaska, à l'exception des îles Aléoutiennes les plus à l'ouest, dans un seul fuseau : l'heure standard de l'Alaska.
  • Alaska State Boards of Fisheries and Game Adopter conjointement un règlement ajoutant la norme de résidence rurale à la définition de l'État des « usages de subsistance » Le projet hydroélectrique Solomon Gulch est mis en service à Valdez, le premier des quatre Piscine du barrage."
  • Les revenus de l'État culminent à 4 108 400 000 $ après que l'OPEP a fixé le prix du pétrole à 34 $/baril.
  • La législature de l'Alaska promulgue une protection contre l'inflation pour protéger le pouvoir d'achat du principal du Fonds permanent. Le premier chèque de dividende du fonds permanent est distribué : 1 000 $.
  • Les électeurs de l'Alaska abrogent la loi sur la relocalisation du capital à Willow et établissent une limite de dépenses de l'État.
  • L'âge de la consommation est relevé de 18 à 21 ans par le législateur.
  • Décalage de fuseau horaire : tout l'Alaska. à l'exception des îles Aléoutiennes les plus à l'ouest, passer à l'heure standard de l'Alaska, une heure à l'ouest de l'heure standard du Pacifique
  • Les stocks de crabe sont si bas que la plupart des saisons commerciales sont annulées
  • L'État achète l'Alaska Railroad au gouvernement fédéral
  • La baisse des prix du pétrole cause des problèmes budgétaires.
  • Le prix du pétrole chute en dessous de 10 $ le baril, provoquant une chute des revenus pétroliers de l'Alaska
  • La législature adopte un nouveau projet de loi régissant la chasse et la pêche de subsistance.
  • Le marasme économique causé par les prix du pétrole continue d'affecter l'État, provoquant la perte de leur emploi et le départ de nombreuses personnes, la saisie de propriétés par les banques et la faillite d'entreprises.
  • Une nouvelle accumulation militaire en Alaska commence lorsque les premières troupes de la nouvelle sixième division d'infanterie commencent à arriver à Fairbanks.
  • Les efforts internationaux pour sauver deux baleines capturées par les glaces au large de Barrow attirent l'attention du monde entier
  • Les difficultés économiques de l'État continuent et Anchorage perd 30 000 habitants
  • Les Soviétiques autorisent la visite d'une journée d'un groupe d'Alaskans dans la ville portuaire sibérienne de Provideniya
  • Anchorage perd sa candidature pour accueillir les Jeux Olympiques de 1994 à Lillehammer, en Norvège.
  • Les Exxon Valdez, un pétrolier de 987' transportant 53 millions de gallons de brut de North Slope sur Bligh Reef déversant 11 millions de gallons dans Prince William Sound
  • Le Fonds permanent franchit le cap des 10 milliards de dollars
  • La Cour suprême de l'Alaska rejette la loi de préférence rurale de l'Alaska.
  • La population de l'Alaska atteint 550 000 selon le US Census Bureau.
  • Plus de 800 000 visiteurs viennent en Alaska, certains pour affaires, la plupart pour le plaisir.
  • L'exploitation minière se classe comme l'industrie à la croissance la plus rapide de l'Alaska.
  • Permanent Fund effectue ses premiers investissements dans des actions et des obligations en dehors des États-Unis.
  • La législature de l'Alaska est incapable de résoudre la question de la subsistance, les autorités fédérales prennent le contrôle des questions de subsistance sur les terres fédérales.
  • Le Tongass Reform Act désigne davantage de terres sauvages dans le sud-est de l'Alaska.
  • Walter Hickel remporte la course au poste de gouverneur sur le ticket de l'Indépendance.
  • La population autochtone estimée de l'Alaska : 95 000.
  • Les modifications de l'ANCSA prennent effet.
  • L'État de l'Alaska, le ministère américain de la Justice et Exxon parviennent à un règlement d'un milliard de dollars résultant du déversement d'Exxon Valdez, initialement rejeté par le tribunal de district américain - plus tard accepté une fois modifié pour inclure l'argent réparateur.
  • Le Congrès a effectivement fermé l'Arctic National Wildlife Refuge à l'exploitation pétrolière. Les pêcheurs de Bristol Bay font grève à cause des prix bas du saumon.
  • 1er janvier - Le 8 milliardième baril de pétrole arrive à Valdez.
  • Les dividendes du Fonds permanent sont versés à tous les résidents de l'Alaska pour la 10e année consécutive.
  • L'État de l'Alaska, le ministère américain de la Justice et Exxon parviennent à un règlement d'un milliard de dollars résultant de la marée noire de l'Exxon Valdez, qui est rejetée par le tribunal de district américain.
  • Un règlement modifié affectant plus d'argent aux travaux de restauration dans le détroit du Prince William obtient l'approbation judiciaire.
  • Le Congrès ferme effectivement l'Arctic National Wildlife Refuge à l'exploitation pétrolière.
  • Les pêcheurs de Bristol Bay font grève à cause des prix bas du saumon.
  • L'administration Hickel et la législature incapables de résoudre le problème de subsistance.

1992 - Les répercussions finales de la récession en Alaska se font sentir alors que l'industrie pétrolière se replie avec d'importantes pertes d'emplois le Heures de mouillage, une fois que le plus grand journal d'Alaska a résolu les problèmes de répartition, les primaires ont été retardées de deux semaines. Le volcan Spurr est entré en éruption à trois reprises, une explosion a jeté des cendres sur Hillary Lindh d'Anchorage Juneau, qui a remporté la médaille d'argent olympique en ski alpin.

1993 - La législature de l'Alaska adopte le plus grand crédit d'immobilisations en dix ans un nouveau programme de redistribution mandaté par le tribunal redessine les limites de certains districts électoraux La mine de Greens Creek près de Juneau ferme en raison des prix bas de l'argent, du zinc et du plomb Sitka Pulp Mill annonce une suspension indéfinie de l'usine opérations, affectant 400 travailleurs Le président du Parti pour l'indépendance de l'Alaska, Joe Vogler, disparaît mystérieusement.

  • Le procès fédéral aboutit à un verdict de 5 milliards de dollars dans l'affaire Exxon Valdez.
  • Tommy Moe, de l'Alaska, remporte l'or olympique dans les compétitions de ski alpin.
  • Les électeurs rejettent la dernière proposition visant à éloigner la capitale de l'Alaska de Juneau.
  • La Cour de district des États-Unis donne raison aux plaignantes de Katie John, réduisant la compétence du gouvernement fédéral en matière de pêche à ces eaux navigables « réservées aux États-Unis ».
  • Un pêcheur canadien attaque un ferry de l'Alaska avec de la peinture et des roulements à billes projetés par des tirs de fronde, frustré par les pourparlers non concluants du traité sur le saumon du Pacifique entre les États-Unis et le Canada, qui entravent la pêche au saumon royal du sud-est de l'Alaska.
  • MarkAir fait faillite tandis que les détenteurs de billets sont bloqués et que des employés de tout l'État sont licenciés.
  • Le projet Healy Clean Coal de 267 millions de dollars est lancé avec un soutien substantiel du département américain de l'Énergie.
  • Les villageois d'Alatna retournent dans un village nouvellement reconstruit après avoir été l'une des nombreuses communautés de la rivière Koyukuk emportées par les inondations d'automne en 1994.
  • Un juge fédéral se prononce contre l'État de l'Alaska dans une affaire intentée par le gouverneur Hickel et poursuivie par le gouverneur Knowles sur l'interprétation de l'État de la façon dont l'Alaska Statehood Act affecte la gestion par le gouvernement fédéral des terres fédérales dans l'État
  • Le Congrès américain lève l'interdiction d'exporter du pétrole brut d'Alaska
  • L'un des incendies les plus dévastateurs de l'histoire de l'État détruit des maisons et des propriétés dans la région du centre-sud, près de Big Lake.
  • Des vents et des mers violents ont provoqué l'échouage d'un navire frigorifique japonais près d'Unalaska, déversant environ 39 000 gallons de carburant.
  • Le Fairbanks Municipal Utilities System a été vendu à trois sociétés privées, mettant ainsi fin à 50 ans de propriété des services publics.
  • MAPCO, propriétaire de la plus grande raffinerie de pétrole d'Alaska, a été racheté par Williams Co. Inc.
  • Les pêcheurs canadiens de Prince Rupert ont bloqué un traversier de l'Alaska pendant trois jours pour protester contre les pratiques de pêche au saumon de l'Alaska, le service de traversier à destination de Prince Rupert a été interrompu pendant 19 semaines
  • La question de la sécurité du pipeline Trans-Alaska vieux de 20 ans a fait les manchettes, mais Alyeska et le Joint Pipeline Office ont maintenu que le pipeline est bien surveillé et sûr.
  • La législature adopte un projet de loi exigeant que tous les étudiants passent des examens de sortie pour obtenir des diplômes d'études secondaires, pour entrer en vigueur en 2002.
  • Infirmant une décision d'appel du neuvième circuit judiciaire, la Cour suprême des États-Unis a statué que 1,9 million d'acres de terres ancestrales appartenant à la tribu Venetie des Indiens Neetsaii' Gwich'in ne relèvent plus de la juridiction gouvernementale de la tribu.
  • Le lieutenant-gouverneur Fran Ulmer a certifié une pétition d'initiative faisant de l'anglais la langue officielle de l'Alaska. L'initiative, inscrite sur le bulletin de vote des élections générales de 1998, a été adoptée, faisant de l'anglais la langue officielle du gouvernement de l'État.
  • British Petroleum annonce son intention d'acheter ARCO, entamant un processus impliquant l'État de l'Alaska et la FTC dans une discussion sur les revenus de l'État et l'antitrust.
  • Dans Kasayulie c. État de l'Alaska, le tribunal juge que l'Alaska n'a pas fourni d'installations scolaires adéquates aux élèves de Bush, en violation de la Constitution de l'Alaska et du droit civil fédéral.
  • L'Alaska Board of Education adopte des normes sur ce que les élèves doivent savoir en mathématiques, en lecture et en écriture.
  • Le procès, Alakayak, et al. v. State of Alaska, a été portée par l'Alaska Civil Liberties Union, le Native American Rights Fund et le North Slope Borough au nom de 27 personnes dont les droits constitutionnels seraient violés si l'initiative en anglais seulement était autorisée à entrer en vigueur en mars. 4.
  • La législature de l'Alaska modifie la formule du programme de péréquation des coûts d'électricité (PCE) en réduisant le droit.
  • Premiers tests de normes pédagogiques de l'État pour les élèves de troisième, sixième, huitième année et étudiants de deuxième année. La FTC a approuvé l'achat par BP Amoco de l'Atlantic Richfield Company (ARCO).
  • 26 avril : Phillips Petroleum achète Arco Alaska, Inc.
  • Le Federal Subsistence Board désigne la péninsule de Kenai comme « rurale », ce qui rend les résidents de la péninsule de Kenai éligibles pour le poisson et le gibier de subsistance sur les terres et les eaux fédérales.
  • L'État de l'Alaska vend quatre centrales hydroélectriques appartenant à l'État (le Four Dam Pool) pour 73 millions de dollars et ajoute l'argent de la vente à un crédit de 100 millions de dollars prélevé sur la réserve du budget constitutionnel.
  • Une dotation de près de 187 millions de dollars est créée pour aider à financer le programme de péréquation des coûts d'électricité (PCE).
  • Doug Swingley de Lincoln, MT remporte l'Iditarod

Chronologie de l'histoire de l'Alaska au 21e siècle

2001 - Doug Swingley de Lincoln, MT remporte l'Iditarod

  • Martin Buser de Big Lake, AK brise la barrière des 9 jours, remportant son 4e titre Iditarod en 8 jours, 22 heures, 46 minutes et 2 secondes.
  • Une étude de l'État a montré que les glaciers fondaient à un rythme plus élevé.
  • Le tremblement de terre a endommagé des autoroutes et des maisons rurales

2003 - Robert Sorlie de Hurdal, Norvège remporte l'Iditarod.

  • Un juge fédéral a ordonné à Exxon de payer 6,75 milliards de dollars pour la marée noire de 1989
  • Mitch Seavey de Seward AK remporte l'Iditarod.

2005 - Robert Sorlie de Hurdal, Norvège remporte l'Iditarod.

  • Sarah Palin prend ses fonctions en tant que première femme gouverneur de l'Alaska
  • British Petrolum avait un déversement de pétrole de 267 000 gallons à l'équipage de Prudhoe Bay sauvé de la liste des cargos par les îles Aléoutiennes
  • Jeff King de Denali, AK remporte l'Iditarod.
  • 5 août - 4 fois vainqueur de l'Iditarod, Susan Butcher décède.

2007 - Lance Mackey devient le premier musher à remporter la Yukon Quest International Sled Dog Race et l'Iditarod Trail Sled Dog Race la même année.


Pourquoi l'Amérique n'a-t-elle pas été découverte de la terre gauche au détroit de Béring ? - Histoire

1507: Universalis cosmographie (monde)
1540: Die neuwe Islelen (hémisphère occidental, carte #1)
1544: Charte Cosmographique (monde, carte #2)

  • CHRISTOPHER COLUMBUS (Cristoforo Colombo), un italien naviguant pour l'Espagne, qui a exploré les îles des Caraïbes en quatre voyages de 1492 à 1504, et qui a insisté jusqu'à la fin qu'il avait débarqué en Asie ou à proximité
    [Columbus, Lettre à Luis de Sant Angel, trésorier d'Aragon, 1493]
  • JOHN CABOT (Giovanni Caboto), un Italien naviguant pour l'Angleterre, qui en 1497 a exploré la côte nord-est de l'Amérique du Nord dans la région de Terre-Neuve, et était certain d'avoir atteint l'Asie du nord-est
    [Lettre de Lorenzo Pasqualigo à ses frères, août 1497 Raimondo di Soncino au duc de Milan, première et deuxième dépêches, 1497]
  • GASPAR CORTE REAL, un Portugais naviguant pour le Portugal, qui a exploré la même région que Cabot en 1500 et 1501, ne parvenant pas à trouver un passage au nord-ouest et perdant la vie dans la recherche.
    [Pietro Pasqualigo, Lettre à ses frères, 1501]

- Allemand/Anglais : Alexandre Barclay, Le bateau des fous, poème, 1509, sélection
- Anglais: Thomas More, utopie, récit fictif, 1516, extraits
- Anglais: John Rastell, Quatre éléments, jouer, 1519, sélection
- Allemand: Albrecht Düumlrer, entrée de journal, 1520
- Français: Pierre de Ronsard, "Les îles Fortunées", poème, ca. 1560, extrait

Pour les Américains, l'histoire semble pivoter sur l'année 1492. La date pointe inévitablement vers l'avenir. Le Vieux Monde et son histoire s'effacent alors que nous contemplons le Nouveau Monde et ses promesses. Pourtant, il est instructif de se rappeler que 1492 est tombé dans ce que les historiens considèrent comme la fin du Moyen Âge. Les premiers qui apprirent la nouvelle des découvertes de Colomb avaient plus en commun avec les pèlerins qui se dirigeaient vers Cantorbéry qu'avec ceux qui s'enfuyaient vers Plymouth.

Les textes que nous proposons ici suggèrent comment les Européens ont réagi à cette nouvelle. Deux ans seulement après le premier voyage de Christophe Colomb, un avocat et poète allemand, Sebastian Brandt, a publié un poème allégorique intitulé Das Narrenschiff (Le bateau des fous) qui faisait la satire de nombreux « imbéciles », y compris des gloutons, des ivrognes, des pères négligents et, dans l'extrait proposé ici, des explorateurs. Très populaire en Allemagne et dans toute l'Europe, Das Narrenschiff a été largement traduit. Notre sélection provient de la version anglaise 1509 d'Alexander Barclay. D'une manière typiquement médiévale, le poème de Brandt nous rappelle l'imperfection humaine et son antidote, la dévotion et la confiance en Dieu. Pour lui, le désir de "mesurer et d'englober" "la diversité des pays et des régions" est une folie née d'un orgueil qui détourne l'humanité de l'auto-compréhension.

Cette attitude contraste fortement avec celles de John Rastell, Thomas More et Albrecht Düumlrer. Rastell, avocat, dramaturge et commerçant londonien, organisa un voyage avorté à Terre-Neuve en 1517. Peu de temps après son retour, il écrivit la pièce Quatre éléments (en partie pour évacuer sa frustration de ne pas avoir atteint le Nouveau Monde). Les enseignants du secondaire devraient pouvoir s'identifier à cette pièce. Dans ce document, les personnages Studious Desire et Experience luttent pour éduquer l'humanité tandis que Sensual Appetite and Ignorance tentent de l'attirer vers la fête la plus proche. La pièce est à la fois une allégorie morale et une sorte de National Geographic en vers, car il instruit son auditoire sur la nouvelle image du monde qui émerge des voyages de découverte. Dans la sélection d'extraits, nous voyons un empirisme naissant alors que Studious Desire embrasse l'expérience comme un tuteur approprié pour l'humanité.

Dans les travaux de More et Düumlrer, nous voyons comment les premières images du Nouveau Monde reflétaient la pensée et le désir européens. Dans le récit fictif de More utopie ("pas de place"), le narrateur Raphael Hythloday, un marin portugais qui prétend avoir voyagé avec Amerigo Vespucci, décrit une communauté idéale qu'il a visitée. En fait, More a peut-être tiré les détails de son utopie dans les récits de Vespucci sur ses voyages en Amérique du Sud. Quelles que soient ses sources, il dépeint l'utopie comme un lieu si productif et agréable que de nouvelles villes riches peuvent presque être légiférées pour exister sur "un terrain vague et inoccupé". C'est, bien sûr, si les habitants de la terre « inoccupée » peuvent s'entendre sur « un seul mode de vie » avec ceux qui veulent construire la ville. Sinon, les nouveaux venus ont parfaitement le droit de déposséder ou même de tuer les indigènes. Si les richesses du Nouveau Monde ont conduit More à plaider en faveur de la guerre, le trésor mexicain (aztèque) a conduit l'artiste allemand Albrecht Düumlrer à imaginer un lieu d'émerveillement. En 1521, le roi Charles d'Espagne expose de l'or et de l'argent aztèques que lui a envoyés le conquistador Hernan Cortéacutes dans une exposition qui a voyagé dans toute l'Europe. Quand Düumlrer le vit à Bruxelles, cela remplit son cœur de joie et le poussa à s'émerveiller "de l'ingénie subtile des hommes en terres étrangères" où même la literie modeste était l'étoffe des contes de fées.

Dans l'esprit des contes de fées et des fables, nous concluons avec le poème "Les Îles Fortunées" ("Les Îles Fortunées") du poète français du XVIe siècle Pierre de Ronsard. Dans la mythologie antique, les « Îles Fortunées » étaient le paradis des dieux, situé quelque part à l'ouest au-delà de l'océan. Plus tard, le nom a été donné aux îles Canaries et Madère telles qu'elles ont été découvertes par les explorateurs européens, puis à des points plus à l'ouest, car les découvertes ont enchanté l'imagination européenne. (17 pages au total.)

  • En 1585, John White a été l'artiste officiel de l'expédition anglaise sur l'île de Roanoke sur les Outer Banks de l'actuelle Caroline du Nord. La plupart de ses dessins initiaux ont été perdus lorsque les colons ont quitté Roanoke en 1586, mais il a ensuite produit soixante-trois aquarelles qui ont survécu dans des collections privées. Ce n'est qu'en 1964 qu'ils ont été publiés dans leur ensemble. Sur le site Web de Virtual Jamestown, vous verrez dix-neuf des aquarelles de White des Indiens algonquins, associées aux gravures de Bry basées sur elles et publiées en 1590. Il n'y a peut-être pas de meilleur exemple de la métamorphose de l'imagerie populaire que ces couples White/de Bry .
  • L'histoire naturelle de la [Ouest] Indes (Histoire Naturelle des Indes) est un volume unique de 199 aquarelles de plantes, d'animaux et d'Indiens des Caraïbes, y compris des esclaves indiens travaillant dans des entreprises minières espagnoles. Leur origine est inconnue, mais ils ont peut-être été créés dans les années 1580 par un marin huguenot français (ou deux) lors d'un des voyages de Francis Drake aux Antilles. (Un artiste peut se présenter comme l'Européen averti du diable qui se cache dans la forêt.) Les aquarelles sont restées dans les collections personnelles pendant plus de quatre cents ans et en 1983 ont été données à la Pierpont Morgan Library, qui a produit un volume en fac-similé en 1993. Quinze dessins sont inclus ici avec le texte d'accompagnement (pas moins fascinant que les dessins eux-mêmes).
  • Aspects uniques de la [Ouest] Indes (Les Raretés des Indes) est une autre collection intrigante de dessins d'amateurs, dans ce cas des plantes, des animaux et des Indiens de la Nouvelle-France (Canada) dans les années 1670. Non seulement ils ont été conservés dans des collections privées pendant trois siècles, mais ils ont également été attribués à la mauvaise personne jusqu'à la fin du 20e siècle, lorsqu'une découverte d'archives a conduit à Louis Nicolas, un jésuite français qui a servi en Nouvelle-France de 1664 à 1675. Ses 188 dessins ont finalement été publiés à Paris en 1930, les originaux se trouvent au Gilcrease Museum de Tulsa, Oklahoma. Dix pages de ses dessins captivants et commentaires manuscrits sont inclus ici.
  • Vous pouvez inclure les illustrations espagnoles des Indiens Mexica et Tlaxcala incluses dans #7 : CONQUÊTE ESPAGNOLE , présenté dans la galerie Web Vistas : Culture visuelle en Amérique espagnole, 1520-1580.

- Norrois: Récit de la rencontre avec le "Skrælingar" du Vinland, ca. 1005
- Français: Verrazzano, Rapport au roi François Ier, 1524, extraits

Après le peuplement de l'Amérique du Nord il y a au moins 11 000 ans, le continent a probablement été "découvert" par de nombreux explorateurs avant Colomb. Mais qui? Le moine chinois Hwui Shan a-t-il atteint la côte ouest de l'Amérique du Nord vers 500 après JC ? Les marins japonais ont-ils suivi le courant du Pacifique Nord-Ouest le long de la côte ouest avant l'an 1000 ? Qu'en est-il des aventuriers qui ont navigué vers l'ouest depuis l'Europe et l'Afrique et dont on n'a plus jamais entendu parler, comme Ugolino et Vadino Vivaldi de Gênes (1291) et un roi dont la flottille a quitté le Mali en 1311 ? Des motifs intrigants pour la spéculation.

  • THORVALD ERIKSON, frère du Norseman Leif Erikson, quitta une colonie viking au Groenland vers l'an 1000 pour explorer la région que son frère avait nommée « Vinland » sur le continent nord-américain. Là, lui et ses hommes ont rencontré les habitants autochtones, probablement les Béothuks. Ils ont attaqué les Béothuks et dans l'escarmouche Erikson lui-même a été mortellement blessé. Ce compte provient du manuscrit nordique La saga du Groenland écrit près de quatre cents ans plus tard. Bien que le compte soit antérieur à Christophe Colomb et à la date de début de cette boîte à outils, il dénaturerait l'histoire du continent de l'omettre, d'autant plus que le camp de Vinland à Terre-Neuve est maintenant confirmé archéologiquement comme étant le premier établissement européen sur le continent nord-américain (découvert jusqu'à présent) .
    [La saga du Groenland (Grælendinga Saga) dans le Livre de l'île plate (Flateyjarbók), Californie. 1387]
  • GIOVANNI DA VERRAZZANO, un italien naviguant pour la France, a exploré la côte atlantique de l'Amérique du Nord en 1524, naviguant des Outer Banks à la Nouvelle-Écosse, allant à terre pour explorer la nature environnante et rencontrer les habitants. Les rencontres des Indiens et des Européens vont d'accueillantes à gardées à dédaigneuses. Le rapport de Verrazzano au roi de France est le premier compte rendu de première main de l'exploration européenne du continent nord-américain, un document majeur de votre étude.
    [Giovanni da Verrazzano, Lettre au roi François Ier de France, 1524]

Voyage de Drake : Vera totius expeditionis nauticæ, Californie. 1595
Voyage de Béring : Les découvertes russes, 1775

Ce qui a incité les Espagnols à se diriger à nouveau vers le nord, c'est l'expansion de la Russie en Asie occidentale et ses voyages dans l'extrême nord-ouest de l'Amérique du Nord. L'explorateur Mikhail Gwosdev a navigué à l'est du Kamtchatka en 1732 et a aperçu un « bolshya zemlya » (« nouvelle terre »). Bientôt Vitus Bering a été envoyé pour explorer cette terre, et, bien qu'il n'ait pas mis le pied sur l'Amérique du Nord lui-même et soit mort du scorbut avec plusieurs de ses membres d'équipage lors du voyage de retour, son expédition a revendiqué la région pour la Russie dont les commerçants de fourrures et les missionnaires ont défini la présence européenne là-bas à travers les années 1800. Bien que l'arrivée de la Russie en Amérique du Nord nous place au-delà de la portée chronologique de cette Boîte à outils, l'historien Alan Taylor nous le rappelle, lorsqu'il explique son inclusion de l'Amérique russe dans son Colonies américaines : la colonisation de l'Amérique du Nord (2001) que "traiter, autant que endroit, définit le sujet de la colonisation nord-américaine (en italique dans l'original). Il serait utile de garder cette distinction à l'esprit pendant que vous parcourez cette Boîte à outils.

  • FRANCES DRAKE mena le deuxième tour du monde (1577-1580), financé par de riches Anglais qui profitèrent puissamment de son succès. Après avoir navigué autour de l'Amérique du Sud à travers le détroit de Magellan, Drake a remonté la côte ouest, pillant les sites espagnols en cours de route et atteignant la côte californienne au printemps 1579. Il a cherché en vain la voie navigable "détroit d'Anian" tant recherchée. l'est à travers la partie nord du continent jusqu'à l'Atlantique. Le récit le plus célèbre du voyage, Le monde englobé par Sir Francis Drake, a été compilé près de cinquante ans plus tard par le neveu de Drake à partir des journaux de l'aumônier du navire et d'autres. (Le propre journal de Drake a disparu après qu'il l'a présenté à la reine Elizabeth I.)
    Dans cette sélection, nous lisons l'escale de six semaines de Drake dans le nord de la Californie, peut-être près de la baie de San Francisco, pour réapprovisionner et réparer son navire avant de naviguer vers l'ouest à travers le Pacifique. Les hommes commercent et communiquent avec les amis indiens Miwok qui supposent qu'ils sont des dieux et se fâchent lorsque les nouveaux arrivants refusent leurs sacrifices et ne revendiquent qu'un statut humain. Avant de partir, Drake revendique la terre pour l'Angleterre sous le nom de Nova Albion ("Nouvelle-Angleterre" en latin) et enregistre "l'abandon gratuit de la province et du royaume... entre les mains de sa Majesté".
    [Francis Drake, neveu de Sir Francis Drake, Le monde englobé par Sir Francis Drake, 1628]
  • VITUS BERING, un marin danois, a dirigé la « Grande expédition du Nord » de la Russie vers le nord-ouest de l'Amérique du Nord en 1741, principalement pour déterminer si l'Asie et l'Amérique étaient reliées par voie terrestre. Béring n'a pas pu résoudre la question lors de ce voyage, mais il a navigué le long de la côte de l'Alaska et a débarqué des hommes sur plusieurs des îles Aléoutiennes habitées. Dans ce récit du journal du médecin et naturaliste allemand du navire, George Wilhelm Steller, les Russes rencontrent les Aléoutes de Bird Island et échangent des cadeaux et des mots de bienvenue, mais les terrifient bientôt avec des tirs de canon pointés haut pour les empêcher de tirer les Russes. ' petit bateau vers le rivage rocheux. Après quelques échanges sur deux jours, les Russes demandent l'un des chapeaux des Aléoutes comme artefact ethnographique et quittent l'île.
    [George Wilhelm Steller, Deuxième expédition au Kamtchatka entreprise sur ordre de Sa Majesté impériale, ou description du voyage de feu le capitaine-commandant Bering pour l'exploration des terres au nord-est du Kamtchatka . . . , 1743]
  • MEXICA (aztèque) & TLAXCALA : témoignages de première main compilés par des missionnaires espagnols dans les années 1500
    [Sélections de la Codex Florentin, Californie. 1555 Cronica mexicaine, Californie. 1578 et Histoire de Tlaxcala, 1585]
  • MAYA : récit oral dans le Chilam Balam, textes sacrés traduits aux XIXe et XXe siècles
    [Chilam Balam de (la ville de) Chumayel]
  • HO-CHUNK (Winnebago) : récit familial traditionnel raconté à un anthropologue américain du XXe siècle
    [Récit de Paul Radin publié dans Trente-septième rapport annuel du Bureau of American Ethnology, 1915-1916, 1923]
  • MICMAC : déclaration à un missionnaire français en 1680 telle que publiée dans son récit une décennie plus tard
    [Chrestian LeClerq, Nouvelle Relation de la Gaspésie (Nouvelle relation de la Gaspésie), 1691]

- Jongleur aztèque
- Scènes de travail des plumes
- Brûler des "idoles"

L'histoire traditionnelle de la relation aztèque avec les Espagnols, enracinée dans la perspective espagnole, décrit comment une "poignée" de soldats a submergé les Aztèques et anéanti leur civilisation. Une grande partie de cette histoire provient d'une série de lettres que Cortés a envoyées à son parrain royal, le roi Charles Ier, et nous lisons ici un extrait de sa deuxième lettre, dans laquelle il exprime son admiration pour la capitale aztèque de Tenochtitlán (Mexique moderne).

Pendant plus de quatre cents ans, les récits indiens de la conquête du Mexique n'étaient pas facilement accessibles, mais en 1959, l'anthropologue mexicain Miguel Léacuteon-Portilla publia Visión de los Vencidos (Vision des vaincus, publié en anglais sous le titre Les lances brisées).Il tisse des sélections d'une variété de récits indigènes du XVIe siècle, certains dès 1528, dans un récit qui décrit, entre autres, le débarquement de Cortéacutes, les batailles qu'il a livrées et les alliances qu'il a conclues lors de sa marche vers Tenochtitlán, la défense des Aztèques. manœuvres, leurs représailles presque réussies, et enfin leur chute. Une lecture captivante traduite du nahuatl, la langue des Aztèques, elle révèle un monde de présages, de splendeur, d'intrigues, de diplomatie et de trahison (inclus également dans #6 : COMPTES DES INDIENS).

Non seulement les Indiens racontaient la cruauté de la conquête espagnole, mais aussi un prêtre espagnol au Mexique, Bartolomé de las Casas. Militant des droits de l'homme dans les termes d'aujourd'hui, il a compilé ses témoignages oculaires sur les atrocités espagnoles avec d'autres dans les Caraïbes et l'Amérique centrale, et les a présentés en 1542 au roi d'Espagne, l'implorant d'« extirper les causes de tant de maux ». Le roi a répondu comme las Casas l'espérait, en promulguant de « nouvelles lois » pour modérer le traitement des Indiens, mais ils ont vu peu d'application dans le Nouveau Monde. Las Casas a intitulé sa compilation Un bref compte rendu de la destruction des Indes nous présentons ici ses déclarations d'introduction et de conclusion, que vous trouverez suffisantes pour absorber son horreur et son angoisse morale.

Enfin, les trois images d'artistes européens éclairent le destin post-conquête des Indiens du Mexique. L'image du jongleur allongé sur le dos en équilibre sur une bûche date d'environ 1529, quelques années seulement après la conquête aztèque en 1521. Elle a été peinte par Christoph Weiditz, un artiste allemand qui a vu des acrobates aztèques se produire à Madrid à la cour de l'empereur. Charles V (du Saint Empire romain germanique également le roi Charles Ier d'Espagne). Les scènes représentant la fabrication de l'art de la plume proviennent du Codex florentin, une encyclopédie en douze volumes de la culture aztèque compilée à la fin du XVIe siècle sous la direction du prêtre franciscain Bernardino de Sahagúacuten. L'artiste inconnu a probablement été formé par les franciscains dans leur effort pour créer une communauté chrétienne utopique parmi les Indiens. Enfin, le tableau représentant l'incendie des idoles aztèques date du début des années 1580. C'est l'œuvre de Diego Muñoz Camargo, un métis issu d'une famille d'élite de Tlaxcala, une ville qui s'est alliée à Cortés alors qu'il marchait vers Tenochtitlán. (28 pages, y compris les illustrations et leurs descriptions.)


Pourquoi l'Amérique n'a-t-elle pas été découverte de la terre gauche au détroit de Béring ? - Histoire

Introduction : Europe et Russie du milieu du XVIIIe siècle :

La découverte et le développement précoce de l'Alaska ont nécessité quatre conditions principales : 1) une entreprise gouvernementale ou commerciale intéressée par l'exploration pour l'expansion territoriale ou le commerce 2) une marine avec des navires océaniques et du personnel qualifié 3) des cartes fiables, et 4) les connaissances scientifiques d'entreprendre une expédition de cartographie par mer sans appui terrestre.

Au milieu du XVIIIe siècle, trois pays européens remplissaient certains ou la plupart de ces critères : l'Espagne, la Russie et l'Angleterre. L'Espagne, ayant colonisé au nord jusqu'à San Francisco, avait déjà du mal à maintenir ses lignes d'approvisionnement et de communication avec l'ancien monde. De plus, suite à la défaite de l'Armada espagnole en 1588, l'Espagne était entrée dans une période d'isolationnisme et ne participait pas à l'échange d'idées scientifiques ou de cartes avec le reste de l'Europe. En conséquence, il n'a pas appris à temps les explorations russes et britanniques en cours. En revanche, le gouvernement russe de Pierre le Grand, à la suite de sa guerre avec la Suède, avait récemment développé une marine océanique et du personnel qualifié. En raison des dépenses de guerre, Peter cherchait de nouvelles terres non réclamées comme source de fourrures et de minéraux pour reconstituer sa trésorerie. De même, l'Angleterre, puissance navale établie, était engagée dans une période d'expansion commerciale rapide. Les deux pays ont soutenu les efforts de leurs communautés scientifiques dans la cartographie et le développement de la technologie pour déterminer avec précision les positions en mer.

Le milieu du XVIIIe siècle fut une période passionnante de découvertes. Tant de choses que nous tenons maintenant pour acquises étaient inconnues à l'époque. Bien que les colons anglais de la côte atlantique cartographiaient les terres adjacentes à la côte est, aucun Européen n'avait encore traversé le continent américain. Le Pacifique Nord, qui s'étendait loin au nord des routes maritimes du sud, restait l'une des grandes zones d'incertitude sur les cartes du monde émergentes. L'un des principaux mystères restants était la taille de la Terre, une mesure que les cartographes de l'époque avaient tendance à sous-estimer. L'océan Pacifique était considéré comme une étendue d'eau relativement étroite bordée par l'Asie, le Japon et le Kamtchatka à l'est et par trois îles placées de manière différente et imaginative à l'ouest. Ceux-ci ont été marqués comme une grande île au nord et la Californie au sud avec un mythique Juan de Gama Land quelque part entre les deux. Les cartographes n'étaient pas d'accord ou étaient vagues quant à savoir si l'Asie et l'Amérique du Nord étaient réunies quelque part dans le nord du Pacifique Nord.

En conséquence, les instructions de Pierre le Grand à l'explorateur danois Vitus Bering étaient vagues et basées sur des informations erronées concernant à la fois la taille de l'océan Pacifique et l'emplacement des masses terrestres. Bien que traditionnellement, le but du premier voyage de Béring aurait été la découverte de la grande masse continentale du nord, les chercheurs modernes pensent que le but le plus probable était de chercher un pont terrestre reliant l'Asie et l'Amérique du Nord.

Les expéditions de Béring requéraient beaucoup plus d'efforts logistiques que les explorations ultérieures du capitaine Cook depuis l'Angleterre. Au départ de Moscou, Bering devait d'abord traverser et cartographier la Sibérie, une tâche comparable à l'expédition de Lewis et Clark. Il lui a fallu trois ans pour traverser la Sibérie (1725-1728). En arrivant à Eniseisk, un port maritime de la péninsule du Kamtchatka, il découvrit que personne n'avait jamais entendu parler de la terre de Juan de Gama. Ici, il a construit le Saint-Gabriel, un navire capable de faire des croisières côtières. En 1728, Béring navigua vers le nord. Lorsque la terre a tourné à l'ouest au lieu de l'est, il a fait demi-tour. De toute évidence, il n'y avait pas de pont terrestre dans cette direction. En 1729, il navigua vers l'ouest pendant trois jours à la recherche des terres de Juan de Gama, censées se trouver à 150 ou 200 milles au large. En rencontrant le brouillard, Bering a fait demi-tour alors que l'Alaska était encore à cent milles de distance.

Ni les politiciens ni les scientifiques n'étaient satisfaits de l'échec de Béring à établir l'existence d'un pont terrestre ou à trouver la terre de Juan de Gama. Cependant, alors que la Russie poursuivait son expansion vers l'est, le trésor continuait de s'épuiser et Béring restait le navigateur le plus expérimenté à mener une autre expédition pour trouver la terre de Juan de Gama. Les instructions de Bering du Collège de l'Amirauté étaient de naviguer vers le sud-est jusqu'à 46° de latitude à la recherche de la terre de Juan de Gama, puis si rien n'était trouvé, il devait naviguer vers le nord-est jusqu'à atteindre l'Amérique. Arrivé en Amérique, il devait suivre la côte américaine jusqu'au 65° N., puis tourner vers l'ouest et mesurer la distance entre l'Amérique et la péninsule de Tchoukotsk. Il devait retourner au port de Petropavlovsk à la fin du mois de septembre.

Le commandant Bering sur le St. Peter et le capitaine Chirikov sur le St. Paul ont quitté Petropavlovsk le 4 juin 1741. Après dix jours de navigation vers l'est à la recherche de la terre de Juan de Gama, Bering et Chirikov ont convenu que le Juan de Gama du professeur Delisle de la Croyere la terre était un mythe. Les deux capitaines ont tourné au nord-est. Le 20 juin, ils se sont séparés dans un épais brouillard et ont poursuivi leurs explorations séparément. Le 5 juillet, après avoir aperçu du bois flotté, le St. Peter a changé de cap vers le nord. Le 16 juillet, Georg Wilhelm Steller fut le premier à apercevoir la terre ferme. Tout le monde a vu la terre le 17 juillet. Le journal de bord du navire indique : « Peu après midi, à midi et demi, nous avons vu la terre avec de hautes montagnes, et leur aire de répartition était couverte de neige. Le 19 juillet, un groupe a débarqué sur l'île Kayak, juste à l'est de Prince William Sound. Le naturaliste Steller a reconnu que ce n'était pas sur le continent asiatique lorsqu'il a repéré un geai bleu à tête noire qui porte maintenant son nom.

Le 20 juillet, près de six semaines après avoir quitté Petropavlovsk, Bering est retourné au Kamchatka. Lors de leur voyage de retour, cependant, ils découvrirent la péninsule d'Alaska et les îles Aléoutiennes qui leur bloquaient la route. Les tempêtes hivernales se sont installées avant qu'elles n'atteignent le Kamtchatka. Bering a fait naufrage lui et 19 de ses hommes sont morts. Les survivants ont réussi à construire un petit bateau à partir de l'épave du St Peter et, en août 1742, ont navigué vers Petropavlovsk avec la nouvelle de la découverte de l'Alaska par Bering.

Le 12 juillet 1776, huit jours seulement après la signature de la Déclaration d'indépendance, deux voiliers de taille modeste ont levé l'ancre dans le port de Plymouth en Angleterre en direction du sud autour du cap de Bonne-Espérance pour la côte ouest de l'Amérique. Les navires étaient les navires de recherche Discovery et Resolution envoyés par Sa Majesté le roi George III pour rechercher le passage du Nord-Ouest au-dessus du continent américain afin que les Britanniques puissent s'engager dans un commerce fructueux avec l'Extrême-Orient. Le capitaine James Cook, armé de la carte de Bering et de nouveaux chronomètres plus précis pour déterminer la longitude, a été choisi pour diriger l'expédition. Les listes des navires se lisent comme un futur dictionnaire des noms de lieux de l'Alaska : Cook (Inlet), Bligh (Island), Gore (Point), Billings (Glacier), Dixon (Entrée), Portlock (Harbor), Vancouver (Cap). Et il n'est pas étonnant que les noms de ces hommes apparaissent sur nos cartes, car ce voyage d'exploration devait illuminer une grande partie de la côte nord-ouest de l'Amérique et découvrir Prince William Sound. Vancouver, Dixon, Billings et Portlock ont ​​tous mené des expéditions ultérieures pour explorer davantage ou développer le détroit.

Ce n'est que le 12 mai 1778, deux ans après son départ d'Angleterre, que le capitaine James Cook a jeté l'ancre pour la première fois dans le détroit du Prince William. Le voyage avait été long et ardu, et le Resolution avait provoqué une fuite dans sa fesse tribord lors d'une tempête au large de l'île de Vancouver. Cook recherchait des eaux plus calmes et un endroit convenable pour caréner le Resolution en vue de réparations lorsqu'il aperçut au-delà d'un cap proéminent un large passage menant à l'intérieur. Il nomma le cap « Hinchinbrook », en l'honneur du vicomte Hinchinbrook, père de son patron, John Montagu comte de Sandwich. L'île formant le côté ouest du passage, il a surnommé « l'île de Montagu » et le vaste détroit au-delà du « détroit de Sandwich ».

Malheureusement, le bon Earl jouissait d'une réputation plutôt peu recommandable chez lui en Angleterre en raison de son extrême dépendance au jeu. On dit qu'il répugnait tellement à quitter les tables de jeu à l'heure des repas qu'il avait l'habitude de saisir toute nourriture à proximité, de la coincer entre deux morceaux de pain et de la consommer sur place - d'où l'origine du "sandwich". " Les éditeurs des cartes de Cook ont ​​changé "Sandwich Sound" en "Prince William Sound" d'après le prince William IV, un prince plutôt frivole et sénile qui est monté sur le trône à l'âge de 64 ans et était populairement connu sous le nom de "Silly Billy". Bien que Cook ait nommé de nombreuses caractéristiques géographiques d'après les patrons de l'expédition et les membres de l'expédition, il a également établi la pratique d'utiliser des noms indigènes pour les établissements préexistants tels que "Nuchek" pour Port Etches. Selon l'historien de Chugach, John Johnson, "Nuchek" est un mot Alutiiq qui signifie "dernière terre avant l'eau libre (p.379)".

Cook amena ses navires à l'ancre juste à l'intérieur de Port Etches, dans ce qui est actuellement connu sous le nom d'English Bay, et y établit le premier contact avec les habitants. Il a immédiatement reconnu que les Amérindiens d'ici ressemblaient davantage aux Esquimax (Esquimaux) de la baie d'Hudson qu'aux Indiens de l'île de Vancouver. Cook a pris de nombreuses notes sur leur apparence, leur tenue vestimentaire, leurs bateaux et leurs armes. John Ledyard a noté : « Leurs canots de peau, leurs pagaies à double pales, leur tenue vestimentaire et leurs apparences moins remarquables sont les mêmes que sur la côte du Labrador et dans la baie d'Hudson (p.80).

Les indigènes avaient déjà en leur possession des pointes de lance en fer et des perles de commerce bleu ciel, très probablement d'origine russe. On ne sait pas si les Russes ont visité le Sound avant Cook ou si les Amérindiens ont échangé ces perles et objets en fer avec des tribus plus au sud et à l'ouest. Certes, les trente-sept ans entre la première visite de Bering à proximité de l'île Kayak et le voyage de Cook ont ​​permis suffisamment de temps pour une visite de commerçants russes rebelles. Mais comme il n'y a pas de record, il faut attribuer la découverte européenne du Sound au capitaine Cook.

Estimant que la baie English n'était pas adaptée pour effectuer des réparations, Cook a navigué dans ce qu'il a appelé (et s'appelle toujours) « Snug Corner Cove » à l'embouchure de Port Fidalgo. Ici, il a échoué le Resolution pour des réparations mais non sans quelques difficultés. Lors de la pose de l'ancre à ancre, l'un des membres de l'équipage s'est pris la jambe dans la corde de la bouée et a été traîné tout droit jusqu'au fond, mais il a été secouru avec seulement une fracture de la jambe. Une bande d'autochtones du village voisin de Tatitlek ne voyant personne sur le Discovery à part une montre, l'aborda et tenta de s'enfuir avec les bateaux du navire avant d'être découragé par l'équipage venant d'en bas.

Comme le temps était beau et que les réparations sur le Resolution n'étaient pas tout à fait terminées, Gore et Bligh (devenu plus tard célèbre Bounty) ont été envoyés dans les longs bateaux pour vérifier s'il pouvait s'agir du légendaire passage du Nord-Ouest. Les résultats de leurs brèves explorations, cependant, n'étant pas concluants, les réparations effectuées, Cook leva l'ancre et les plus gros navires se dirigèrent vers le nord. En rencontrant les hauts-fonds au large de l'île de Bligh et en ne voyant rien d'autre que de hautes montagnes enneigées devant, il a conclu que cela ne pouvait pas être le passage du Nord-Ouest et a dirigé sa route vers le sud pour jeter l'ancre dans le détroit de Montague juste au sud de l'île Green (qu'il a également nommé) . Cook a ensuite quitté le détroit par son entrée ouest et s'est dirigé vers l'entrée qui portera bientôt son nom.

La visite rapide de Cook au Sound n'était pas la fin de l'histoire. Lorsque Gore a ramené les navires en Angleterre après la mort de Cook à Hawaï, il s'est arrêté en Chine et a découvert les prix extravagants que les Chinois étaient prêts à payer pour les peaux de loutre de mer obtenues dans le détroit du Prince William. La nouvelle de ce commerce potentiellement rentable a rapidement atteint l'Angleterre pour déclencher une « ruée vers la fourrure » britannique mineure. Les membres d'équipage de Cook, Meares, Colnett, Portlock et Dixon, sont tous retournés dans le détroit pour poursuivre le commerce de la loutre de mer.


Menu de la liste des journaux

Département d'histoire, Université du Wisconsin-Parkside, Kenosha WI 53414, E-mail : [email protected]

Département d'histoire, Université du Wisconsin-Parkside, Kenosha WI 53414, E-mail : [email protected]

Alors que les naturalistes d'Europe occidentale exploraient les Amériques, les naturalistes d'Europe centrale et russes exploraient l'empire russe et les terres du Pacifique Nord. Nous avons vu que la science coloniale dans les Amériques consistait principalement en l'exploration et l'inventaire des ressources naturelles (Egerton 2006, 2007c), et un schéma similaire de priorités de recherche s'est développé à l'Est, où la Sibérie était une sorte de « colonie » russe. Cependant, les explorations russes étaient parrainées, financées et supervisées par l'État, et par conséquent à plus grande échelle que les explorations dans les Amériques, qui n'étaient pour la plupart pas financées par le gouvernement. Plus de naturalistes et d'expéditions ont été impliqués qu'on ne peut en dénombrer ici. Eduard I. Kolchinsky (2004) fournit une introduction pratique aux autres.

Au centre des explorations russes se trouvait l'Académie des arts et des sciences de Saint-Pétersbourg. Pierre le Grand a commencé à discuter de ses plans avec le polymathe allemand Gottfried W. Leibniz en 1712, bien que les plans n'aient été finalisés qu'en 1724, et Pierre est décédé le 28 janvier 1725, avant que ses plans ne soient réalisés. Il avait recruté des scientifiques allemands pour le diriger, et ils ont commencé à arriver à l'été 1725 (Lipski 1953, Vucinich 1963 : 75-98, Kopelevich 1973, McClellan 1985 : 74-83).

Deux jours avant la mort de Peter, il a également autorisé le capitaine de vaisseau danois Vitus Ionnasen Bering (1681-1741), qui était dans la marine russe, à rechercher où et si la Sibérie rejoint l'Amérique (Bobrick 1992 :149-156, Lincoln 1994 :100 –106, Frost 2003 : 35-59). Le premier contingent quitta Saint-Pétersbourg le 24 janvier 1725 avec 26 hommes et 25 traîneaux à chevaux, et le 6 février Bering partit les rejoindre avec six hommes et huit traîneaux. Le 23 juillet à Ieniseisk, il rencontra et fut conseillé par Messerschmidt (Messerschmidt 1962-1977, IV :172-179, Frost 2003 :43) et atteignit Okhotsk, une communauté de onze huttes, fin octobre 1726. Il ne put que construire un petit bateau, Fortuna, et en répare un plus ancien pour naviguer vers le Kamchatka le 22 août, car il n'y avait que des arbres broussailleux autour d'Okhotsk. Le Kamchatka possédait des arbres de bonne taille qui pouvaient fournir du bois pour un plus grand navire pour explorer le Pacifique. Lui et son équipage ont navigué dans le Pacifique à bord de l'Archangel Gabriel nouvellement construit le 14 juillet 1728 et, à la mi-août, ils ont traversé ce que le capitaine Cook a appelé plus tard le détroit de Béring, sans le savoir à cause du brouillard. Ils n'avaient pas trouvé de terre le 16 août et ont fait demi-tour pour éviter d'être gelés pour l'hiver. Encore une fois, ils ont traversé le détroit de Béring dans le brouillard sans le découvrir. Ils retournèrent à Saint-Pétersbourg le 28 février 1730, ayant établi que l'Asie n'était pas connectée à l'Amérique, et rapportèrent une nouvelle carte qu'ils avaient faite de la Sibérie (Golder 1922:I, 6-20 + carte, 1968). En 1731, Béring reçut une promotion dans la noblesse et une récompense, et il suggéra bientôt une deuxième expédition, beaucoup plus ambitieuse que la première.

En 1727, deux membres allemands de l'Académie des sciences recrutèrent un de leurs anciens élèves vedettes, Johann Georg Gmelin (1709-1755). Il était le fils d'un professeur à l'Université de Tübingen et avait commencé à suivre des cours universitaires à l'âge de 14 ans.

Il fait attention à la grande variabilité géographique des espèces vivant dans des régions isolées, où la migration semble impossible (Gmelin 1747) et suppose qu'il y a eu création indépendante de ces espèces en des lieux différents. Dans ses notes de voyage, Gmelin (1752) a également écrit sur l'influence de l'habitat sur la structure, le fonctionnement et le mode de vie des organismes. Il a décrit ses tentatives infructueuses d'acclimater les plantes annuelles apportées de Sibérie dans les jardins de Saint-Pétersbourg et d'Allemagne, où elles ne vivaient généralement pas assez longtemps pour fleurir et porter des fruits.

Gmelin a accordé une attention particulière à la comparaison entre les espèces européennes et sibériennes, et il a rejeté l'idée de Linné selon laquelle toutes les espèces avaient été créées en un seul endroit sur une montagne insulaire et s'étaient progressivement propagées à mesure que la terre ferme s'étendait (Egerton 2007une:80). Au lieu de cela, Gmelin pensait qu'il y avait eu de multiples centres de création d'espèces (Larson 1986:459).

Gmelin rentra chez lui à Tübingen en 1747 pour devenir professeur à l'université, et il publia son Reise à Göttingen. Il a été traduit en français et en néerlandais, mais pas en russe, car il contenait des observations et des commentaires peu flatteurs sur les Russes.Un historien récent en fait l'éloge (Robel 1997 : 277) : « C'est l'un des rares livres de voyage qui parvient à unir vivre avec la recherche, est à la fois divertissant et informatif, tandis que son attrait réside toujours dans la sincérité de l'auteur. Gmelin a également apporté d'importantes contributions à la mammalogie (Sokolov et Parnes 1993 : 69-109).

Le recrutement de 12 étudiants de l'Académie Slavino-Greko-Latine de Moscou pour étudier à l'Académie des sciences de Saint-Pétersbourg, 1732-1733, en tant qu'étudiants stagiaires potentiels ou assistants pour l'expédition illustre la préparation approfondie de l'expédition. L'un des premiers étudiants acceptés pour l'expédition fut Stepan Petrovich Krasheninnikov (1711-1755). Il devait étudier les plantes, les animaux et les minéraux, mais il développa également un vif intérêt pour l'histoire et la géographie de la Sibérie. Gmelin était soucieux de ne pas arriver sur les lieux tant qu'ils ne seraient pas prêts à recevoir les universitaires, et il envoya Krasheninnikov au Kamchatka pour construire des maisons et recueillir des informations préliminaires, une énorme responsabilité. Il a navigué vers le Kamchatka le Fortuna, qui a commencé à fuir après neuf heures. Avec des écopes et des largages constants de tous les bagages, ils sont restés à flot jusqu'à ce qu'ils tentent d'entrer dans la rivière Bolshaya, lorsque le navire s'est effondré. Krasheninnikov est devenu le membre de l'expédition avec la connaissance la plus étendue d'une péninsule de la taille de l'Angleterre. Le sien Histoire du Kamtschatka (russe, 1755 voir Krasheninnikov 1764) a discuté des plantes (Manojlenko 1996) et des animaux (Sokolov et Parnes 1993:109-127), mais a souligné leurs utilisations humaines. À la demande du président de l'Académie, il s'est largement inspiré des manuscrits du défunt Georg W. Steller (discuté dans les paragraphes suivants), et donc le livre de Krasheninnikov était un effort de collaboration. La première traduction anglaise (Krasheninnikov 1764) est abrégée, comporte une grande carte dépliante et huit illustrations de la géographie et des habitudes des indigènes, et consacre 100 pages à l'histoire naturelle des sols, des volcans, des minéraux, des plantes, et animaux. La traduction intégrale moderne (1972) a plus de cartes, d'illustrations et de notes. Après sa décennie avec l'expédition, Krasheninnikov est revenu à l'Académie, où il a soutenu une thèse sur l'ichtyologie en 1745 et a reçu le titre d'adjoint. Il devint directeur du jardin botanique de l'Académie et, en 1747-1749, « fit pousser des graines d'espèces similaires qui avaient été cueillies dans différentes régions (Amérique, Chine, Kamtchatka et environs de la rivière Don) pour montrer l'influence du climat sur leur variabilité » (Kolchinsky 2004 : 11). En 1750, il devint professeur d'histoire naturelle et recteur de l'Université (Stejneger 1936 : 115-120, Fedorov 1973). Il était l'un des 26 Russes à devenir membres de l'Académie dans les années 1700 (Schulze 1985 : 327, 332).

Georg Wilhelm Steller (1709-1746) est né la même année que Gmelin et a grandi à seulement 90 miles de là, mais était plus aventureux que Gmelin. Le nom de famille de Steller était Stöhler (il l'a changé pour s'adapter à la prononciation russe), et il avait un grand désir de devenir explorateur. Il est devenu médecin et s'est ensuite porté volontaire pour servir dans l'armée russe, assiégeant Dantzig en 1734. Il s'est également porté volontaire en novembre pour accompagner les soldats blessés envoyés par bateau à Kronstadt, le port de Saint-Pétersbourg. À Saint-Pétersbourg, il a trouvé le jardin botanique et ses botanistes, dont Messerschmidt. Deux ans après la mort de Messerschmidt, Steller a épousé sa veuve et a acquis les notes de Messerschmidt qui n'ont pas été remises à l'Académie. À l'Académie des sciences, Steller aida le professeur de botanique à organiser et cataloguer l'herbier et à dresser un catalogue de ses spécimens animaux. Il entendit parler de la deuxième expédition de Bering au Kamchatka, déjà révolue depuis longtemps. Il s'est porté volontaire pour le rejoindre et a été accepté. Lui et sa femme quittèrent Saint-Pétersbourg en traîneau le 15 janvier 1738 et atteignirent Moscou le 30, où elle décida de ne pas continuer. Steller, au cours de son voyage de trois ans de Saint-Pétersbourg à Okhotsk (pour une carte de ses voyages, voir Stejneger 1936 : Planche 29), a tenu un journal, aujourd'hui perdu. Il est probablement resté à Moscou jusqu'au printemps, car il a dressé une liste de ses plantes. À la fin de 1738, il atteignit Tomsk, où il tomba malade, mais au début de janvier 1739 il partit pour Ieniseisk, qu'il atteignit le 20. Là, Steller a rencontré Gmelin, qui a été impressionné par lui et a décidé que Steller pourrait se remplacer en explorant le Kamtchatka. Gmelin lui a donné des instructions et sept ouvrages de référence sur la botanique et la zoologie (Stejneger 1936 : 46-156, Lindroth 1976, Frost 1988).

Des cèdres nains, des bouleaux nains, des sureaux et des saules humbles rampant humblement le long du sol ceint les plus hauts sommets comme des guirlandes sur la tête chauve d'un vieil homme. Le sommet ou crête de la montagne, environ 3 stades [verstes?] long et large, ne se vantait pas d'un seul arbuste ou arbre, il n'était recouvert que d'une étendue infinie de mousses grises comme une couverture de près d'un pied d'épaisseur. Au centre même des rochers d'une taille immense entouraient un lac de l'eau la plus pure, mais dépourvu de poissons ou d'autres créatures vivantes, 1 lieue russe [leuca] en diamètre. Parmi ces rochers et le long de la rive moussue du lac, notre [nouveau diaphane] la gentiane a été trouvée, et avec elle d'autres plantes telles que Geum, Androsace, Cariophyllata, Arenaria et Pedicularis.

Les plantes qu'il a récoltées lors de ce voyage incluaient Rhododendron chrysanthum. (Peter Simon Pallas a fourni son nom scientifique moderne en 1776, Steller admirait Linnaeus, mais il a écrit avant que le système binomial de Linnaeus ne devienne la norme pour nommer les espèces.) Steller a découvert que ses feuilles sont toxiques, car un cerf apprivoisé en a mangé et est tombé dans un quatre -heure de stupeur convulsive. Steller a également collecté divers oiseaux et étudié les parasites dans leur plumage, les préservant entre de minces flocons de mica clair, communs dans la région. W. G. Tilesius (1815 : 401-402) a examiné ces parasites 74 ans plus tard et a découvert « ils peuvent être dessinés et décrits comme s’ils étaient vivants » (traduit par Stejneger 1936 :169).

Le 6 mars 1740, le groupe de Steller, en traîneaux, commença son voyage de 1624 milles jusqu'à Iakoutsk, qu'ils atteignirent le 24 mai, après avoir abandonné les traîneaux pour les bateaux sur la rivière Lena. De là, ils ont continué par voie terrestre jusqu'à Okhotsk, où Steller a rencontré Béring et a demandé le transport sur un navire jusqu'à Bolsheretsk, à 650 milles de là. Pendant ce temps, à Okhotsk, il y avait quatre boîtes de spécimens de Krasheninnikov du Kamtchatka, que Steller a nettoyés, séchés, remballés et envoyés à Iakoutsk avec ses propres collections. Steller a également rencontré à Okhotsk Friedrich Plenisner, l'artiste qui finira par naviguer vers l'Amérique avec Bering (et Steller). Le 1er septembre, Steller et un domestique montèrent à bord du Nadezhda pour le Kamchatka, mais deux jours plus tard, il s'échoua sur un banc de sable. Ils ont finalement atteint la rivière Bolshaya, sur la côte est du Kamtchatka, le 21 septembre, avec Bolsheretsk encore à plusieurs kilomètres à l'intérieur des terres. Dans cette ville, Steller a rencontré Krasheninnikov, qui avait exploré la péninsule du Kamtchatkan depuis son arrivée en octobre 1737. Sans autorisation formelle de le faire, Steller a assumé l'autorité sur Krasheninnikov et d'autres, et au début de 1741, Steller a organisé une expédition pour explorer la péninsule au sud de Bolcheretsk. , à l'aide de traîneaux à chiens. Ensuite, Steller renvoya Krasheninnikov à Okhotsk pour aider Gmelin, s'il voulait venir au Kamchatka. On ne savait toujours pas si Béring emmènerait Steller dans son voyage en Amérique, mais il avait besoin d'un médecin et d'un minéralogiste, et Steller qualifiait les deux. Les charpentiers ont construit deux navires identiques pour l'expédition, le Saint Pierre et St.Paul. (Deux modèles modernes quelque peu différents ont été construits : celui de Gennadi A. Atavin se trouve au Anchorage Museum of History and Art et photographié à Frost [2003 : 115] celui de D.A. Jensen est photographié à Jacobsen [1993 :35].)

En mai, alors qu'ils se préparaient à Petropavolovsk, Steller explora la baie d'Avatcha et attrapa deux nouveaux poissons, qu'il décrivit avec soin. Ils reçurent plus tard des noms scientifiques modernes par Pallas (Cyclopterus gelatinosus, 1769) et par Tilesius (Hexagrammos stelleri, 1810). Au total, il a décrit plus de 30 espèces de poissons du Kamtchatka, et il a d'abord décrit le cycle biologique du saumon du Pacifique (Oncorhynchus [Posselt 1990 : 213-214, Dgebuadze 1996). Les navires quittèrent la baie d'Avatcha le 4 juin 1741, Bering commandant le Saint Pierre, mais ils ont perdu contact l'un avec l'autre dans une tempête (Stejneger 1936:180-256, Steller 1988:54, Frost 2003:128). Heureusement, Steller Reise von Kamtschatka nach Amerika survit et a été édité par l'académicien Peter Simon Pallas (1793), et il existe deux éditions modernes en allemand (Steller 1974, Posselt 1990 : 235–323) et des traductions en anglais (Steller 1925, 1988). Bien que je cite des pages dans la traduction la plus récente, la première contient de précieuses notes de l'éditeur et des documents non inclus dans la dernière.

La prise de notes de Steller a commencé immédiatement, avec des listes d'algues et d'animaux observés, ce qui l'a amené à se rendre compte que les plantes dérivaient dans un courant océanique, car elles se déplaçaient souvent dans une direction différente de celle du vent. Il l'a signalé à d'autres sur le pont, mais a écrit qu'ils pensaient que son affirmation sur les courants marins était ridicule. Il a vu que les phoques étaient bien mieux adaptés pour chasser de la nourriture loin de la terre que les loutres de mer ne l'étaient. Ces derniers restent près du continent ou des îles et n'ont été trouvés que sur la côte est du Kamtchatka, près des îles qui se connectent à l'Alaska. Par conséquent, il a conclu que la loutre de mer était une espèce américaine qui s'est propagée vers l'ouest (Steller 1899:212, 1988:57-59).

Aidés par des vents d'ouest, ils atteignirent l'île Kayak, au large de la côte de l'Alaska, le 18 juillet, et le 20, Bering envoya un bateau d'exploration à 8 heures du matin mais refusa à Steller la permission de les accompagner. Steller a explosé de colère, puis Bering a cédé et lui a permis, ainsi qu'à son chasseur cosaque, Thoma Lepiklin, de monter à bord du deuxième bateau qui a débarqué à 10 heures du matin. Steller a collecté et séché environ une douzaine d'espèces végétales, et sa liste de la première collection scientifique de plantes d'Alaska survit (Frost 1992b, 1999, 2003 : 160-161, Thilenius 1992). Il a également découvert un camp indigène (ses habitants ayant fui), et il a pris des artefacts intéressants qu'il a renvoyés au navire avec une demande que des présents soient fournis en échange, car Bering a ordonné que le saumon fumé soit pris d'une fosse de stockage ( Gel 2003 : 157). Les corbeaux et les pies que Steller a vus étaient similaires à ceux d'Eurasie, mais d'autres oiseaux n'étaient pas familiers, et Lepiklin en a récupéré un, un geai qui ressemblait à celui que Steller avait vu sur la photo de Mark Catesby. L'histoire naturelle de la Caroline (Egerton 2006 : 347). Ce geai indiqua à Steller qu'ils avaient atteint l'Amérique (Steller 1988 :78). Le geai de Steller (maintenant l'oiseau d'État de l'Alaska) a reçu son nom scientifique, Cyanocitta stelleri, en 1778 par Johann Friedrich Gmelin. Le frontispice de la biographie de Steller par Leonhard Stejneger (1936) compare le dessin de Catesby d'un geai bleu avec un dessin moderne du geai de Steller dans la même pose.

Et c'est dans cette mesure que Steller a été autorisé à explorer l'Amérique. Ils retournèrent au navire au coucher du soleil, et le lendemain Bering craignit un changement de temps et retourna au Kamchatka. Ils n'avaient rempli que 35 tonneaux d'eau et devraient trouver une autre île en cours de route pour remplir les autres. Le temps a changé le 22, et ils ont navigué près de l'île Kodiak dans le brouillard sans le voir. Ils ont vu les îles Semidi et l'île de Tchirikov le 4 août mais ne se sont pas arrêtés. Steller a vu de nombreux phoques, loutres de mer et marsouins. Le 10 août, le chirurgien assistant a signalé que 21 hommes avaient le scorbut, et Bering en avait probablement aussi. Sur le Saint Pierre, 32 des 78 hommes mourraient du scorbut avant que les survivants ne retournent au Kamchatka (Stejneger 1936 : 253-255, Fortuine 1992). Le 29 août, ils s'arrêtèrent pour prendre de l'eau à Nagai dans les îles Shumagin (du nom d'un marin, Nikita Shumagin, qui fut le premier marin à mourir du scorbut), et Steller fut autorisé à débarquer, où il trouva une bonne variété de mer et oiseaux terrestres (Steller 1988 :91, 202–203), y compris le Pingouin à bec rasoir (Alka torda Tarin 1996). Il a également trouvé plusieurs sources sûres, mais lorsqu'il est retourné au bateau, il a vu l'équipage remplir des fûts d'une piscine près du rivage. Il a essayé de les arrêter, soulignant que l'eau était saumâtre, mais ils l'ont ignoré, et l'eau saumâtre peut avoir contribué au déclin de la santé de certains de ceux à bord (Fortuine 1992). Le 4 septembre, ils ont finalement vu et interagi avec des Américains (Aléoutiennes), qui étaient en kayak. Steller pensait qu'ils étaient originaires d'Asie car ils portaient le même genre de chapeaux que les Kamchadals. Il soupçonnait qu'ils ne vivaient sur les îles que pendant l'été et qu'ils se retiraient sur le continent en hiver (Steller 1988 : 97-107). Le 26 octobre, il y avait 30 hommes malades, et cela interférait avec la navigation du navire (Stejneger 1936 : 290-301, Steller 1988 : 88-96, Fortuine 1992).

Le 5 novembre, ils aperçurent ce qui allait être nommé l'île de Bering, il ne restait plus que six tonneaux d'eau mauvaise et les officiers voulaient débarquer. Bering voulait continuer jusqu'à la baie d'Avatcha, mais ils ont objecté qu'il était impossible de le faire. Ils jetèrent l'ancre et de violentes vagues brisèrent le câble et emportèrent le navire sur un récif. Ils risquaient de couler, mais une énorme vague a soulevé le navire au-dessus du récif dans un chenal calme. L'équipage avait appris leur erreur en ignorant les conseils de Steller, et il est devenu l'un des leaders les plus respectés dans leur situation. Il a récolté des plantes antiscorbutiques, et d'autres ont tiré sur des lagopèdes, des loutres de mer et des phoques avec ce nouveau régime, certains hommes se sont lentement remis du scorbut, bien qu'il soit trop tard pour d'autres. On supposait que Bering, décédé le 8 décembre, était également mort du scorbut, jusqu'à ce que sa tombe soit exhumée en août 1991, 250 ans plus tard. Ses restes ont été transportés par avion à Moscou, où ils, ainsi que le rapport de Steller, ont indiqué qu'il était mort d'une insuffisance cardiaque (Frost 2003 :7, Madsen, Petersen et Schiørring 1992, Zviagin 1992). Pratiquement tout le monde pensait avoir atteint une zone côtière inhabitée du Kamtchatka, mais Steller s'est rendu compte que les animaux étaient trop intrépides envers les humains pour qu'ils soient sur le continent. Les renards bleus étaient si intrépides qu'ils sont devenus des parasites, et même tuer certains n'a pas empêché les autres d'essayer de voler de la nourriture ou de manger les morts (Stejneger 1936 : 311-320, Steller 1988 : 124-141). Steller (1899:196) s'est plaint qu'ils avaient emporté ses cartes, ses livres et son encre.

Il a eu beaucoup de temps pour étudier les plantes, les animaux et la géologie de l'île, car ils n'ont pu quitter l'île de Béring avant le 13 août 1742, 8,5 mois après leur arrivée. Là, il a fait la première étude approfondie de l'histoire naturelle de n'importe quelle île (et est devenu un expert sur l'edibilité de diverses plantes et animaux). Il n'a pas été autorisé à apporter ses spécimens à bord du petit Saint Pierre que l'équipage a construit à partir des restes de leur navire - la moitié de la taille de l'original - mais son journal a survécu, tout comme son traité De Bestiis marinis (latin, 1751, allemand, 1753, anglais partiel, 1899) et illustrations de Pleisner pour ce dernier. Steller a acquis une vision dynamique de la géologie de l'île de Béring, estimant qu'elle était autrefois beaucoup plus grande et plus large qu'en 1741, et il a donné cinq raisons pour lesquelles il pensait que les roches situées au large étaient des débris indiquant son ancienne étendue (1988 : 177-178) .

Steller a décrit une demi-douzaine de nouvelles espèces d'oiseaux, y compris le Cormoran à lunettes maintenant éteint et incapable de voler, connu uniquement de l'île de Béring (Stejneger 1936 : 350-351 + planche 20). Cependant, il a apporté une contribution beaucoup plus substantielle à la mammalogie (Sokolov et Parnes 1993 : 129-162). Il a fourni des comptes rendus détaillés de l'anatomie et des habitudes de la vache de mer de Steller (Hydrodamalis gigas), de l'otarie du nord (ou de Steller) (Eumetopias jubata), de l'otarie à fourrure du nord (Callorhinus ursinus) et de la loutre de mer (Enhydra lutris), toutes lui et l'équipage ont tué pour leur viande et (à l'exception de la vache de mer) leur fourrure. Son récit complet de la vache de mer est traduit en anglais (Steller 1899 : 182-201), car il était le seul naturaliste à en avoir jamais vu une vivante, avant son extermination en 1768 (Stejneger 1887). Il réalisa que la vache de mer était apparentée aux lamantins de l'océan Atlantique décrits par Georg Marcgraf (1648) et William Dampier (1697). La vache de mer était la seule végétarienne parmi ces mammifères, et Steller a décrit (mais n'a pas nommé) quatre sortes d'algues qu'elle mangeait. Il a remarqué qu'après s'être nourris le long du rivage, les racines et les tiges non consommées de ces espèces se sont échouées sur le rivage. Il a décrit les habitudes grégaires de la vache de mer, l'accouplement, les soins aux jeunes et les parasites externes, que les goélands cueillaient sur leur corps à moitié submergé pendant qu'ils se nourrissaient. En raison de sa grande taille - jusqu'à 8000 livres et 30 pieds de long - cette espèce était pour lui la plus difficile à étudier anatomiquement et à prendre des mesures. Après que les survivants eurent atteint le Kamtchatka, il apprit que des vaches marines mortes s'y échouaient occasionnellement (Stejneger 1936 :353-357, Steller 1988 :158-164).

Quand ils sont pris dans les filets, ils sont si frénétiques que dans leur désespoir ils se mordent les pattes de devant, mais si un mâle et une femelle sont pris ensemble, ils se lacèrent tous les deux terriblement la peau et se cassaient les yeux.

L'équipage a tué 800 loutres en huit mois et, s'ils avaient pu transporter plus de fourrures sur leur petit Saint Pierre, ils en auraient tué trois fois plus (Steller 1899 :215).

Ils s'échappèrent de l'île le 13 (journal du navire) ou le 14 août (journal de Steller) 1742, et parcoururent les 100 milles jusqu'au cap Kronotski au Kamchatka le 17, et atteignirent la baie d'Avacha le 27. Ils étaient depuis longtemps donnés pour morts et leurs biens dispersés. Le 28, Steller et son serviteur ont commencé une randonnée de 30 milles à travers la péninsule jusqu'à Bolsheretsk, qu'ils ont atteint le 5 septembre (Steller 1988 : 167-169). Il travailla sur ses manuscrits jusqu'à l'été 1743, date à laquelle il les envoya à Saint-Pétersbourg. Pendant ce temps, il a découvert et décrit un poisson inconnu dans la rivière Utka (17 milles au nord de la rivière Bolshaya) qui est maintenant nommé Blepsias cirrhosus (Pallas) (Stejneger 1936:393), et le 5 mai, il est parti explorer le sud du Kamtchatka et le Iles Kouriles. Le 10 mai, il décrivit un flet, que Tilesius (1815) nomma Pleuronectes stellatus. Il revint le 20 juin avec des spécimens et des descriptions d'autres nouvelles espèces de poissons et de mollusques, qu'il nomma (détails dans Stejneger 1936 :396-397 + planche 24 Posselt 1990 :213-214). Le 27 juillet, il commence son exploration nordique de la péninsule et passe l'hiver avec les indigènes qu'il admire. Il a appris d'eux comment ils chassaient les baleines avec des filets faits de peaux de morse (traduit dans Stejneger 1936 : 418-419). Robel, un historien des livres de voyage allemands sur la Russie, déclare (1997:280) que Steller's Beschreibung von dem Lande Kamtschatka (1774) est « particulièrement précieux et intéressant lorsqu'il décrit les événements du Kamtchatka au cours des années 20 et 30 du siècle », bien que Steller n'y ait pas été pendant ces décennies.

Au début de 1744, il partit pour Saint-Pétersbourg en traîneau à chiens, mais décida de faire un détour par l'île de Karaga, à 15 milles marins de la côte est. Malheureusement, la glace n'était pas assez épaisse pour son traîneau et son attelage de chiens, qui ont percé et se sont perdus. Intrépide, il a continué son voyage en raquettes, collectant au fur et à mesure des spécimens botaniques et zoologiques. Cependant, il a eu un différend avec un officier de marine, et chacun a envoyé des plaintes contre l'autre au Sénat russe. Bien que Steller ait été exonéré, la nouvelle n'est pas parvenue de Moscou avant qu'il ne soit arrêté en cours de route et contraint de retourner vers l'est pour être jugé. Pourtant, la nouvelle l'a finalement rattrapé avant qu'il n'ait fait tout le chemin du retour, et il a repris son voyage vers Saint-Pétersbourg, mais est décédé avant d'arriver (Stejneger 1936 :422-487). La lutte héroïque de Steller a inspiré trois vulgarisations de sa saga dans les années 1960 (Bell 1960, Sutton et Sutton 1961, Ford 1966), bien accueillies par ceux qui voulaient une version condensée de la biographie de 647 pages de Stejneger (1936). Une vulgarisation plus récente (Littlepage 2006) est la meilleure et possède une belle bibliographie.

Il y eut une révolte russe infructueuse à l'Académie des Arts et des Sciences en 1742 contre la domination allemande, mais par la suite le nombre relatif de Russes par rapport aux Allemands augmenta régulièrement jusqu'à ce que les Russes prédominent peu après 1800 (Schulze 1985 : 315, 325). (Le nom a changé en 1747 en Académie impériale des sciences et des arts.) Au cours de cette période, l'un des principaux académiciens était le naturaliste allemand Peter Simon Pallas (1741-1811). Lui, comme Gmelin, était le fils d'un professeur d'université (au Berlin Collegium Medico-Chirurgicum) et était un étudiant précoce (Esakov 1974, Stresemann 1975 : 65-70, Wendland 1992, 1997, Sytin 1997, 1999). Il a obtenu son doctorat en médecine à l'Université de Leyde en 1760, à l'âge de 19 ans, avec une thèse importante sur les vers parasites (à discuter dans la partie 30 de cette histoire, sur la zoologie et la parasitologie des invertébrés au cours des années 1700.) En 1767, il a accepté un invitation à devenir académicien à l'Académie de Saint-Pétersbourg, et il conserva cette affiliation jusqu'à la dernière année de sa vie, lorsqu'il retourna à Berlin. En 1768, il devint « architecte en chef et esprit directeur » (Vucinich 1963 : 152) d'une autre vague d'expéditions d'exploration de l'Académie, et il se rendit au lac Baïkal et aux montagnes de Transbaïkalie et retour. Quatre autres expéditions à l'époque étaient également dirigées par des naturalistes compétents, dont l'un, Ivan I. Lepekhin (1740-1802) est inclus dans le Dictionnaire de Biographie Scientifique (Fedoseev 1973). Toutes ces expéditions ont connu des conditions difficiles et ont fait de nombreuses victimes (Kolchinsky 2004 : 111).

Le premier changement de végétation, a-t-il écrit, a commencé à l'est de l'Oural, où dominait une flore pannonienne. D'Irtisch vers le pied des montagnes altaïques, le changement était encore plus marqué, tandis que les montagnes offraient une flore comparable à celle des Jenissei. Sur les hauteurs au-delà de l'Ob poussaient des plantes que l'on ne trouve, à l'ouest, que dans les montagnes altaïques. Au-dessus du Jenissei se trouvaient de nombreuses plantes de montagne, certaines indigènes, d'autres communes à un district au sud du Baïkal, qui semblait être leur point d'origine. La zone de basse montagne entre le Jenissei et le Baïkal, cependant, était dominée par une forêt froide et une flore de prairie. La région montagneuse autour du Baïkal offrait les plantes les plus rares, certaines poussant dans des champs chauds et ouverts et d'autres sur des sommets enneigés et dans des vallées froides. Enfin, des plantes de haute montagne ont été trouvées en Sibérie orientale et au Kamtschatka, dans les basses montagnes, les plaines et les marécages.

Dans les années 1770, Pallas réalisa une importante étude géologique des montagnes de l'Oural et publia une théorie de la terre (Carozzi et Carozzi 1991, Wendland 1992, I:573-627, II:1068-1070). Il a commencé à publier un Flore Rossia (Volume 1, parties 1–2, 1784–1788 Volume 2, partie 1, 1815), la première tentative de fournir un guide sur les plantes russes, par opposition à sibériennes, décrites par Gmelin (Stevenson 1961 : 436–439, 427– 428, Shetler 1967:44, Coats 1969:52-56, Stafleu and Cowan 1976-1988, IV:20-27, Wendland 1992, I:391-438 son herbier est maintenant au Natural History Museum, Londres [Sytin 1996] ). Le biographe russe de Pallas a retracé une partie de son voyage et s'est souvenu de certaines des mêmes plantes (Sytin 1997).

Les diverses études zoologiques de Pallas comprenaient Spicilegia Zoologica (14 fascicules, 1767-1779). En 1777, il affirma que « les phoques, certains poissons et coquillages marins, que la mer Caspienne partage en commun avec la mer Noire, rendent cette ancienne communication [entre eux] presque indubitable, et ces mêmes circonstances prouvent également que le lac Aral doit avoir été jointe à la mer Caspienne » (traduit par Larson 1986 : 484). Pallas plus tard Zoographia Rosso-Asiatica traite les oiseaux et les mammifères dans les volumes 1-2 (1811) et les poissons, les amphibiens et les reptiles dans le volume 3 (daté de 1814-1827, selon Svetovidov 1981 : 48-50), avec des comptes de 872 espèces, pour la plupart nouvelles pour la science (Sytin et Borkin 2007 : 67). Une grande partie du retard dans la publication de ce dernier ouvrage a été causée par l'artiste allemand C. G. H. Geissler, que Pallas a choisi pour illustrer les spécimens qu'il avait collectés. Il avait peut-être du talent mais n'était pas fiable, comme l'explique Svetovidov (1981 : 47-48). Les Zoographie a apporté d'importantes contributions à la biogéographie et à l'écologie (Hofsten 1916:256-257, Svetovidov 1981, Wendland 1992, I:366-414, 560-562), y compris des études importantes sur la variation géographique des espèces sur leurs aires de répartition (Walters 2003:69-72 , 190-200). Cependant, ces études ne l'ont pas amené à croire à l'évolution des espèces (Kolchinsky 2004 : 112). Il a résumé certaines de ses découvertes zoologiques dans des lettres au naturaliste britannique Thomas Pennant (Pallas 1967, nous avons rencontré Pennant dans la partie 26, en tant que correspondant de Gilbert White [Egerton 2007]). Pennant a fait bon usage des données de Pallas dans son Zoologie arctique (deux volumes + supplément, 1784-1787) qui, malgré son titre, portait principalement sur les oiseaux et les mammifères nordiques et ne se limitait pas à l'Arctique.

Pallas a également écrit (1781-1783) neuf articles sur l'histoire de l'exploration russe dans le Pacifique Nord depuis Bering et Steller, qui sont traduits dans Masterson et Brower (1948, voir aussi Belov 2000). En 1793-1794 Pallas a exploré près de la mer Caspienne, les montagnes du Caucase et la Crimée. Il s'installe alors en Crimée et publie Reise in die sudlichen Statthalterschaften des russischen Reichs in den Jahren 1793 et ​​1794 (deux volumes, 1799–1801). Depuis la traduction anglaise de Pallas Voyages à travers les Provinces du Sud cite abondamment ses précédents Voyages à travers différentes provinces de l'empire russe, le dernier ouvrage (Pallas 1812, I:21), sert d'exemple des deux ouvrages. Ses livres de voyage s'inscrivent dans la tradition géographique de Messerschmidt, Gmelin, Krasheninnikov et Steller, dans laquelle l'histoire naturelle faisait partie de l'étude des ressources naturelles pouvant être exploitées à des fins humaines. C'était cependant un cadre adéquat pour observer les plantes et les animaux en interaction avec leur environnement, comme Steller l'avait bien illustré. Les nombreuses illustrations et cartes de Pallas - pratiquement toutes sont des dépliants - sont bien exécutées. Les paysages ont tendance à montrer comment les gens utilisaient la terre, avec des scènes domestiques au premier plan et des paysages naturels généralement à l'arrière-plan. Tout au long de l'ouvrage, il commente les plantes indigènes et leur affinité pour certains sols et climats, mais à l'exception des insectes ravageurs qui infectent les cultures, il évoque en un chapitre tous les animaux rencontrés, sauvages ou apprivoisés. Voici un résumé d'une de ses descriptions générales (Pallas 1812, I:29-33). Le 22 septembre 1793, il atteignit la rivière Soura à Simbirsk, le sol était généralement composé de loam ou d'argile de potier, noir dans les endroits bas et fréquemment sablonneux sur les collines, les bois comprenaient des pins, mais dans les vallées et les plaines se composaient de chênes et de tilleuls. bon pour les abeilles mellifères les champs semés tôt avec des céréales d'hiver avaient été dévastés par une chenille, Phalaena frumentalis, qui était devenue en quelques années un fléau à Kasan cependant, les champs semés tardivement ont échappé aux blessures parce que l'humidité et le froid ont tué les insectes avant que les plantes ne poussent au-dessus du sol, les agriculteurs devraient essayer de brûler de la paille de blé, de sarrasin et de pois et de répandre les cendres sur les champs. Le sol noir, jusqu'à deux pieds d'épaisseur, provenait des forêts qui couvraient autrefois la région.

Dans le chapitre sur les animaux, Pallas (1812, II : chapitre 8 : 452-466) a illustré le chameau de Bactriane (deux bosses) qui était originaire de la région et a décrit son utilisation domestique, mais pas ses habitudes ou sa physiologie, il a discuté des trois variétés des moutons et des chèvres élevés en Crimée, environ 20 000 peaux de lièvres sauvages étaient exportées chaque année de Perekop. Le cerf n'a été trouvé que dans le Tshatyrdag, et l'ours était absent les loups, les renards et les blaireaux étaient nombreux dans les collines les belettes, qui ici ne sont pas devenues blanches en hiver, étaient rares dans les plaines.

Il y avait beaucoup de noix et de glands, mais pas d'écureuils une petite musaraigne habitait les rives de la rivière Beeyouk-Ousehen mais n'a pas été vue ailleurs le rat gris et la souris commune étaient communs autour des habitations, mais il n'y avait pas de rats noirs dans le La mer Noire, les petits phoques et les dauphins étaient communs. Bien qu'il ait répertorié un bon nombre d'espèces d'oiseaux qu'il a trouvées en Crimée, aucune n'était très abondante. Pourtant, même si les grues étaient rares, il a attribué la rareté des serpents à la prédation des grues. Il y avait de grandes grenouilles, Rana ridibunda, et de nombreux crapauds tachetés coassants, R. vespertina. Il y avait deux espèces de tortues terrestres qu'il n'a pas décrites ni nommées. Il consacra trois pages aux poissons d'eau douce et d'eau salée, mais n'en trouva aucun abondant, peut-être en raison d'une pêche intensive. Il a nommé, mais n'a pas décrit, plus de deux douzaines d'insectes de Crimée, dont certains étaient abondants, mais il a été surpris qu'il n'y en ait pas une plus grande variété.

Plus mince que le putois, en proportion plus proche de l'hermine, partout d'un jaune vif, près de fox ou de couleur orange, avec un bla[c]k & visage blanc, queue assez longue et touffue. Il commence dans les montagnes altaïques, entre l'Irtish et l'Ob, d'où il est commun dans les montagnes boisées jusqu'à l'Amour et le lac Baykal, mais ne s'étend nulle part au nord jusqu'au Sable, avec lequel il a une grande ressemblance dans la manière et dans le choix de sa nourriture et de ses repaires. Aucun au Kamtshatka.

Les contributions substantielles de Pallas à la mammalogie sont discutées en détail par Sokolov et Parnes (1993 :233-391), avec des reproductions de 22 de ses illustrations et des citations substantielles (en russe).

Cette enquête partielle sur les explorations d'histoire naturelle sous le parrainage de l'État russe est à peu près comparable à mon enquête sur les explorations informelles en Amérique au cours de la même période (Egerton 2006, 2007c). Les conditions en Russie et dans le Pacifique Nord étaient cependant beaucoup plus difficiles qu'en Amérique orientale. À l'exception des réalisations héroïques du solitaire Messerschmidt (qui a reçu le soutien de l'État et a été en permanence épuisé par ses efforts), le parrainage de l'État d'un effort de groupe était nécessaire pour réaliser en Russie ce qui a été fait de manière plus informelle en Amérique. Béring était l'un des plus grands explorateurs de l'histoire et ses expéditions étaient parmi les plus importantes. Il n'y avait pas de scientifiques lors de sa première expédition, mais la deuxième expédition a compensé cela. Les archives de ces expéditions sponsorisées étaient beaucoup plus étendues que les archives informelles pour l'Amérique.

Bouc, Capra campestris, dessiné le 1er juillet 1724. Messerschmidt 1962-1977, III : fig. 32.


Contenu

Le début de l'exploration systématique et des découvertes scientifiques dans la partie orientale de l'Asie au XVIIIe siècle est dû à l'initiative du tsar Pierre le Grand (1672-1725). En 1697 et 1698, il effectue un voyage d'exploration à travers un certain nombre de pays européens et s'enthousiasme à l'idée de fonder une académie scientifique en Russie. Ce plan s'est concrétisé en 1723/24 lorsqu'il a décidé d'attirer des universitaires étrangers en Russie et de créer une académie scientifique à Saint-Pétersbourg. Il espérait créer une extension de la culture scientifique de l'Europe dans son propre pays, et éventuellement éduquer les savants indigènes.

En décembre 1725, l'institution est inaugurée avec des célébrations. De jeunes universitaires, pour la plupart germanophones, formaient le noyau du personnel de l'Académie au cours des premières décennies de son existence. L'une de leurs tâches consistait à organiser et éventuellement à accompagner des expéditions scientifiques dans les parties alors inexplorées de l'empire russe. Du vivant de Pierre, le médecin allemand Daniel Gottlieb Messerschmidt (1685-1735) fit un voyage de 1720 à 1727 en Sibérie occidentale et centrale. C'est le début des recherches dans les domaines de la géographie, de la minéralogie, de la botanique, de la zoologie, de l'ethnographie et de la philologie dans cette zone, ainsi que l'ouverture de la région au commerce et au développement économique. L'expédition de Messerschmidt était la première d'une série d'explorations scientifiques de la Sibérie.

Peu de temps avant sa mort en février 1725, le tsar signe un arrêté autorisant une seconde grande expédition vers l'est. Au cours de sa vie, Peter avait rencontré à plusieurs reprises Gottfried Wilhelm Leibniz (1646-1716). Lors de leur réunion finale à Bad Pyrmont en 1716, Leibniz a posé la question de savoir s'il existait un pont terrestre entre l'Asie du Nord-Est et l'Amérique du Nord, un point d'une grande pertinence dans la discussion contemporaine sur les origines de l'humanité, entre autres. On souhaitait généralement que la croyance en l'origine commune des humains ne soit pas abandonnée, ce qui posait le problème des origines des établissements humains dans le Nouveau Monde. Afin de résoudre la question de l'existence d'un pont terrestre entre les deux continents, Pierre le Grand envoya en 1719 les géodésiens Iwan Jewreinow (1694-1724) et Fjodor Luschin (mort en 1727) à l'extrême est de son empire. L'expédition a échoué, au moins en ce qui concerne la question du pont terrestre, et en 1724, Peter a donné le même but à une autre expédition, la Première expédition du Kamtchatka. [2]

Cette entreprise, qui dura de 1728 à 1730, fut dirigée par le capitaine danois Vitus Jonassen Bering (1681-1741). Bering était officier de la marine impériale russe depuis 1704. Utilisation du navire Saint-Gabriel, qui avait été construit à l'embouchure de la rivière Kamchatka, Bering a fait deux voyages au nord-est au cours des années (1728 et 1729), et à un moment donné atteint 67 degrés nord, à partir de laquelle la côte ne s'étendait plus vers le nord. Dans les deux cas, il n'a pas réussi à atteindre la côte nord-américaine en raison du mauvais temps. Malgré les connaissances nouvellement acquises sur la géographie de la côte nord-est de la Sibérie, le rapport de Bering sur l'expédition préparé après son retour a conduit à un débat conflictuel car la question sur la connexion avec l'Amérique du Nord est restée sans réponse, ce qui a incité Bering à proposer un deuxième Kamtchatka expédition.


L'éducation des esclaves

Parce que beaucoup pensaient que l'alphabétisation au sein de la communauté esclavagiste allait bouleverser le système de maintien sous contrôle serré, la loi de la Caroline du Sud a été introduite pour empêcher les esclaves d'apprendre même les bases de la lecture et de l'écriture et l'enseignement de cette connaissance passible d'une amende pouvant aller jusqu'à cent livres ou même, dans les cas extrêmes, s'enfuir de la ville. [ 18 ] Cependant il y en avait qui malgré les stipulations l'ont bravé et ont quand même enseigné. L'un, John Chavis qui a dirigé pendant quelques années des écoles du soir secrètes à Raleigh, en Caroline du Nord ou un autre Mary Douglass qui a enseigné aux enfants noirs à Norfolk en Virginie mais a malheureusement été condamné et s'est enfui de la ville [ 19 ] .

Conspiration de Caton/Rébellion de Stono - 1739 - Environ 80 esclaves se sont armés et ont tenté de marcher vers la Floride espagnole depuis leur région d'origine de Stono, en Caroline du Sud. Face à un groupe de miliciens blancs, une bataille s'ensuit. Quarante-quatre noirs et vingt et un blancs périrent.

Conspiration de New York--Mars et avril 1741--Trente et un esclaves et quatre blancs ont été exécutés à la suite de rumeurs d'une importante rébellion d'esclaves à New York. On ne sait pas si ces rumeurs étaient basées sur des faits ou faisaient partie d'une plus grande paranoïa qui existait concernant les soulèvements d'esclaves.

Tabacos Industries

En raison de sa demande incommensurable par les Européens et les riches colons, le tabac représentait vingt-cinq pour cent des exportations coloniales, ce qui en faisait la denrée la plus importante tout au long du XVIIIe siècle. Le travail vigoureux requis pour la production de tabac nécessitait une plus grande quantité d'esclaves, qui à leur tour développèrent des sociétés d'esclaves dans les colonies de plantation du Sud. Le viol des femmes esclaves par leurs maîtres et les familles d'esclaves établies dans les nouvelles sociétés esclavagistes ont naturellement augmenté la population d'esclaves, permettant aux colons de ne plus dépendre de l'industrie de la traite négrière. Les gens fermeraient les yeux sur tout ce qui se passait autour d'eux. Bien que certains n'étaient pas d'accord avec l'esclavage et tout ce qu'il impliquait, il devenait acceptable en tant que société.

D'autres colonies reproduiraient plus tard des codes similaires. La loi non seulement justifiait, mais encourageait aussi essentiellement la punition physique brutale des esclaves. D'autres règlements du Code comprenaient ce qui suit. Le consentement écrit des maîtres doit être complété si les esclaves veulent quitter la plantation. Toute infraction grave commise par des esclaves, comme un vol qualifié, entraînerait soixante coups de fouet. Les esclaves qui se livraient à des délits mineurs, comme interagir avec des Blancs, méritaient d'être marqués, fouettés ou mutilés.

Cependant, pour certains maîtres d'esclaves, le fouet était épuisant. Ils craignaient également d'endommager des travailleurs précieux. Les stocks et les piloris ont été inventés pour punir les esclaves et n'ont pas demandé beaucoup de travail aux propriétaires de plantations. Ces engins piégeaient les membres des esclaves et étaient généralement placés en public. Les stocks de champ remplaçaient souvent la flagellation et étaient très populaires parmi les esclaves féminines. Des stocks ont été placés sur les mains de la victime, qui ont été ajustées au-dessus de sa tête. des tiges horizontales étaient prévues pour ses pieds. Les crosses étaient généralement assez hautes pour que les orteils de l'esclave ne touchent plus le sol, plaçant tout le poids de son corps sur ses poignets et ses orteils. Des poids de plomb ou de fer étaient parfois attachés aux poignets afin d'augmenter la punition. [ 21 ]

Avant 1705, les esclaves impliqués dans des différends avec leurs maîtres avaient la liberté de porter ces questions devant les tribunaux pour jugement. Cependant, ils perdirent cette liberté avec l'adoption du Virginia Slave Code en 1705. En l'absence de toute conséquence, les propriétaires d'esclaves pouvaient briser même les esclaves les plus rebelles, même si leur punition entraînait la mort. [ 22 ] [ 23 ]

Pour une liste complète des Virginia Slave Codes, suivez ce lien :

Inoculation de la variole à Boston

La première inoculation qui ait jamais eu lieu en Amérique s'est produit le 26 juin 1721 à Boston. Ce qu'on appelle un essai clinique a eu lieu, lorsque le Dr Zabdiel Boylston a effectué sa procédure médicale sur deux esclaves mâles et son propre fils. Boylston a introduit une dose très infime de variole chez ses sujets, créant ainsi une immunité naturelle. On croyait que la variole et d'autres épidémies étaient des actes de Dieu punissant l'homme pour leurs péchés. Les efforts médicaux de Boylston ont provoqué une controverse qui allait effrayer les religieux des colonies, malgré l'épidémie de variole. [ 24 ] La première cure, sous la forme d'un vaccination, pour la variole a été créé en 1801 également à Boston, Massachusetts. Même avec cette percée médicale, les gens paniquaient toujours, probablement parce que les gens n'étaient toujours pas sûrs de l'idée de la vaccination. [ 25 ]

Richard Saunders et Benjamin Franklin ne font qu'un

Décembre 1732, Benjamin Franklin a son livre L'almanach du pauvre Richard. Ce livre est publié sous son pseudonyme de Richard Saunders. Le livre était destiné aux immigrants irlandais et allemands qui allaient s'installer dans les colonies britanniques. Le livre a été vendu en grande quantité et racontait beaucoup d'histoire et de dates européennes. L'almanach contenait beaucoup de sens moral et d'aphorismes, que Franklin deviendrait plus tard bien connu pour l'écriture. Franklin a estimé qu'il devrait établir un sentiment de normalité morale dans les colonies. [ 26 ]

Benjamin Franklin ouvre un nouveau type d'école : l'essor de l'Académie américaine

En 1751, Franklin créa une nouvelle institution appelée American Academy, également connue sous le nom de Philadelphia Academy, qui deviendra par la suite l'Université de Pennsylvanie. [ 27 ] Franklin a écrit des propositions médiatisées pour la réforme de l'éducation, qui lui ont accordé plus tard l'accès pour commencer son école. L'éducation à l'époque était principalement axée sur les études bibliques et était très différente des normes modernes du monde universitaire. Franklin a choisi d'inclure les langues étrangères, les mathématiques et les sciences dans le programme. De telles idées étaient quelque peu radicales pour certains, mais ces sujets aideraient les étudiants à apprendre à maîtriser certaines compétences qui feraient plus tard progresser l'Amérique dans les études de sciences et de mathématiques. [ 28 ]

Harvard fait des pas vers une université laïque

En 1708, Harvard élit son premier membre non membre du clergé à la présidence. John Leverett n'a pas changé le programme d'études de Harvard, ni n'a fait de changements directs dans la structure de l'école. En mettant simplement en fonction un président non membre du clergé, Harvard avait pris des mesures vers une école plus axée sur les études, plutôt qu'une école axée sur la divinité et la religion. Leverett n'avait pas l'intention de retirer la religion de l'école, mais de mettre davantage l'accent sur l'idée d'« apprendre ». [ 29 ]

Les enfants coloniaux sont « genrés » dès le plus jeune âge : Éducation aux tâches

Pendant le développement colonial des États-Unis, les enfants servaient souvent à des fins pratiques pour récolter et aider leurs parents. En règle générale, les filles fabriquaient du savon, récoltaient de la nourriture, nettoyaient et fabriquaient des bougies. On peut supposer que de nombreux stéréotypes modernes ont été fabriqués à partir de ce modèle. La vie d'un enfant était basée sur les nécessités de sa famille. Ces tâches dépendaient principalement de la période de l'année. [ 30 ]

Mars -il est temps d'aller chercher le sucre d'érable

avril- préparer le terrain

Peut - regarder le jardin

juin -fabrication de foin

août-récolte

septembre -faire du cidre de pomme

octobre- cueillir des noix

novembre -aller décortiquer le maïs"

Alors que les siècles passaient des années 1700 aux années 1800, les enfants ont modelé leur tenue vestimentaire d'après leurs parents et leurs adultes, tout comme ils l'ont fait pour leurs comportements et leurs tâches. Les garçons se rasaient souvent la tête et portaient des whigs, les hommes plus âgés le faisaient pendant cette période. Les filles portaient des robes, comme leurs mères. L'éducation était très "pratique" au début de l'Amérique, il n'y avait pas une forte demande pour l'enseignement universitaire était axé sur les compétences nécessaires pour survivre, ainsi que pour rendre les enfants adaptés à la société. [ 32 ]

Plan d'union d'Albany

Du 19 juin au 11 juillet 1754, des représentants des sept colonies britanniques d'Amérique du Nord se sont réunis à Albany, New York, pour débattre des mesures défensives contre les Français et établir des relations plus solides et plus pacifiques avec les autochtones. Ces sept colonies étaient le Maryland, le Massachusetts, le New Hampshire, New York, le Connecticut, la Pennsylvanie et le Rhode Island. A noter que les représentants de la Géorgie étaient absents.

Benjamin Franklin a proposé le plan d'union d'Albany. La proposition de Franklin mettait l'accent sur un gouvernement plus centralisé, toujours sous l'autorité de la couronne britannique. Les sept colonies ont adopté le Plan d'Union le 10 juillet 1754 lors d'une réunion appelée le Congrès d'Albany. Bien que le plan n'ait jamais été mis en œuvre, il s'agissait d'un tremplin pour que les colonies s'unissent collectivement sous un seul gouvernement. Une partie du plan d'Albany sera plus tard utilisée lors de la rédaction des articles de la Confédération.

La couronne avait à l'origine voulu que les colonies se réunissent afin de signer un traité avec les Iroquois qui offrait une politique claire sur les relations entre les autochtones et les colonies, destinée à être suivie par toutes les colonies. Une coopération immédiate était indispensable en raison de l'imminence de la guerre française et indienne. Après le dévoilement du plan, la Couronne ne l'a pas poussé car les responsables britanniques ont réalisé que, s'il était adopté, le plan pourrait créer une entité très puissante que le gouvernement de Sa Majesté pourrait ne pas être en mesure de contrôler. Les conseillers royaux n'avaient pas à s'inquiéter que les colons ne soient pas prêts pour l'union, pas plus que les assemblées coloniales n'étaient prêtes à abandonner leur contrôle récent et durement acquis sur les affaires locales à un gouvernement central. Cela ne se produirait que bien après que les colonies américaines aient déclaré leur indépendance. [ 33 ] Photo avec l'aimable autorisation de : http://www.constitution.org/bcp/albany.htm

Racisme - Révoltes d'esclaves

Accepter le fait que plus de gens pensent que vous êtes moins que de la saleté serait une idée très difficile à accepter, et c'était presque impossible à accepter par la plupart des esclaves. Inévitablement, des quantités insondables de rage se sont accumulées chez de nombreux esclaves, les obligeant finalement à se rebeller. L'une des premières révoltes d'esclaves enregistrées a eu lieu le 7 avril 1712 à New York. Une poignée d'esclaves africains et d'esclaves amérindiens ont mis le feu à une dépendance, provoquant la réaction de nombreux propriétaires d'esclaves blancs. Alors que les propriétaires d'esclaves éteignaient le feu, les esclaves ont attaqué, tuant neuf personnes et en blessant six. Pour se protéger, les esclaves se sont cachés dans les bois jusqu'à ce qu'ils pensaient que c'était assez sûr pour s'enfuir. Une fois la nouvelle de la rébellion parvenue au gouvernement, une milice a été constituée à la recherche des responsables de la révolte. Parce que les miliciens étaient bien mieux armés que les esclaves, ils ont été rapidement retrouvés. En cours de route, six esclaves se sont suicidés pour éviter les conséquences brutales auxquelles ils savaient qu'ils seraient confrontés. Les autres qui ont été capturés ont été brutalement battus avant d'être exécutés. Cela a marqué le début d'une longue chaîne de révoltes d'esclaves en Amérique jusqu'à la fin de l'esclavage. A partir de ce moment, les propriétaires d'esclaves craignirent partout les révoltes que de nombreux esclaves étaient capables ou organisaient.

Le 9 septembre 1739, Jemmy, un esclave lettré, a conduit près de 20 autres personnes réduites en esclavage au sud de la rivière Stono en Caroline du Sud, et en chemin, il a recruté 60 autres esclaves. Cela a marqué la plus grande révolte d'esclaves que les colonies anglaises aient encore connue. Ce n'est que près de la rivière Edisto que les rebelles ont été interceptés par une milice. Au total, environ 45 Blancs ont été tués. Les esclaves qui ont survécu ont été soit exécutés, soit vendus comme esclaves aux Antilles. Inévitablement, le gouvernement a pris des mesures et a adopté le Negro Act de 1740. Dans cet acte, il a restreint le rassemblement, l'éducation et le mouvement des esclaves. Il a également établi des sanctions contre les mauvais traitements infligés aux esclaves par les propriétaires d'esclaves.

Ouvrages cités

Les Français étaient contre l'attaque de la Provence de New York parce qu'ils étaient réticents à éveiller les irequois, qu'ils craignaient plus que les Britanniques. À New York, les marchands hésitaient à ne pas attaquer la Nouvelle-France, car cela interromprait le commerce des fourrures indiennes qui transitait par la Nouvelle-France. En 1701, les Iroquois avaient signé le grand traité de Montréal avec les Français, et ils maintinrent également leur neutralité au début de la guerre. Si Nicolas a mené une expédition terrestre ratée contre Québec en 1709, les Iroquois ont promis un certain soutien, mais ils ont mis du temps à le faire jusqu'à ce que l'expédition soit annulée. En 1710, Peter Schuyler, le commissaire albanais des Indiens, s'était rendu à Londres avec le roi et d'autres sachems pour éveiller l'intérêt pour la frontière nord-ouest de l'Amérique. En 1711, avec l'exposition Walter et l'exposition Nicolson associée de 1711, les Britanniques planifièrent une attaque navale et terrestre conjointe contre la ville de Québec, la capitale de la Nouvelle-France. Lorsque la flotte dirigée par Hovendon Walker a été partiellement coulée alors qu'elle remontait le fleuve Saint-Laurent, les expéditions navales et terrestres ont été annulées. Dans cette expédition, les Iroquois ont fourni plusieurs centaines de guerriers pour combattre avec les Anglais, mais ils ont également envoyé des avertissements de l'expédition aux Français.


Vendredi 13 avril 2012

Module IX - Gouvernance de l'Alaska et enjeux contemporains

Eagle River a son propre conseil communautaire, qui est composé de résidents et de propriétaires d'entreprises de la région d'Eagle River. Chaque conseil communautaire sert de bureau de relations publiques pour cette région et conserve les informations sur la communauté. Il y a 38 conseils dans la municipalité d'Anchorage. Chaque conseil élit un délégué pour représenter la communauté lors de réunions mensuelles. Ceci est particulièrement bénéfique pour Eagle River. En tant que « banlieue d'Anchorage » mais faisant partie de la municipalité, cette petite communauté peut souvent être négligée sans la reconnaissance et la représentation voulues par les membres de la communauté.


Affaires courantes UPSC

Dans les chapitres précédents, nous avons discuté des éléments de base de la géographie qui traitent en général de la nature et de la portée de la géographie, de l'univers, du système solaire et de ses diverses branches de la géographie. Dans cette branche spéciale de la géographie, nous avons également discuté en détail du développement de la terre, de sa lithosphère, de son hydrosphère et de son atmosphère. Passant à la prochaine branche importante de la géographie, nous allons maintenant discuter de la géographie régionale qui traite des études des régions du monde. En général, il s'agit de la géographie du monde qui peut être classée en trois segments importants tels que le segment physique traitant des caractéristiques uniques du relief de la terre, leur étendue spatiale, le drainage, le climat, la végétation naturelle, le segment social qui traite du développement humain, leur race et l'ethnicité et la relation avec leur propre environnement physique et enfin le segment économique qui traite des ressources naturelles, des moyens de subsistance, des transports, des communications, etc. Commençons par le segment physique.

Géographie du monde Physique

Sur la base de caractéristiques physiques majeures, la terre peut être divisée en grandes masses terrestres continues appelées continents et les masses d'eau environnantes connues sous le nom d'océan.

Les principaux continents du monde sont Asie, Afrique, Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Antarctique et Australie.

L'Asie est le plus grand continent du monde, 13 fois plus grand que l'Inde avec une superficie de 44 444 100 km².

  • Il couvrait 30% de la surface terrestre totale de la latitude terrestre : [<<10>^<0>>]11&rsquo5 à [81<>^circ ]12&rsquoN. Il couvre 8,8% de la superficie totale de la Terre avec une population de 4,4 milliards d'habitants, soit 60% de la population mondiale totale. C'est un continent de contraste en relief, en température, en végétation et en hommes aussi. L'Asie est à l'est du canal de Suez, de l'Oural et des montagnes de l'Oural, et au sud des montagnes du Caucase et de la mer Caspienne et
  • Mers Noires. Il est délimité à l'est par l'océan Pacifique, au sud par l'océan Indien et au nord par l'océan Arctique.

Longitude : [26<>^circ ]2&rsquoE à [169<>^circ ]40'W au croisement est [180<>^circ ]longitude

Taille : Le plus grand continent du monde.

  • Le continent asiatique est entièrement situé dans l'hémisphère nord, sauf une partie de l'île d'Indonésie
  • Il est séparé de l'Europe par les monts Oural, la mer Caspienne, la mer Noire, les monts du Caucase et le détroit des Dardanelles à l'ouest et de l'Afrique par la mer Rouge et l'isthme de Suez tandis que le détroit de Béring le sépare de l'Amérique du Nord.
  • Point le plus haut et le plus bas : Mont Everest (8 850) Népal et Mer Morte Israël/Jordanie (392 m sous le niveau de la mer)

Divisions régionales

L'Asie peut être divisée en six divisions physiographiques :

  1. Asie centrale: Kazakhstan, Kirghizistan, Tadjikistan, Turkménistan, Ouzbékistan
  2. Asie de l'Est: Chine, Hong Kong, Japon, Corée du Nord, Corée du Sud, Macao, Mongolie, Taïwan

Asie du Nord : Russie

  1. Asie du Sud-Est : Brunei, Myanmar, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines, Singapour, Thaïlande, Timor-Leste, Vietnam.
  2. Asie du Sud : Afghanistan, Bangladesh, Bhoutan, Inde, Maldives, Népal, Pakistan, Sri Lanka.

5. Asie occidentale : Arménie, Azerbaïdjan, Bahreïn, Chypre, Géorgie, Iran, Irak, Israël, Jordanie, Koweït, Liban, Oman, État de Palestine, Qatar, Arabie saoudite, Syrie, Turquie, Émirats arabes unis, Yémen.

Divisions physiques majeures

Les principales divisions physiques du continent asiatique sont :

  1. Les basses terres du nord
  2. Les montagnes centrales
  3. Les plateaux central et méridional
  4. Les péninsules, les déserts
  5. Les grandes plaines fluviales, les groupes d'îles

Les basses terres du nord sont les vastes zones de plaine qui comprennent plusieurs parcelles de basses terres de ce grand continent. Les principales plaines sont :

Grande plaine de Sibérie

Il s'étend entre les montagnes de l'Oural à l'ouest et la rivière Lena à l'est. C'est la plus grande plaine du monde couvrant une superficie d'environ 1 200 000 milles carrés.

Plaine de Mandchourie

C'est la zone adjacente au fleuve Amour et à ses affluents de la partie nord de la Chine avec une superficie d'environ 135 000 miles carrés. Villes importantes : Anshan, shenyag et Fushun du triangle de Mukden sont situées

Grandes plaines de Chine

Il est alimenté par deux grands fleuves de Chine, le Hwang Ho et le fleuve Yangtze, dans l'est de la Chine, qui couvre une superficie de 158 000 milles carrés environ.

Tigre - Plaine de l'Euphrate :

Ces régions formées par les deux fleuves, le Tigre et l'Euphrate Historiquement, la zone est connue sous le nom de Mésopotamie. L'Irak est dominé par ces fleuves et partage une frontière avec le Koweït, l'Arabie saoudite, la Jordanie, la Syrie, la Turquie et l'Iran.

Ce sont les chaînes de montagnes importantes et étendues qui couvrent les parties de l'Asie centrale. Ils se composent des chaînes du Pamir et du Tian Shan et s'étendent sur des parties de l'Afghanistan, de la Chine, du Kazakhstan, du Kirghizistan, du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan. Ces chaînes de montagnes sont désignées comme point chaud de la biodiversité par Conservation International, qui couvre plusieurs écorégions montagnardes et alpines d'Asie centrale. Il englobe plusieurs types d'habitats, notamment les prairies et les zones arbustives de montagne, les forêts de conifères tempérées et la toundra alpine.

Montagnes importantes

Chaîne himalayenne

  • Un exemple de jeune montagne pliée
  • Se trouve au nord de la plaine indo-gangétique
  • Le mont Everest (8 850 m) est le plus haut sommet du monde situé au Népal

Gamme Karakoram

  • Se trouve au nord de l'Himalaya.
  • Karakoram sépare les états du Cachemire de la Chine.
  • Le deuxième plus haut sommet du monde, le K2 (8611 m) se situe dans cette fourchette.
  • Glaciers de renommée mondiale, les glaciers de Siachen sont également situés dans la chaîne.

Gamme Kailash

Grande montagne Kingan

  • Tien shan s'étend au nord-est et atteint le fleuve Amour sous le nom de montagnes du Grand Khingan.

Montagne de l'Altaï

Chaîne de Verkhoïansk

  • Des mensonges à l'est de la rivière Lena séparent le plateau central de Sibérie de la région orientale de la Sibérie.

Arakan Yoma

UNE Montagne nœud est une jonction de deux ou plusieurs chaînes de montagnes. Les deux principaux nœuds de montagne en Asie sont :

  • Les Noeud du Pamir est la jonction de cinq chaînes de montagnes, ce sont le Sulaiman, l'Hindu Kush, le Kunlun, le Karakoram et les chaînes himalayennes. Le mont Everest, le plus haut sommet du monde dans la chaîne himalayenne.
  • Les Noeud Arménien est relié au nœud du Pamir par les chaînes Elbourz et Zagros qui prennent leur origine dans le nœud arménien. Le Tien Shan et l'Altaï sont d'autres chaînes de montagnes en Asie.

Les plateaux sont les zones terrestres ayant une surface relativement élevée considérablement surélevée au-dessus des terres adjacentes sur au moins un côté, et souvent coupées par un canyon profond.

Entre les chaînes de montagnes du Karakoram et de l'Himalaya

Entre Kulun et chaîne de montagnes himalayenne

Situé au sud-est du plateau du Tibet et séparé de la vaste terre fertile du bassin du Sichuan par la chaîne de montagnes

Bien connecté à la chaîne de montagnes telles que l'Himalaya avec les chaînes de Tian Shan, Karakoram, Kunlun et Hindu Kush de tous les côtés

Présent entre Capian et la mer Noire

Présent entre les monts Zagros, la mer Caspienne, la chaîne de montagnes Turkmène-Khorasan

Entouré par les montagnes du Grand Hinggan à l'est, les montagnes de l'Altaï à l'ouest et les montagnes Sayan et Khentii au nord

Étendu entre le pegu Yoma et l'Arkan Yoma dans la partie orientale du Myanmar.

Étendu entre les Ghâts occidentaux à l'ouest et les Ghâts orientaux à l'est du sous-continent indien, il touche presque la pointe sud de l'Inde et au nord couvert par les chaînes Satpura et Vindhya

Entre les chaînes de montagnes Pontiques au sud et Taurus au sud-ouest

Se situe entre pegu yoma et Arkan yoma dans la partie orientale du Myanmar

S'étendant sur toute la péninsule arabique

La région du plateau est entourée d'un grand plan dans la fonte des montagnes Qining au sud et du plateau d'Ordos au nord

Une péninsule est une masse de terre entourée d'eau, mais rattachée au continent. La région du plateau du Deccan est aussi une presqu'île. Les principales péninsules d'Arabie, d'Inde et de Malaisie se trouvent en Asie du Sud. La péninsule du Kamtchatka se situe au nord-est de l'Asie.

Grands déserts d'Asie

  • Désert de Gobi - Mongolie
  • Takia makan - Chine
  • Rub-al-khali - Arabie Saoudite
  • Désert d'Al Nafud - Arabie Saoudite
  • Dasht-I-Kavir-Iran
  • Dasht-I-Lut-Iran
  • Thar-Inde

L'Asie possède également un groupe d'îles, également appelé archipel. Un archipel parfois appelé groupe d'îles ou chaîne d'îles, qui sont formés les uns à côté des autres en grands groupes. L'Indonésie, les Philippines, le Japon, Andaman et Nicobar sont quelques exemples d'archipels.

(b) Drainage de l'Asie

Le drainage de l'Asie se compose d'océans puissants, de mers étendues, de longs fleuves et de leurs affluents et défluents, de grands lacs, etc.

Océans: Le continent asiatique est entouré de trois grands océans de trois côtés tels que

Il couvre la partie orientale de l'Asie où s'écoulent les principaux fleuves d'Asie orientale, tels que Menam Mekong, Xi Jiang, Chang Xiang, Huang Ho et Amur.

Il couvre la partie sud de l'Asie et les principaux fleuves qui se jettent dans l'océan Indien sont le Tigre, l'Euprate, l'Indus, le Gange, le Brahmapoutre, l'Irrawaddy, le Salween.

Il couvre la partie nord-est de l'Asie et se compose de trois grands fleuves tels que l'Ob, l'Ienisseï et la Léna.

Comme le continent est couvert par la mer de ses trois côtés, il s'est également caractérisé par une longue étendue de baie et de golfe. Les principales mers contribuant au drainage asiatique sont la mer de Galilée, la mer d'Andaman, la mer d'Arabie, la mer de Banda, la mer de Barents, la mer de Béring, la mer Noire, la mer Caspienne, la mer de Sibérie orientale, la mer de Java, la mer de Kara, la mer des Laquedives, la mer du Japon, la mer de Okhotsk. Mer de Chine méridionale et Mer Jaune.

Les principaux lacs d'Asie sont le lac Baïkal, Onega, Ladoga et Peipus en Russie Lac Akan, Mashu, Biwa, Shikotsu au Japon Lac Qinghai, lac Khanka en Chine Dal Lake, Chilka, Vembanada, Pullicat et Sukhna en Inde Lac Matano et Toba en Indonésie,

  • Lac van Golu en Turquie,
  • Lac Turnool en Turquie,
  • Lac Assad en Syrie
  • Mer Morte en Jordanie/Israël.

En tant que terre de contraste, l'Asie se caractérise par un type climatique varié en fonction de la température et des précipitations. Les précipitations à travers le continent sont fortement influencées par les vents de mousson, l'Asie peut être divisée en trois grandes zones climatiques telles que :

L'Asie de la mousson est la zone comprenant l'Asie du Sud et du Sud-Est et l'Asie de l'Est où l'effet de la mousson est prédominant. Par conséquent, les conditions climatiques varient en fonction du flux de vent de mousson. Après le début, le vent commence à se diriger vers le nord-ouest, provoquant ainsi des pluies sur la côte orientale du sous-continent indien et sur certaines parties du sud-est et de l'est de l'Asie. De plus, la période estivale en Inde est très chaude et sèche, ce qui déclenche l'apparition de fortes précipitations supplémentaires dues aux cyclones tropicaux. Le climat de mousson est mieux développé dans le sous-continent indien, les pays d'Asie du Sud-Est, le sud de la Chine (Asie) et le nord de l'Australie. En hiver, la masse continentale centrale de l'Asie se refroidit plus rapidement que l'océan environnant. Ce phénomène climatique déclenche le flux de courant d'air froid descendant dans l'Asie centrale qui se traduit par la génération de hautes pressions au cœur de l'Asie. La haute pression commence à chasser la zone de basse pression présente sur l'océan Indien et Pacifique en raison de la température relativement élevée. C'est ce qu'on appelle la mousson en retraite ou la saison de la mousson d'hiver. En raison de ces phénomènes d'apparition et de retrait de la mousson, il existe une différence marquée dans le climat du nord et du sud de l'Asie.

L'Asie sèche comprend l'Asie du Sud-Ouest, l'Asie centrale et

Mongolie Latitudinalement, elle varie du désert tropical de la péninsule arabique à la steppe subtropicale en Afghanistan et plus loin à la steppe et au désert de latitude moyenne de la Mongolie et du nord de la Chine. Par rapport à d'autres parties du continent, les précipitations sont également très inférieures, c'est-à-dire de 2,5 cm à 20 cm et elles sont très imprévisibles dans toute la région. De plus, un climat méditerranéen est connu sur la région côtière qui reçoit des précipitations hivernales.

L'Asie froide est vécue dans une partie maximum de la Russie comme une influence du climat subarctique. L'été est relativement doux et ne dure que quatre mois. Les précipitations sont également moindres par rapport à d'autres parties du continent. Les précipitations annuelles ne représentent que 50 cm dans les régions côtières alors que vers l'intérieur, elles diminuent jusqu'à 25 cm.

Végétation naturelle

Il existe différents types de végétation en Asie. Pour

La toundra s'étend jusqu'à[<<70>^<0>>]N et avec d'autres extensions au sud sur les hautes altitudes (monts Chersk, Verkhoyansk et Kamachatka). La région est couverte de plaines froides et sans arbres avec un sous-sol gelé en permanence.

Espèces de végétation - Les mousses, les lichens, les traîneaux et les arbustes à fleurs sauvages sont présents par parcelles.

La taïga située au sud de la toundra est une ceinture de forêts de conifères qui traverse toute la Sibérie d'ouest en est et atteint le Pacifique et la partie nord du Japon. Les arbres ont de petites feuilles, des racines profondes et une écorce épaisse.

Espèces de végétation

Ici, la source la plus riche de résineux se trouve dans les brins purs avec quelques espèces dont quatre espèces principales de la taïga sont le pin, le sapin, l'épicéa et le mélèze.

Presque tous les arbres sont à feuilles persistantes et de forme conique avec de petites feuilles épaisses en forme d'aiguille.

Ce sont des tronçons allongés et ininterrompus des steppes de

L'Ukraine à la Mandchourie, qui s'étend sur plusieurs milliers de kilomètres dans le sud de la Sibérie. La région reçoit de faibles précipitations bien que des hivers froids avec des étés chauds. Les hautes montagnes élevées ici sont couvertes de forêts.

Les essences précieuses de feuillus tempérés sont le chêne, l'orme, le peuplier, le hêtre et le saule. Ils sont excellents à la fois pour le carburant et à des fins industrielles.

La garrigue méditerranéenne est une zone de terre sèche avec de petits buissons et des arbres

Dans cette région les étés sont chauds et secs et les hivers doux et humides. Espèces de végétation, les végétations cultivées ici sont de petite taille, de feuilles courtes, de racines profondes et d'écorces épaisses pour retenir l'humidité. Il comprend les pays d'Israël, du Liban, de la Syrie, de l'Irak et des plateaux de Turquie et d'Iran.

Les types de végétation désertique se trouvent dans la péninsule arabique, les déserts du Tibet, de la Mongolie et les steppes désertiques bordant la mer Caspienne. Espèces végétales la région est peu peuplée de végétation. Des plantes anti-humidité, des arbustes cireux, à racines profondes ou épineuses et des arbres rabougris sporadiques poussent ici.

La végétation de la région de la mousson varie avec la quantité de précipitations annuelles chaque année dans cette région. La gamme moyenne des précipitations varie entre 40 pouces et 80 pouces par an. La plupart du temps, les forêts tropicales à feuilles caduques (perte de feuilles de façon saisonnière) et celles qui reçoivent moins de 40 pouces ont une végétation de savane et de steppe. Les terres de mousson ont été considérablement modifiées par les établissements humains et mises en culture, et il ne reste que peu de traces de la végétation d'origine.

Ici, les forêts comptent moins d'essences comme le teck, le sal, le bois de santal, le bambou dont le teck est un bois dur précieux.

La forêt tropicale humide est la région où l'on trouve des arbres à feuilles persistantes, à feuilles larges et à haute couronne. Plusieurs espèces ont une canopée dense au-dessus du sol en raison des fortes précipitations reçues toute l'année. Les savanes et les feuillus recouvrent le sol, la zone subéquatoriale et les zones qui se trouvent à l'ombre de la pluie sur les versants sous le vent. La Malaisie et l'Indonésie, le sud du Sri Lanka et Java ont des espèces végétales. On y trouve du thé de plantation, du caoutchouc, du café, du cacao, etc.

La végétation dans la zone de montagne se trouve sur l'Asie du Sud et de l'Est. La partie la plus élevée est la neige recouverte de prairies. Les parties inférieures sont couvertes de forêts de feuillus à feuilles larges, et sur les hauteurs les conifères se produisent.

· Mont Everest (1885 m), Népal-Tibet, frontière chinoise

· K2 (8, 61, 1 m), Pakistan-Chine

· Kangchenjunga (8 586 m), Népal-Sikkim (Inde).

· Lhotse (8 516 m), Népal-Tibet, Chine

· Makalu (8 462 m), Népal-Tibet, Chine

· Cho Oyu (8 201 m), Népal-Tibet, Chine

Longitude : [25<>^circ ]11&rsquo w à [51<>^circ ]24&rsquo E

Taille : Deuxième plus grand continent après l'Asie et neuf fois la taille de l'Inde.

Étendue nord-sud - 7623 km

Etendue est-ouest - 7260 km

L'Afrique est le deuxième plus grand continent en superficie (30 330 000 km²) qui couvre 6 % de la superficie totale de la Terre et 20,4 % de sa superficie totale. L'Algérie est le plus grand pays d'Afrique par superficie, et Nigeria par population. Séparée de l'Europe par la mer Méditerranée, elle est reliée à l'Asie à son extrémité nord-est par la Isthme de Suez 163 km de large. Il est délimité par la mer Rouge le long de la péninsule du Sinaï au nord-est, l'océan Indien au sud-est et l'océan Atlantique à l'ouest. Avec 54 États souverains pleinement reconnus, neuf territoires et deux États indépendants de facto.

L'Afrique appartient aux quatre hémisphères et la majeure partie des continents se trouve sous les tropiques. C'est le seul continent qui est traversé par le tropique du cancer, l'équateur et le tropique du Capricorne.

Divisions régionales

Les divisions physiographiques de l'Afrique sont réparties dans les six régions suivantes :

Afrique du Nord

Il s'étend de l'Algérie au nord, en passant par les îles Canaries, Santa Cruz de Tenerife, Ceuta, l'Egypte, la Libye, Madère Melilla, le Maroc, le Soudan et la Tunisie. Il atteint jusqu'au Sahara occidental.

Afrique du Nord-Est

On l'appelle aussi la corne de l'Afrique qui s'étend sur plusieurs

Cent kilomètres dans la mer d'Oman et se trouve le long du côté sud du golfe d'Aden. Il contient des pays tels que Djibouti, l'Érythrée, l'Éthiopie et la Somalie.

Afrique de l'Est

La vaste zone s'étend de la mer Rouge et de la corne de l'Afrique au Mozambique, en passant par le Burundi, les Comores, le Kenya, Madagascar, le Malawi, Maurice, Mayotte, le Mozambique, la Réunion, le Rwanda, les Seychelles, le Soudan du Sud, la Tanzanie, l'Ouganda, la Zambie, le Zimbabwe.

Afrique centrale

C'est la grande masse terrestre située exactement au milieu du continent couvrant l'Angola, le Cameroun, l'Afrique centrale

Tchad, République du Congo, République démocratique du Congo, Guinée équatoriale, Gabon, Sao Tomé et Principe.

Afrique du sud

C'est la partie la plus méridionale du continent et couvre des pays tels que le Botswana, le Lesotho, la Namibie, l'Afrique du Sud et le Swaziland.

Afrique de l'Ouest

Il est situé à environ 100° E de longitude couvrant des pays comme le Bénin, le Burkina Faso, le Cap-Vert, la Gambie, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Côte d'Ivoire, le Libéria, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, Sainte-Hélène, le Sénégal, la Sierra Leone et le Togo.

Divisions physiques majeures

Les principales divisions physiques du continent africain sont :

Les Plateaux

Les vastes continents africains sont célèbres pour leurs plateaux en forme de soucoupe et aux bords escarpés qui font face à la côte et s'étendent de la côte guinéenne à la terre somalienne et du nord du Sahara à la province du Cap. Ceux-ci sont divisés en trois groupes :

plateau sud-africain

  • Le plateau sud-africain jusqu'à environ 12°S, délimité à l'est, à l'ouest et au sud par des bandes de hautes terres qui tombent à pic jusqu'aux côtes. Le plateau sud-africain est relié vers le nord-est au plateau est-africain.
  • L'escarpement du Drakensberg est un escrapement d'Ingh dans le sud-est de l'Afrique causé par le flux de lana. C'est un exemple de plateau continental.

Plateau d'Afrique de l'Est

  • Le plateau d'Afrique de l'Est, avec probablement une altitude moyenne légèrement supérieure, et marqué par quelques caractéristiques distinctes. Il est formé par un élargissement de l'axe oriental des hautes terres, qui se subdivise en plusieurs zones allant du nord au sud et constituées tour à tour de chaînes, de plateaux et de dépressions.

Hauts plateaux éthiopiens (origine volcanique)

  • La troisième division de la région supérieure de l'Afrique est formée par les hauts plateaux éthiopiens, une masse accidentée de montagnes formant la plus grande zone continue de son altitude dans tout le continent.
  • Ras Dashan (4 620 m) est le plus haut sommet des hautes terres éthiopiennes et le troisième plus haut sommet d'Afrique. Le haut plateau est la source du Nil Bleu.

Les montagnes du pli

L'Afrique est célèbre pour ses montagnes plissées nouvellement formées.

Les chaînes de montagnes proéminentes avec certains des pics montagneux très élevés sont la spécialité des continents africains. Certaines des chaînes de montagnes bien connues sont:

Atlas

  • Il est situé dans la partie nord-ouest du continent et s'étend sur une superficie de 2400 km vers le sud-ouest à travers le Maroc, l'Algérie et la Tunisie.

La gamme est divisée en cinq gammes distinctes parallèles les unes aux autres : -

  • Ces montagnes balayent le centre du nord-est au sud-ouest et s'élèvent à 2 750 m dans le Moyen Atlas pour couvrir 4 000 m dans le haut Atlas et au sud l'Ami Atlas (Le bord surélevé de la plate-forme saharienne) atteint 2 000 m. Le Jebel Toubkal est parmi ces hauts plateaux ou montagne dont la hauteur est de 4165 m du niveau de la mer.
  • C'est un séparateur physique entre les vastes côtes de la mer Méditerranée et de l'Atlantique et le désert du Sahara.

Montagnes Ruwenzori

  • S'étendant sur une superficie de 240 milles carrés, la chaîne borde l'Ouganda et le Congo (Kinshasa) et est considérée comme la
  • Le mont Stanley à Margherita Peak (5 109 m) est le point culminant de ce système montagneux.
  • Il s'agit d'un gigantesque horst de six masses glaciaires distinctes qui tombent abruptement vers l'ouest jusqu'à la vallée du Rift occidental.
    • Il est situé près du lac Mobutu ou du lac Albert au Zaïre.

    Mont Elgon

    • C'est une montagne volcanique éteinte située dans la partie nord-est du lac Victoria à la frontière Ouganda-Kenya.
      • La hauteur est d'environ 4.321 km du niveau moyen de la mer.

      Les montagnes du Tibesti

      • Ceux-ci sont principalement situés dans la partie nord du Tchad et s'étendent à l'ouest dans le nord du Niger et la zone frontalière sud de la Libye.
        • Montagne du désert
        • Le plus haut sommet culmine à 3 415 m. du niveau moyen de la mer.

        Montagnes Ahaggar

        • Les montagnes de l'Ahaggar, également connues sous le nom de Hoggar, sont une région montagneuse du centre du Sahara ou du sud de l'Algérie, près du tropique du Cancer. Ils sont situés à environ 1 500 km au sud de la capitale, Alger. Le mont Tahat est le plus haut sommet

        Le Drakensberg

        Ces montagnes sont les plus hautes d'Afrique australe et s'élèvent à Thabana Ntlenyana à 3 482 m (11 422 pieds) de hauteur. Ils sont situés dans la partie orientale de l'Afrique du Sud, s'étendant sur quelque 1 000 km. Le plus haut sommet est le Thabana Ntlenyana à 3 482 m (11 422 pi). C'est aussi le plus haut sommet du Lesotho.

        Mont Kenya

        Le mont Kenya est la plus haute montagne du Kenya et la deuxième plus haute d'Afrique (après le mont Kilimandjaro). Les plus hauts sommets de la montagne sont Batian (5 199 m - 17 058 pi), Nelion (5 188 m - 17 022 pi) et Lenana (4 958 - 16 355 pi). Le mont Kenya est situé dans le centre du Kenya, juste au sud de l'équateur, à environ 150 km (95 miles) au nord-nord-est de Nairobi. D'origine volcanique.

        Kilimandjaro

        • Il est également connu sous le nom de mont kibo
        • Un exemple de volcans éteints.
        • Le café est cultivé sur les pentes du Kilimandjaro.

        Le Kilimandjaro avec ses trois cônes volcaniques, Kibo, Mawensi et Shira, est un stratovolcan inactif du nord-est de la Tanzanie. Le Kilimandjaro est la plus haute montagne autonome au monde, s'élevant à 4 600 m (15 100 pi) à partir de sa base et comprend le plus haut sommet d'Afrique à 5 895 mètres (19 340 pi).

        Les Déserts

        • Se situe entre 15 et 30 degrés de latitude
        • Le Sahara, le plus grand désert chaud du monde, s'étend sur toute la largeur de l'Afrique du Nord. Il couvre une superficie d'env. 3 320 000 milles carrés.
        • Erg Le désert de sable du Sahara (9,1 km²) est une plaque de sable ondulante, produite par le dépôt du vent
        • Hamada Le désert rocheux du Sahara est une surface rocheuse nue formée par défcation. Les principaux pays contribuant à leur avance dans les déserts du Sahara sont la Libye, l'Algérie, l'Égypte, la Tunisie, le Tchad, le Maroc, l'Érythrée, le Niger, la Mauritanie, le Mali et le Soudan.
        • Le désert du Kalahari se situe au sud et le désert du Namib se trouve le long de la rive sud-ouest de l'Afrique. Il couvre une superficie de 3 50 000 milles carrés et englobe des parties du Botswana, de la Namibie, de la Zambie, de l'Angola et du Zimbabwe.

        Berceau de l'une des plus anciennes races d'Afrique, le bushme du Kalahari

        • Le désert de Nubie est la région orientale du désert du Sahara, entre le Nil et la mer Rouge. Il n'y a pratiquement pas de précipitations ici, et il n'y a pas d'oasis. C'est en Egypte. Il couvre une superficie de 1,54 000 milles carrés aporox.

        Karoo : Le Karoo est une région semi-désertique d'Afrique du Sud. Elle comprend deux sous-régions principales - La Grand Karoo dans le nord et le Petit Karoo dans le Sud. Le Grand Karoo a une superficie de plus de 400 000 km². Actuellement, l'élevage de moutons est l'épine dorsale économique du Karoo, avec d'autres formes d'agriculture établies dans les zones où l'irrigation est possible. Dernièrement, les fermes à gibier et le tourisme ont également commencé à avoir un impact économique. Le Petit Karoo est la plus petite (et la plus au sud) des deux sous-régions du Karoo. Localement, on l'appelle généralement le Klein Karoo. Géographiquement, c'est une vallée fertile.

        Les îles

        • Il y a très peu d'îles près de l'Afrique.
        • Madagascar (Malagasay) dans l'océan Indien est la plus grande île d'Afrique.
        • Au nord-ouest, dans l'océan Atlantique se trouvent les îles Canaries.
        • À l'ouest de l'Afrique dans l'océan Atlantique Sud se trouve l'île de Sainte-Hélène où Napoléon est mort en exil.
        • Zanzibar appartient à la Tanzanie et est plus proche de l'océan Indien.

        LES FLEUVES D'AFRIQUE

        Les plus importants sont le Nil, le Congo, le Niger et le Zambèze.

        • C'est le la plus longue rivière dans le monde.
        • Il part de nombreux ruisseaux de la forêt tropicale équatoriale de la région du lac Victoria et de la montagne Ruwenzori (les montagnes de la lune).
          • Du lac Albert, il coule comme le Nil Blanc.

          Barrages sur le Nil

          (i) Barrage d'Owen près des chutes d'Owen, sur le Nil blanc, où il quitte le lac Victoria

          (ii) le barrage de Sennar sur le Nil Bleu au Soudan

          (iii) Barrage d'Assouan sur le Nil en Egypte - contrôler le débit du grand fleuve,


          Voir la vidéo: Libération de Paris 1944: pourquoi il ny avait presque aucun Noir dans les défilés de la victoire (Février 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos