Nouveau

Gérard de Rayneval, Conrad Alexandre - Histoire

Gérard de Rayneval, Conrad Alexandre - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Gérard de Rayneval, Conrad Alexandre (d. 1790) Diplomate : Gérard est né en France, et a été l'un des secrétaires du comte de Vergennes, ministre des Affaires étrangères sous Louis XVI, et en tant que tel a organisé et signé le traité entre la France et les États-Unis États-Unis en 1778. Il fut le premier ministre français accrédité aux États-Unis, atteignant Philadelphie au début de juillet 1778. Il resta dans les colonies américaines jusqu'en septembre 1779, date à laquelle il fut remplacé par le chevalier de la Luzerne. Dans les discussions avec le Congrès en 1779 concernant la conclusion d'un traité de paix avec la Grande-Bretagne et l'aménagement des frontières de la nouvelle république, le chevalier Gérard joua un rôle important, jouissant de la pleine confiance du comte de Vergennes. En 1779, il reçut le diplôme de LL. D. de Yale.


De George Washington à Conrad Alexandre Gérard de Rayneval, 29 octobre 1783

Les officiers de l'armée américaine, pour perpétuer les amitiés qui se sont formées pendant une période de danger et de détresse communs, et à d'autres fins mentionnées dans l'institution, se sont associés avant leur séparation en une société d'amis sous le nom de Cincinnati. et m'ayant fait l'honneur de m'élire leur président général, il devient une partie agréable de mon devoir de vous informer, que la société s'est fait l'honneur d'inscrire votre nom parmi ses membres.

Le Major L'Enfant, qui aura l'honneur de vous remettre cette Lettre, est chargé par la Société de l'exécution de son Ordre en France, et a ordre de vous fournir une des premières qui soient complétées, et dès que le Diplôme peut être établi, je me ferai l'honneur de vous le transmettre. Avec la plus grande considération, respect et estime, j'ai l'honneur d'être Monsieur votre très obéissant et très humble serviteur

Envoyé également au comte de Grasse, au comte d'Estaign, au comte de Barras, au chevalier Destouches et au comte de Rochambeau.


Tartalom

Conrad Alexandre Gérard 1753 és 1759 között a mannheimi nádor választófejedelem francia küldöttségének titkáraként, 1761 és 1766 között Bécsben a francia osztrák nagykövetség titkáraként dolgozott . 1766 júliusában Párizsba hívták, hogy a Tanács titkára legyen. államtitkár és a Külügyminisztérium főjegyzője. 1779-ben megválasztották az Amerikai Filozófiai Társaságba .

1778 elején, Vergennes utasítása alapján , az amerikai képviselőkkel, Benjamin Franklinnel , Silas Deane-nal és Arthur Lee -vel folytatta a tárgyalásokat , amelyek eredményeként a Szövetszeresőllárzütárgya Szer 1778. 6 février. 1778 márciusában Amerikába utazott, mint első akkreditált miniszter Franciaországból az Egyesült Államokba. Silas Deane társaságában hajózott a tizenhét hajóból álló harci flotta négyezer francia katonát szállító comte d'Estaing zászlóshajójának fedélzetén. A kongresszus július 14-én üdvözölte Gerardot, egy nappal azelőtt, hogy megindította volna a Deane elleni vádemelések nyomozását.

Ezt a tisztséget addig töltötte be, amíg a Chevalier de la Luzerne felváltotta , 1779 szeptemberében. Amerikában végzett tevékenysége elsősorban az írók támogatásában állt - akik közül Thomas Paine volt a legismertebb -, hogy a szorosabb francia szövetség számára kedteremtulatot. kissé megkérdőjelezhető kapcsolatok a kongresszus különféle tagjaival , akik tőle kapták az "ajándékokat". A kongresszussal folytatott kommunikációja többnyire szóbeli beszédek voltak a titkos üléseiken. Amerikai tartózkodása alatt megkapta az LL.D fokozatot. származó Yale és az ő visszatér Franciaországba készült egy államtanácsos .


A Joseph-Mathias Gérard de Rayneval

Je vous remercie de votre Soin à l'envoi de mon Paquet que j'ai reçu. Je vous félicite très cordialement pour le retour sain et sauf de votre bon Frère. Les journaux américains vous donneront les honorables sentiments et témoignages d'organismes publics à son égard, et je vous enverrai ceux de mes amis et correspondants que j'ai extraits de leurs lettres privées en pensant qu'ils pourraient vous faire plaisir.5 Avec une grande estime, j'ai l'honneur d'être, Monsieur &c.

5 . Nous n'avons pas localisé les extraits faisant l'éloge du frère de Gérard de Rayneval, Conrad-Alexandre Gérard. Il est probable, cependant, qu'ils comprenaient des commentaires de RB , Robert Morris, John Jay et peut-être Cyrus Griffin : XXX , 366, 372, 402–3, 421.


BIBLIOGRAPHIE

Meng, John J., éd. Dépêches et instructions de Conrad Alexandre Gérard, 1778-1780 : Correspondance du premier ministre français aux États-Unis avec le comte de Vergennes. Baltimore : Johns Hopkins Press, 1939.

Stinchcombe, William C. La Révolution américaine et l'Alliance française. Syracuse, N.Y. : Syracuse University Press, 1969.

Forte, Ruth Hudson. Le ministre de France : Conrad-Alexandre Gérard, 1729-1790. Euclide, Ohio : Lutz, 1994.


Conrad Alexandre Gérard de Rayneval.

Emplacements des bibliothèques The Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs : Print Collection Localisateur d'étagères : MEZP Sujets Gérard, Conrad Alexandre, 1729-1790 Genres Estampes Notes Citation/référence : EM3135 Description physique Gravures sur bois Type de ressource Image fixe Identifiants Identifiant unique universel (UUID) : 38f41710-c607-012f-ccc4-58d385a7bc34 Déclaration des droits La Bibliothèque publique de New York estime que cet élément est dans le domaine public en vertu des lois des États-Unis, mais n'a pas pris de décision quant à son droit d'auteur statut en vertu des lois sur le droit d'auteur d'autres pays. Cet article peut ne pas être dans le domaine public en vertu des lois d'autres pays. Bien que cela ne soit pas obligatoire, si vous souhaitez nous citer comme source, veuillez utiliser la déclaration suivante, « De la bibliothèque publique de New York », et fournir un lien vers l'article sur notre site de collections numériques. Cela nous aide à suivre la façon dont notre collection est utilisée et à justifier la publication gratuite d'encore plus de contenu à l'avenir.


Le port de New York

Le 11 juillet 1778, la flotte d'Estaing composée de douze navires de ligne et de cinq frégates est arrivée juste à côté de Sandy Hook, à l'extrémité sud du port de New York. Le reste de la flotte de l'amiral Howe dans le port s'est retrouvé largement dépassé et n'était pas d'humeur à se battre.

Carte française du port de New York, 1778
La flotte de Howe était arrivée dans le port de New York environ deux semaines auparavant. Ils étaient revenus avec le dernier des navires de l'évacuation de Philadelphie. Dès que l'amiral Howe est arrivé, il a été informé par le général Clinton que l'armée venait de livrer la bataille de Monmouth et s'était ensuite retirée à Sandy Hook, dans le New Jersey. La marine a ensuite dû transporter toute l'armée et tous ses bagages à travers le port jusqu'à l'île de Manhattan, ainsi que Staten Island et Long Island. Ils ont terminé tout cela le 5 juillet, seulement six jours avant l'arrivée de la flotte française.

Alors qu'il naviguait de Philadelphie à New York, l'amiral Howe avait reçu des informations selon lesquelles une flotte française sous le commandement d'Estaing était en route pour l'Amérique, mais n'avait pas beaucoup plus de détails. Il ne savait même pas si d’Estaing se dirigeait vers Philadelphie, New York, Newport ou Halifax. Quelques jours avant l'arrivée de la flotte française, Howe a appris qu'il avait été repéré au large des côtes de Virginie et avait ensuite navigué jusqu'à la baie du Delaware. Howe n'avait que douze petites frégates et six navires de ligne à New York, dont son navire amiral, le Aigle.

Les Britanniques, en infériorité numérique, se sont précipités pour mettre leurs navires dans une ligne défensive au large de Sandy Hook, dans le New Jersey. L'armée a également déployé 1400 hommes avec de l'artillerie à Sandy Hook. Ils craignaient que les Français ne capturent l'hameçon, puis forcent la flotte à se retirer. S'ils faisaient cela, les Français auraient le temps de se frayer un chemin sur le banc de sable et de prendre le port de New York. Si les Français prenaient le port et si les Continentaux continuaient leur avance depuis Monmouth, les Britanniques pourraient devoir abandonner complètement New York et s'enfuir vers Halifax. Si l'évasion était impossible et que les renforts de la marine britannique ne pouvaient pas arriver à temps, le général Clinton pourrait envisager la nécessité de rendre son armée.

Ce pire scénario pour les Britanniques, bien sûr, ne s'est jamais produit. La profondeur de l'eau au-dessus du banc de sable de Sandy Hook aurait empêché les deux plus gros navires français d'entrer dans le port à marée basse. Les autres auraient dû entrer l'un après l'autre, et subir des attaques depuis le rivage, et depuis les navires britanniques de ligne en place pour s'opposer à eux. Vous pourriez demander, pourquoi ne pas entrer à marée haute ? La préoccupation était que vous ne pouviez pas savoir combien de temps durerait la bataille. Les Français pourraient trouver leur flotte bloquée et incapable de se retirer. Le risque de perdre la flotte pour ce combat n'en valait tout simplement pas la peine.

La flotte française est restée juste à l'extérieur du port pendant onze jours. Pendant ce temps, d’Estaing a évalué la situation dans le port et les défenses britanniques. Il s'est également entretenu avec le général Washington via Messenger au sujet d'autres options. En fin de compte, ils ont décidé que les Britanniques avaient une bien meilleure position défensive et qu'ils chercheraient une bataille ailleurs. Le 22 juillet, la marine française hisse les voiles et se dirige vers le nord en direction de Newport, Rhode Island. La bataille potentielle pour New York a été évitée et les Britanniques ont poussé un soupir de soulagement.

Je reprendrai l'histoire de l'attaque de Newport dans un prochain épisode.

En attendant, la semaine prochaine nous nous dirigeons vers le sud de la Floride pour la bataille d'Alligator Bridge.


Manuscrit/Matière Mixte Conrad Alexandre Gérard de Rayneval à Thomas Jefferson, le 18 septembre 1789

La Bibliothèque du Congrès donne accès aux documents Thomas Jefferson à la Bibliothèque du Congrès à des fins non commerciales, éducatives et de recherche. Bien que la Bibliothèque n'ait connaissance d'aucun droit d'auteur ou autre droit associé à cette collection, l'autorisation écrite de tout titulaire de droit d'auteur et/ou d'autres titulaires de droits (tels que les droits de publicité et/ou de confidentialité) est requise pour la reproduction, la distribution ou toute autre utilisation. de tout élément protégé au-delà de celui autorisé par l'utilisation loyale ou d'autres exemptions légales. La responsabilité d'effectuer une évaluation juridique indépendante d'un article et d'obtenir les autorisations nécessaires incombe en fin de compte aux personnes souhaitant utiliser l'article.

Ligne de crédit : Bibliothèque du Congrès, Division des manuscrits.

Les éléments suivants sont inclus dans cette collection avec autorisation :

L'essai "American Sphinx: The Contradictions of Thomas Jefferson" de Joseph J. Ellis a été initialement publié dans le numéro de novembre-décembre 1994 de Civilisation : Le magazine de la Bibliothèque du Congrès et ne peut être réimprimé sous aucune autre forme ou par aucune autre source.

L'essai "The Jamestown Records of the Virginia Company of London: A Conservator's Perspective" de Sylvia R. Albro et Holly H. Krueger a été initialement publié sous une forme légèrement différente en Actes de la quatrième conférence internationale de l'Institute of Paper Conservation, 6-9 avril 1997 et ne peut être réimprimé sous aucune autre forme ou par aucune autre source.

Le portrait de Thomas Jefferson de Rembrandt Peale sur la Thomas Jefferson Time Line en 1800 provient de la White House Collection, avec l'aimable autorisation de la White House Historical Association.

L'image de Thomas Jefferson sur la page d'accueil provient d'une impression photomécanique conservée à la Division des estampes et photographies de la Bibliothèque du Congrès, dossier présidentiel, et est une reproduction du portrait populaire de Rembrandt Peale de 1805 dans la collection de la New-York Historical Society.


Traduction des éditeurs

Paris 6 fructidor an 7. 24 août 1799.

A l'époque où nous étions en contact social, vous m'avez bien voulu témoigner de l'estime, de la confiance et de l'amitié, et je conserve comme quelque chose de très précieux pour moi la lettre dont vous m'avez honoré lors de votre départ. Aujourd'hui, je prends l'audace de revendiquer le résultat des sentiments que vous y avez exprimés. La situation est du plus haut intérêt pour moi. M. Du Pont, porteur de cette lettre, et qui a bien voulu s'occuper de mes intérêts, vous les expliquera et vous montrera les titres sur lesquels se fonde ma demande. Je suis convaincu d'avance, Monsieur, que vous le trouverez juste, et que vous m'accorderez votre puissant concours pour le faire réussir. Je suis également convaincu que vous serez persuadé de ma gratitude pour un service aussi remarquable, ainsi que l'affection et la parfaite considération avec lesquelles j'ai l'honneur d'être, Monsieur,

Votre très humble et très obéissant Serviteur

TJ avait écrit sa lettre d'adieu à Gérard de Rayneval à New York le 6 avril 1790.


…and en avant : une année de défis de taille

2019 a encore été une année de consolidation prudente. Nous avons grandi plus vite que prévu mais nous sommes restés une plate-forme de projets qui ont fonctionné en silence côte à côte et dans un esprit d'amitié ouverte d'esprit, imbriquant des connaissances ici et là. Toutes les données sur FactGrid sont jusqu'à présent sélectionnées à la main dans un travail extrêmement chronophage. L'entrée GND devrait changer le flux de travail et elle devrait inviter les projets à démarrer en plein milieu des connaissances accessibles au public. Dix millions d'ensembles de données de personnes, d'organisations et de lieux créeront un paysage mûr pour une culture immédiate.

Beaucoup de questions sont encore ouvertes dans ce projet : devons-nous inclure l'ensemble du GND afin de fonctionner comme un projet DNB-filial complet ? Notre idée initiale était de restreindre FactGrid au début de la période moderne, mais même de telles limitations auto-imposées et quelque peu arbitraires étaient ouvertes à une révision ultérieure. 1900 avait été la ligne que nous tracerions en 2018. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à des idées pour ouvrir FactGrid pour la recherche sur l'ensemble des données récoltées à la Bibliothèque nationale allemande. Comment pourrions-nous traiter les informations personnelles des personnes vivantes sans le centre de la Bibliothèque nationale qui répond aux demandes de modification de ces données ? La menace inverse est tout aussi cruciale : et comment allons-nous nous assurer que l'entrée (peu importe où elle se termine) ne transforme pas FactGrid en une agglomération de données que seuls quelques spécialistes SPARQL pourront exploiter et que nous pouvons difficilement rester frais et vivant sur notre site?

Nous devrons générer une communauté plus large. Nous devrons annoncer le projet dans le champ plus large des projets Wikimédia afin d'attirer les fans de la connaissance ouverte de Wikidata et des différents projets d'histoire de Wikipédia. Nous aurons besoin d'une aide technique lors de la saisie et nous aurons besoin d'une communauté qui adopte cette masse de données et qui transforme l'énorme monticule de date en un terrain de jeu intellectuel dynamique.

Comme FactGrid n'est pas exactement un projet de base, nous devrons nous assurer que la recherche historique, les archives et les bibliothèques nous considèrent comme une ressource et un site de travail collectif. Si vous appartenez au monde plus large des historiens, des bibliothécaires et des archivistes et si vous êtes intéressé par le big data, vous devriez vous sentir interpellé par un projet qui transformera les données publiques en un trésor que l'on peut maintenant, tout d'un coup, réviser, enrichir et explorer. avec une liberté sans précédent.

Le projet aura besoin d'une base technique plus solide sur ce cours. Nous avons besoin d'une interface pour rencontrer le grand public : une interface que tout le monde peut gérer sans SPARQL. L'interface devrait être multilingue et elle ressemblera plus au Reasonator qu'à nos pages actuelles de style Wikidata, qui veulent être éditées plutôt que consultées.

Donc, des défis assez intimidants à venir - mais nous nous attendons à ce qu'il soit inspirant de les affronter et éventuellement de les maîtriser. Le logiciel est incroyablement cool. Elle nous a ouvert des portes durant ses 1 an et demi et nous avons tout lieu de penser qu'elle continuera à démontrer ce potentiel pour les années à venir. Wikibase est en passe de devenir le logiciel d'un vaste réseau d'instances de Wikibase et nous devrions essayer de devenir une plate-forme de recherche dans ce réseau.



Commentaires:

  1. Kigat

    Une chose très utile

  2. Gosheven

    Je m'excuse, mais, à mon avis, vous commettez une erreur. Je peux défendre la position. Écrivez-moi dans PM.

  3. Cathair

    Je confirme. Je rejoins tout ce qui précède. Essayons de discuter de la question.

  4. Kazrami

    Dans ce quelque chose, je semble que c'est l'excellente idée. Je suis d'accord avec toi.

  5. Corydon

    très excellente idée et est opportun

  6. Brad

    Vous n'êtes pas correcte. Je suis sûr. Je peux le prouver. Écrivez dans PM, nous parlerons.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos