Nouveau

Collège d'État de la vallée de l'Utah

Collège d'État de la vallée de l'Utah


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Utah Valley State College, situé à Orem, dans l'Utah, est un collège d'État entièrement accrédité de quatre ans. En plus d'offrir de nombreux programmes d'études complets, il guide les entrepreneurs et les propriétaires d'entreprise pendant les premières phases du développement commercial en fournissant des plans d'affaires et des stratégies détaillés. Les débuts de l'Utah Valley State College remontent à la Seconde Guerre mondiale, qui a créé des emplois et des opportunités grâce au travail fédéral. programmes. Ces nouveaux emplois ont conduit à la nécessité d'une meilleure formation parmi le vivier de talents. Des cours de formation professionnelle ont été organisés dans divers magasins et entreprises à travers l'Utah et la vallée de Heber. En 1941, ces cours de formation ont été déplacés vers un emplacement central dans le sud de Provo, ce qui a conduit à la création de la Central Utah Vocational School. En 1947, l'école a été convertie en une institution publique permanente. Le nom a été changé en Utah Trade Technical Institute. En 1967, le collège a été rebaptisé Utah Technical College à Provo. Avec la notoriété croissante du collège, un nouveau nom d'Utah Valley Community College a été adopté en 1987, pour refléter sa portée plus large. Aujourd'hui, l'Utah Valley State College compte plus de 23 600 étudiants. Le collège propose 41 baccalauréats et une gamme de diplômes associés. Le collège comprend les écoles de commerce, d'informatique et d'ingénierie; formation continue, éducation, études générales, sciences humaines, arts et sciences sociales; la science et la santé, et la technologie, les métiers et l'industrie. La bibliothèque du collège propose un large éventail de livres, de revues et de périodiques, logés dans un bâtiment de quatre étages. Toute la collection de la bibliothèque est disponible en ligne pour un accès plus facile. L'un des bâtiments les plus intéressants du campus est le bâtiment Pope Science. Le bâtiment abrite de nombreux modèles et expositions scientifiques, conçus pour aider les étudiants dans leurs études et leurs projets. Un autre lieu intéressant est le Hall of Flags. États, ainsi que d'autres nations, représentant les divers endroits d'où les étudiants sont arrivés.


EXPOSITIONS

Une carte indiquant les différents sites amérindiens près de Mendon, Utah. [Cliquez pour agrandir]
(Utah State University Special Collections & Archives, Folk Collection 67)

La bande nord-ouest de Shoshone (ou Newe, ce qui signifie « le peuple ») et leurs ancêtres ont un lien profond avec les terres du nord de l'Utah et du sud-est de l'Idaho. Les premiers souvenirs de la région autour de Mendon d'aujourd'hui commencent par ceux des membres de ce groupe.

La bande de Shoshone du nord-ouest située à Cache Valley était connue sous le nom de Pangwiduka (mangeurs de poisson). Lorsque les colons mormons sont arrivés à Cache Valley, ils ont rencontré deux bandes de Pangwiduka. L'un, sous Sanpits, comptait 124 membres et l'autre, sous Sagwich, en comptait 158. Le chef Bear Hunter était un cousin du chef Sagwitch et un compagnon de longue date. Ces deux chefs et leurs bandes voyageaient ensemble la plupart du temps et ils conseillaient et prenaient des décisions ensemble. Dans les moments difficiles, ils partageaient leurs provisions entre eux.

Sagwich, Beawoachee (dernière épouse de Sagwich), la veuve de Bear Hunter, Lehi, Pocatello et Sanpitch sont tous des personnages historiques importants de Shoshone. Ils ont participé à l'action militaire américaine contre les Shoshone, connue sous le nom de massacre de Bear River ou de bataille de Bear River. Tous les membres du groupe Bear Hunter, sauf sept, sont décédés.

En 1938, l'anthropologue Julian Steward (1970) a interviewé Ray Diamond, membre du Northwestern Band of Shoshone. Diamond a dit à Steward que Kwa&rsquogunogoi était un établissement historique Newe le long de la rivière Logan au-dessus de sa jonction avec la rivière Little Bear (Wuda = ours + ogwa = rivière qui coule). Des artefacts ont été trouvés dans un rayon de cinq milles et à peu près tirés de la confluence Logan-Little Bear au nord, au sud de Pelican Pond et à l'ouest des contreforts de Mendon. Voir la carte à gauche pour les emplacements de ces artefacts.

Racine de quenouilles, Typha
(Utah State University Special Collections & Archives, Folk Collection 67)

Willow Creek ou Willow River

Les Shoshone appelaient Cache Valley Sihiviogoi, ce qui signifie Willow Creek ou Willow River (Sihivi=saule + ogoï= rivière). Vue du col de la montagne, Cache Valley est l'une des plus belles vallées de la chaîne des Rocheuses. Les terres le long de la rivière Bear et de ses affluents regorgent de saules que les Shoshone utilisaient comme brise-vent et brise-neige en hiver. Le Newe a trouvé la vallée de Cache richement fertile, produisant une excellente herbe tandis que la vallée de nombreux marais fournissaient de riches ressources alimentaires. Un acre de Typha latifolia (quenouille) donne 10 792 livres de racines et tubercules récoltables qui, une fois séchés, peuvent être broyés en 5 500 livres de farine. La valeur nutritionnelle de cette farine dépasse celle du riz, du blé et du maïs (Watkins et Timbimboo-Madsen 2019, 51).

Papillon sur verge d'or, Solidago, un membre de la famille du tournesol.
(Utah State University Special Collections & Archives, Folk Collection 67)

Verge d'or, Solidago, membre de la famille des tournesols, sur la route de Mendon.
(Utah State University Special Collections & Archives, Folk Collection 67)

Mendon, Utah (campement de Newe connu localement)

Les anciens de Mendon ont trouvé des pointes de flèches dans plusieurs zones de Mendon ou à proximité. La famille Fred Taylor a trouvé des pointes de flèches entre 1930 et 1960 sur la colline à l'entrée nord-est de Mendon, qui abrite aujourd'hui un ensemble immobilier de plus de 90 ans appelé Pheasant Hollow. Une collection de pointes de flèches, dont une grosse pointe de projectile, est en la possession de Laverna Taylor de Mendon.

La famille William Barrett a collecté des pointes de flèches dans les contreforts près de First Cattle Guard sur la National Forest Road au sud de la ville. Près d'une source et d'un ruisseau, la zone aurait pu être un centre de récolte de verdure au début du printemps, de tournesol d'été (aken) et de ray-grass (piasonippe) (Watkins et Timbimboo-Madsen 2019, 52).

Écrit avec l'aide de Paula Watkins, universitaire communautaire, et de Patti Timbimboo-Madsen, gestionnaire des ressources culturelles/naturelles pour la Northwestern Band of Shoshone.

L'impact des étrangers sur les Shoshone

Grâce au contact avec les Espagnols et au commerce avec les tribus voisines du sud et de l'est, les Shoshone ont acquis des chevaux, ce qui a considérablement augmenté leur aire d'alimentation. Les chevaux sont rapidement devenus un élément essentiel de la culture Shoshone, les obligeant à adopter de nouvelles techniques, telles que l'abattage et le brûlage des prairies de la vallée pour mieux nourrir leur bétail. Lorsque les explorateurs et les trappeurs américains sont arrivés dans la région au début des années 1800, les Shoshone « ont activement recherché et incorporé de nouveaux biens et technologies » (Heaton 1993, 28). Les Shoshone et les trappeurs de Cache Valley ont largement coexisté, créant une relation prospère de commerce d'armes et de peaux. Bien que mutuellement bénéfique, le piégeage a considérablement modifié l'environnement de la vallée, diminuant les populations animales locales et, finalement, les chassant de la région. Après l'effondrement du marché des fourrures dans les années 1830, les trappeurs ont laissé une Cache Valley très appauvrie, ce qui a affaibli les Shoshone locaux (Heaton 1993, 68).

De même, lorsque les colons mormons sont arrivés dans les années 1850, ils ont encore « érodé la base de ressources et la patrie décroissantes des Shoshones et ont conduit à une détérioration des relations entre les Indiens et les Blancs » (Heaton 1993, 75). Brigham Young, prophète de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours de 1847 à 1877, a dit aux colons qu'il était moins cher et plus facile de « nourrir les Indiens que de les combattre » (Heaton 1993, 80). Les colons ont en effet aidé les Shoshone en leur fournissant de la nourriture. C'était un fardeau lourd mais nécessaire. Malgré les ouvertures de paix de Young, des violences à petite échelle et des conflits éclataient toujours, obligeant les colons à s'installer dans des forts mieux protégés pour protéger leurs récoltes et leur bétail (Peterson 1997, 41 et 45).


Utah Valley State College - Histoire

Avis de non-responsabilité : les informations sur ce site ont été converties à partir d'un livre à couverture rigide publié par University of Utah Press en 1994.

Le livre - Encyclopédie de l'histoire de l'Utah

Livre original édité par :
Allen Kent Powell

Publié à l'origine par :
Presse de l'Université de l'Utah
Bibliothèque J. Willard Marriott
295 sud 1500 est, bureau 5400
Salt Lake City, Utah 84112

Contactez-nous 800-621-2736

Le site Web - Encyclopédie de l'histoire de l'Utah

Site web maintenu par :
Réseau d'éducation de l'Utah - UEN
101, promenade South Wasatch
Salt Lake City, Utah 84112

Contactez-nous 800-866-5852
Conditions d'utilisation
Accessibilité Web


Utah Valley State College - Histoire

Egypte : le temps des pharaons

pré-réservez vos billets ici

Corps d'explorateurs

Décisions en aval

Une nouvelle vidéo explorant notre nouvelle exposition

Du blog

Creuser le passé pour comprendre notre avenir climatique

Du blog

Le Nil égyptien abrite un crocodile spécial

Du blog

Des lucioles au Nouveau-Mexique ? Oui, si vous savez où chercher

Notre emplacement

301 Chemin Wakara
Salt Lake City, UT 84108

Les heures

10h00 – 17h00 Ouvert 7 jours sur 7

Ouvert jusqu'à 21h le mercredi


Ressources d'aide financière

UHEAA fournit une aide financière aux résidents de l'Utah et aux étudiants fréquentant les établissements postsecondaires de l'Utah. L'UHEAA possède l'un des meilleurs programmes d'avantages aux emprunteurs du pays.

Le régime d'épargne-études de l'Utah est le régime officiel d'épargne-études 529 parrainé par l'État de l'Utah. Il s'agit d'un régime 529 « vendu directement », ce qui signifie qu'un compte peut être ouvert et des cotisations peuvent être versées en traitant directement avec l'UESP. Un conseiller financier ou un courtier n'a pas besoin d'être impliqué.


Pourquoi les mormons se sont installés dans l'Utah

En 1844, ébranlés par le meurtre de leur fondateur et prophète, Joseph Smith, et confrontés à la violence continue de la foule dans leur colonie de l'Illinois, des milliers de saints des derniers jours (mieux connus sous le nom de mormons) ont apporté leur soutien à un nouveau dirigeant, Brigham Young. Deux ans plus tard, Young a conduit les mormons dans leur grand voyage vers l'ouest à travers la nature sauvage sur quelque 1 300 milles jusqu'aux montagnes Rocheuses, un rite de passage qu'ils considéraient comme nécessaire pour trouver leur terre promise.

Young, et 148 mormons, ont traversé la vallée du Grand Lac Salé le 24 juillet 1847. Au cours des deux décennies suivantes, des trains transportant des milliers d'immigrants mormons ont suivi le sentier de Young&# x2019s vers l'ouest. En 1896, lorsque l'Utah a obtenu le statut d'État, l'église comptait plus de 250 000 membres, la plupart vivant dans l'Utah. Aujourd'hui, selon les statistiques officielles des LDS, l'Utah abrite plus de 2 millions de mormons, soit environ un tiers du nombre total de mormons aux États-Unis.

Brigham Young, leader mormon américain et fondateur de Salt Lake City dans l'Utah. (Crédit : Culture Club/Getty Images)

Joseph Smith est emprisonné et tué par une foule en colère.
Forcés de fuir l'hostilité anti-mormone à New York, Ohio et Missouri, Smith et d'autres membres de l'église arrivèrent en 1839 à Nauvoo, Illinois, sur les rives du fleuve Mississippi. Emprisonné dans le Missouri, Smith a été autorisé à s'échapper dans l'Illinois, où il a aidé à faire de Nauvoo une ville prospère. Puis, au milieu de 1843, après que le gouverneur du Missouri a blâmé une tentative d'assassinat ratée d'agitateurs mormons, le gouverneur de l'Illinois, Thomas Ford, a accepté d'extrader Smith pour qu'il soit jugé.

Pourquoi toute l'hostilité contre Smith et ses compagnons mormons ? “Les mormons étaient assez claniques, pourrait-on dire,” Matthew Bowman, professeur d'histoire à la Henderson State University et auteur de Le peuple mormon : la fabrication d'une foi américaine, explique. Ils avaient tendance à voter en bloc, ils avaient tendance à consolider toute leur activité économique au sein de leurs propres communautés. Ce genre de choses a généré des soupçons de la part des gens autour d'eux.”

Smith a échappé à l'extradition pendant un certain temps et a même commencé à planifier une course à la présidence des États-Unis en 1844. Mais lorsqu'un journal local, le exposant Nauvoo, a publié un article en première page critiquant la doctrine mormone de la polygamie, Smith a ordonné que sa presse à imprimer soit détruite. Dans le tumulte qui a suivi, Smith a été convaincu de se rendre au siège du comté de Carthage pour faire face à une audience.

Le 27 juin 1844, une foule rassemblée à la prison a tué Smith et son frère Hyrum. Bien que les Mormons aient envisagé de migrer vers l'Ouest, hors de portée du gouvernement des États-Unis, avant le meurtre de leur fondateur&# x2019, le crime a solidifié cette intention. Et Brigham Young, qui est devenu le leader de facto après la mort de Smith&# x2019, avait juste l'endroit en tête.

Le meurtre de Joseph Smith. (Crédit : Archives Bettmann/Getty Images)

S'appuyant sur les rapports des explorateurs occidentaux et sur la faible population, les Mormons ont jeté leur dévolu sur l'Utah.
Young et ses confrères apôtres ont envisagé des options telles que le Texas (pendant sa brève période en tant que république indépendante), la Californie et le Canada. Mais s'appuyant sur les rapports d'explorateurs occidentaux comme John C. Fr&# xE9mont, ils ont choisi la vallée du Grand Lac Salé dans les montagnes Rocheuses. À l'époque, la région faisait partie du Mexique, avec une surveillance limitée par le gouvernement mexicain. Ils partirent de Nauvoo en avril 1846, mais durent camper plusieurs mois le long de la rivière Missouri entre l'Iowa et le Nebraska. Lorsque le printemps est arrivé, Young et un groupe avancé de 143 hommes, trois femmes et deux enfants ont quitté le camp d'hiver et se sont dirigés vers leur destination finale.

Malgré les avertissements concernant l'inadaptation de la région à l'agriculture et les Amérindiens hostiles vivant près du plus petit lac d'eau douce de l'Utah, les Mormons ont été attirés par la faible population de la vallée du lac Salé. Et les montagnes entourant la vallée étaient remplies de ruisseaux et de ruisseaux d'eau douce qui pouvaient nourrir les cultures, malgré la salinité du Grand Lac Salé lui-même. "Il ne semblait pas être recherché par d'autres Blancs", a déclaré Bowman à propos de l'endroit choisi par Young. “ Il n'y avait pas une grande présence amérindienne, mais il y avait un potentiel pour l'agriculture et pour soutenir une grande population.”

Dans un récit ultérieur de leur arrivée, le futur leader LDS Wilford Woodruff a écrit que Young s'est arrêté et a regardé la vallée pendant plusieurs minutes lorsqu'ils sont arrivés pour la première fois, et il a vu la gloire future de Sion et d'Israël, comme ils le seraient. , planté dans les vallées de ces montagnes.”

Couverture de partition pour une chanson intitulée &# x201CIf You Saw What I Saw, You&# x2019d Go To Utah !&# x201D par Howard Patrick, 1917. (Crédit : Sheridan Libraries/Levy/Gado/Getty Images)

Lorsque l'Utah devient une partie des États-Unis, Young voit une opportunité de contrôler un gouvernement d'État.
Lorsque Young et ses partisans sont arrivés pour la première fois dans le Grand Lac Salé, la région faisait encore partie du territoire mexicain. Mais au début de 1848, le Mexique a cédé quelque 525 000 miles carrés de son territoire aux États-Unis à la fin de la guerre américano-mexicaine, y compris tout ou partie de l'Arizona, de la Californie, du Colorado, du Nouveau-Mexique, du Wyoming et de l'Utah.

Young a vu une opportunité dans cette tournure des événements : les gouvernements des États avaient beaucoup de pouvoir, et en contrôler un pouvait donner aux mormons une autonomie considérable. En 1849, il envoya des représentants au Congrès avec une proposition de carte de l'état de Deseret (un mot du Livre de Mormon signifiant “honeybee”.) L'état aurait été immense, englobant l'Utah actuel, la majeure partie du Nevada, de bons morceaux du Colorado, de l'Arizona, du Nouveau-Mexique et de l'Idaho, et même de la ville de San Diego.

Au lieu de cela, dans le cadre du compromis de 1850, le Congrès a considérablement réduit la taille de Deseret&# x2019s et l'a renommé le territoire de l'Utah. Le président Millard Fillmore a nommé Young gouverneur du territoire, une décision prise "en grande partie pour des raisons pratiques", souligne Bowman, car Young avait essentiellement gouverné Deseret (comme il l'appelait) et l'Église mormone en tant qu'entité unique pour trois années déjà.

Une photographie colorisée d'une famille mormone polygame du XIXe siècle avec deux femmes et neuf enfants. (Crédit : Archives Bettmann/Getty Images)

Dans l'Utah, Young est capable d'ignorer le gouvernement fédéral, jusqu'à ce que la pratique de la polygamie empêche l'État de l'Utah.
Young a largement ignoré les agents fédéraux que l'administration Fillmore a envoyés en Utah et a fait ce qu'il voulait. Les salles d'audience fédérales étaient vides, tandis que les dirigeants mormons remplissaient la législature territoriale. Les soupçons de théocratie, et en particulier de la pratique mormone de la polygamie, que l'église a rendues publiques en 1852, "ont vraiment enflammé l'animosité des Américains" en particulier des protestants contre les Mormons", a déclaré Bowman. Cela a également fait des mormons un repoussoir politique utile pour les politiciens de Washington, dont certains ont comparé la religion à une autre institution très controversée : l'esclavage.

En 1857, le président James Buchanan déclara que le territoire de l'Utah était en rébellion et ordonna aux troupes fédérales de se rendre à Salt Lake City pour forcer Young à démissionner en faveur d'un gouverneur non mormon. Bien que Young ait finalement accepté d'être remplacé en tant que gouverneur territorial, la pratique mormone du mariage plural retarderait le statut d'État de l'Utah de près de quatre décennies supplémentaires.

Le Congrès a commencé à adopter des lois essayant de se débarrasser de la polygamie (ou de la bigamie, comme on l'appelait alors) au début des années 1860. Bien que pendant la guerre civile, ces lois n'aient pas été appliquées, dit Bowman, cela a changé au cours de la décennie qui a suivi ce conflit. Dans le cas de 1874 Reynolds c. États-Unis, dans lequel Young&# x2019s secrétaire, George Reynolds, a testé la constitutionnalité d'une loi anti-bigamie de 1862, la Cour suprême a statué à l'unanimité que la Constitution ne protège pas la polygamie.

Dans les années 1880 et au début des années 1890, plus de 1 000 hommes mormons seraient reconnus coupables d'accusations liées au mariage plural. En 1887, la loi Edmunds-Tucker a visé carrément l'église mormone elle-même, la désincorporant et autorisant le gouvernement fédéral à saisir une grande partie de ses biens. Encore une fois, les mormons ont intenté un procès, mais en 1890, la Cour suprême a statué que la loi Edmunds-Tucker était constitutionnelle. « Lorsque cela se produit, le président de l'église, Wilford Woodruff, publie ce que les mormons appellent le Manifeste », explique Bowman. C'est une proclamation disant que pour le bien de l'église, pour la survie de l'église, nous devons abandonner le mariage plural.

L'Utah devient le 45e État.
Une fois que Woodruff a officiellement renoncé à la polygamie au nom des LDS, l'attitude du Congrès a considérablement changé et la voie vers un État est devenue considérablement plus claire. Le 4 janvier 1896, l'Utah devient un État. Un an plus tard, lorsque l'église a célébré le 50e anniversaire de l'arrivée de Brigham Young&# x2019s dans la vallée du lac Salé&# x2014Young lui-même est décédé en 1877&# x2014le temple mormon nouvellement achevé à Salt Lake City était drapé de drapeaux américains.

L'Utah abrite aujourd'hui plus de 2 millions de mormons, soit environ un tiers du nombre total de mormons aux États-Unis.


Ressources d'aide financière

UHEAA fournit une aide financière aux résidents de l'Utah et aux étudiants fréquentant les établissements postsecondaires de l'Utah. L'UHEAA possède l'un des meilleurs programmes d'avantages aux emprunteurs du pays.

Le régime d'épargne-études de l'Utah est le régime officiel d'épargne-études 529 parrainé par l'État de l'Utah. Il s'agit d'un régime 529 « vendu directement », ce qui signifie qu'un compte peut être ouvert et des cotisations peuvent être versées en traitant directement avec l'UESP. Un conseiller financier ou un courtier n'a pas besoin d'être impliqué.


Provo historique

À seulement une heure au sud de Salt Lake City sur l'Interstate 15, il y a une section de l'État appelée Utah Valley. Bien que les Indiens Ute aient autrefois habité cette région, la vallée abrite aujourd'hui Provo, la deuxième plus grande ville de l'Utah. À l'ouest de Provo se trouve le lac Utah et à l'est de la ville se dresse une imposante chaîne de montagnes appelée le front Wasatch. L'histoire de Provo est une page intéressante de l'histoire de l'État de la ruche. Les visiteurs qui viennent à Provo trouveront plusieurs sites historiques. Ces lieux historiques sont des ressources culturelles dignes d'être préservées en tant que repères de la communauté.

La vallée de l'Utah était le foyer traditionnel des Indiens Ute. Ce peuple était également connu sous le nom d'Indiens Yuta ou d'Indiens Uta. En regardant les noms des autochtones de l'État, il devient évident d'où l'Utah tire son nom. Ces Indiens ont élu domicile dans la vallée de l'Utah parce que le lac Utah était plein de poissons qui nourrissaient la tribu et qu'ils étaient protégés des groupes belliqueux d'Indiens qui vivaient au nord-est. Le Front Wasatch a agi comme une barrière naturelle aux ennemis des Indiens Ute.

Deux prêtres franciscains espagnols nommés Escalante et Dominguez ont dirigé un groupe de ce que l'on pense être les premiers visiteurs blancs à entrer dans la vallée de l'Utah. Ils ont gardé une excellente trace écrite de leur voyage et des lieux qu'ils ont visités. Ce groupe est venu de Santa Fe, au Nouveau-Mexique, le long d'un itinéraire appelé The Old Spanish Trail. Ils sont venus dans cette région pour rencontrer les Indiens Ute. Ils faisaient des affaires avec les Utes depuis un certain temps. Dans leur rapport écrit, les moines franciscains ont indiqué qu'ils étaient tellement impressionnés par la belle et verte vallée qu'ils ont fait des plans pour établir une colonie dans la vallée de l'Utah dès que possible. Cependant, il y a eu un recul de la colonisation espagnole du nouveau monde, ce qui a empêché les franciscains de s'installer dans la vallée de l'Utah. De leurs visites dans la région, il ne reste que leurs traces écrites.

Palais de justice du comté d'Utah Les trappeurs de fourrure du Caucase connaissaient le centre de l'Utah et plus particulièrement la vallée de l'Utah. Ils ont fréquenté la région au XIXe et au début du XXe siècle. En fait, la ville de Provo a reçu son nom en l'honneur d'un des premiers trappeurs, Etienne Provost. Provost était un commerçant de fourrures et un explorateur bien connu du Québec. Dans les documents historiques, son nom est enregistré de différentes manières. Il est mentionné sous le nom de Provost, Proveau et Provot. Les trois sont des variantes du même nom. Provost était un montagnard bien connu et respecté. De nombreux enregistrements l'ont enregistré comme le premier homme blanc à aller assez loin au nord pour voir le Grand Lac Salé. Il établit un poste de traite sur les rives du lac Utah. La rivière Provo et la ville de Provo ont toutes deux été nommées d'après cet homme.

Provo a été colonisée par des membres de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours en 1849. C'était la première colonie de saints des derniers jours dans l'Utah en dehors de la vallée du lac Salé. Les colons saints des derniers jours ont eu des problèmes avec les Indiens qui vivaient dans la région. Les Indiens Ute étaient très agressifs envers les groupes de personnes qui tentaient de s'installer et de s'emparer de leurs terres. Les nouveaux colons ont construit la ville dans un fort défensif appelé Fort Utah. Il a été construit comme une palissade avec des murs extérieurs de quatorze pieds de haut. Ils ont dû vivre d'une manière proche de l'état de guerre à partir du moment où les colons sont arrivés pour la première fois à Provo. La paix est venue lentement entre les saints des derniers jours et les Indiens Ute, mais après la première année, les colons ont dû s'installer à l'extérieur de Fort Utah et faire de Provo une ville plus confortable dans laquelle ils pourraient vivre.

Provo s'est construit rapidement car de nombreux membres de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours s'y sont installés en provenance de différentes parties du monde. Ils ont créé des fermes et des centres industriels. Provo devint rapidement connue sous le nom de « Ville-jardin » en raison de ses vastes vergers, arbres et jardins. À la fin des années 1860, l'industrialisation a commencé avec la création de The Provo Woollen Mills. Dans les années 1920, l'aciérie d'Ironton a été créée, et plus tard l'aciérie de Genève, beaucoup plus grande, a été construite dans la ville. Ces industries ont été un succès. Provo est rapidement devenue la deuxième plus grande ville de l'Utah.

Les visiteurs de Provo peuvent voir plusieurs sites aujourd'hui qui ont une grande importance historique. Ces lieux sont des repères de la communauté.

La Brigham Young Academy a été fondée à Provo en 1875. Cette école est devenue ce qui est maintenant l'Université Brigham Young (BYU). C'est la plus grande université affiliée à l'église aux États-Unis. Les étudiants de BYU ont rapidement dépassé le bâtiment de l'Académie Brigham Young et le campus a déménagé à son emplacement actuel. L'Académie est aujourd'hui restaurée à son emplacement d'origine, mais maintenant en tant que belle bibliothèque publique de la ville.

En 1919, les citoyens du comté d'Utah et de la ville de Provo ont voté des obligations pour la construction d'un nouveau bâtiment commun. La pierre angulaire a été posée le 14 décembre 1920. Le 15 décembre 1926, le bâtiment a été consacré avec prière, discours et musique. Bien que la plupart des bâtiments de l'Utah portent très peu de sculptures d'aucune sorte, le fronton de l'Utah County Building est décoré de sculptures conçues par l'architecte et sculptées par Joseph Conradi. L'Utah County Building, anciennement connu sous le nom de Provo City and County Building, est situé dans le centre-ville à l'intersection de University Avenue et Center Street.

Le temple du centre-ville de Provo (anciennement Provo Tabernacle) est un autre monument historique de Provo. Il a été construit à l'origine de 1883 à 1898 pour un coût de 100 000 $. Le bâtiment a des tours octogonales à chacun de ses quatre coins. Lorsqu'il a été construit pour la première fois, il avait une tour centrale s'élevant à 147 pieds dans les airs depuis le toit. Malheureusement, le toit n'a pas pu supporter le poids de la tour centrale, le bâtiment a été en partie condamné en 1918 car le toit était soumis à de telles contraintes. Le Tabernacle a été rénové à cette époque, mais la tour a été autorisée à rester jusqu'en 1949, date à laquelle le bâtiment a de nouveau été condamné pour le même problème. Le poids de la tour faisait s'affaisser le toit. À cette époque, un charpentier et entrepreneur local nommé Charles Miller a conçu une méthode pour retirer la tour centrale. Il a été embauché et a terminé le projet en 1950. Le Tabernacle de Provo a brûlé en 2010. Après des années de rénovation, l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a transformé le tabernacle en temple (achevé en 2016). Les visiteurs peuvent se promener dans les magnifiques jardins. Il est situé sur University Avenue entre Centre Street et First South.

Provo vaut le détour pour quiconque s'intéresse à l'état de l'Utah. Pendant leur séjour, les visiteurs devraient voir les sites historiques que la ville a à offrir, notamment l'université Brigham Young, le temple du centre-ville de Provo et le bâtiment du comté d'Utah.


AMÉRICAINS INDIGÈNES EN UTAH

Vers l'an 400, la culture Fremont a commencé à émerger dans le nord et l'est de l'Utah à partir de cette tradition du désert. Les peuples de Fremont ont conservé de nombreuses caractéristiques de chasse-cueillette dans le désert, mais ont également incorporé une composante horticole de maïs-haricot-courge vers 800-900 après JC. Ils vivaient dans des structures en maçonnerie et fabriquaient de la vannerie, de la poterie et des figurines en argile sophistiquées à des fins cérémonielles. Les peuples numiques intrusifs ont déplacé ou absorbé le Fremont quelque temps après l'an 1000.

À partir de 400 après J.-C., les Anasazi, avec leurs traditions de la culture Basketmaker Pueblo, se sont installés dans le sud-est de l'Utah depuis le sud du fleuve Colorado. Comme les Fremont au nord, les Anasazi (un mot Navajo signifiant « les anciens ») étaient des peuples relativement sédentaires qui avaient développé une agriculture à base de maïs-haricot-courge. Les Anasazi ont construit des habitations rectangulaires en maçonnerie et de grands complexes d'appartements nichés dans les falaises ou situés au fond des vallées, comme les structures de Grand Gulch et du monument national Hovenweep. Ils construisirent des greniers à grains, fabriquèrent de la vannerie enroulée et enroulée, des figurines en argile et une fine poterie gris-noir. Les Anasazi ont prospéré jusqu'en 1200-1400 après J.

Dans l'Utah, les peuples parlant numique (ou shoshonéen) de la famille linguistique uto-aztèque ont évolué en quatre groupes distincts au cours de la période historique : les peuples Shoshone du Nord, Goshute ou Shoshone de l'Ouest, Paiute du Sud et Ute. Les Shoshone du Nord, y compris les Bannock, Fort Hall et Wind River Shoshone (Nimi), étaient des chasseurs-cueilleurs qui ont rapidement adopté de nombreux traits des Indiens des Plaines grâce au commerce. Ils occupaient une zone principalement au nord et à l'est de l'État, mais utilisaient périodiquement des zones de subsistance dans l'Utah. Les Goshute (Kusiutta) habitaient les déserts inhospitaliers de l'ouest de l'Utah. Appelés de manière péjorative « Indiens Digger » par les premiers observateurs blancs, les Goshute étaient des chasseurs-cueilleurs extrêmement adaptatifs vivant en petites bandes familiales nomades. Ils construisaient des mèches ou des abris de broussailles, ramassaient des graines saisonnières, des herbes et des racines, ramassaient des insectes, des larves et de petits reptiles, et chassaient des antilopes, des cerfs, des lapins et d'autres petits mammifères. Les Southern Paiute (Nuwuvi) vivaient dans le sud-ouest de l'Utah, où ils combinaient leur système de subsistance de chasse et de cueillette avec un certain jardinage dans les plaines inondables - une adaptation attribuable aux influences Anasazi. Les Paiute du Sud n'étaient pas belliqueux et ont souffert aux mains de leurs voisins Ute plus agressifs au cours de la période historique.

Le peuple Ute (Nuciu) peut être divisé en groupes orientaux et occidentaux. Les Utes de l'Est habitaient les hauts plateaux et les parcs des montagnes Rocheuses du Colorado et du nord du Nouveau-Mexique et se composaient des Yamparka et Parianuc (White River Utes), des Taviwac (Uncompahgre Utes), des Wiminuc, Kapota et Muwac (Southern et Ute Mountain Utes). Les Utes de l'ouest ou de l'Utah habitaient les deux tiers du centre et de l'est de l'État. Les groupes d'Utah Ute comprenaient les Cumumba ou Weber Utes, les Tumpanuwac, les Uinta-ats, les Pahvant, les San Pitch et les Sheberetch (Uintah Utes). The Ute were hunter-gatherers who quickly adopted the horse and buffalo culture of the Plains Indians. They became noted raiders and traded horses between the Spanish Southwest and the northern plains. Utes actively participated in Spanish campaigns against Navajo and Apache raiders, and conducted their own slave trade with the Spanish against the Southern Paiute and Navajo. Utes lived in brush wickiups or skin tepees and traveled in extended family units with seasonal band congregations. There was only a general sense of "tribal" identity with the other Ute bands, based on a common language and shared beliefs.

By the year 1700 Navajos began to move into the San Juan River drainage area of Utah in search of pasture for their herds of Spanish sheep and goats. The Navajo (Dine) were recent immigrants to the Southwest--migrant Athabaskan-speaking peoples from the subarctic who arrived sometime between A.D. 1300 and 1400. The Navajo were highly adaptive hunter-gatherers who incorporated domestic livestock and agriculture into their subsistence system. They lived in dispersed extended family units in northern Arizona, New Mexico, and southeastern Utah, dwelling in hogans. While maintaining fair relations with the Spanish and Pueblo peoples, Navajos came under intense pressure from raiding Utes from the 1720s through the 1740s, forcing many to retreat from Utah.

Numerous explorers and trappers--Rivera, Dominguez and Escalante, Provost, Robidoux, Ashley, Ogden, Smith, Carson, Bridger, and Goodyear--ventured through Utah between 1776 and 1847, making contact and trading with the Native American peoples. They established economic relations but exerted little if any political control over the native peoples of Utah. When the Mormon migration began there were more than 20,000 Indians living in Utah proper.

The Mormons settled in the Salt Lake Valley in 1847--a neutral or buffer zone between the Shoshone and Ute peoples. Conflict between Mormons and Indians did not really begin until Mormons extended their settlements south into Utah Valley--a major trade crossroads and subsistence area for the Ute people. Brigham Young espoused a moderate Indian policy in line with Mormon theological beliefs that Indians were "Lamanites," with an ancestry in the tribes of Israel. Young counseled that it was cheaper to feed than to fight the Indians, and he instituted some token missionary efforts among them. Yet, as Mormon settlement expanded north and south along the front range, conflict increased with Indians displaced from traditional subsistence areas. Young countered Ute raiding with an iron fist. The Walker War (1853-54) and the Black Hawk War (1863-68) revolved around Indian subsistence raiding to avoid starvation.

During this period the Indian Bureau and the Mormon Church operated reservation farms for the benefit of Indian peoples, but they either proved inadequate or failed completely. Weakened by disease and starvation, Ute Indians faced annihilation or retreat. In 1861 President Abraham Lincoln set aside the Uintah Valley Indian Reservation for the Utah Ute people. In 1881-82 the federal government removed the White River and Uncompahgre Ute from Colorado to the Uintah and Ouray Reservations in eastern Utah. Today these three bands are collectively called the Northern Ute Tribe.

In a series of treaties with the Shoshone, Bannock, and Goshute in 1863 and with the Ute and Southern Paiute in 1865, the federal government moved to extinguish Indian land claims in Utah and to confine all Indians on reservations. The Goshutes refused to leave their lands for either the Fort Hall or Uintah reservations. They lived on in the west desert until granted a reservation in the 1910s. Likewise, the Southern Paiute refused to go to the Uintah Reservation and eventually settled in the uninhabited hills and desert areas of southern Utah. In the early twentieth century the Kaibab, Shivwits, Cedar City, Indian Peaks, Kanosh, and Koosharem groups of Southern Paiutes finally received tracts of reserved land. The small number of Navajo living in Utah increased dramatically following the conquest and imprisonment of the Navajo at the Bosque Redondo in New Mexico between 1862 and 1868. Many moved to the San Juan and Monument Valley regions of Utah, which became part of the Navajo Reservation in 1884.

In 1871 the federal government ended the practice of making treaties and instituted a legislative approach to administering Indian affairs. In 1887 Congress passed the Dawes General Allotment (or Severalty) Act, aimed at breaking up Indian reservations into individual farms for tribal members and opening the rest for public sale. Policy makers intended to detribalize native peoples and turn them into yeoman farmers and citizens but the policy was largely a failure. Indians resisted farming and most reservation environments limited agrarian success. Allotment did, however, break up the Indian estate. In 1897 and 1904 the Indian Bureau allotted the Uintah and Ouray reservations. Tribal land holdings fell from nearly four million acres to 360,000 acres, and individual sale of Indian allotments further reduced Northern Ute lands. Nationwide, Indians lost more than eighty percent of their lands by 1930. Poverty, unemployment, underdevelopment, and health problems plagued most reservations, and Native Americans became ever more dependent on the federal government.

In 1934, as part of the legislative activity known as the New Deal, Congress passed the Wheeler-Howard, or Indian Reorganization, Act, aimed at promoting Indian self-determination. Most Utah Indian groups accepted the IRA and elected tribal governments or business committees, passed laws, and began planning strategies for reservation economic development. Federal conservation jobs and relief were important factors in seeing Utah Indian groups through the Great Depression era.

During World War II a number of Utah Indians distinguished themselves in the armed forces and many more learned trades useful on and off their reservations. In 1948 the Indian Bureau began a relocation program to place Indians in off-reservation jobs in urban America. Many Navajos in particular took advantage of the program which, nationally, was only partially successful at best. Ties to family, culture, and land drew many back to underdeveloped reservations.

Indian policy made a radical swing backwards in the 1950s when Utah Senator Arthur V. Watkins, chairman of the Senate Indian Affairs Subcommittee, promoted passage of an act to terminate all federal responsibility toward Indian tribes. To set an example, Watkins pushed for termination of Utah Indian groups, including the Shivwits, Kanosh, Koorsharem, and Indian Peaks Paiutes, as well as the Skull Valley and Washakie Shoshone. Following termination, these groups rapidly lost control of what little land they had. In 1954, following a long-standing internal dispute, the Northern Ute tribe accepted the termination of mixed-blood Utes who became known as the Affiliated Ute Citizens.

In the late 1950s and 1960s federal Indian policy once again moved back to a more liberal self-determination stance. Native Americans received assistance from the Public Health Service, the Office of Economic Employment, and other federal and state agencies. One major factor in promoting Indian self-determination has been the success of Indian claims against the United States government for violations of treaty agreements. In 1909 the Utes received a settlement of more than $3,500,000. In a 1962 comprehensive claims settlement, the Ute people were awarded nearly $47,700,000, of which the Northern Ute tribe received $30,500,000. In 1986 the U.S. Supreme Court upheld the tribal right to exercise "legal jurisdiction" over all pre-allotment reservation lands. In the 1970s the Southern Paiutes and Goshutes each won settlements of more than seven million dollars. Other important factors in Utah Indian self-determination have been the development of mineral deposits on reservation lands, utilization of water resources, development of recreation and tourism, and industrial development to provide employment for tribal members.

In 1970 the Indian population of Utah was 11,273--an increase from 6,961 in 1960. In 1980 there were 19,158 Native Americans, who were finally approaching the estimated 20,000 Indians inhabiting the state at the time of Mormon settlement. Navajos are the most populous group in the state, followed by the Northern Ute. Today, a significant proportion of Utah's Indians live and work in urban centers and represent tribal groups from throughout North America.

Disclaimer: Information on this site was converted from a hard cover book published by University of Utah Press in 1994.


Online Programs By Area of Study

Total Number of Online Degree Programs
CertificateAssociatesBachelors MastersDoctorate Post-Graduate
Online Programs659 1 NOT OFFERED NOT OFFERED
Overall Programs636391 7 NOT OFFERED 3

The next tables list each online program with offered degrees. The number on each column denotes the conferred degree of the program. It includes the completers through on-campus classes and hybrid on/offline classes as well as completely online classes. Only in Classroom means that the program is offered only on-site classes and not offered denotes that the school does not offer the program.

You may want to see all online schools offering a major program by following the link on the title of the program.


Voir la vidéo: RECORRIDOS POR SALT LAKE CITY, UTAH,. VIDEO 1 (Septembre 2022).


Commentaires:

  1. Dain

    À quelle fréquence l'auteur visite-t-il ce blog?

  2. Eneas

    Oui, semble séduisant

  3. Art

    Between us, I found the answer to your question in google.com

  4. Cutler

    À mon avis, vous avez tort. Je suis sûr. Discutons. Envoyez-moi un courriel à PM, nous parlerons.

  5. Gergo

    Vous avez tort. Je suis sûr. Essayons d'en discuter. Écrivez-moi en MP, parlez.

  6. Vudogis

    MERCI TRÈS GENTIL !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  7. Gadhra

    Et j'ai rencontré ça.

  8. Mezibei

    Cette situation m'est familière. Est prêt à aider.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos