Nouveau

Histoire de Spark II - Histoire

Histoire de Spark II - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Étincelle II

(Sch : t. 50 ; cpl. 14 ; a. 1 canon)

Le deuxième Spark a été acheté par la Marine en 1831 à Baltimore et a navigué début avril à Washington pour être réparé et équipé, et mis en service le ou vers le 19 mai 1832, sous le commandement du lieutenant William Piercy.

La goélette est partie au début du mois de juin et est restée à Norfolk jusqu'au 27, date à laquelle elle s'est dirigée vers la côte de la Floride pour protéger le bois de chêne vivant sur les terres publiques des États du sud. Elle a été gênée dans son voyage vers le sud par des vents contraires et n'a pas atteint Saint-Augustin avant le 12 août. Elle a navigué le long de la côte de la Géorgie et du golfe du Mexique à la recherche de braconniers jusqu'en mai 1832, date à laquelle elle est retournée vers le nord et a été vendue.


L'évolution réelle de la bougie d'allumage moderne est apparue comme une solution au problème des allumages précoces de la flamme et de l'allumeur sur les moteurs à combustion interne. Il y a eu plusieurs matériaux qui ont évolué comme matériaux d'isolation. Certains matériaux qui ont été utilisés sont le mica, la pierre et plusieurs types différents de porcelaine améliorée. Beaucoup des premières formes de porcelaine n'étaient pas conçues pour gérer les changements extrêmes de chaleur et de froid exigés par les moteurs. Certains
les matériaux isolés étaient très poreux et absorbaient facilement les huiles et la suie. Cela aurait une durée de vie courte car ils s'encrasseraient rapidement. L'essence au début était aussi raffinée qu'elle l'est aujourd'hui. Il contenait plus d'huiles et était plus proche
au kérosène d'aujourd'hui.

En 1915, une amélioration majeure de la porcelaine était la porcelaine &ldquo775&rdquo, par la Frenchtown Porcelain Co..
Cette nouvelle formule a produit de la porcelaine qui résisterait aux changements de chaleur avec moins de
absorption d'huile. Depuis ce temps, les améliorations se sont poursuivies sur les conceptions de porcelaine.
La découverte de la silimanite par le Dr Joseph Jeffery en 1933 a prolongé la durée de vie des bougies d'allumage. Cette
était une amélioration majeure dans la conception de la porcelaine.

Au fil des ans, les entreprises ont essayé de proposer des conceptions uniques à utiliser comme arguments de vente pour leurs
bougies. Certains des résultats d'idées uniques étaient les suivants :


33 réflexions sur &ldquo L'histoire des Stranahans, Champion Spark Plug et la préservation d'un parc de classe mondiale &rdquo

Je suis l'un des plus jeunes membres de la famille Blitzer, quatre-vingt-dix ans, qui vivaient à Tolède, quand j'étais un jeune enfant. Mon frère aîné, Sidney, à l'âge de quatorze ans, était un violoniste accompli et était chef de concert d'un orchestre de jeunes qui, je crois, était lié à l'une des écoles de la vieille ville de Tolède.
Il était très accompli à l'époque pendant la dépression, et a même auditionné avec Yascha Heifitz (je ne me souviens plus comment son nom s'écrit), puis, maître violoniste et a remporté une bourse au Curtis Institute, de Philadelphie.
À cette époque, la douairière Stranahan, de l'AC Sparkplug Company, m'a-t-on dit par mes parents, a fait don d'un violon à mon frère, qu'il a gardé pendant de nombreuses années, mais l'a finalement vendu pour environ 40 000,00 $.

Mon père a travaillé pour Champion Spark Plug sur Upton Ave de 1956 à 1992, il a eu une mise à pied de 6 ans de 56 à 62 mais est revenu et est resté jusqu'à la fin de Champion en 1992, il a eu le choix de déménager à Burlington Iowa, mais le moment et l'âge était juste, alors il a pris sa retraite à 54 ans. Champion et l'UAW ont fourni à mon père et à son épouse un excellent retraité et un médecin. Mon père souffrait d'insuffisance rénale et n'a jamais eu à payer un centime de sa poche pendant 13 ans grâce aux avantages des champions et de la plupart des UAW. Il est décédé en juin 2018. Mais l'époque de la retraite à 54 ans est révolue depuis longtemps.

Quelle histoire remarquable. J'étais ami avec un petit-fils de F.D. Je crois que c'est qui j'ai appris à connaître lorsque ma famille a passé des vacances à côté d'eux dans leur appartement d'hiver à Naples, en Floride. Le père de mon ami avait épousé la fille du patron et il est devenu avec le temps le président de l'entreprise. C'étaient les personnes les plus raffinées et les plus terre-à-terre que vous puissiez souhaiter connaître et j'ai de nombreux bons souvenirs des moments que nous avons passés ensemble au fil des ans à Naples, y compris quelques jours merveilleux passés à pêcher avec le père de mon ami sur le voies navigables intérieures et rentrer chez nous avec plus de poissons que nous ne savions quoi en faire. J'ai appris quelque chose aujourd'hui dont je n'avais aucune idée auparavant, alors merci d'avoir raconté cette histoire. ??

Vous êtes le bienvenu Ian, merci d'avoir pris le temps de le vérifier.


Histoire de Spark II - Histoire

Sur deux fronts, un million de mitrailleuses Browning
AC Spark Plug Division de GMC pendant la Seconde Guerre mondiale
Flint, Michigan
1908-1988
Repose en paix

Cette page a été mise à jour le 19/04/2021.


L e produit phare de la division AC Spark Plug de General Motors pendant la Seconde Guerre mondiale était les bougies d'allumage d'avion. Alors que AC Spark Plug fabriquait une grande variété de produits pour l'armée pendant la Seconde Guerre mondiale, elle fabriquait des millions de bougies d'allumage pour avions, à mesure que la production d'avions et les missions de combat aérien augmentaient. La demande était si forte que AC Spark Plug a mis en place la fabrication de bougies d'allumage dans une usine empruntée de Fisher Body à Ionia, MI. Photo de l'auteur de la Michigan Military Technical and Historical Society.


Sur les 295 959 avions construits par les constructeurs américains pendant la Seconde Guerre mondiale, 7 546 étaient des bombardiers-torpilleurs TBM construits par la Eastern Aircraft Division de General Motors à Trenton, NJ. Le TBM était propulsé par un moteur radial Wright R-2600 avec quatorze cylindres, chacun avec deux bougies d'allumage. Après le retour d'un escadron de douze TBM d'une mission de combat, toutes les bougies d'allumage ont été remplacées. Même s'il y avait deux bougies par cylindre, aucun pilote ne voulait qu'un cylindre commence à manquer au-dessus de l'eau, ou lorsque la pleine puissance était nécessaire au combat. C'était une pratique courante tout au long de la guerre par toutes les unités de combat de l'aviation. Les bougies d'aviation ont été consommées à un rythme prestigieux pendant la guerre ! Photo de l'auteur du Liberty Aviation Museum à Port Clinton, OH.


Les pages 4 et 16 de "On Two Fronts" notent que AC Spark Plug a construit des directeurs de torpilles qui ont été utilisés lors de la bataille de Midway. Cet exemple très rare du directeur de torpille construit par bougie d'allumage AC est également exposé à la Michigan Military Technical and Historical Society. Photo de l'auteur ajoutée le 19/04/2021.


Photo de l'auteur ajoutée le 19/04/2021.


Photo de l'auteur ajoutée le 19/04/2021.

CA Produits de la division des bougies d'allumage de General Motors pendant la Seconde Guerre mondiale : Filtres à air, éléments de remplacement de filtre à air, soupapes de surpression de liquide de refroidissement d'avion, pilotes automatiques Sperry, viseurs, connecteurs de bornes de câble, isolateurs de pile de carbone, silencieux d'admission de carburateur et filtres à air, reniflards de carter, soupapes de ventilation de carter, moulages sous pression, silencieux d'admission de moteur diesel, Pompes électriques à pression et à vide, paliers de moteur pour avions, réservoirs et camions, percuteurs pour obus anti-aériens (devrait-il être destiné aux canons anti-aériens ?), pare-flammes, arbres et câbles flexibles, pompes à carburant - électriques et mécaniques, Pompes à essence et à vide, kits de réparation de pompe à essence, bouchons de réservoir d'essence, crépines d'essence, bornes de câble d'allumage, tableaux de bord pour réservoirs, voitures blindées, camions et bateaux, (contenant : ampèremètres, jauges de carburant, voyants, interrupteurs d'indicateur d'huile , jauges de pression d'huile, compteurs de vitesse, tachymètres, jauges de température d'eau, voltmètres), mitrailleuses - calibre Browning .50, filtres à huile - lubrification et carburant, filtre à huile er Éléments de rechange, jauges de température d'huile, jauges de pression d'oxygène, bouchons de pression de radiateur, chargeurs Shell, bougies d'allumage - automobile et aéronautique, nettoyeurs de bougies d'allumage, outils d'écartement de bougies d'allumage, adaptateurs d'entraînement de compteurs de vitesse et directeurs de torpilles.

Développement de produits précoces chez AC Spark Plug : Le nom de la division est AC Spark Plug, mais il est évident d'après ce qui précède qu'elle a fait plus que des bougies d'allumage. En 1919, AC Spark Plug a ajouté des compteurs de vitesse à sa gamme de produits. En 1925, elle a ajouté des purificateurs d'air et, en 1926, des filtres à huile et à gaz ont commencé à sortir de ses chaînes de montage. Ceux-ci ont été suivis en 1927 par des pompes à carburant mécaniques, des ampèremètres, des jauges d'huile et de température et des tachymètres. En 1928, la division a commencé la fabrication de tableaux de bord complets et de reniflards de carter. Avance rapide jusqu'en 1975 et après de nombreux autres nouveaux produits, et la division AC Spark Plug a commencé à produire les convertisseurs catalytiques qui ont été installés sur toutes les voitures de tourisme General Motors et certains camions légers. De nouveaux produits ont été introduits tout au long de son cycle de vie. AC Spark Plug était juste plus qu'un fabricant de bougies d'allumage.

Note de l'auteur: La liste ci-dessus provient de la publication AC Spark Plug d'octobre 1943 "On Two Fronts". Il restait presque deux ans à la Seconde Guerre mondiale. AC Spark Plug a fabriqué d'autres produits non énumérés ci-dessus car ils ont été développés au fur et à mesure que la guerre progressait. Un de ces exemples est le K-14 Gun Sight documenté ci-dessous.

.

La division AC Sparkplug de General Motors Flint, MI, a remporté le prix Army-Navy "E" à cinq reprises. Le prix original a été remis le 2 septembre 1942 et la première étoile a été ajoutée en juin 1943. Les dates des trois étoiles restantes sont inconnues.

La division AC Spark Plug de General Motors Ionia, MI Plant a remporté le prix Army-Navy "E" à deux reprises. Il s'agissait d'une usine de carrosserie Fisher prêtée à AC pour la fabrication de bougies d'allumage.


Le drapeau original "E" chez AC Spark Plug à Flint, MI.


Ce panneau de 12 x 8 pieds a été construit dans le viaduc de l'usine AC Spark Plug d'origine sur Industrial Avenue en 1909. Il est actuellement exposé au Sloan Museum de Flint, MI après avoir été offert au musée par General Motors. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Il s'agit de l'usine de bougies d'allumage Champion d'origine située à l'angle sud-est d'Industrial Avenue et de Harriet Street à Flint, MI après l'ajout de 18 000 pieds carrés en 1915. Champion est venu à Flint en 1908 à la demande de Billy Durant, pour fournir des bougies d'allumage à l'industrie automobile locale naissante. À l'origine, Champion était situé dans un immeuble Buick, mais a ensuite construit celui illustré ci-dessus en 1912.

L'usine d'Industrial Avenue telle que construite à l'origine faisait 33 000 pieds carrés. L'ajout d'un deuxième bâtiment sur le site en 1915 a ajouté 18 000 pieds carrés. En 1918, d'autres bâtiments ont été ajoutés, portant la superficie totale à 88 000 pieds carrés.


Cette photo montre l'usine AC Spark Plug sur Industrial Avenue, à une date ultérieure après beaucoup d'expansion. La structure d'origine se trouve dans la partie centrale du côté gauche ou du côté ouest de la photo. Des agrandissements ont été construits au nord et au sud de la structure d'origine, ainsi que du côté est de l'avenue Industrial. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c'était la principale usine de fabrication d'AC Spark Plug. La plupart des produits fournis pour l'effort de guerre ont été construits ici. En 1975, il a été fermé puis rasé.


Il s'agit d'une première photo de l'usine de bougies d'allumage AC sur Dort Highway. J. Dallas Dort a initialement construit l'usine en 1915 pour produire des automobiles. AC Spark Plug a acheté l'usine en 1925 après la fermeture de la Dort Motor Company en 1924 et avant de faire partie de General Motors en 1929.


L'usine de Dort Highway vers le nord-est de l'autre côté de Dort Highway.

Pilotes automatiques et viseurs : Pendant la Seconde Guerre mondiale, Sperry Corporation était un producteur de viseurs de bombes et de pilotes automatiques pour avions militaires. Avec l'attaque de Pearl Harbor en décembre 1941, la demande pour ces produits a dépassé la capacité de Sperry à les fournir. À la demande du gouvernement américain, AC Spark Plug s'est chargé de construire également des pilotes automatiques et des viseurs Sperry pour les avions américains. Vous trouverez ci-dessous plusieurs des composants Sperry AC Spark Plug construits pendant la Seconde Guerre mondiale. Plus d'informations sur ces produits peuvent être trouvées dans "On Two Fronts" publié par AC Spark Plug en octobre 1943. Il y a des liens vers cette publication en haut et en bas de cette page.



Exposée au Sloan Museum de Flint, MI est un pilote automatique construit par bougie d'allumage AC sur la gauche et un ordinateur de viseur analogique mécanique sur la droite. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


La plaque signalétique sur l'ordinateur du viseur indique qu'il s'agit du numéro de pièce du gyroscope vertical 644841 et qu'il a été construit sous licence par AC Spark Plug. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Ce gyroscope vertical Sperry construit par AC Spark Plug Division est exposé au Tri-State Warbird Museum à Batavia, OH. Le couvercle a été soulevé pour montrer le fonctionnement interne de l'unité. Photo de l'auteur.


Le gyroscope peut être à l'arrière de l'appareil. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Le composant sur la gauche de l'écran est le gyroscope vertical pour le pilote automatique Sperry. Photo de l'auteur.


Le gyroscope de direction porte le numéro de pièce 656029. Photo de l'auteur.


Cet ordinateur de viseur Sperry T-1-A a été construit par A-C Sparkplug et a été utilisé avec la tête de visée également illustrée. Il a été photographié dans le cadre de l'exposition spéciale International Radio Corporation/Argus au Yankee Air Museum à Belleview, MI. Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Cet ordinateur de viseur T-1-A a été construit en 1943 et porte le numéro de série 43-19718. Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Cet amplificateur de pilote automatique Sperry A-5 qui était censé être installé dans le B-24 construit par Ford est exposé à la Michigan Military Technical and Historical Society. Malheureusement, il ne répondait pas aux exigences de l'inspection d'entrée de Ford et a été rejeté. Du côté positif, s'il n'avait pas été rejeté, il n'aurait pas été conservé pour une éventuelle exposition au musée. Photo de l'auteur


AC Spark Plug n'était pas une filiale de General Motors. C'était une division de GM.


Ce Sperry A-5 Pilot's Turn Control a également été construit par A-C Sparkplug. Il a été photographié dans le cadre de l'exposition spéciale International Radio Corporation/Argus au Yankee Air Museum à Belleview, MI. Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Le Turn Control de ce Sperry A-5 Navigator était également exposé dans le cadre de l'exposition spéciale International Radio Corporation/Argus au Yankee Air Museum de Belleview, MI. Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Photo de l'auteur ajoutée le 2-10-2019.


Un B-24 comme ceux construits par Ford à Willow Run, MI. Le B-24 a également été construit en Californie, en Oklahoma et au Texas. Les composants Sperry construits par bougie d'allumage AC peuvent également avoir été expédiés à ces emplacements. Photo de l'auteur.


"On Two Fronts" discute de la construction d'un viseur de bougies d'allumage AC. Mais il est très générique et ne dit pas grand-chose d'autre parce que les viseurs pendant la Seconde Guerre mondiale étaient des dispositifs top secrets. Il y avait deux viseurs avancés utilisés par l'armée américaine, le Norden et le Sperry. Alors que le Norden était le plus célèbre et le meilleur des deux viseurs, le Sperry a également été utilisé dans de nombreux bombardiers pendant la guerre. D'après ce que dit "On Two Fronts", il a également été donné aux alliés américains pendant la guerre. Le Norden n'était utilisé que par les bombardiers américains. AC Spark Plug a sans aucun doute construit la version Sperry, en raison de sa relation avec l'entreprise. Celui-ci a été photographié par l'auteur au National Museum of the United States Air Force à Dayton, OH.


Photo de l'auteur.

Viseurs d'armes à feu de la série K-14 : AC Spark Plug Division était le seul fournisseur de viseurs de pistolets gyro-informatiques K-14 pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces viseurs étaient un développement post-1943 et n'étaient pas inclus dans le "Sur deux fronts" d'octobre 1943. La division a produit les modèles A, B et C du K-14. Les viseurs de la série K-14B ont été introduits en septembre 1944 pour les chasseurs P-51D Mustang, faisant du K-14B le viseur le plus moderne utilisé par les forces aériennes de l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale. Les viseurs K-14B ont été utilisés sur les chasseurs américains jusqu'aux années 1950, même sur certains des premiers avions à réaction. C'était le nec plus ultra des viseurs américains de la Seconde Guerre mondiale.

Bendix a fabriqué la version navale du K-14 pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, Eastman Kodak à Rochester, NY a continué la production ou reconstruit la série K-14 pour le début de la période d'après-guerre.

Informations trouvées sur la bougie d'allumage AC Plaques de données de viseur de pistolet série K-14 via des images Internet
Type d'arme à feu Numéro de dessin Numéros de série des exemples trouvés Numéro de contrat Spéc. Nombre Fabricant
K-14A 5581001 2405 AC 1898 C-24955 Division des bougies d'allumage AC, General Motors Corp, Flint Mich.
K-14B 5581622 0043 AC-541 R-24977 Division des bougies d'allumage AC, General Motors Corp, Flint Mich.
K-14C 5600108 AF858 33(038)27956 Mil-S-6147 Division des bougies d'allumage AC, General Motors Corp, Flint Mich.

Ci-dessous, une bougie d'allumage AC fabriquée K-14B exposée au Sloan Museum à Flint, MI.


Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.

K-14B Gun Sight au Cradle of Aviation Museum de Long Island, NY, mai 2018 :

Marcher jusqu'à cette exposition au Cradle of Aviation Museum et comprendre immédiatement que j'avais trouvé un précieux morceau de l'histoire de AC Spark Plug à New York n'aurait pas été possible sans mon voyage au Sloan Museum deux mois plus tôt en mars. Auparavant, j'ignorais totalement qu'AC Spark Plug fabriquait des viseurs pour les avions de chasse pendant la Seconde Guerre mondiale. Sans les connaissances acquises en mars, je serais passé devant cet écran, sans savoir que le viseur K-14B était utilisé sur les derniers modèles de P-47.


Ce tableau de bord P-47 exposé au Cradle of Aviation Museum de Long Island, NY a une bougie d'allumage AC K-14B Gun Sight construite dessus. Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Le Republic P-47 Thunderbolt a utilisé le viseur K-14B après septembre 1944. Photo de l'auteur ajoutée le 8-4-2018.


Le P-51D a également utilisé le viseur K-14B après septembre 1944. Photo de l'auteur.

Indicateur de débit d'oxygène (clignotant) :
"On Two Fronts" décrit comment AC Spark Plug a développé le clignotant à oxygène et montre la capacité d'ingénierie de AC Spark Plug pendant la Seconde Guerre mondiale à développer des produits au-delà de la gamme de produits automobiles normale. C'était un instrument très important pour les équipages de bombardiers pour vérifier que l'oxygène circulait à haute altitude. AC Spark Plug n'avait pas la capacité de fabrication pour fabriquer le Blinker, alors Delco Radio a construit les instruments pendant la guerre.


À des altitudes supérieures à 10 000 pieds, les équipages de la Seconde Guerre mondiale avaient besoin d'oxygène supplémentaire pour rester en vie, alors que la teneur en oxygène diminuait. Chaque membre d'équipage d'un avion avait un de ces indicateurs qui clignotait lorsque l'oxygène circulait. C'était une aide visuelle importante, permettant à un membre d'équipage de vérifier rapidement que son oxygène essentiel coulait. Photo de l'auteur.


Cette vue, depuis la position du bombardier sur un B-17 en cours de restauration, montre comment le Blinker conçu par AC Spark Plug faisait partie de l'ensemble du système d'oxygène du membre d'équipage. AC Spark Plug a produit des manomètres à oxygène comme celui à droite du Blinker et a été utilisé dans de nombreux avions militaires américains de la Seconde Guerre mondiale. Photo de l'auteur du Champaign Aviation Museum à Urbana, OH.

Mitrailleuse de calibre .50 : La mitrailleuse lourde de calibre .50 était le produit signature d'AC Spark Plugs pendant la Seconde Guerre mondiale. Le 30 septembre 1940, AC Spark Plug reçut une commande pour 14 741 avions flexibles et 7 385 mitrailleuses lourdes de calibre .50. En novembre 1944, AC et trois autres divisions de GM avaient produit un million de mitrailleuses. Entre les divisions Saginaw Steering Gear et Frigidaire de GM, ils produisirent 775 384 mitrailleuses Browning à la fin de la guerre. Le montant que Brown-Lipe-Chapin a construit est inconnu mais estimé à 100 000. Une estimation du nombre de mitrailleuses Browning de calibre .50 construites par AC Spark Plug est de 250 000.

L'histoire complète de la fabrication par AC Spark Plug de mitrailleuses de calibre .50 est expliquée en détail à la fois dans "On Two Fronts" et "One Million Browning Machine Guns." Il y a des liens vers ces deux documents en haut et en bas de cette page.


Cette mitrailleuse Browning en coupe de calibre .50 a été trouvée dans l'atelier de maintenance du National Armor and Cavalry Museum à Fort Benning, GA. Photo de l'auteur ajoutée le 10-7-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 10-7-2018.


Photo de l'auteur ajoutée le 10-7-2018.


La mitrailleuse à canon lourd de calibre .50 a été utilisée par tous les services de la Seconde Guerre mondiale. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.

Tableaux de bord : Selon la page 26 de « On Two Fronts », écrit en octobre 1943, AC Spark Plug avait 15 types de tableaux de bord différents qui étaient utilisés dans les chars, les camions, les sous-marins, les jeeps et les petits bateaux. Au fur et à mesure que la guerre progressait, de nouvelles armes ont été introduites qui nécessitaient des tableaux de bord plus nombreux et différents. Cela était particulièrement vrai pour les véhicules blindés, qui comprenaient le chasseur de chars M18 Hellcat construit par Buick, le char léger M26 Chaffee construit par Cadillac et le char lourd Fisher Body M26 Pershing.


Cette photo de "On Two Fronts" montre un tableau de bord qui irait dans un char Sherman M4A2 ou un chasseur de chars M10 Wolverine. Les deux étaient propulsés par deux moteurs Detroit Diesel nécessitant deux ensembles d'instruments et de commutateurs pour faire fonctionner les véhicules.

"On Two Fronts" indique que les tableaux de bord AC Spark Plug ont été utilisés dans tous les chars Sherman. Si tel est le cas, la division GM a fourni 49 234 tableaux de bord pour cinq types différents de chars Sherman construits par dix sociétés différentes de l'État de Washington à la Pennsylvanie.

Une chose est sûre. AC Spark Plug a fourni des tableaux de bord et d'autres composants à d'autres divisions de General Motors qui construisaient des chars, des chasseurs de chars et des voitures blindées. L'arsenal Fisher Body Tank à Grand Blanc, MI, était à seulement 5,5 miles au sud de l'usine principale de bougies d'allumage AC sur Industrial Ave. à Flint. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le Grand Blanc Tank Arsenal a produit 19 034 chars et chasseurs de chars avec des composants de bougies d'allumage AC.


Ce M4A2 est le plus ancien char construit par Fisher Body exposé en Amérique du Nord. Il est situé au parc Victoria à London, en Ontario. Il est sorti de la chaîne de montage du Grand Blanc en septembre 1942 avec des pièces de bougies d'allumage AC. Il a débarqué avec l'armée canadienne en Normandie, puis s'est frayé un chemin à travers l'Europe jusqu'à la fin de la guerre. Il a survécu à ses nombreuses batailles, puis est revenu au Canada. Fisher Body Grand Blanc a produit 7 508 chars Sherman M4A2. Photo de l'auteur.


Il s'agit d'une vue en coupe d'un Fisher Body Grand Blanc M4A2 exposé au Musée canadien de la guerre à Ottawa, en Ontario. Photo de l'auteur.


Le tableau de bord AC Spark Plug. Photo de l'auteur.


Photo de l'auteur.


Le M4A2 était propulsé par deux moteurs Detroit Diesel 6-71. Photo de l'auteur.


Quatre des six filtres à air AC Spark Plug peuvent être vus sur cette photo avec une coupe d'un filtre à huile. Photo de l'auteur.


Le chasseur de chars M10 Wolverine construit par Grand Blanc avait le même groupe motopropulseur que le M4A2. 4 993 ont été construits au Grand Blanc. Photo de l'auteur.


De tous les chars Sherman construits pendant la Seconde Guerre mondiale, il est à noter qu'un char Fisher Body M4A3 (75) construit à Grand Blanc, MI a l'honneur de représenter tous les M4 qui ont participé à la bataille des Ardennes. Le numéro d'enregistrement 3081532 était l'un des 339 chars Sherman M4A3 construits dans l'arsenal de chars Fisher Body à Grand Blanc, MI en mars 1944. Il a un tableau de bord AC Spark Plug. Le moteur est un V8 de 500 ch construit par Ford qui aurait des composants Ford dans le compartiment moteur. Photo de l'auteur.


Buick était situé près de l'usine principale d'AC sur Industrial Avenue. Buick a construit 2 507 Hellcats M18 avec des tableaux de bord AC Spark Plug installés. Photo de l'auteur.


"On Two Fronts" indique que les tableaux de bord AC Spark Plug ont été utilisés dans tous les chars légers M5 et M5A1 Stuart. Si tel est le cas, alors, AC Spark Plug a fourni des tableaux de bord pour 6 810 réservoirs de la série M5 construits par les divisions Cadillac et Southern California de GM et Massey Harris. Chaque réservoir avait deux moteurs Cadillac V-8 qui auraient des filtres à air, à carburant et à huile AC.

Cette M5 construite par Cadillac est sortie de la chaîne de montage en septembre 1942. Photo de l'auteur du First Division Museum de Wheaton, IL.


Après l'arrêt de la production du M5, Cadillac et Massy Harris ont construit 4 731 chars légers M24 Chaffee propulsés par deux moteurs Cadillac V-8 équipés de composants de bougie d'allumage AC. Photo de l'auteur du First Division Museum de Wheaton, IL.


Fisher Body et Chrysler ont construit 2 202 chars lourds M26 Pershing en 1944 et 1945. Chacun avait un tableau de bord construit par AC Spark Plug. Ce Fisher Body M26 particulier était à la bataille pour le pont de Remagen sur le Rhin en mars 1945. Photo de l'auteur du Wright Museum of WWII à Wolfeboro, NH.


Chevrolet était également situé près de l'usine principale d'AC sur Industrial Avenue. Chevrolet a construit 3 844 voitures blindées Staghound pour le Royaume-Uni. En plus des tableaux de bord AC, la division a également fourni les filtres à carburant, à air et à huile pour les deux moteurs GMC 6 cylindres qui propulsaient le Staghound. Photo de l'auteur du Musée canadien de la guerre à Ottawa, ONT.


GMC et Chevrolet ont construit 528 829 camions 6x6 de 2-1/2 tonnes portant la plaque signalétique de GMC. Photo de l'auteur.


On voit ici l'un des 528 829 tableaux de bord AC Spark Plug qui ont été installés dans les camions GMC. AC Spark Plug a également fourni 528 829 filtres à huile, à air et à carburant pour les six moteurs en ligne GMC. Photo de l'auteur.


GMC et Chevrolet ont construit 21 147 camions amphibies 6x6 de 2-1/2 tonnes DUKW portant la plaque signalétique de GMC. Photo de l'auteur.


Il a été construit avec des tableaux de bord AC et des filtres à huile, à air et à carburant. Photo de l'auteur.


"On Two Fronts" mentionne les tableaux de bord utilisés dans les sous-marins. Ce panneau était destiné aux quatre moteurs construits par la division Cleveland Diesel de GM, qui ont propulsé 136 sous-marins américains pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est l'USS Cod à Cleveland, OH. Photo de l'auteur.

Vous trouverez ci-dessous des liens vers "On Two Fronts" et "One Million Browning Machine Guns". Les deux donnent d'excellents détails sur les opérations à AC Spark Plug pendant la Seconde Guerre mondiale.


LA FIN DES ISOLANTS DE BOUGIES À BASE MINÉRALE

D'autres sociétés de bougies d'allumage ne se souciaient pas de la domination de Champion et de son monopole sur l'andalousite et la sillimanite. Dans les années 1930, Siemens en Allemagne et AC Spark Plugs aux États-Unis ont été les premiers à utiliser l'alumine frittée comme matériau isolant. L'alumine frittée a presque la même dilatation thermique que les pièces métalliques d'un bouchon ainsi que trois fois la résistance et la capacité d'isolation par rapport à la sillimanite. Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'alumine frittée a remplacé tous les isolateurs de bougies à base minérale car c'était vraiment un matériau supérieur pour le travail.

La mine Champion dans le comté d'Inyo, en Californie, reste à ce jour l'un des sites miniers les plus célèbres parmi les amateurs de minéraux.

Toutes les images utilisées dans cet article sont dans le domaine public.


Histoire des piles à combustible à oxyde solide

Noriko Hikosaka Behling, dans Piles à combustible, 2013

6.3.6.12 Bougies d'allumage NGK/AIST/Fine Ceramic Research Association/Toho Gas

NGK Spark Plugs (Nihon Tokushu Togyo Kaisha), Nagoya, est l'un des principaux développeurs de SOFC au Japon et est responsable de nombreuses conceptions innovantes. Les bougies d'allumage NGK ont été créées en 1936 lorsqu'elles ont été dérivées de NGK Insulators (Nihon Gaishi Kaisha). NGK Spark Plugs développe des technologies SOFC tubulaires et planaires depuis 1999, en mettant l'accent sur la technologie SOFC microtubulaire. Il a travaillé régulièrement avec l'AIST et occasionnellement avec d'autres partenaires, tels que la Fine Ceramic Research Association et Toho Gas.

Bougies d'allumage NGK/AIST/Fine Ceramic Research Association/Toho Gas—Développement d'un module SOFC microtubulaire de la taille d'un morceau de sucre (mars 2007). En mars 2007, NGK Spark Plugs, AIST et Fine Ceramic Research Association ont développé des piles SOFC, de la taille de morceaux de sucre. 208 Toho Gas, qui a examiné les petits cubes SOFC, a confirmé qu'ils produisaient une puissance de sortie élevée de plus de 2 W/cm3 à 550 °C, la densité de puissance de sortie la plus élevée au monde à une température de fonctionnement inférieure à 600 °C. Des cellules SOFC microtubulaires de 0,8 à 2 mm de diamètre ont été empilées pour former le cube de 1 cm3. L'utilisation de matériaux poreux a diminué la résistance électrique et a été la clé pour atteindre des performances élevées.

Cette recherche faisait partie du projet METI Advanced Ceramic Reactor (2005-2009) administré par NEDO. L'équipe de recherche a indiqué que les recherches futures amélioreraient les performances du cube, développeraient une construction d'interface de haute précision pour fournir du gaz combustible à chaque cube et collecter le courant, et construire des piles grâce à l'intégration des cubes. À long terme, l'équipe espérait développer la technologie pour produire de petits systèmes SOFC avec une puissance de sortie allant de plusieurs dizaines de watts (plusieurs dizaines de centimètres cubes) à plusieurs kilowatts (plusieurs milliers de centimètres cubes).

Bougies d'allumage NGK—Développement d'un système de cogénération SOFC planaire de 1 kW (octobre 2008). En octobre 2008, NGK Spark Plugs a annoncé avoir développé un système de cogénération SOFC de type planaire de 1 kW d'une pile de 1 kW avec 16 cellules planaires ayant une surface active de 100 cm 2 par cellule. 291 Le système était emballé dans un récipient isolé thermiquement et atteignait une densité de puissance supérieure à 0,8 W/cm 2 (700 °C à 0,7 V) et un rendement énergétique de 60 % LHV en utilisant du gaz naturel. La société a indiqué que seulement 13 cellules généraient 1 kW de courant continu, mais 16 cellules étaient utilisées dans la pile pour compenser les pertes lors de la conversion du courant continu en courant alternatif. La pile avait une épaisseur de 80 mm. Au bas de la cheminée, il y avait une couche de combustion intégrée et une couche de reformage à la vapeur pour atteindre l'équilibre thermique à l'extrémité supérieure. Le système de cogénération de 1 kW se composait d'une unité de commande électronique, d'un conditionneur d'alimentation, d'un échangeur de chaleur et d'un BoP contenus dans un récipient compact à isolation thermique. La taille du système était de 530 mm de largeur × 330 mm de profondeur × 950 mm de hauteur, ce qui, selon la société, était l'une des unités de cogénération de 1 kW les plus compactes au monde. La société a déclaré avoir atteint un taux d'utilisation stable de 90 % pour le carburant et l'air en optimisant les matériaux d'étanchéité, en appliquant le couple correct aux boulons de fixation, en préchauffant la cheminée et en concevant des canaux d'écoulement de gaz, des chambres et des collecteurs de courant pour obtenir une distribution de gaz efficace pour électrodes actives.

En 2009, NGK Spark Plugs a développé une cellule de rabotage à anode améliorée, plus grande et plus fine et a fabriqué un module de 1 kW avec 18 cellules. Le module a atteint une densité de puissance de 1,6 W/cm2 à 0,7 V, une efficacité électrique DC LHV de 60 % et une utilisation de carburant de 80 %. 293

Bougies d'allumage NGK/AIST—Développement d'un empilement microtubulaire de 0,6 cm 3 (février 2009). En février 2009, NGK Spark Plugs et AIST ont développé un autre module de micro pile à combustible de 1 cm 3 de moins que la taille, composé de SOFC microtubulaires qui ont atteint une densité de puissance de plus de 2 W/cm 3 à 550 °C. 210 Les cellules étaient constituées de tubes de 0,8 mm de diamètre et utilisaient de la céramique à base de cérine pour l'électrolyte, de la céramique à base de nickel cérine pour l'anode et de la céramique à base de lanthane cobalt pour la cathode. Pour former un micro-faisceau, les cellules microtubulaires ont été intégrées dans une structure poreuse en céramique lanthane cobalt. Un empilement (0,6 cm 3 ) consistait en trois faisceaux micro SOFC de 10 mm × 10 mm × 2 mm (constitués de cinq cellules microtubulaires intégrées) connectés en série. Un module micro SOFC a été obtenu en fixant un collecteur de carburant à la structure de la cheminée.

De l'hydrogène à une température de 450 à 550 °C a été injecté dans le module et une densité de puissance de 0,88 à 2,2 W/cm 3 (450 à 550 °C) a été confirmée. La pile pesait environ 2 g et offrait une excellente puissance pour son poids. With the development of the micro SOFC module, portable power sources for small-size electronic devices could be within reach, assuming that a system with tens of watts of power could be obtained by stacking the modules together.

NGK Spark Plugs/AIST/Fine Ceramics Research Center/Toho Gas—Development of 50–200 W Microtubular SOFC Modules (September 2009). In September 2009, NGK Spark Plugs, AIST, Fine Ceramics Research Center, and Toho Gas developed 50–200 W microtubular SOFC modules that worked at 650 °C. 293 The 50 W module was made with 90 cells and had a power-generation efficiency of over 40 percent and a power density of 2 W/cm 3 . 294 The team also succeeded in developing modules over 200 W output. 293

They are planning to improve endurance and reliability of modules and develop them as auxiliary power sources for cars and small-scale cogeneration in the near term.

NGK Spark Plugs/Toho Gas—Development of 700 W Planar Cogeneration System (October 2010). In 2010, NGK Spark Plugs and Toho Gas held a field test of a 700 W SOFC CHP system for residential use. 295 A compact SOFC stack with 19 cells delivered AC 700 W with the net power efficiency of 44 percent LHV and total efficiency of 76 percent LHV. With the compact-sized stack and efficient arrangement of BoPs, this was one of the smallest CHP system units (530 mm width, 330 mm depth, and 955 mm height) to be fabricated. This CHP system unit was installed at a Toho Gas experimental house and will run according to a simulated pattern of power demand corresponding to the average resident. The system required 3 h from start-up to reach thermally self-sustaining operations and deliver the rated power output. Water vapor in the exhaust gas was condensed and used again for steam reforming for self-sustaining water utilization. The major factors for energy loss were the power consumption by BoPs and heat loss from the thermal insulated box. NGK Spark Plugs indicated that CHP systems in Japan must have a good load following capability and a high efficiency under partial load operations. In Japan, reverse current flow to the power grid is not permitted and so the CHP system frequently would operate under partial load conditions.

NGK Spark Plugs and Toho Gas have not announced their plans for commercialization of their CHP system.


The History of Spark Plasma Sintering and Other Advanced Sintering Technologies

The origin of spark plasma sintering is currently attributed to Arthur G. Bloxam, an English scientist who in 1906 developed the first direct current (DC) resistance sintering system for fabrication of electric incandescence lamp filaments from tungsten and molybdenum alloys.

In 1912, George Weintraub and Harold Rush from Lynn, Mass., invented a process for consolidation of refractory materials by passing a current through the material while pressure was applied to it.

In 1922, Alexander Duval d’Adrian, a French citizen resident in Washington, Pa., invented fused metallic oxides for tubes, crucibles and other refractory products based on materials such as zirconium, thorium and tantalum oxides that were sintered by passing an electric current through the article. He observed that when the article is placed between two carbon electrodes and heated to a red color by means of an electrical resistance, the oxide becomes conductive. At this point, a current with high voltage and amperage crossing the article can bring it to a temperature above 2,500°C that causes sintering of the piece quickly and at low cost.

In 1930 George F. Taylor from General Electric Co. (Niskayuna, N.Y.) introduced an apparatus for simultaneously pressing and sintering hard metal compositions, such as tungsten carbide/cobalt powder. The process was carried out in a vacuum or attenuated hydrogen atmosphere to remove oxygen from the powdered material. The powder was pressed in a cold mold made of electrically insulating material. Such a cold mold was considered able to withstand very high pressure anddid not react with the powder. The powdered material was heated by an electric current supplied through the upper andlower punches generated by a capacitor discharge. Some of its principles were many years later utilized for developing ultrafast electric current assisted/activated sintering (ECAS) methods.

Later, in 1962, a Japanese scientist, Kiyoshi Inoue, described a sintering process for metal particles using an applied pressure no greater than 100 kg/cm2, creating a space discharge between the particles resulting into an electrical spark. The spark causes partial ionization of the powder at their points of contact. The simultaneous application of pressure and concentration of heat at the interface between particles produces interdiffusion of material and initial fusion. It was observed that an increase of pressure after the initial spark promoted further densification of the material up to 99% of theoretical density. Inoue studied various types of electric currents in his system, including low-frequency alternate current (AC), high-frequency AC and pulsed DC, which became known as spark sintering.

Further development of systems based on pulsed DC and plasma formation led to the introduction of spark plasma sintering apparatuses. In the mid-1960s, the first studies related to microwave sintering were initiated, which led to industrial applications about 10 years later.

As summarized in the next table, SPS technology found little use during the next two decades, primarily due to high equipment cost and low sintering efficiency. Toward the end of the 1980s, small SPS units were introduced for research purposes. In the early 1990s, bigger systems with large DC pulse generators up to 20,000 Amperes became commercially available contributing to increasing interest in this technology for fabricating a new generation of materials and products. The first producers of industrial SPS equipment was Sumitomo Heavy Industries in Japan.

During the new millennium other advanced sintering technologies have been introduced such as flash sintering, an ultrafast process to densify ceramic oxides such as nanograined zirconia, which was developed at the University of Colorado at Boulder in 2010.

Technological Milestones for Spark Plasma Sintering and Other Advanced Sintering Technologies

Période Inventor[s]/Organization La description
1906 Arthur G. Bloxam (United Kingdom) Introduced the first DC resistance sintering system for fabrication of lamp filaments.
1912 George Weintraub and Harold Rush (Lynn, Mass.) Developed a process for sintering refractory materials by applying pressure and using an electrical current.
1922 Alexander Duval d’Adrian (Washington, Pa.) Used current-assisted sintering for fabrication of parts from refractory materials.
1930 George F. Taylor/General Electric Co. (Niskayuna, N.Y.) Developed an apparatus for current-assisted hot pressing of tungsten carbide/cobalt.
1962 Kiyoshi Inoue (Tokyo, Japan) Introduced a two-step process in which the pressure is increased after spark discharge to achieve densification of metal particles up to 99% of theoretical.
Mid-1960s W.R. Tinga and A.G. Voss/University of Alberta (Edmonton, Canada) Conducted the first experimental studies on microwave processing of ceramics.
Mid-1970s Due to the oil crisis, microwave sintering started to be introduced as an alternative process to conventional sintering
1980s Small R &D SPS systems became available.
1990 Sumitomo Heavy Industries (Tokyo, Japan) Introduced the first SPS industrial system.
1990s andbeyond Spark plasma sintering and other field-assisted sintering technologies started gaining increasing interest for industrial applications.
2010 Marco Cologna et al./ University of Colorado (Boulder, Colo.) Developed an ultrafast sintering process for ceramic oxides.

Looking for market insights on the global markets for advanced sintering technologies (AST) equipment? Téléchargez le libre report overview.


1. Spark Jobs Tab

The details that I want you to be aware of under the jobs section are Planification mode, les number of Spark Jobs, les number of stages it has, and La description in your spark job.

1.1 Scheduling Mode

We have three Scheduling modes.

  1. Standalone mode
  2. YARN mode
  3. Mesos

As I was running in a local machine, I tried using Standalone mode

1.2 Number of Spark Jobs:

Always keep in mind, the number of Spark jobs is equal to the number of actions in the application and each Spark job should have at least one Stage.
In our above application, we have performed 3 Spark jobs (0,1,2)

So if we look at the fig it clearly shows 3 Spark jobs result of 3 actions.

1.3 Number of Stages

Each Wide Transformation results in a separate Number of Stages. In our case, Spark job0 and Spark job1 have individual single stages but when it comes to Spark job 3 we can see two stages that are because of the partition of data. Data is partitioned into two files by default.

1.4 Description

Description links the complete details of the associated SparkJob like Spark Job Status, DAG Visualization, Completed Stages
I had explained the description part in the coming part.


The Annals of the World

James Ussher was one of the most outstanding scholars and theologians of his time. He traveled widely in Britain and Europe in his enduring search for knowledge, seeking the earliest available manuscripts, buying those he could, and copying others. After his death, his extensive and valuable library formed the great library of Trinity College, Dublin.

James Ussher, archbishop of Armagh, was the pre-eminent figure in the contemporary Church of Ireland, and a leading patron of scholarship at Trinity College, Dublin. A staunch defender of episcopacy, he respected all sides during religious upheavals of the 1640s and 1650s, regarded as the person able to achieve an accommodation between the Presbyterians and the "Church of England." As such, he was valued by Hartlib and Dury, both of whom helped him at times with his scholarly work and looked to him as a potential patron for their schemes.

Despite his success as a churchman, Ussher is perhaps most famous for dating the start of the creation to the evening before 23rd October, 4004 B.C. Ussher calculated this timing in his Annals, a work of biblical chronology published in Latin in 1650 (Hartlib noted its progress through the press with great interest) and translated it into English in 1658. The book was the fruit of many years of labor as early as the summer of 1640, Ussher was reported 'spending constantly all the afternoones' in the Bodleian working at it (Constantine Adams to Hartlib, Hartlib Papers, 15/8/3A-4B).

In the Annals, Ussher developed the chronological work of many earlier scholars, particularly Joseph Justus Scaliger (who had pioneered the use of the Julian period in calendrical calculations) to provide a framework for dating the whole Bible historically. He argued that, although scripture itself only tended to take notice of entire years, the Holy Spirit provided clues allowing critics to establish a precise chronology of its events by applying to the text the results of astronomical calculations and its comparison with the dates of pagan history. Ussher's system had the advantage of preserving several attractive numerical symmetries. For example, the ancient Jewish notion, adopted by Christians, that the creation anticipated the Messiah's birth by 4,000 years. HoweverIt was also heavily dependent on classical chronologies and interpreted the calendar that already seemed out-dated to many scholars.

Although not wholly original, Ussher's work was nevertheless influential. It became widely accepted, not the least, because the dates were later incorporated into the margins of some editions of the Authorized Version. However, Ussher's chronology rested too heavily on the Old Testament's Hebrew text to escape controversy even in his day. Its findings were attacked by those who were persuaded that the Greek translation of the Old Testament (the Septuagint) or the Samaritan Pentateuch (both of which presented different chronologies from the Hebrew) were more reliable witnesses to the dictation of the Holy Ghost, or that they concurred more closely with the evidence of astronomy and pagan history. Yet, in the opinion of Hartlib, and perhaps of many others, Ussher's critics were churlish individuals who were unwilling to admit their debts to his scholarship. Despite such debates, most seventeenth-century readers of the Bible would have agreed with Ussher that it ought, in principle, to have been possible to establish an accurate and detailed biblical chronology.


Sparkbrook, Spark Green

South-eastwards from Camp Hill the district of Sparkbrook straddles the Stratford Road as far as the junction with the Warwick Road. The Sparke family lived around here in the Middle Ages, but it is debatable whether the family was named after the Spark Brook or the stream took its name from the family. As a river name it may mean 'sparkling stream', though the Old English spearca usually refers to a fiery spark. There is another word spearca which means 'brushwood', and the sparrow hawk is called spear-hafoc in Anglo-Saxon, sper-hauk Middle English.


The stream runs from the Belle Walk area at the top of Stoney Lane where its source may be Bullan Wyllan, 'Bull's Spring' mentioned as a boundary mark in the Yardley Charter of AD 972. The boundary went on tha Langan Aec, 'to the Tall Oak' which probably stood at the junction of Stoney Lane and Walford Road, and then to Mundes Dene, 'Mund's Valley' following the Spark Brook to the River Cole confluence north of Tyseley Industrial Estate in Seeleys Road at the east end of the Ackers Sports Centre. As a result of rapid urban development at the end of the 19th century the Spark Brook had become virtually an open sewer and much of it was culverted in 1896. The small stream can still be seen running alongside The Ackers site off Golden Hillock Road.

Spark Green was the area bounded by the Stratford Road, Stoney Lane and Fulham Road. The name may refer to the same area as Maule Green. In the Middle Ages a green was common pasture. A public open space off Leamington Road was named Spark Green Park in the late 20th century.

The Stratford Turnpike was set up in 1726 with tollgates locally at Camp Hill, Ladypool Road and at the River Cole bridge near Shaftmoor Lane. Parishioners owed labour towards the maintenance of highways. With the setting up of the turnpikes they still had to give their statutory annual eight days labour but were now overseen by professional road-makers and with the turnpike company providing materials. A concession to locals was freedom from tolls when using the road for journeys within the parish.


At the junction of Ladypool Road The Angel is a rare good example of a surviving Birmingham Georgian coaching inn in little altered state. The building was refurbished c2015 and is currently (2020) an African/ Caribbean restaurant.

At the Warwick Road junction The Mermaid was a also a coaching inn. Built c1740, it was completely rebuilt in the 1880s when the Tivoli Gardens to the rear were an attraction for town-dwellers who could now take the tram. The corner towers were destroyed by German bombs during the Second World War and not replaced. Aftetr lying empty for many years at the end of the 20th century and being damaged by fire, the building was refurbished and is currently a Portuguese/ Italian restaurant.

A weighbridge was set up at the Mermaid to check the weight of heavy wagons before they were allowed to cross the hump-backed bridges over the streams and rivers. In 1752 and 1759 horses were drowned while fording the River Cole. Subsequently the Worcestershire county authorities built a bridge over the river here.

The creation of the turnpikes encouraged wealthy Birmingham business people to move out to the country from where there was much better access.

Take a look - Farm. On Sampson Road stood Owens Farm, an Elizabethan farmhouse which was bought by Birmingham ironmaster Sampson Lloyd II in 1742. Within ten years he had built the large Georgian country house which survives and later demolished the original farm. Lloyd spent most of his time in his large town house in Edgbaston Street returning to his rural retreat at weekends. The house was known to the family simply as 'Farm' but it is sometimes now referred to as Lloyd House. It was given to the City by Alderman Lloyd in the 1920s and the grounds laid out as a public park.

Another country house, Fair Hill, stood between Priestley Road and Larches Street. This was the home of Joseph Priestley until it was destroyed in the 1791 Birmingham Riots. Priestley was minister of the New Meeting in Birmingham and an experimental scientist with his laboratory at Fair Hill he experimented with electricity, isolated oxygen and invented carbonated water. After the riots Priestley left for the United States and never returned. A stone tablet on the side of No.10 Priestley Road commemorates the man and the site of his house. See 1791 Birmingham Riots .

The house was rebuilt as The Larches and the home of Dr William Withering and later of Thomas Attwood and subsequently of the Galton family. It was demolished c1871. Erasmus Road marks the route of the drive to the house. The site was built over with housing in the 19th-century and again in the 1960s.

Thomas Attwood (1783-1856) was a banker and high bailiff of Birmingham 1811. He was a Birmingham MP who was an influential and very popular Chartist campaigning for fairer representation in parliament. A marble statue of Attwood originally stood at the corner of New Street and Stephenson Place it was moved nearer to his Larches Green home in 1975. After suffering at the hands of vandals for some years, the statue has recently been removed for renovation.

In 1834 the area was still completely rural. By 1888 building had spread from Birmingham as far as Anderton Road, Palmerston Road and Alfred Road. Neighbouring Balsall Heath and Moseley were built up west of Stoney Lane, and Small Heath to the north was urban. There was building on the Stratford Road at Stoney Lane and Durham Road and around the triangle between the Stratford Road, Warwick Road and Baker Street.

By 1906 Sparkbrook was enclosed by urban Greet and Sparkhill. The length of the Stratford Road grew into a continuous shopping street. On the Balsall Heath side of Sparkhill where housing was of poorer quality considerable blocks were rebuilt from the 1970s. However elsewhere large numbers of Victorian houses still provide good servive into the 21st century.

Other reminders of the population boom of the late 19th century include two churches: Emmanuel on Walford Road was designed by W H Bidlake in decorated gothic style and consecrated in 1901. Although this Grade II Listed church was enlarged in 1927, it was never completed and the nave is rather shorter than originally intended. The church closed in 1990 and the parish amalgamated with that of St John, Sparkhill. The building was converted into flats for the elderly by an Asian housing association.

Well worth a look: St Agatha's Church on the Stratford Road at Mole Street which was also built by Bidlake in Arts & Crafts gothic style at about the same time. Largely paid for with funds from the sale of Christ Church in New Street, it is not only Bidlake's best church but is held by the architectural historian Nikolaus Pevsner to be 'one of the most original and successful churches of c1900 in England.' This is an important Grade I Listed building.

The foundation stone and font of Christ Church were placed in the baptistery the clock and bell were also brought here. The chancel was built at the west rather than the traditional east end to be away from the traffic noise of the Stratford Road.


During the Second World War the tower was badly damaged by German bombs but was subsequently repaired. Much of Bidlake's internal furnishing and decoration was also destroyed and again damaged by fire in 1957.

However, the stone carvings are original as designed by Bidlake. On the tower there stands a large statue of Christ in Majesty surrounded by angels, while tympana reliefs represent St Agatha in chains visited by a vision of St Peter, and being burnt rather than break her commitment to Christ. There are angel finials on the tower, cherubs around the porches and the inscription: Enter into his courts with praise & Enter into his gates with thanksgiving. Inside the church corbels represent the heads of St Agatha and St Peter and other Bidlake designs include ceiling bosses and pillar capitals. The war memorial is a sculptured frieze by the Birmingham artist O E Collins and depicts Christ surrounded by soldiers, sailors, and airmen. There is a 8½cwt chiming bell in the tower.

Christ Church in Grantham Road was built in rock-faced stone in gothic style with many gables. This church dates from the early urban development of the district and was consecrated in 1867. The spire was removed 1918 and the tower demolished after World War 2 as a result of German bomb damage. The church was so badly damaged by the Birmingham tornado in 2005 that it has been demolished. A health centre has been built on the site and a church-cum-community centre has been built diagonally opposite. The eagle lectern and some stained glass windows have been retained from the pd building

A surprising number of Victorian school buildings survive in Sparkbrook. On the road of the same name, Stratford Road Board School, now Ladypool Primary School opened in 1885 for almost 1000 pupils. The building was designed in gothic style by Martin & Chamberlain for the Birmingham School Board in red brick with terracotta dressings and timber-framed gables. The prominent spired tower, which served as a ventilation shaft, was badly damaged by the Birmingham tornado in 2005 and was demolished.

The former schoolmaster's house still stands at the south-east corner. This is a good example of a Victorian board school and is Grade II* Listed. The number of pupils soon outstripped the accommodation and the building was enlarged in 1893 and again in 1898. In 1936 the school was reorganised for juniors and infants school.

Conway Road Board School was opened in 1900 by Birmingham School Board with accommodation for 1040 pupils and was the the first Birmingham school to have a dedicated staff room. Montgomery Street Board School was opened by Birmingham School Board in 1879 to accommodate 1000 children and was enlarged in 1894.

On the Stratford Road Christ Church School was opened in a private house in 1867 at the same time as the church in Grantham Road. Accommodation soon proved inadequate and the school transferred to a borrowed saw-mill building in 1870 which it used until the new building near the corner of Long Street and the Stratford Road opened the following year with accommodation for 565 children.

The school transferred to a new building in 1958 in Claremont Road, and the old building was demolished for housing in the early years of this century.


Voir la vidéo: UNE LETTRE PERDUE - DÉFI SPARKD Récit dhistoire (Septembre 2022).


Commentaires:

  1. Payton

    Merveilleusement, très bonne pièce

  2. Fitz Gilbert

    Une autre variante est possible

  3. Praza

    C'est inutile.

  4. Granger

    Je m'excuse d'avoir interféré ... mais ce sujet est très proche de moi. Prêt à aider.

  5. Freca

    n'existe pas probable

  6. Jorell

    Vous n'êtes pas correcte. Je peux le prouver. Écrivez-moi en MP, on en parlera.

  7. Jacen

    I think you have misled.



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos