Nouveau

Comment Casse-Noisette est devenu une icône des Fêtes

Comment Casse-Noisette est devenu une icône des Fêtes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les soldats casse-noisette en bois sont des incontournables de la saison des fêtes, mais qu'ont-ils à voir avec les célébrations de Noël ?


Le père d'une icône mondiale

Inspiré par la version de l'histoire de Heinrich Hoffman, un sculpteur du Mont Métallifère nommé Friedrich Wilhelm Füchtner a créé le modèle emblématique de casse-noix traditionnel en 1870 qui est ensuite entré en production en série - c'est pourquoi il est devenu le "père du casse-noix". L'entreprise familiale de Seiffen est désormais dirigée par la huitième génération de Füchtner.

Une brève histoire de la poupée casse-noisette


Pourquoi les casse-noisettes sont-ils associés à Noël ?

Toutes nos merveilleuses décorations de Noël sont maintenant en place et nous aimons nous asseoir et en profiter. Notre Arbres de Noël sont debout, couronnes de fleurs scintillant sur nos portes d'entrée et lumières de Noël scintillant !

Casse-Noisette peut être un ajout à vos présentoirs de Noël, qu'ils soient seuls ou suspendus à votre arbre. Ces jolies décorations peuvent être vues partout, surtout lorsque vous visitez un marché de Noël traditionnel, mais comment sont-elles devenues une décoration festive préférée ?

Lisez ce blog pratique pour en savoir un peu plus sur l'un de nos types préférés de décorations & hellip

Selon le folklore allemand, des casse-noix que nous donnions en souvenir pour porter chance à la famille et protéger la maison. On dit qu'ils représentent la force et le pouvoir et qu'ils veillent sur la famille en éloignant les mauvais esprits et le danger.

Ils proviennent de coutumes culinaires ancestrales où des casse-noix insolites et de nouveauté faisaient partie du divertissement culinaire pendant le cours de dessert. Cela générerait une conversation amusante tout en savourant leur dernier plat, qui pourrait inclure des noix de pécan et des noisettes.

Bon nombre des premiers modèles de casse-noix étaient des oiseaux, des animaux et des personnes. Ce n'est que vers 1600 et 1700 qu'ils prirent la forme des rois et des soldats que nous connaissons aujourd'hui !

Les casse-noix étaient principalement populaires en Allemagne au départ et étaient fabriqués dans les régions montagneuses de l'Erzgebirge.
Ce n'est que dans les années 1800 que cette tradition est connue dans le monde entier à partir de la sortie du ballet de Tchaïkovski &lsquoLa Suite Casse-Noisette en 1892.
Beaucoup d'entre nous auront entendu parler de ce ballet et s'offriront peut-être une visite au théâtre pour le voir à Noël. L'histoire de cette production est d'abord venue du roman &lsquoCasse-Noisette et le roi des souris&rsquo de E.T. Amadeus Hoffman à la fin des années 1700/début 1800, et c'est probablement là que l'on reconnaît le plus le casse-noix de Noël. Le ballet a fait ses débuts en 1892 à Saint-Pétersbourg et est un régal festif toujours populaire pour les jeunes et les moins jeunes du monde entier en raison de son thème de Noël.

À partir de ce moment, le ballet et le casse-noix allemand sont devenus bien connus dans le monde entier, et les fans ont depuis exigé des casse-noix allemands de haute qualité. C'est donc là que le casse-noix gagnait en popularité à chaque Noël !

Ici à Monde de Noël au Royaume-Uni nous avons en stock une fantastique gamme de casse-noix festifs au design traditionnel allemand. Qu'ils soient seuls dans leur propre présentoir de Noël ou s'ils sont suspendus à un arbre de Noël, ils ajouteront quelque chose de spécial à vos décorations cette année, donnant à votre maison cette belle atmosphère traditionnelle !

Découvrez notre gamme fantastique sur notre site aujourd'hui, y compris ces fastueux Décorations d'arbre de casse-noisette d'argent et d'or et le Casse-noisette en bois sur pied traditionnel 20 cm.


L'histoire d'origine troublante de "Casse-Noisette": Pourquoi c'était autrefois le ballet le plus effrayant du monde

Par Ellen O'Connell
Publié le 24 décembre 2014 à 23h00 (HNE)

(Reuters/Fabrizio Bensch)

Actions

Ayant dansé "Casse-Noisette" quotidiennement de septembre à décembre pendant 11 ans dans divers rôles, j'ai du mal à me souvenir d'avoir entendu pour la première fois les premiers pas du ballet de Tchaïkovski. Mais bien sûr, il a été entendu pour la toute première fois, une semaine avant Noël en 1892, par le public à guichets fermés du théâtre Maryinsky de Saint-Pétersbourg, en Russie. Le ballet de vacances désormais bien-aimé et peut-être trop familier a été créé en double avec l'opéra "Iolanta" de Tchaïkovski, en présence du tsar Alexandre III.

Selon à qui vous demandez, les critiques allaient de tièdes à carrément hostiles dans leurs critiques. La chorégraphie a été rejetée comme "déroutante" dans certaines scènes, le livret a été jugé "déséquilibré" et le critique grincheux envoyé par la Gazette de Saint-Pétersbourg l'a qualifié de "la chose la plus fastidieuse que j'aie jamais vue". Lorsque la révolution éclata quelques années plus tard, le théâtre cessa complètement de présenter le ballet et de nombreux danseurs perdirent leur emploi. Comment, alors, avec un début si peu propice, "Casse-Noisette" est-il devenu le ballet le plus joué de tous les temps, et une tradition de vacances même pour les non-balletomanes ?

E.T.A. Le conte de fées d'Hoffmann de 1816, sur lequel est basé le ballet, est troublant : Marie, une jeune fille, tombe amoureuse d'une poupée casse-noisette, qu'elle ne voit s'animer qu'en s'endormant. Dans une bataille macabre entre ce prince casse-noisette et le roi des souris à sept têtes, Marie tombe, apparemment dans un rêve fiévreux, dans une vitrine, se coupant le bras. Elle entend des histoires de ruse, de tromperie, une mère rongeur vengeant la mort de ses enfants et un personnage qui ne doit jamais s'endormir (mais bien sûr, avec des conséquences désastreuses). Alors qu'elle guérit de sa blessure, le roi des souris lui fait un lavage de cerveau dans son sommeil. Sa famille lui interdit plus de parler de ses « rêves », mais lorsqu'elle jure d'aimer même un casse-noix moche, il prend vie et elle l'épouse. Les deux quittent sa vraie vie pour toujours pour vivre dans le royaume des poupées. Marie est le spectre d'un personnage, une fille qui n'existe que pour prendre soin de son prince imaginaire, une fille qui disparaît, impuissante et subjuguée, dans un royaume gouverné par des poupées.

Une légende plus tardive raconte qu'en 1844, Alexandre Dumas (de "Les Trois Mousquetaires" et "Le Comte de Monte-Cristo") a adapté l'histoire sur place pour un public plus jeune. Lors d'une fête de vacances à laquelle sa fille avait été invitée, une bande d'enfants a attaché Dumas à une chaise après qu'il s'était assoupi, exigeant une histoire impromptue. Il a écrit la même histoire pour publication, et la version de "Casse-Noisette" que la plupart des publics connaissent aujourd'hui est née de "L'histoire d'un casse noisette" de Dumas.

Près de 50 ans plus tard, le directeur du Théâtre impérial russe a engagé Peter Ilitch Tchaïkovski et Marius Petipa, le maître de ballet en chef, pour collaborer à une nouvelle commande basée sur l'histoire française qu'il avait lue. Tchaïkovski a accepté l'offre d'écrire la partition désormais célèbre, mais seulement pour qu'il puisse également travailler sur son opéra "Iolanta", qui a fait ses débuts sur une double affiche le même soir. Il aurait écrit la musique du Grand Pas de Deux sur un pari (son ami a parié qu'il ne pourrait pas écrire un morceau de musique basé sur les notes de l'octave en séquence). Le maître de ballet Petipa est tombé malade pendant la durée des répétitions, et le vrai travail chorégraphique incombait à son assistant.

Parce que la précédente collaboration de Tchaïkovski et Petipa, "La Belle au bois dormant", avait été un tel succès, "Casse-Noisette" s'est vendu à guichets fermés lors de la soirée d'ouverture, le 18 décembre 1892. Les réactions au nouveau ballet ont été variées. Le tsar lui-même était ravi de la performance, cependant, elle a été jugée stupide par les critiques et les membres du public – trop enfantine pour les adultes, sans lien clair entre le premier et le deuxième acte. La musique a été rejetée comme « trop symphonique », et même le frère de Tchaïkovski a critiqué la fée de la prune au sucre d'origine, Antoinette Dell'Era, la qualifiant de « grassouillet » et de « corpulente ».

Quelques années après l'échec de la représentation d'ouverture, au début de la Révolution russe de 1905, les danseurs du théâtre Maryinsky ont en grande partie fui la Russie. Le prince original de "Casse-Noisette", Sergei Legat, s'est brouillé avec les autorités et lui a tranché la gorge. Le ballet et ses danseurs étaient presque oubliés. Lorsque les danseurs Maryinsky ont été contraints de se disperser à travers l'Europe, ils ont introduit une grande partie de la haute culture russe en Occident, y compris, finalement, "Casse-Noisette". En 1927, il est apparu à Budapest. En 1934, il avait fait son chemin jusqu'à Londres, et 10 ans plus tard, le San Francisco Ballet a mis en scène sa propre version, basée sur la chorégraphie originale.

Walt Disney a utilisé l'intégralité de la partition de Tchaïkovski dans "Fantasia" en 1940. Avec le traitement Disney, la musique est devenue instantanément reconnaissable par le public américain et conserve aujourd'hui la rare distinction d'être une musique de Noël classique qui n'a rien à voir avec le christianisme.

Ce n'est qu'en 1954 que "Casse-Noisette" a vraiment captivé le public américain. Avec sa nouvelle compagnie, le New York City Ballet, le pionnier de la danse George Balanchine a ressuscité le ballet qu'il avait appris en tant qu'étudiant au théâtre Maryinsky dans son enfance : « Casse-Noisette ». Il a utilisé l'histoire originale et sa formation technique russe, mais a fait appel à l'imagination de son public avec ses idées révolutionnaires sur l'art. Il a soutenu, par exemple, qu'il devrait y avoir un nombre égal de danseurs de couleur et de danseurs blancs sur scène - quelque chose que le monde de la danse contemporaine doit encore concilier.

"Casse-Noisette" reste, pour la plupart des entreprises, une nécessité - le spectacle qui attire constamment une foule et garde les lumières allumées - bien que les productions d'aujourd'hui aient peut-être autant de composants discutables que les débuts de 1892. La version du Pacific Northwest Ballet comprend un parrain pédophile, Drosselmeyer, qui donne à Marie la poupée casse-noisette et fait la moue lascive lorsqu'elle tombe amoureuse de la poupée plutôt que de lui. Même la production télévisée la plus célèbre, qui mettait en vedette Mikhail Baryshnikov et Gelsey Kirkland, avait un drame dans les coulisses. Kirkland a détaillé sa toxicomanie et ses graves troubles de l'alimentation, ainsi que sa relation tumultueuse avec Baryshnikov, dans ses mémoires "Dancing on My Grave".

Qu'est-ce qui explique l'extraordinaire popularité de « Casse-Noisette » ? Le ballet bien-aimé dépeint des enfants, est pour les enfants et utilise des enfants, offrant la vitrine idéale pour les écoles de ballet. Il y a un rôle pour chaque âge, des minuscules biscuits au gingembre aux pré-professionnels et professionnels Dew Drop et Sugar Plum Fairies. Noël encourage la croyance en la magie contre toutes les raisons pour lesquelles le Père Noël descend dans la cheminée, et la petite fille sur scène tombe amoureuse d'une poupée qui prend vie. Le ballet, qui se déroule à Noël, propage tous les messages occidentaux sur la saison des vacances sur fond de musique que même ceux qui ne l'ont jamais vu peuvent fredonner. "Casse-Noisette" nous assure que nous n'avons pas besoin du Père Noël pour une célébration de Noël magique.

À ce jour, plus de gens ont vu "Casse-Noisette" et plus de compagnies l'ont joué que tout autre ballet. La plupart des danseurs – moi y compris – passent leur carrière à faire du vélo dans et hors de la production, souvent avec des changements chorégraphiques minimes d'année en année. Balanchine a suggéré à d'autres chorégraphes de garder le ballet frais en faisant les choses à leur manière, mais le public a largement décidé qu'une performance plus traditionnelle est là pour rester. "Casse-Noisette" a surmonté son échec initial par la révolution, la défection et l'adoption. Malgré les messages persistants sur la privation des droits des femmes, sa musique bien-aimée et le thème inclusif de la magie de Noël offrent une évasion de l'ennui de la saison des vacances commerciales, assurant à "Casse-Noisette" une place dans le panthéon de l'art occidental.


COMBIEN DE CHEMIN LE CASSE-NOISETTE EST VENU

Le Casse-Noisette a démarré lentement en Russie mais a depuis parcouru un long chemin. « Aujourd'hui, Casse-Noisette est connu dans le monde entier. Il est devenu le ballet le plus populaire et le plus souvent mis en scène au monde » ( wiki ). Il offre vraiment quelque chose pour tout le monde. Débutants et professionnels y travaillent ensemble. Parents, enfants, mélomanes et amateurs de danse trouvent leur bonheur tandis que les compagnies et les communautés participent à la magie des décors, des costumes et de la chorégraphie. La gamme de cadeaux amusants disponibles et la capacité de générer des revenus permettent à de nombreuses compagnies de ballet de continuer et d'entrelacer le ballet et Noël signifie qu'il est logique de le présenter chaque année.

Le Casse-Noisette a gagné un attrait de masse en Amérique. La belle musique et la danse, le sens de l'unité familiale et la célébration des vacances semblent résonner chez les Américains. " Clara représente l'innocence et l'imagination de l'enfance et une croyance aux miracles qui est vraisemblablement ravivée à Noël le message de Clara est que les rêves deviennent réalité " (Fisher). Ce message a séduit les enfants américains, après tout, combien d'enfants ont rêvé que leur jouet préféré prenne vie ? Il a également attiré l'Amérique de la classe moyenne après la Seconde Guerre mondiale. L'Amérique devenait un géant industriel et il y avait plus d'opportunités de mobilité ascendante que jamais auparavant. Beaucoup de gens voulaient croire à la réalisation de leurs rêves. Casse-Noisette lui-même en tant que personnage a séduit de nombreux Américains qui travaillaient pour améliorer leur vie. « C'est un bon gars qui a des moments difficiles et qui s'en sort en tête » (Fisher).

En Amérique, Casse-Noisette est devenu une partie inséparable de la saison des vacances. « Environ la moitié de toutes les productions mondiales de Casse-Noisette cette année seront aux États-Unis » (cpr). L'Amérique a tellement adopté le ballet qu'il a été choisi comme premier thème de décoration de la maison blanche. « En 1961, la Première Dame Jacqueline Kennedy a commencé la tradition de choisir un thème pour l'arbre de Noël officiel de la Maison Blanche. Elle a décoré un arbre placé dans la salle bleue ovale avec des jouets ornementaux, des oiseaux et des anges inspirés du ballet de Piotr Tchaïkovski « Suite Casse-Noisette » (White House Historical Association).

En fait, Casse-Noisette a été le thème de décoration de la Maison Blanche à deux reprises. « En 1990, la Première Dame Barbara Bush a revisité “Casse-Noisette” avec de petites danseuses en porcelaine. Les fleuristes de la Maison Blanche ont habillé les figurines, et un château du Pays des Bonbons a été construit par des artisans de la Maison Blanche » (White House Historical Association). Le Casse-Noisette était également le thème choisi par Lego pour son cadeau de Noël 2017 en édition limitée avec achat.

Jennifer Fisher résume bien le succès de Casse-Noisette lorsqu'elle écrit « la mémoire, la familiarité, l'implication, l'ambiance des vacances – ce sont des ingrédients qui aident le Casse-Noisette annuel à nouer des relations étroites avec les danseurs et le public. Chaque année, le ballet revient parmi nous et le fait qu'un large éventail de personnes s'y produisent, ou connaissent quelqu'un qui le fait, contribue au sentiment d'appartenance à un club qui semble agréablement ouvert à beaucoup » (Fisher).

Ce sentiment agréable est renforcé par la convivialité et la joie du temps des Fêtes et par les belles et élaborées boutiques de collecte de fonds que l'on peut trouver dans la plupart des spectacles de Casse-Noisette. Les casse-noix scintillants et les belles boules à neige ajoutent à la joie de la saison et permettent aux membres du public d'acheter des cadeaux fabuleux et de soutenir leurs compagnies de ballet en même temps.

« Depuis que Casse-Noisette est devenu un événement de vacances presque incontournable au milieu du 20e siècle, il n'a été rien d'autre qu'un ambassadeur de la politesse du ballet, avec une partition rhapsodique de Tchaïkovski qui vous fait croire au paradis. Dans ce document, des amis s'embrassent, des émissaires étrangers dansent, des enfants suivent les ordres, et un beau couple affectueux - la fée Sugar Plum et son prince - montre à quoi ressemblent les conjoints qui se respectent. Cela pourrait être une raison suffisante pour acheter un billet cette année. (Fischer LATimes)


Histoire de la casse Noisette

L'origine de Casse-Noisette, une histoire de Noël classique, est un ballet de conte de fées en deux actes centré sur une célébration du réveillon de Noël en famille. Alexandre Dumas Père&rsquos adaptation de l'histoire de E.T.A. Hoffmann a été mis en musique par Tchaïkovski et chorégraphié à l'origine par Marius Petipa. Il a été commandé par le directeur des théâtres impériaux de Moscou, Ivan Vsevolozhsky, en 1891, et a été créé une semaine avant Noël 1892. Depuis sa création dans les pays occidentaux dans les années 1940, ce ballet est peut-être devenu le plus populaire à être joué autour de Noël. L'histoire est centrée sur une jeune fille le réveillon de Noël et son éveil au monde et à l'amour romantique. Le compositeur a fait une sélection de huit des pièces les plus populaires avant la première du ballet en décembre 1892, formant ce qui est actuellement connu sous le nom de Suite Casse-Noisette, Op. 71a, comme on l'entend dans les productions du Ballet de Moscou. La suite est devenue instantanément populaire, mais le ballet complet n'a atteint sa grande popularité en tant que spectacle de Noël que près de 100 ans plus tard.

La production originale de Casse-Noisette par l'Imperial Ballet, vers 1900. 1994 Great Russian Nutcracker avec M Alexandrova et V Zabelin Casse-Noisette Russe du Ballet de Moscou, Poupée Kissy 2005 Tatiana Predenia et Felgmatov dans Grand Pas de Deux Stanislav Vlasov sur Glasnost Tour 2010 A Elagina et A Ustimov dans Snowflake Waltz

Histoire de la performance et première de Saint-Pétersbourg
La première représentation du ballet de Noël a eu lieu en double première avec le dernier opéra de Tchaïkovski, Iolanta, autour de la période des fêtes de Noël le 18 décembre [O.S. 6 décembre] 1892, au Théâtre impérial Mariinsky à Saint-Pétersbourg, Russie. Il est généralement admis que Lev Ivanov, deuxième maître de ballet des théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg, a travaillé en étroite collaboration avec Marius Petipa, premier maître de ballet des théâtres impériaux de Saint-Pétersbourg et largement considéré comme le père du ballet russe, pour créer le ballet des Fêtes. . Il a été dirigé par Riccardo Drigo, avec Antoinetta Dell-Era dans le rôle de la fée Sugar Plum, Pavel Gerdt dans le rôle de son prince, Stanislava Belinskaya dans celui de Clara/Masha, Sergei Legat dans celui du prince Casse-Noisette et Timofei Stukolkin dans celui de l'oncle Drosselmeyer. En savoir plus sur la partition classique de Tchaïkovski&rsquo &lsquoCasse-Noisette&rsquo

En Europe et aux États-Unis
Le ballet de Noël a été joué pour la première fois en dehors de la Russie en Angleterre en 1934. Sa première représentation aux États-Unis a eu lieu en 1944 par le San Francisco Ballet, mis en scène par son directeur artistique et étudiant de Balanchine, Willam Christensen. Le New York City Ballet a joué pour la première fois George Balanchine&rsquos casse Noisette en 1954, mais le ballet de vacances n'a commencé à atteindre sa grande popularité qu'après que la mise en scène de George Balanchine est devenue un succès à New York. L'histoire de Noël désormais bien connue a été publiée dans de nombreuses versions de livres, y compris des versions colorées adaptées aux enfants. L'intrigue tourne autour d'une fille allemande nommée Clara Stahlbaum et de son passage à l'âge adulte pendant les vacances de Noël. Dans le conte d'Hoffmann, le nom de la fille est Marie ou Maria, tandis que Clara &ndash ou &ldquoKlärchen&rdquo &ndash est le nom d'une de ses poupées. Dans le Grand Casse-Noisette Russe, elle s'appelle affectueusement Masha.

Historique des compositions
Tchaïkovski a accepté la commande du directeur des théâtres impériaux de Moscou, Ivan Vsevolozhsky, écrivant à un ami tout en composant le ballet, & ldquoJe suis de plus en plus à l'écoute de ma tâche. se sont disputés avec un ami qui a parié que le compositeur ne pouvait pas écrire une mélodie basée sur les notes de l'octave en séquence. Tchaïkovski a demandé s'il importait que les notes soient dans l'ordre croissant ou décroissant, et a été assuré que ce n'était pas le cas. Cela a abouti au Grand Adage du Grand Pas de Deux du deuxième acte où Clara/Masha danse avec son cadeau de Noël magique, le Prince Casse-Noisette. Entre autres, le score de Casse-Noisette est connu pour son utilisation du célesta, un instrument que le compositeur avait déjà utilisé dans sa ballade symphonique beaucoup moins connue, The Voyevoda (création en 1891). Bien que bien connu dans Casse-Noisette en tant qu'instrument solo présenté dans la &ldquoDance of the Sugar Plum Fairy&rdquo de l'acte II, il est également utilisé ailleurs dans le même acte.

Ballet de Moscou & rsquos Grand Casse-Noisette Russe
Version du Ballet de Moscou du ballet Casse-Noisette, connue sous le nom de &ldquoGrand Casse-Noisette Russe,&rdquo inclut d'autres éléments uniques dans la narration du conte traditionnel des fêtes. Dans la version du Ballet de Moscou, le décor est à Moscou et la célèbre ligne d'horizon de la ville en forme de dôme d'oignon est présentée en toile de fond. Les personnages folkloriques traditionnels russes Ded Moroz (Père Noël) et Snegurochka (Snow Maiden) escortent Masha et le Prince Casse-Noisette dans leur monde de rêve dans l'Acte II.

Enfin, la &ldquoDove of Peace,&rdquo exclusive au Moscow Ballet&rsquos version, accueille le couple au &ldquoLand of Peace and Harmony&rdquo traditionnellement appelé &ldquoThe Land of Sweets.&rdquo La &ldquoDove of Peace&rdquo a été inspirée par les performances de Stanislov Vlasov, ancien danseur et chorégraphe du Bolchoï Ballet. maître de ballet du Ballet de Moscou & rsquos inaugural 1993 Grand Casse-Noisette Russe, et partenaire Lilia Sabitova, Artiste People&rsquos de Russie.

&ldquoLe style de ballet russe est élégant, expansif, débordant de sentiments, danseur masculin KO & hellip confère un frisson inhabituel, et. Les enfants et hellip avaient les yeux écarquillés de plaisir, & rdquo The New York Times, Alastair Macaulay, critique de danse en chef, 2010

&ldquoPeut-être l'un des moments les plus magiques de tous, a été délivré par un corps de Snow Forest vraiment excellent, un véritable point culminant excellant à la fois dans la synchronie et la grâce. Les corps masculins et féminins ont été exceptionnels toute la nuit.&rdquo Calgary Herald, Stéphane Bonfield 2014

&ldquoLes danseurs acclamés Anatolie Ustimov et Alisa Voronova&helli plaident en faveur d'un casting de traditionalistes qui traitent leGrand Casse-Noisette Russe comme l'institution spectaculaire et mondiale qu'elle est.&rdquo Denver Post, John Wenzel 2014

&ldquo[Ballet de Moscou&rsquos Grand casse-noisette russe]&hellipvivant et ingénieux avec une gamme inhabituelle de décors peints brillants ajoutant à la joie de Noël&hellipd'une poésie désarmante&hellipmaîtrise sans faille des étapes&l'expertise hellipbravura.&rdquo &ndash Los Angeles Times 2013 Lewis Segal


Comment Casse-Noisette est devenu si follement populaire

Casse-Noisette est le ballet le plus ringard de tous les temps.

Cela peut enrager certains lecteurs pour qui assister Casse-Noisette est une tradition bien-aimée de Noël. Mais en tant qu'ancien danseur qui a joué ou regardé une version de la production depuis 18 ans maintenant, je peux l'affirmer avec certitude : Casse-Noisette est le ballet le plus ringard de tous les temps.

Essayez simplement de réciter l'intrigue avec un visage impassible : le cadeau de Noël le plus cher d'une jeune fille, un casse-noisette, prend vie, la sauve en battant une armée de souris et leur roi, puis le couple voyage ensemble vers un royaume magique de bonbons. Le ballet ne devient vraiment pas plus gauche que cela.

Alors pourquoi est-il si populaire en Amérique ? Pour y répondre, il va falloir remonter un peu dans l'histoire.

En 1844, l'écrivain français Alexandre Dumas a adapté une version antérieure et plus sombre de Casse-Noisette d'E.T.A. Hoffman qui était destiné strictement aux adultes, le rendant "plus heureux et plus approprié pour les enfants". Le maître du Ballet impérial russe a aimé la nouvelle version plus légère de l'histoire de Dumas et a décidé de la transformer en ballet, en chargeant Peter Ilyitch Tschaikovsky de composer la partition, qui fait désormais partie des morceaux de musique les plus reconnaissables au monde.

De nombreuses années plus tard, en 1933, le chorégraphe d'origine russe George Balanchine a été invité aux États-Unis par un jeune mécène qui partageait la conviction de Balanchine qu'une formation en danse de haute qualité faisait cruellement défaut dans ce pays. Ils ont co-fondé une école de ballet et, en 1948, le désormais célèbre New York City Ballet.

Jeune danseuse en Russie, Balanchine avait interprété plusieurs rôles différents dans Casse-Noisette — une souris, le Casse-Noisette/Petit Prince et le Roi des Souris. Quand il était plus âgé, il dansait le rôle du bouffon, qui consiste à brandir et à sauter gracieusement à travers un grand cerceau.

En 1954, Balanchine, qui est aujourd'hui vénéré comme le « père du ballet américain », a décidé de chorégraphier sa propre version de Casse-Noisette. Bien qu'il s'agisse d'une décision commerciale intelligente, c'était aussi une décision profondément émouvante. Comme le rapporte Vanity Fair :

Il ne revenait pas seulement au Casse-Noisette Mariinsky - qui en Russie est joué tout au long de l'année - mais évoquait les Noëls de son enfance, le sentiment de chaleur et d'abondance qui était incarné dans un arbre regorgeant de fruits et de chocolats, scintillant de guirlandes. et des anges de papier. "Pour moi, Noël était quelque chose d'extraordinaire", a déclaré Balanchine à l'écrivain Solomon Volkov. "Le soir de Noël, nous n'avions que la famille à la maison : la mère, la tante et les enfants. Et, bien sûr, le sapin de Noël. [Foire à la vanité]

Lorsqu'un donateur lui a demandé des années auparavant s'il serait intéressé à faire un abrégé populaire de Casse-Noisette, Balanchine a répondu: "Si je fais quelque chose, ce sera long et coûteux." Ce donateur lui a finalement donné 40 000 $ - 25 000 $ dont il a dépensé pour l'arbre géant qui marque l'adaptation du New York City Ballet à ce jour. arbre."

Balanchine avait raison. La magie de Casse-Noisette n'est pas dans l'éclat de la musique ou l'excellence de la danse. C'est l'arbre. C'est la chaleur juvénile des enfants excités dans la scène de la fête. C'est la familiarité de toute la production, même si vous ne la voyez que pour la première fois. C'est la capacité du ballet à tendre la main et à toucher une partie de vous qui déclenche un souvenir de vacances chaleureux - c'est Casse-Noisette.

Avant Casse-Noisette, l'avenir du New York City Ballet était encore incertain - et tandis que de nombreuses personnes étaient enthousiasmées par le genre de "ballets profondément poétiques, sans intrigue et modestement décorés" que Balanchine était connue pour créer, la compagnie ne possédait pas le genre de "ballet grand public " suivant nécessaire pour remplir systématiquement la maison. Casse-Noisette changé ça.

Les enfants étaient une autre arme secrète.

Il y a un tas de pièces pour les jeunes danseurs dans Casse-Noisette, et dans de nombreuses grandes productions de Balanchine. Il croyait qu'il était important d'avoir des enfants sur scène pour plusieurs raisons. Premièrement, cela aide les enfants du public à se connecter au ballet. Deuxièmement, très astucieusement, Balanchine aurait supposé que « chaque enfant amène quatre personnes : maman, papa, sœur et tante. Multipliez cela par tous les enfants du ballet et vous avez un public.

La première production, arbre géant et tout, a fini par coûter 80 000 $, mais ce fut un succès retentissant au cours de l'année. Depuis lors, le ballet a été filmé et diffusé des centaines de fois aux gens du monde entier.

Le NYCB effectue Casse-Noisette 47 fois par saison, mais d'innombrables entreprises professionnelles, amateurs et juvéniles dans tout le pays présentent une version de l'émission spéciale vacances. Les centaines d'adaptations ont également donné naissance à de nouveaux personnages encore plus ringards – comme des bouchers, des cochons dansants et des bergères avec des agneaux dans la version particulière avec laquelle j'ai grandi.

De plusieurs façons, Casse-Noisette se rallie à ce qu'un ballet est censé être - gracieux et hautain - (et vraiment, il n'y a rien d'élégant dans une jeune femme enjouée en chaussons de pointe agitant sauvagement une fausse épée en plastique tout en étant vêtue d'un costume de souris en forme de poire) mais c'est exactement l'esprit duquel Casse-Noisette puise son enchantement.


Time Machine : comment et quand « Casse-Noisette » est devenu le favori des vacances dans l'Est de l'Iowa

Lorsque le ballet du compositeur russe Pyotor Tchaïkovski, « Casse-Noisette », a été présenté pour la première fois à Saint-Pétersbourg en 1892, il était considéré comme un divertissement pour enfants et a été éreinté par la critique.

L'histoire fantaisiste d'une fête de Noël pour enfants, cependant, a captivé l'imagination du public et s'est inscrite dans les traditions des fêtes, d'abord en Russie, puis en Europe et aux États-Unis.

Une partie du ballet, "La valse des flocons", a été jouée pour la première fois devant un public de Cedar Rapids le 14 janvier 1925. C'était la "première, dernière et unique visite à Cedar Rapids" par la ballerine russe Anna Pavlova, selon à un critique de la Gazette, qui a noté que «Cedar Rapids était l'une des rares villes du Midwest à faire partie de sa tournée d'adieu en Amérique.»

Le programme de Pavlova au Majestic Theatre était accompagné de « magnifiques effets scéniques et lumineux peints et conçus par Joseph Urban », un scénographe austro-américain, dont les décors nécessitaient des wagons de fret extra-longs lors de leur expédition à travers le pays.

En janvier 1927, le Cedar Rapids Symphony Orchestra, dirigé par Joseph Kitchin, incluait des extraits de « The Nutcracker Suite » lors d'une représentation dans la Coe College Chapel.

LE PRÉLUDE

Le « Casse-Noisette » a atteint son apogée en 1954 lorsque le maître de ballet George Balanchine l'a retravaillé pour la production du New York City Ballet au City Center, où il est devenu un incontournable de Noël.

Dans l'est de l'Iowa, cependant, les représentations dans les concerts communautaires ou scolaires se limitaient à des extraits.

Des étudiants de l'école de danse Dieman-Bennett Dance Theatre ont joué avec l'Orchestre Coe-Promenade dans une représentation de « The Nutcracker Suite » en février 1961 dans l'auditorium de Coe. La production a été répétée en décembre, lorsque le professeur de musique local Torrence Carlson a joué le rôle du Dr Drosselmeyer.

La production de 1972 au Washington High School a aiguisé l'appétit pour plus lorsque Suki Morrissey a joué la fée Sugar Plum et Bruce Giza, Stuart Weinbrenner et Kevin Santee ont joué le rôle des danseurs russes Trepak.

LE BALLET COMPLET

En 1973, Edna Dieman et Julia Bennett revinrent de Londres cet été avec l'intention de jouer l'intégralité de « Nutcracker Suite » à Cedar Rapids en décembre.

Deux représentations parrainées par l'Iowa State Arts Council et Dance Theatre Associates ont eu lieu le 9 décembre dans l'auditorium du lycée de Washington par le Dance Theatre of the Hemispheres, la compagnie de danse Dieman-Bennett.

Phillip Carman du Pennsylvania Ballet a été choisi pour danser le rôle du Prince. Suki Morrissey était la fée Sugar Plum et Kristin Tescher était Clara. Les billets pour les deux représentations se sont vendus le 4 décembre et une représentation du lundi soir a été ajoutée.

ORCHESTRE AJOUTÉ

Le premier « Casse-Noisette » utilisait de la musique enregistrée, mais le second en 1974 mettait en vedette l'Orchestre symphonique de Cedar Rapids dirigé par Richard Williams. Deux représentations le 15 décembre à l'auditorium Sinclair de Coe ont présenté Jo Anne Lowe de Dayton, Ohio, dans le rôle de la fée Sugar Plum et Tanju Tazer de la Harkness Ballet Company de New York dans le rôle du prince.

Le ballet a déménagé au Paramount Theatre en 1976 lorsque Burton Taylor du Joffrey Ballet de New York a pris le rôle principal.

En 1977, la présentation Dieman-Bennett était considérée comme une tradition de Noël. L'artiste invité était Charles Ward de l'American Ballet Theatre. Les joueurs de base étaient Dean Karns et Suki Morrissey.

Il n'y a pas eu de « Casse-Noisette » en 1978 après que Dieman et Bennett aient vu la brillante production du London Festival Hall et commencé à retravailler le spectacle dans une version basée sur E.T.A. L'histoire originale de Casse-Noisette de Hoffman, qui était moins douce et ressemblait davantage à l'imagination de l'écrivain/illustrateur Maurice Sendak.

Le nouveau spectacle de 1979 au Paramount mettait en vedette Suki Morrissey dans le rôle de Sugar Plum Fairy et l'artiste invité Ted Kivitt du Pennsylvania Ballet.

En 1980, la danseuse étoile Pamela Hurst a joué à la fois Louise et la fée Sugar Plum. There was no C.R. Symphony that year, but it returned in 1981 for a ninth holiday season, conducted by Gary Sheldon.

In 1982, young local dancers - dressed as mice in black leotards and pink ballet slippers - added to the 'Nutcracker” appeal.

HANCHER

The Milwaukee Ballet brought its production of the Christmas classic to the University of Iowa's Hancher Auditorium in November 1983. Ted Kivitt was the principal dancer and artistic director with the Milwaukee troupe.

In Cedar Rapids, part of the proceeds from 1984's 'Nutcracker” went to a scholarship for a member of the Dance Theatre of the Hemispheres. In order to fund the scholarship, participation by the Cedar Rapids Symphony Orchestra was replaced with a tape of the London Philharmonic. Daniel Kaiser of the Pennsylvania Ballet was guest soloist as the Prince.

The show celebrated its 25th year - and possibly its last - with Dieman and Bennett in 1986. Torrence Carlson, often performing in Dieman-Bennett productions and an original 1961 cast member, took the role of Herr Stahlbaum.

The end of the tradition was attributed to 'lack of subsidization,” according to Bennett, who explained the risks of mounting a professional show opposite a company like the Joffrey.

'I think ‘Nutcracker' is a very beautiful tradition, and we get so many requests for it. We would love to keep the tradition going, but we feel if that can't be done, let's start something else - a contribution to the community and to the children.”

JOFFREY

In 1987, the Joffrey Ballet premiered the ballet at Hancher Auditorium on Dec. 11 and 12. Following the unexpected death of Robert Joffrey in 1988, it didn't return to the Hancher stage until 1989.

The Dieman-Bennett Dance Theatre of the Hemispheres staged a comeback with a shortened version of the ballet in 1991 at the Scottish Rite Temple in Cedar Rapids. It did not feature a guest artist, and the cast and crew were entirely volunteer.

But it did have an unusual twist. John Fitzpatrick, program facilitator for fine arts in the Cedar Rapids school district, portrayed Dr. Drosselmeyer, clad in the white tie and tails worn at the dedication of Carnegie Hall in New York City 100 years before when Tchaikovsky himself had conducted his 'March Solennelle.” The formal evening attire was passed down to Fitzpatrick from his great-great uncle, Charles I. Wakefield.

In 1992, the 100th anniversary of 'The Nutcracker,” Dieman and Bennett found donors to underwrite the holiday production that allowed hundreds of low-income children to attend the production, again at the Scottish Rite Temple.

Encores

The Joffrey returned to Hancher in 1993, the Dance Theater of the Hemispheres performed at the Paramount in 1995, and the Joffrey visited Iowa City again in 1996.

From there, Eastern Iowans saw productions by Ballet Jorgen Canada at Coe in 1999, the Moscow Ballet at the Paramount in 2001, 2006 and 2007, the Joffrey Ballet of Chicago at Hancher in 2004, and a special Englert Theatre condensed version in 2005.

The Ballet Quad Cities began collaborating with Orchestra Iowa for performances of 'The Nutcracker” at the Paramount in 2013, a partnership that continues today, while Coralville's Nolte Academy of Dance took over the Englert stage in Iowa City.

Moscow Ballet's 'Great Russian Nutcracker” came to Fairfield in December 2016 and included dancers from Cedar Rapids' Pointe School of Dance. That year also saw the Joffrey premiered a re-imagined 'Nutcracker” - this time with a poor immigrant family in Chicago in 1893 - on the Hancher stage before moving on to Chicago.


How Nutcrackers Became A Holiday Icon - HISTORY

WTTW goes behind the scenes as the Joffrey Ballet creates a new Nutcracker dans Making a New American Nutcracker, which is available to stream at wttw.com/nutcracker.

It&rsquos a popularly espoused &ndash and mostly true &ndash chestnut that one of the most popular ballets of all time was disliked by its composer and a flop at its premiere. While composing Casse-Noisette in the summer of 1892, Piotr Ilyich Tchaikovsky wrote in a letter to his nephew that &ldquoThis ballet is far weaker than The Sleeping Beauty &ndash no doubt about it.&rdquo Two years earlier, The Sleeping Beauty had been a glorious success. But as Casse-Noisette slowly came into being, all sorts of problems beset the production and Tchaikovsky, causing him to doubt his work.

The libretto for Casse-Noisette was an adaptation of an adaptation: it is based on E.T.A. Hoffmann&rsquos popular 1816 story &ldquoThe Nutcracker and the Mouse King,&rdquo but in a version by Alexandre Dumas, the author of popular novels such as The Three Musketeers. The idea to use the story as the basis for a ballet came from the impresario and director of Russian imperial theaters, Ivan Vsevolozhsky, who had conceived of The Sleeping Beauty. Vsevolozhsky and the ballet master Marius Petipa, who had choreographed The Sleeping Beauty, wrote the libretto for Casse-Noisette and handed it off to Tchaikovsky to compose the music, with very specific instructions as to tempo and length of each section of music.

The snowflakes in the original 1892 production of 'The Nutcracker.'

As Tchaikovsky embarked on writing Casse-Noisette, he was also in the process of composing a one-act opera, Iolanthe, which would share the bill at the premiere of the ballet. Struggling to compose, he asked for an extension of his deadline, pushing the opera and ballet&rsquos premiere back a season. Already uninspired by the plot of the ballet and by his struggles with the score, Tchaikovsky received another setback: a beloved sister died.

But once he finally completed the music for Casse-Noisette, Tchaikovsky seems to have put more stock in it, at least enough to arrange selections into a suite that he conducted in a concert in early 1892. Yet the ballet soon encountered another difficulty: Petipa, the ballet master, fell ill and left the task of choreographing Casse-Noisette to his assistant, Lev Ivanov. Ivanov was reportedly disorganized and unprepared in many rehearsals, and his choreography may have left something to be desired.

At its premiere in St. Petersburg on December 18, 1892, the ballet met less-than-stellar reviews, some scathing (&ldquoIt does not satisfy even one of the demands made of a ballet&rdquo), some backhanded (&ldquoIt&rsquos a pity that so much good music is expended on such nonsense&rdquo). While it continued to be performed on and off in Russia, the ballet only began to garner its immense popularity once it came to North America.

The original 1892 production of 'The Nutcracker' received less-than-stellar reviews.

Its first appearance on these shores was in 1940, on the double front of stage and silver screen. That year, the touring Ballet Russe de Monte Carlo presented a condensed version in New York City, staged by Alexandra Federova, and continued to perform it throughout America for the next two decades or so. Despite the touring of the Ballet Russe, however, the production could never reach as large an audience as that of the other Nutcracker that premiered in 1940: the animated selections from the ballet in Disney&rsquos Fantaisie. The dancing flowers and plants of that film&rsquos Nutcracker segment probably helped popularize the ballet in this country.

Four years later, in 1944, San Francisco Ballet presented the first full-length production of Casse-Noisette in America, with choreography by William Christensen. Christensen had never seen the full ballet and so asked two Russian dancers what they recalled of it. The advice of one of them, George Balanchine, was simple: forget the original ballet just make your own.

William Christensen's 'Nutcracker' for San Francisco Ballet was the first full-length production of the ballet in America. Photo: Courtesy MPDSF

A decade later, Balanchine did just that for his New York City Ballet. Since Balanchine was a respected and well-known choreographer by that point, his choice to stage the ballet elevated it into something worthwhile in the eyes of many. He then brought it to a wider audience in 1957 and 1958 with nationally televised live Christmas broadcasts on CBS. As Jennifer Fisher writes in her history of Casse-Noisette in America, Nutcracker Nation, &ldquoIt&rsquos hard to overestimate the impact of Balanchine&rsquos seal of approval on Casse-Noisette.&rdquo His version also introduced many aspects now considered integral to the ballet: a certain warmth and coziness, an emphasis on family, and the creation of Drosselmeyer&rsquos nephew &ndash who later becomes the Nutcracker Prince &ndash as the &ldquolove interest&rdquo of the young Marie.

Following the televised versions, Nutcracker productions cropped up across North America in the late 1950s and early 1960s. The ballet&rsquos prominent use of children made it attractive to many parents whose children were studying ballet, as it gave them an opportunity to appear onstage with professionals. The decline of religion in the second half of the twentieth century may also have contributed to Casse-Noisette&rsquos appeal: the ballet became an annual ritual for many families that could take the place of religious gatherings at the holidays.

'The Nutcracker' continues to be hugely popular in America, leading to productions like that of Robert Joffrey, which was retired by the Joffrey Ballet last year. Photo: Cheryl Mann

But Fisher believes the most important reason for Casse-Noisette&rsquos wild popularity in North America is simple: its association with Christmas. As she writes, &ldquoNothing breeds success like a happy marriage between a major holiday and an appropriate performance.&rdquo Or, as Ashley Wheater, the artistic director of the Joffrey Ballet, put it, &ldquoAmericans love holidays. And if you want the spirit of Christmas, go to Casse-Noisette.&rdquo


How Tchaikovsky's 'Nutcracker' Became A Holiday Tradition

Renee Montagne talks with Miles Hoffman about the history of Tchaikovsky's The Nutcracker Suite. Hoffman is the violist of the American Chamber Players, and authored The NPR Classical Music Companion.

Here is a holiday tradition that seems as old as Christmas trees and mistletoe.

(SOUNDBITE OF PYOTR ILYICH TCHAIKOVSKY SONG, "NUTCRACKER OVERTURE")

MONTAGNE: Those are the opening notes of Pyotr Ilyich Tchaikovsky's ballet "The Nutcracker." Thousands of musicians and dancers all over America perform it during the holidays. And here to talk about how "The Nutcracker" became a tradition is MORNING EDITION music commentator Miles Hoffman. Good morning, Miles.

MILES HOFFMAN, BYLINE: Good morning, Renee.

MONTAGNE: Christmas and "The Nutcracker," honestly though, it feels like the two have gone together forever.

HOFFMAN: It does seem that way, especially since at this time of the year, it's hard to find a ballet company of any size anywhere in the country that doesn't present "The Nutcracker."

(SOUNDBITE OF PYOTR ILYICH TCHAIKOVSKY SONG, "DANCE OF THE MIRLITONS")

HOFFMAN: Believe or not, though, Renee, the tradition of presenting "The Nutcracker" at Christmas time is a relatively recent tradition.

MONTAGNE: Although since the story takes place on Christmas Eve, isn't the connection rather a natural one?

HOFFMAN: Well, yeah, it is. And the very first performance, which was in St. Petersburg in Russia in 1892, did take place around Christmas. But the ballet itself wasn't terribly successful. Everybody liked the first act with the big Christmas tree and the children and the toy soldiers and the battle with the Mouse King. But there's really hardly any drama in the second act. It's just essentially a series of colorful dances, and many people just didn't find the story terribly convincing.

(SOUNDBITE OF PYOTR ILYICH TCHAIKOVSKY SONG, "MARCH OF THE TOY SOLDIERS")

MONTAGNE: Though here we are with the "March Of The Toy Soldiers." That's pretty convincing.

HOFFMAN: (Laughter). Yeah that's from Act One of "The Nutcracker." In fact for many years after the premier, the complete ballet was performed very rarely. The first complete performance outside Russia, in fact, was not until 1934 in London. And then the first complete "Nutcracker" in the United States didn't come until 10 years after that. The San Francisco ballet performed "The Nutcracker" on Christmas Eve of 1944. But it wasn't until the 1960s that performances of the complete "Nutcracker" ballet really took off as an annual Christmas tradition around the country.

MONTAGNE: And, Miles, though, even though you've just said that the ballet itself wasn't especially successful, and not at the very beginning, people have always loved the music, right?

HOFFMAN: Well, yes (laughter) they have. And not only have people always loved the music, they loved it before the ballet was ever performed. Tchaikovsky had made a concert suite from the ballet music. He extracted some of the music from the ballet. And that suite was played in St. Petersburg something like six months before the ballet was ever performed. And a friend of Tchaikovsky wrote in his memoirs that at one of the early performances in St. Petersburg almost every separate number of the piece was encored. It was played again. And after the performance Tchaikovsky was literally dragged up onto the stage and pelted with flowers. And frankly it's still the numbers from the suite that people know and love the best.

(SOUNDBITE OF PYOTR ILYICH TCHAIKOVSKY SONG, "DANCE OF THE SUGAR PLUM FAIRY")

MONTAGNE: Talk about love - every little girl - the beloved the "Dance Of The Sugar Plum Fairy." And that twinkly sound, it sounds like a music box. That comes from an instrument called the celesta. Tell us more about that.

HOFFMAN: Well, that's another great story. The celesta had been invented in Paris in 1886 by a man named Auguste Mustel. Celesta from the word celestial, heavenly. And Tchaikovsky was in Paris in 1891, and he heard the instrument played. He was so captivated by the sound that he decided to use it for his ballet - the one he was working on, "The Nutcracker." But he told his publishers, number one, they should order it. They should right away get one of these instruments. But he told them to keep it a secret because he was afraid if the composers Rimsky-Korsakov and Glazunov heard the sound of the celesta they'd use it before he did. He didn't want to get scooped.

MONTAGNE: Well, of course now the Nutcracker joins other Christmas music that it becomes ubiquitous around this time of year. You know, almost shopping mall music. Do you think people will ever get tired of "The Nutcracker"?

HOFFMAN: I don't think so, Renee. It's true that it's inescapable around this time of year. So in a way it's easy to make fun of. And there are, I must say, some snooty, academic types who tend to look down their noses at Tchaikovsky, period. They like to say that all he knew how to do was to write pretty melodies. But first of all those people are - what's the word? - wrong. That's one word. Tchaikovsky was actually a brilliant composer on many, many levels. And if "The Nutcracker" demonstrates nothing else, it demonstrates that Tchaikovsky was one of the greatest masters of instrumental color and orchestration. Not to mention the fact that Tchaikovsky's melodies aren't just pretty. And many of them in this - just in this one ballet - are immortal. These are immortal melodies, not just nice melodies. And if it's so easy to come up with melodies that people all over the world would love forever and ever how come more people don't do it? How come more of the snooty types don't do it themselves?

(SOUNDBITE OF UNIDENTIFIED SONG)

MONTAGNE: Obviously you - obviously a Tchaikovsky fan, Miles.

HOFFMAN: I am a Tchaikovsky fan, Renee. And, you know, there's another wonderful thing about "The Nutcracker," which is that for thousands and thousands of children it's been their first exposure both to ballet and to classical music. So how could that be bad?

MONTAGNE: And also for many children it would be their first chance to perform in a ballet as well.

HOFFMAN: Right, right. And by the way there's a very sweet story speaking of that about Tchaikovsky and the children who performed in the very first "Nutcracker" in St. Petersburg. Apparently the children had a hard time learning the little, toy instruments they were supposed to play on stage. And in fact they never did learn them very well, but after the premier Tchaikovsky sent a note to all the children telling them that he was very happy with their performance and he sent each child a box of candy.

MONTAGNE: Oh, well, a very sweet Christmas tradition. I'm glad we have it - "The Nutcracker." And happy holidays to you, Miles, and your family.

HOFFMAN: Thank you, Renee. You, too.

MONTAGNE: Miles Hoffman is the violist of the American Chamber Players and the author of "The NPR Classical Music Companion."

(SOUNDBITE OF UNIDENTIFIED SONG)

MONTAGNE: This is MORNING EDITION from NPR News. I'm Renee Montagne.

Copyright © 2014 NPR. Tous les droits sont réservés. Consultez les conditions d'utilisation et les pages d'autorisations de notre site Web à l'adresse www.npr.org pour plus d'informations.

Les transcriptions NPR sont créées dans les délais impartis par Verb8tm, Inc., un entrepreneur NPR, et produites à l'aide d'un processus de transcription exclusif développé avec NPR. Ce texte peut ne pas être dans sa forme définitive et peut être mis à jour ou révisé à l'avenir. La précision et la disponibilité peuvent varier. L'enregistrement faisant autorité de la programmation de NPR&rsquos est l'enregistrement audio.


Voir la vidéo: Casse noisettes de 2 mètres - DIY nutcracker - Comment jai fait?! (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Shakataxe

    Quels mots appropriés ... pensée phénoménale et magnifique

  2. Meztit

    Mais vous essayiez vous-même?

  3. Xabat

    Je considère que vous n'avez pas raison.

  4. Clyve

    tu ne t'es pas trompé, tout exactement

  5. Flainn

    En tant qu'expert, je peux aider. J'étais spécialement inscrit pour participer à la discussion.

  6. JoJom

    Merci pour le message, pourquoi ne pas publier pour les deux derniers jours?



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos