Nouveau

Statue du grand prêtre d'Amon Bakenkhonsou

Statue du grand prêtre d'Amon Bakenkhonsou


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Histoire de l'algèbre*

L'histoire de l'algèbre elle-même est divisée en plusieurs sous-catégories et a été développée par plusieurs centaines des plus grands mathématiciens du monde. Certaines des sous-catégories comprennent le théorème fondamental de l'algèbre, les espaces linéaires abstraits, ainsi que les équations quadratiques, cubiques et quartiques.

Non seulement l'algèbre peut être divisée en sous-catégories en tant que sujets, mais les groupes qui les ont étudiées ou développées peuvent également les catégoriser. L'algèbre égyptienne, l'algèbre babylonienne, l'algèbre géométrique grecque, l'algèbre diophantienne, l'algèbre hindoue, l'algèbre arabe, l'algèbre européenne depuis 1500 et l'algèbre moderne sont les catégories les plus populaires. Toutes les différentes théories de l'algèbre ont chacune été travaillées des millions de fois, vérifiées et revérifiées pour leur validité


Statue du grand prêtre d'Amon Bakenkhonsou - Histoire

Staatliches Museum Ägyptischer Kunst

Oberteil einer Sitzfigur König Ramsès II. avec Krummstab et Wedel

Moitié supérieure d'une figure assise du roi Ramsès II. tenant un escroc et un fléau

Nubien, Neues Reich, 19. Dynastie, um 1240 v. Chr.

Nubie, Nouvel Empire, XIXe dynastie v. 1240 avant JC

Ramses II., auch Ramses der Große genannt (* um 1303 v. Chr. † 27. Juni 1213 v. Chr.), war der dritte altägyptische König (Pharao) aus der 19. Dynastie des Neuen Reichs. Er regierte von 1279 bis 1213 v. Chr. und war einer der bedeutendsten Herrscher des Alten Ägypten.

Während seiner Regierungszeit erreichte Ägypten eine wirtschaftliche und kulturelle Blüte, wie sie nach ihm unter keinem Pharao mehr erreicht wurde. Durch sein diplomatisches Handeln gelang es ihm, einen fast fünfzigjährigen Frieden mit seinen Nachbarvölkern, darunter auch mit den Hethitern, zu halten.

Ramsès II (différemment translittéré en "Rameses" (/ˈræməsiːz/) ou "Ramses" (/ˈræmsiːz/ ou /ˈræmziːz/) né vers 1303 av. troisième pharaon de la dix-neuvième dynastie égyptienne. Il est souvent considéré comme le plus grand, le plus célèbre et le plus puissant pharaon de l'empire égyptien. Ses successeurs et plus tard les Égyptiens l'appelèrent le "Grand Ancêtre". Ramsès II a mené plusieurs expéditions militaires au Levant, réaffirmant le contrôle égyptien sur Canaan. Il a également dirigé des expéditions vers le sud, en Nubie, commémorées dans des inscriptions à Beit el-Wali et Gerf Hussein.


Horus féminin : la vie et le règne de Tausret

Ce chapitre examine le contexte historique immédiat de la vie de Tausret et la situe dans cette compréhension tout en éclairant le règne de la reine par des faits glanés dans les récentes découvertes archéologiques. En commençant par le rôle littéraire et historique unique de Tausret en tant que pharaon égyptien à l'époque de la guerre de Troie, son apparition apparente dans le roman d'Homère Odyssée est esquissé avant que les détails disponibles de son règne soient considérés. L'unicité du règne de la reine et les similitudes entre Tausret et d'autres femmes souveraines sont examinées. La position particulière de Tausret en tant que dernier descendant au pouvoir de Ramsès le Grand est explorée en détail, car il s'agissait d'une partie vitale du programme de légitimation de la reine et d'un aspect important dans la compréhension de ses monuments.

Oxford Scholarship Online nécessite un abonnement ou un achat pour accéder au texte intégral des livres du service. Les utilisateurs publics peuvent cependant rechercher librement sur le site et consulter les résumés et les mots-clés de chaque livre et chapitre.

Veuillez vous inscrire ou vous connecter pour accéder au contenu en texte intégral.

Si vous pensez que vous devriez avoir accès à ce titre, veuillez contacter votre bibliothécaire.

Pour résoudre les problèmes, veuillez consulter notre FAQ , et si vous n'y trouvez pas la réponse, veuillez nous contacter .


Chapitre 38 "Paix et sécurité à mon époque" (Les épreuves et triomphes de Shebitku)

Comme son modèle Senakhtenre Tao (Terah), Tefnakhte s'était remis de deux revers dévastateurs. Le premier fut la perte de son statut d'héritier présomptif en raison du décès prématuré de son père Khaemwaset fils de Ramsès II. Le second s'est soldé par une défaite face à Piye/Sargon. Contrairement à Tao, il subirait une troisième et dernière humiliation. Elle serait infligée par Psamtik/Taharqa et son armée d'aventuriers grecs. i Avant l'automne dernier, Tefnakhte a servi en tant que grand prêtre d'Amon, ce qui satisfaisait aux exigences de son autre archétype dominant, le grand prêtre Amenemhet (Merari) fils de Thoutmosis III. Le bureau a été enlevé à Tefnakhte, mettant ainsi fin à sa remarquable carrière. Dans le même temps, Tefnakhte a également assisté à la rétrogradation de ses deux principaux fils. L'aîné, Masaharta/Mentuemhet, a été réduit de rang du 1 er au 4 e prophète d'Amon et déclaré être le nouvel Aaron (Aanen). À juste titre, son jeune demi-frère Ramsès-Psusennes a été transformé en Moïse, un rôle heureusement abandonné par Psamtik/Taharqa et transféré à lui. (Notez la correspondance entre Aken-esh, le nom libyen probable de Ramsès-Psuennes, et Akhen-aten.)

En donnant à sa fille le nom de Nitocris, Psamtik/Taharqa s'est désigné comme une répétition du pharaon de la 6 e dynastie Neferkare Pepi II, qui était le père d'une ancienne reine célèbre du même nom. Psamtik a également installé son homme Ibi comme intendant personnel de Nitocris. Ibi a été catalogué après la 6 e dynastie Ibi, un gouverneur de Haute-Égypte nommé par Pepi II et son proche parent. a La 26 e dynastie Ibi est allée jusqu'à copier une peinture murale de la tombe de son homonyme de la 6 e dynastie pour l'utiliser dans sa propre tombe (TT 36). b A cette époque, Psamtik assimilait également le rôle de Tao/Apepi, que Tefnakhte n'avait pu pleinement satisfaire avant sa retraite forcée. L'installation d'Amenirdis II/Nitocris à Thèbes était probablement le dernier acte officiel de Tefnakhte. c Il a été refusé dans sa tentative de devenir Grand Roi. En revanche, Psamtik/Taharqa, en tant que fils de Piye/Sargon, avait des chances plus que raisonnables d'accéder à ce poste convoité. d A seulement 21 ans, il pouvait déjà se vanter d'avoir « unifié les Deux Terres dans sa jeunesse », et selon un autre de ses archétypes personnels, Montouhotep II (Lévi).

Piye-Sargon aurait été ravi que son fils Psamtik ait freiné la montée en puissance de Tefnakhte et de ses fils Ramsès III et Masaharta. Il n'aurait probablement pas approuvé l'alliance de Psamtik avec « Harkhebi fils de Haremakhet » et surtout la nomination de Harkhebi en tant que nouveau Grand Prêtre d'Amon à la place de Masaharta. Haremakhet, fils de Shabaka, avait autrefois été grand prêtre d'Amon avant l'assassinat de son père. En fait, c'est l'élection de Haremakhet à ce poste qui a finalement conduit à l'assassinat de son père. Le précédent Grand Prêtre, Amenhotep, était un fils aîné de Shabaka par une autre reine. Il était le vrai fils de Kashta. e Cependant, après avoir obtenu sa royauté, Shabaka a supprimé Amenhotep en faveur de son propre vrai fils Haremakhet. Désormais, Amenhotep devint en fait le "fils" politique de son demi-frère Haremakhet, qui devait également être bientôt nommé par Shabaka/Takelot III comme successeur libyen, Osorkon IV, et héritier présomptif du trône égyptien/nubien. Le nom Harkhebi, comme celui de Haremakhet, est considéré comme une identité nubienne et semble avoir été utilisé à la place de Tanutamon/Tanuatamun, en raison de sa disgrâce antérieure. Shabaka le père de Haremakhet et père légal d'Amenhotep/Tanutamon/Harkhebi a souligné seulement son nom nubien Shabaka et son nom libyen Takelot. Son identité égyptienne est obscure, mais avant de devenir pharaon, il était peut-être connu sous le nom de général Amenemope « père » de Bakenkhonsu. (Voir aussi le chapitre 34, note 2.)

Lorsque Shabaka a été tué par Kashta, un autre des fils de Kashta, Piye, a usurpé le trône. Piye a non seulement soumis son propre père, mais aussi son jeune frère Amenhotep et son neveu Haremakhet. Sur la stèle de la victoire de Piye, Kashta et Haremakhet ont été appelés par leurs noms libyens, Iuput et Osorkon, respectivement. Le vaincu Amenhotep/Tanutamon y apparaît comme le prince et grand chef libyen Djed-amun-efankh de Per-Baneb-djed. f Au cours de son mandat antérieur en tant que grand prêtre, Amenhotep était probablement connu sous d'autres noms régionaux, en particulier Bakenkhonsu g (fils du général Amenemope) et Ma-Huhy. Ma est un préfixe libyen générique, et Huhy est une variante de Huy, la forme abrégée égyptienne d'Amenhotep. Amenhotep/Harkhebi a formé une alliance avec un autre prince mécontent, son neveu Psamtik/Taharqa, et a fait un retour politique étonnant. h Lors de sa réélection en tant que grand prêtre, Amenhotep a reçu une nouvelle identité égyptienne, évidemment dérivée de ses noms autrefois déshonorés. Il n'était plus Tanutamon, Amenhotep/Ma-Huhy, Djed-amun-efankh, ou Bakenkhonsou, mais s'appelait Djed-khonsu-efankh. Avec ce nouveau nom Djed-khonsu-efankh, Amenhotep/Harkhebi est également devenu un Grand Prêtre divin, un peu comme Masaharta qui l'a précédé.

Smendes/Nimlot i aurait pu être soumis par son frère Psamtik (en l'an 9), mais il était plus probable qu'il soit parti d'Égypte à l'époque pour soutenir le programme de Piye-Sargon ailleurs. La seconde venue des peuples de la mer, datée de l'an 11 de Sargon en tant que roi d'Assyrie, impliquait également le renversement des États de Hatti, de Syrie, de Phénicie et de Palestine. Malgré la victoire de Psamtik en Égypte, Smendès (alors dans sa propre année 24), est resté l'héritier présomptif de leur père Piye sur le plus grand trône maintenant en Assyrie. La tradition exigeait que Smendes dans le rôle de « Judah-Rimush » soit finalement nommé co-régent de Piye, qui avait assumé le rôle de « Jacob/Israël-Sargon ». Dans la 18 e dynastie, le rôle de Juda était joué par Nimlot A/Thoutmosis IV, qui fut nommé co-régent d'Amenhotep II (Patriarche Jacob).

Conformément au modèle, Smendes a pris un nouveau nom en son année 25. Le nom choisi était Menkheperre, qui avait été le nom du trône de la 18 e dynastie Thoutmosis IV. Il avait également été le nom du trône de Thoutmosis III, et utilisé par Piye comme la dernière incarnation de Thutmosis III. Le changement de nom de Smendès en « Menkheperre fils de Menkheperre » ne laissait aucun doute sur l'ordre de succession. Cependant, pour Smendès, il s'agissait toujours de rétablir son autorité en Egypte, et notamment au sein du culte d'Amon. Piye aurait considéré Smendes, son héritier présomptif, comme le meilleur choix en tant que grand prêtre divinisé. En moins d'un an, Sargon a pris des mesures pour retirer cette distinction à Harkhebi et la donner à Smendes. Piye/Sargon s'est d'abord dirigé contre Haremakhet à Babylone, qui y était connu sous le nom babylonien de Marduk-Balladin (le fils biblique Merodach-Baladan de Baladan j ). En l'an 12 de Sargon, Marduk-Balladin a été déterminé à être « infidèle » et a été attaqué. Marduk-Balladin s'enfuit à Elam, et Sargon établit alors sa domination directe sur Babylone. k Harkhebi "fils de Haremakhet" a ensuite été visé en Egypte.

"Ne provoquez pas la colère de vos enfants"
(Le meurtre de Sennachérib)

Pour prouver sa valeur en tant que successeur, Smendes cum Menkheperre a été la même année défié par Piye-Sargon avec le "travail" d'arracher le contrôle du culte d'Amon et de ses richesses à Harkhebi/Djedkhonsuefankh, et si nécessaire, également traiter avec Psamtik ( Taharqa) et Ramsès III (Psusennes). En son an 25, Smendes/Menkheperre marcha avec détermination sur Thèbes. Avec l'utilisation d'une certaine force, peut-être seulement un spectacle symbolique, il est entré dans le temple de Karnak d'Amon et a été déclaré grand prêtre divin. (Dans le récit biblique de Josias, Menkheperre apparaît comme le grand prêtre Hilkiah.) Par la suite, Menkheperre semble avoir maintenu deux séries de dates de règne, l'une commençant par sa nomination en tant que grand prêtre et l'autre faisant référence au début de sa royauté comme Smendès. Harkhebi a été entendu pour la dernière fois trois ans plus tard en l'an 14 de Psamtik (an 28 de Smendes/Menkheperre), donc il n'a manifestement pas été violemment réprimé comme il l'avait été sous le règne de Shabaka/Tiglath-pileser III. Il est peut-être même resté en tant que grand prêtre avec Menkheperre agissant comme son régent, tout comme Masaharta avait fonctionné sous Piankh-Sematawy/Tefnakhte. Cependant, Harkhebi n'avait plus le statut de pharaon sous le nom de Djed-khonsu-efankh. je

Ce n'est que trois ans plus tard que Piye-Sargon est prêt à nommer officiellement Menkheperre co-régent en Assyrie, et sous le nom assyrien de Sennachérib. En caractère pour Piye-Sargon, il n'était pas pressé d'annoncer sa décision concernant la succession. De plus, il y avait une bonne raison de le retarder. L'année 28 était très significative pour Menkheperre, dans la mesure où son ancien nom Smendès était une épithète d'Osiris, le dieu qui fut tué la 28 e année de son règne. Smendes en tant qu'Osiris a enduré une forme de mort en tant que roi d'Égypte, mais a été « ressuscité » à une plus grande gloire en tant que « roi du monde », ou alors il s'adresserait à lui-même dans les inscriptions assyriennes.

Sargon-le-Grand est crédité d'un règne de 55 ans. Cela aurait été perçu comme une autre bénédiction pour son homonyme Piye/Sargon II. Cependant, après seulement 35 ans de royauté, et seulement environ un an après avoir déclaré Sennachérib comme successeur, Piye-Sargon a été pris en embuscade et tué dans une opération de « maintien de la paix » de routine. Piye-Sargon, suprêmement confiant et toujours conscient de la "nuée de témoins" qui assombrissait son règne, a été complètement pris au dépourvu. Son « destin » aurait dû être de régner pendant encore 20 ans, mais il a manifestement sous-estimé la haine qu'il avait inspirée à son fils et à d'autres fonctionnaires.

Le nom de Sennachérib (Sin-ahhe-eriba), bien que probablement donné plutôt qu'assumé, transmet le sens curieusement vindicatif, "(le dieu) Sin a compensé (la mort de) les frères." m Cela reflète probablement la querelle mortelle qui a éclaté entre son père Piye-Sargon (Jotham) et Shabaka-Tiglathpileser III (Ahaz) peu de temps après sa naissance. (Le biblique Ahaz a été accusé d'avoir mis ses "fils" à mort.) Avant ce conflit d'il y a près de trois décennies, un très jeune prince Smendes avait été nommé co-régent, non pas de son père Piye, mais du demi-frère beaucoup plus jeune de Piye. Pinedjem. Cela avait été la volonté expresse de Ramsès-le-Grand lui-même avant son décès. Politiquement parlant, le père de Smendes est devenu comme l'un de ses fils. Mais, tout a changé lorsque Shabaka puis Piye ont usurpé le trône de Ramsès II, et Smendès a été soumis l'un après l'autre à leurs régences.

Le décès de Pinedjem dans sa propre année 28 n'a dû qu'ajouter au ressentiment de Smendès, qui était alors en année 24. Au lieu de devenir Grand Roi, Smendès endura quatre années de frustration avant d'être nommé seulement " élire" pour la deuxième fois. De plus, il était toujours catalogué comme Juda, un rôle qui portait non seulement l'attente d'une mort prématurée, mais aussi la mort avant de succéder au trône de son père. Bien qu'il s'agisse sans doute d'un enfant provoqué à la colère, n Sennachérib avait encore besoin d'un prétexte pour retirer son père pompeux, égocentrique, arrogant et sournois. Pour s'en inspirer, Sennachérib s'est probablement tourné vers le grand conquérant Tikulti-Ninurta, l'alter ego assyrien de Thoutmosis III, dont la momie est douteuse identifiée.

Au fil de l'histoire, Tikulti-Ninurta est devenu irrationnel, a été déclaré mentalement incompétent, puis tué par l'un de ses propres fils. Sargon II fut également attaqué avec des préjugés extrêmes. Son corps a été soit complètement détruit, soit non récupéré afin de lui refuser une place dans l'au-delà. Après la mort de Sargon, Sennachérib s'est dissocié de la mémoire de son père. « Sennachérib a permis aux théologiens d'affirmer que la mort violente de son père, et son échec à recevoir un enterrement convenable, avait été le résultat du péché de Sargon dans la construction de sa nouvelle capitale. » o C'était bien sûr la même rationalisation utilisée pour expliquer les troubles de Sargon-le-Grand. En Égypte, l'image et le nom du soi-disant « bien-aimé » et « Dieu parfait » Piye ont en fait été défigurés sur ses monuments. p

Dans sa 16 e et dernière année en tant que roi d'Assyrie, Sargon II avait de nouveau tourné son attention vers l'ouest. Bien que Chypre et la Phrygie étaient en paix, la terre de Tabal dans les montagnes du Taurus d'Anatolie vexait apparemment le roi. « Un an après l'inauguration officielle de Dur-Sharrukin, Sargon 'est allé contre Tabal et a été tué pendant la guerre'. " Il imitait peut-être l'acte de Sargon-le-Grand, qui selon la légende se rendit en Cappadoce d'Anatolie pour tenter de le rendre sûr pour le commerce. " q Le corps de Sargon II n'a pas été retrouvé, et donc pas correctement enterré. Cela ne semblait accomplir aucune prophétie ou tradition (l'analogue le plus proche semble être la mort de la figure de Juda Amenemhet au début du Moyen Empire). partie des dieux, et c'est précisément ce que Sennachérib lui destinait.

Il faut imaginer que Sargon II avançait vers son « destin » avec l'air habituel d'invincibilité, mais l'illusion de grandeur cultivée au cours d'une vie a été brisée en un instant. Selon le récit de Kings/Chronicles, Jotham « s'est reposé avec ses pères » et a été enterré dans la Cité de David. Les momies d'Osorkon III/Alara (Ozias), Takelot III/Shabaka (Ahaz) et Rudamun/Piye (Jotham) sont introuvables, il n'est donc pas possible de dire avec certitude si elles ont été enterrées à Thèbes, à el-Kurru de Nubie, Tanis dans le Delta, Tombouctou, ou comme dans le cas de Sargon II, pas du tout. Peut-être la nouvelle de sa mort ignominieuse a-t-elle été supprimée, du moins dans la lointaine Égypte. En l'absence de preuves contraires, on aurait supposé plus tard que le roi avait été enterré d'une manière digne d'un roi juste de Juda après David.

Sennachérib avait assuré qu'il ne se verrait pas refuser la succession, mais en conséquence ses rivaux familiaux pourraient tout aussi facilement rationaliser une révolte ouverte. Marduk-Baladan revint d'exil et se déclara roi à Babylone. Ramsès III et Psamtik/Taharqa ont revendiqué leur souveraineté sur Thèbes et l'Égypte. Il a fallu plus d'un an à Sennachérib pour prendre le dessus sur Marduk-Baladin à Babylone, date à laquelle Sennachérib a ensuite pris le nom de roi babylonien de Nabopolassar (Nabu-appla-user). Au cours de la troisième année (« troisième campagne »), il tourna son attention vers le rebelle « Ézéchias le Juif » (Ramsès III). "Tarqu" (Taharqa) est sorti en soutien à Ézéchias mais a ensuite fait demi-tour. À cette occasion au moins, il a choisi de ne pas risquer de perdre son armée ou de vendre Ramsès III pour un meilleur accord avec son demi-frère Sennachérib. Ramsès III a été assiégé par Sennachérib et contraint de « pleurer oncle » à son cousin germain.

Le récit d'Ézéchias ne mentionne pas directement Hilkiah, mais seulement Eliakim fils de Hilkiah (futur roi Jehoiakim) , qui est nommé « administrateur du palais », c'est-à-dire un « intendant » dans le langage égyptien. Le récit d'Ézéchias reconnaît explicitement qu'Ézéchias s'est « rebellé » contre Sennachérib (Hilkiah) mais a ensuite accepté de payer une rançon royale en or et en argent en guise de tribut. D'un autre côté, le récit de Josias ne mentionne pas d'attaque assyrienne, mais met en évidence Hilkiah. Il est spécifiquement honoré du titre de « Grand Prêtre » et participe également activement à l'Observance de la Pâque.Le seul indice de conflit entre Hilkiah et Josias implique un débat voilé sur la destruction de Jérusalem selon ce qui a été écrit dans le Livre de la Loi." r

"Le pouvoir de marcher sur les serpents"
(Condamnation à mort et sursis pour Ézéchias)

Après la défense épique de l'Égypte contre les « peuples de la mer », le deuxième événement le plus notable sous le règne de Ramsès III fut l'attentat contre sa vie connu sous le nom de « conspiration du harem ». L'opinion a été divisée quant à savoir si la mort de Ramsès III a été causée par l'intrigue, ou si le complot avait eu lieu plus tôt dans son règne et il s'est rétabli. Ce dernier scénario est d'autant plus probable que Ramsès III a personnellement nommé 12 juges pour présider les auditions de 33 personnes impliquées dans la tentative d'assassinat. Les principaux coupables étaient la reine Teye et l'un de ses fils Pentawer/Pentaweret. s Il n'est fait mention d'aucune punition pour la reine, et peut-être n'a-t-il pas été possible de la traduire en justice. Pentaweret a dû se suicider, comme beaucoup d'autres.

La maladie et la guérison d'Ézéchias se sont produites après l'invasion de Sennachérib (datée de l'an 14 d'Ézéchias) et avant la célébration de la Pâque de l'année suivante (an 15 de Ramsès III/an 18 de Psusennes I). Après avoir été guéri, Ézéchias est informé par la « parole du Seigneur » (Sennachérib) par Isaïe (Mentouemhet) qu'il serait autorisé à vivre 15 ans de plus. Cela placerait la mort de Ramsès III en son an 29, mais on sait qu'il est mort en l'an 32. Sennachérib a placé Jérusalem en état de siège une deuxième fois en l'an 29, exactement 15 ans plus tard. Il semble qu'il était déterminé à tenir sa parole et à mettre fin à la vie de Ramsès comme promis. u Cependant, Ramsès III était mieux préparé et mieux soutenu par Taharqa lors de la deuxième attaque. (Voir la fin du chapitre 39 pour une discussion plus approfondie des deux sièges.) Le récit biblique prend soin de noter l'ironie de la mort de Sennachérib, qu'il attribue au moins indirectement à la deuxième tentative ratée de tuer Ézéchias. Cependant, dans ce cas, plutôt que de reconnaître qu'une prophétie ne s'était pas réalisée, Ézéchias n'est pas crédité des trois dernières années de son règne !

Il est clair d'après le récit de Biblical Kings qu'Ézéchias ne devait pas survivre à sa maladie antérieure. "En ces jours-là, Ézéchias tomba malade et était sur le point de mourir. Le prophète Isaïe, fils d'Amots, alla vers lui et dit: 'Voici ce que dit le Seigneur: Mets ta maison en ordre, car tu mourras, tu ne guériras pas. " v Au cours du procès, Ramsès est appelé « le grand dieu » et se présente comme « en compagnie d'Osiris », indiquant qu'il est décédé avant que les jugements ne soient rendus par le tribunal. w Cependant, Ramsès III (Ézéchias/Josias) n'est pas mort de cette intrigue de palais, mais des blessures subies lors de la bataille de Meguiddo. Sur la momie de Ramsès III, trois amulettes du dieu Horus ont été retrouvées sur sa gorge. Ramsès III a également été invoqué plus tard à la place d'Horus comme un charme contre les morsures de serpent mortelles. x Cela doit avoir été associé à la tentative d'assassinat et à sa survie. oui

Avant que le rôle de Moïse ne soit imposé à Ramsès III, il avait été modelé sur Benjamin/Uzziel (Gudea de la 11 e dynastie et Neby de la 18 e dynastie). Cependant, Sennachérib a trouvé un moyen de saper cette transposition. Neby n'avait reçu le rôle de Benjamin/Uzziel qu'après qu'un autre prince de l'époque, Aakheperre, fils d'Amenhotep II, tomba malade et mourut. Si Ramsès III devait mourir de la même manière qu'Aakheperre, alors Sennachérib pourrait alors réattribuer le rôle de Benjamin/Uzziel à l'un de ses propres fils. A en juger par le récit de la Genèse, Benjamin fils de Jacob (Aakheperre fils d'Amenhotep II) a été malade pendant longtemps, peut-être même 15 ans avant de finalement mourir. Après avoir survécu à la morsure mortelle d'une vipère, Ramsès III pourrait alors revendiquer les rôles des deux Benjamins de la 18 e dynastie, Aakheperre et Neby. Dans le rôle de Moïse, il avait également droit à un sursis à exécution. Akhenaton n'était pas mort immédiatement après l'Exode de son temps, ni Hammurabi. Ramsès III considérait sans aucun doute que l'épreuve représentait une mort symbolique, et sa divinité perçue s'en trouvait sans aucun doute renforcée. Il devint un « Osiris vivant » et en tant que tel rejoignit le noble ordre spirituel non seulement de Moïse mais aussi d'Abraham et du roi Ozias. aa

"Ni tes yeux ne verront tout le mal"
(La célébration de la Pâque ravivée)

Deux fils de Piye sont connus, l'un est Taharqa et l'autre le prince Khaliout. Il existe des preuves suggérant un "conflit au sein de la famille royale, peut-être sous le règne de Shabaqo ou de Shebitqo, entre le prince Khaliut, un fils de Piye, et Taharqo". ab Bien que le nom biblique de Sennachérib, Hilkiah, soit manifestement dérivé (par transposition) de son nom nubien Khaliout, il ne semblait pas se soucier de la Nubie comme son père Sargon. Ramsès III/Shebitku a reçu le titre de pharaon en Nubie en échange d'un tribut et d'autres concessions, y compris le maintien de sa typographie de Moïse et probablement en s'abstenant de toute alliance avec Taharqa. Ézéchias est cité : « J'ai l'intention de faire alliance avec le Seigneur », c'est-à-dire avec son suzerain Sennachérib.

Au cours du premier mois de la première année de sa nouvelle royauté (en tant que pharaon nubien), Ézéchias ordonne des réparations au temple. Pendant ce temps, le Livre de la Loi de Moïse est "découvert" par Hilkiah le Prêtre, et cela (il prétend) est la preuve d'un destin certain pour Jérusalem. Un Josias désemparé ne parle pas face à face avec son oppresseur Hilkiah mais uniquement par des intermédiaires. Pour un second avis sur « l'interprétation » du Livre, la prophétesse Huldah et épouse veuve de Shallum (Pinedjem I), c'est-à-dire la reine mère et ancienne épouse de Dieu, est consultée pour sa connaissance des événements passés et donc sa capacité à prévoir ceux-ci. bientôt à venir. Huldah est probablement la mère de Hilkiah et de Josiah et donc une partie objective. Sa réponse : il doit y avoir un Exode final et plus intensément destructeur. ad Pour l'amour d'Ézéchias/Josias, il serait reporté, mais par déférence pour Hilkiah, il ne serait pas annulé. ae

Au cours du deuxième mois, Ézéchias/Josias préside en tant que Moïse à une grande célébration de la Pâque. La célébration commence avec un mois de retard (sur la base des lois de Moïse), prétendument parce que "pas assez de prêtres s'étaient consacrés et que le peuple ne s'était pas rassemblé à Jérusalem". af Le temple principal de Ramsès III à Médinet Habou dans l'ouest de Thèbes employait plus de 60 000 personnes et semble à cette époque avoir éclipsé même le temple de Karnak en activité et en importance. ag Il est peu probable qu'il n'y ait pas eu assez de personnel pour soutenir l'événement. La Jérusalem de Palestine était beaucoup plus proche du reste d'Israël tribal qui avait été invité à participer, mais peut-être moins équipée pour accueillir « une très grande foule de personnes ». euh

Sennachérib a rapporté qu'il avait chassé plus de 200 000 personnes de Juda l'année précédente. ai Tiglath-Pileser III et Sargon II qui l'ont précédé avaient déporté la plus grande partie d'Israël. Ceux qui avaient évité le coup de filet et restaient généralement se moquaient de l'idée de célébrer n'importe quoi, et encore moins une Pâque. Et en vérité, cette observance particulière était destinée à être plus qu'un simple réveil - car c'était à la fois un aveu qu'un Exode venait de se produire et qu'un autre Exode peut-être encore plus traumatisant devait suivre. La famille royale avait décidé d'abandonner l'Egypte comme capitale au profit de la Mésopotamie, et afin d'achever un autre grand cycle de l'histoire. Apparemment, cela se serait produit plus tôt sans la résistance de Ramsès III à la volonté de Menkheperre/Sennachérib. L'objectif principal de l'Exode, du moins du point de vue du Grand Roi président, n'était pas la réinstallation et la guérison des opprimés en Égypte, mais d'accroître la sécurité de son nouveau trône en Mésopotamie en affaiblissant l'Égypte.

"Vous adorerez devant un autel"
(Les "Réformes" d'Ézéchias)

Le premier tournant du règne de Ramsès III a eu lieu en son an 5 (an 8 de son règne sous le nom de Psusennes). ak A cette époque, l'Egypte est envahie par les « Peuples de la Mer », c'est-à-dire des mercenaires grecs sous la houlette de Psamtik/Taharqa. Malgré sa prétention à la victoire à Médinet Habou (Jérusalem), Ramsès-Psusennes était en fait soumis et obligé d'accepter un changement de typographie. C'est également en l'an 5 qu'un encore très jeune Ramsès III décide de commencer la construction de son temple funéraire. al De l'avis d'un auteur d'histoire biblique, c'est en cette même année 8 que Josias a commencé à faire le bien en cherchant le « Dieu de son père David » et en agissant conformément aux lois de Moïse. am En son an 12, Josias détruisait des hauts lieux et des poteaux d'Asherah, et attaquait des idoles et des images, non seulement à Jérusalem et en Juda, mais aussi en Israël.

Le Papyrus Harris énumérait les œuvres de Ramsès III, de la construction monumentale à Karnak et à Médinet Habou au don de fleurs et de grappes de raisin. La formation des "prêtres laïcs" et l'observance des fêtes et même des "anciennes fêtes" sont particulièrement notées. Cependant, rien qui ressemble à une fête de la Pâque et rien de son Année 15 (Année 18 de Psusennes) n'est mentionné. De même, il n'est fait mention d'aucune réforme religieuse. Au contraire, le document prend soin d'affirmer que Ramsès III a ordonné la sculpture traditionnelle de nombreuses images de culte, grandes et grandes statues et figures. ap Le Papyrus Harris montre qu'il était dévoué non seulement à Amen, mais aussi bien à Ra, Ptah et à un moindre degré à tous les dieux et déesses d'Egypte et leurs représentations locales. En tant que figure de Moïse, nous nous attendrions à ce que Ramsès III ait supprimé Amen et d'autres cultes égyptiens en faveur exclusive de Rê, mais ce cours n'a pas été suivi par lui. Si Ramsès III a initié des réformes, alors elles se sont produites en dehors de l'Égypte proprement dite dans le Juda et Israël de Palestine. En Égypte au moins, Ramsès III était beaucoup plus intéressé à rester fidèle au rôle de Gudea/Inyotef II (Benjamin/Uzziel), qui se distinguait pour son service rendu à l'ensemble du panthéon, et aussi pour avoir grandi en abondance. aq

Des sceaux d'Ézéchias ont été découverts qui comportent des disques ailés et des scarabées, symboles de la religion solaire en Égypte. En tant que figure de Moïse, il faut s'attendre à ce que l'accent soit mis sur le dieu solaire. Pourtant, les récits d'Ézéchias et de Josias révèlent d'autres comportements incompatibles avec le stéréotype. Plus précisément, Josias aurait détruit des chars à Jérusalem qui avaient été dédiés au soleil. On a l'impression cependant que ces chars avaient été mis à la ferraille simplement parce qu'ils étaient obsolètes, et que toute association cultuelle qu'ils possédaient était complètement fortuite. Ézéchias, d'autre part, aurait détruit le serpent d'airain Nehushtan, un symbole important associé à Moïse et à l'Exode. ar Après avoir survécu à la morsure d'un serpent mortel et être devenu lui-même un type d'Osiris, on pourrait penser que la relique aurait pris une plus grande importance pour Ramsès III, mais il semble que tout le contraire était vrai, ou qu'il ne pouvait tout simplement pas trouver un moyen de contrôler (profiter de) la vénération des gens à son égard.

Dans une inscription assyrienne, Sennachérib a qualifié Ézéchias de « dominateur et fier ». car le récit biblique d'Ézéchias comprend une raillerie de l'officier de Sennachérib selon laquelle Ézéchias a demandé de manière déraisonnable que tous les gens adorent devant un seul autel. à Ézéchias était un défenseur de la religion centralisée, non pas tant pour le bien-être spirituel, mais pour renforcer l'État. Si l'Égypte voulait éviter la conquête par des armées étrangères, elle avait besoin des moyens de payer sa défense par la conscription d'Égyptiens indigènes dans l'armée et la fonction publique. Ramsès III, en tant qu'Ézéchias biblique, est resté dans les mémoires comme un grand accumulateur de richesses. Ce trait lui a valu une réputation générale d'avare, mais l'a rendu immensément populaire parmi les ouvriers du temple. Cela se reflète dans le récit biblique où l'intendance d'Ézéchias est louée :

«Et Ezéchias avait beaucoup de richesses et d'honneur, et il se fit des trésors d'argent, d'or, de pierres précieuses, et d'épices, et de boucliers, et de toutes sortes de joyaux agréables. [grain], et du vin, et de l'huile et des étables pour toutes sortes de bêtes, et des cotes pour les troupeaux. au De même, Ramsès III était particulièrement fier de sa richesse. Sous son règne, le trésor de Médinet Habou « gémit d'or, d'argent et de pierres précieuses qui, selon les mots du roi, se comptaient « par cent mille ». Les greniers du temple regorgeaient de céréales, et les récoltes de ses champs et de ses herbes étaient abondantes « comme le sable du rivage ». " av " Le roi alla jusqu'à se vanter des richesses de son palais à Thèbes, parlant de sa vaisselle étant d'or fin, d'argent et de cuivre trop nombreux pour être comptés et d'une multitude de denrées alimentaires, telles que le pain, la bière, du vin, des oies et des bœufs engraissés, offerts quotidiennement au dieu." euh

"Mais quand des émissaires furent envoyés par les dirigeants de Babylone pour l'interroger sur le signe miraculeux qui s'était produit dans le pays, Dieu le laissa pour le tester pour savoir tout ce qui était dans son cœur." hache "Merodach-Baladan, fils de Baladan, roi de Babylone, a envoyé des lettres à Ézéchias et un cadeau, car il avait entendu parler de la maladie d'Ézéchias. Ézéchias a reçu les messagers et leur a montré tout ce qui était dans ses entrepôts - l'argent, l'or, les épices. Il n'y avait rien dans son palais ou dans tout son royaume qu'Ézéchias ne leur montra." ay En réponse, Isaïe a dénoncé Ézéchias, « 'tout dans votre palais. sera emporté à Babylone. palais du roi de Babylone. " az

Dans les dernières années de Sennachérib (alias "Dieu"), Merodach-Baladan (Osorkon IV/Haremakhet) est devenu une sorte d'agent double. Il a toujours été un allié de Ramsès III/Shebitku, mais il a également passé un accord avec Sennachérib et a finalement été nommé comme son successeur. (La façon dont ce scénario improbable s'est produit sera expliqué dans la section suivante.) Sennachérib était quelque peu frustré dans sa tentative de s'emparer des richesses de Ramsès III et de l'Égypte. Ce serait Marduk-Baladin, après être devenu le Grand Roi Esar-haddon, qui conquit Thèbes avec succès avec les troupes assyriennes et initia la destruction finale de Thèbes.

La vanité d'Ézéchias et son empressement à montrer ses trésors ont suscité la critique de l'auteur biblique. Du point de vue de ceux qui sont dévoués à la suprématie de Jérusalem (Thèbes en Égypte), Ézéchias avait gravement commis une erreur en suscitant la convoitise des rois « étrangers ». Lorsqu'il a été réprimandé, sa réaction a été étonnamment béate. " 'La parole du Seigneur est bonne', répondit Ezéchias. Car il pensait : 'N'y aura-t-il pas de paix et de sécurité de mon vivant.'" ba Ce trait de caractère est également évident dans les paroles de Ramsès III. « De nombreux discours grandiloquents inscrits sur les murs de son temple funéraire, son autosatisfaction est indéniable. » bb Cependant, il est difficile de dire si c'était la vraie personnalité de Ramsès III qui s'exprimait, ou s'il ne faisait qu'imiter la grandiloquente Gudea.

"Le plus jeune de mes frères"
(Nomination d'Esarhaddon comme successeur de Sennachérib)

Onze ans avant sa mort, Nabopolassar s'est retrouvé en pleine retraite devant l'armée combinée de Psamtik et d'un allié assyrien, vraisemblablement Assur-uballit II, et « nous trouvons des forces égyptiennes opérant contre les Chaldéens à l'intérieur même de l'Irak ». bc La lutte de Psamtik/Taharqa contre son demi-frère Nabopolassar s'est poursuivie en répétition du conflit entre Tao I (Terah), l'archétype de Psamtik, et son principal rival Adad-Nirari (Juda/Nahor). Tao I a finalement prévalu contre Adad-Nirari, et l'un de ses fils Kara-indash (Haran) a également repris Kish à Babylone. Cela a inculqué la confiance à Psamtik qu'il déposerait Nabopolassar/Sennachérib. Onze ans avant la fin de son règne, le "fils aîné" de Sennachérib fut déposé à Babylone par les forces d'Elam et remplacé par un intrus nommé Mushuezib-Marduk. (Voir le tableau pour une comparaison côte à côte entre les règnes de Sennachérib et de Nabopolassar.) Il semble raisonnable que Mushuezib-Marduk était le nom élamite supposé d'un fils de Psamtik/Taharqa qui a été placé dans le rôle de Kara-indash. bd Un an plus tard, Mushuezib-Marduk a marché vers l'Assyrie et n'a été refoulé par Sennachérib qu'avec une grande perte. Deux ans après cela, la ville d'Assur a été capturée par le Mede Cyax-ares, et Nabopolassar a été obligé de lui offrir un traité.

L'année suivante, Sennachérib captura Mushuezib-Marduk et punit Babylone. be Étonnamment, le nouveau prince héritier de Babylone prétendument "détruite" n'était autre que Marduk-Baladin (Esar-haddon) avec Sennachérib agissant à nouveau comme régent. Esar-haddon (Haremakhet) est également revenu en grâce en Egypte en tant que Grand Prêtre d'Amon sous la régence de Menkheperre (Sennachérib). Cela indique qu'Esar-haddon, l'ancien ennemi de Sennachérib était devenu son allié dans la lutte avec Psamtik et Mushuezib-Marduk, bf et a été généreusement récompensé pour cela. Un an plus tard, Sennachérib/Nabopolassar avec le soutien de Cyax-ares soumet Ninive en Assyrie à un sort similaire à celui de Babylone. Assur-uballit II, l'allié de Psamtik-Taharqa est chassé de Ninive puis se réfugie à Harran.

En émulation de son archétype Gudea/Inyotef II, Ramsès-Psusennes (Usermaatre-Wasmuria) a établi de petites royautés dans les médias, l'Elam/la Perse et l'Urartu/l'Arménie, où il a été appelé respectivement par les variantes Cyax-Ares, Cyrus et Rus. Ramsès III prévoyait de devenir Grand Roi comme son modèle Gudea en faisant tomber des « hordes barbares » des montagnes au nord de la Mésopotamie. Le nom médian Cyaxares est une translittération du nom grec Psusennes, tout comme le nom persan Cyrus. Un autre nom de roi proto-perse, Aria-ramnes, est une adaptation de Wasmu-aria Ramsès III. Selon le Talmud, Ézéchias avait 11 noms différents. Outre le quintuple titre égyptien de Ramsès III, qui comprenait le nom du trône Usermaatre/Wasmuria, il était également connu sous le nom d'Akenesh (libyen), de Psusennes (grec), de Shebitku (nubien), de Cyax-ares (médian) et de Koresh/ Cyrus/ Aria-ramnes (persan). Il avait sans doute beaucoup d'autres noms dans d'autres régions, comme Babylone et Hatti.

Sennachérib s'est réconcilié avec au moins deux de ses trois principaux rivaux afin de sauver son trône. En d'autres termes, il avait été contraint de redéfinir sa relation à la fois avec Esar-haddon/Haremakhet et avec Ramses-Psusennes/Shebitku face à un défi encore plus grand de Psamtik-Taharqa et Mushuezib-Marduk. Cependant, à peine un an plus tard, l'équilibre des pouvoirs a de nouveau changé lorsque Shebitku a nommé Taharqa co-régent de son trône de Nubie. Cela a incité Sennachérib à reprendre l'offensive. Tout d'abord, Assuru-ballit II a été attaqué et forcé de quitter Harran avec l'aide de son fils Nabuchodonosor.Puis Sennachérib place Shebitku (Ézéchias) en état de siège à Thèbes (Jérusalem) pour la deuxième fois. Cependant, cette fois, Taharqa ne garda pas ses distances. L'armée assyrienne fut anéantie et Sennachérib retourna en Mésopotamie dans l'humiliation. Les hostilités semblent avoir cessé pendant environ trois ans tandis que Sennachérib envisageait son prochain mouvement.

Sennachérib, ayant été roi pendant plus de 50 ans et grand roi pendant plus de 20 ans, se trouvait devant un dilemme. Aucune des quatre figures de Juda qui l'avaient précédé n'avait accédé au plus grand trône de l'empire familial et encore moins vécu pour désigner un véritable fils comme successeur. Dans les dernières années de son règne, Nabuchodonosor, appelé Nabu-sharru-user en Assyrie, s'était imposé comme l'héritier présomptif après s'être distingué contre Assur-uballit II. Cependant, dans ce qui a dû être un mouvement choquant, Nebucadnetsar et d'autres fils ont été guindés, en faveur de l'ennemi juré de leur père, Marduk-Baladin/Esar-haddon, non seulement en tant que successeur à Babylone mais dans le plus grand trône d'Assyrie. Nabuchodonosor et les autres prétendants furent indignés et la guerre civile s'ensuivit.

Bien qu'inattendue, la décision avait une base solide, du moins dans l'esprit de son créateur. La tradition exigeait que le trône passe de Juda à une ligne collatérale, mais il y avait aussi un précédent pour que le trône soit restitué plus tard à un descendant de Juda. Dans la 12 ème dynastie Amenemhet II (Judah II) a été assassiné par Senusret II (Jacob), mais le trône a ensuite été récupéré par Senusret III fils d'Amenemhet. Au cours de la 18 e dynastie, le trône passa de Menkheperre Thutmose IV (Judah IV) à Yuya (Joseph fils de Jacob) mais fut plus tard repris par Aye fils de Thutmose IV. Sennachérib/Menkheperre a dû croire que la perte du trône était inévitable et que la seule façon de le restaurer dans sa lignée était de placer l'un de ses vrais fils dans le rôle de Senusret III et Aye.

Esar-haddon prétendait être le « plus jeune fils » de Sennachérib. Il n'avait pas l'âge, mais certainement en termes de liens de sang avec Sennachérib. Auparavant, Ramsès I (Jehoahaz) avait été appelé le "plus jeune fils" d'Horemheb (Jehoram). Bien qu'il ne soit pas non plus un vrai fils d'Horemheb, il a remporté la succession pour d'autres raisons. Esar-haddon était en fait le vrai fils de Tiglath-Pileser III et au début l'ennemi juré de Sennachérib. Sa succession, comme celle de Ramsès, était due à d'autres facteurs. Tout d'abord, on peut en déduire que le "fils aîné" d'Esar-haddon, Assurbanipal, était en fait le vrai fils de Sennachérib. Comme Yuya avait été le père légal/adopté d'Aye, Esar-haddon était le père légal/adopté d'Assurbanipal par son mariage avec la mère d'Assurbanipal. Dans les inscriptions, Assurbanipal prétendait explicitement être « la progéniture des reins d'Esarhaddon ». bg Assurbanipal s'appelait aussi le « roi légitime », et se référait fréquemment à Esarhaddon comme « mon propre père » et à Sennachérib comme « mon propre grand-père ». bh Ses efforts pour établir la relation dynastique traditionnelle avec son prédécesseur étaient excessifs et peuvent maintenant être révélés comme de la propagande pour contrer les contestations de son droit de royauté. En fait, il n'était pas le fils biologique d'Esarhaddon, mais celui de son prétendu « grand-père » (deuxième prédécesseur) Sennachérib.

Deuxièmement, il était commode pour Sennachérib qu'Esar-haddon (Osorkon IV/Haremakhet en Egypte) bi soit une figure d'Issachar, et aussi un malade chronique. bj Dans la 18 e dynastie, Issacar a été assassiné par Siméon et Lévi, et avant la mort de Juda. Par conséquent, Esar-haddon succomberait à un sort similaire permettant à Assurbanipal de devenir roi du vivant de Sennachérib. À la fin de son règne, Sennachérib (Smendes I/Menkheperre) semble avoir partagé la haute prêtrise d'Amon avec Esar-haddon (Haremakhet), qui a commencé à être appelé par le nom égyptien Ramses-nakht et la variante Usermaatre-nakht. bk Dès sa nomination comme successeur, un nouveau Grand Prêtre fut installé, Smendes II, sous la régence de Ramsès-nakht. Smendès II, considéré comme un véritable fils de Menkheperre, apparaît comme l'identité égyptienne d'Assurbanipal, qui s'appelait « Assurbanipal, le saint grand prêtre, le serviteur (toujours) priant (des dieux) ». bl Au début règne de Ramsès III (Ézéchias/Josias), Assurbanipal avait été nommé scribe en chef et est appelé Shaban/Shaphan dans le récit des Rois/Chroniques. En Assyrie, il devint célèbre en tant qu'érudit (figure Siméon/Thot) et antiquaire. Il a construit une vaste bibliothèque et prétend avoir déchiffré des documents d'avant le déluge. Le nom Smendes est également une indication supplémentaire de la lignée naturelle de Menkheperre/Smendes I. C'est aussi Assurbanipal plutôt qu'Esar-haddon qui fut plus tard contraint de venger le meurtre de Sennachérib. bm

Esar-haddon aurait compris le risque qu'il prenait, mais a accepté le typage fataliste comme raisonnable, et avec l'espoir qu'il pourrait être retravaillé à son avantage à une date future. Esar-haddon, bien qu'en mauvaise santé, s'attendait à devenir Grand Roi et fondateur d'une dynastie durable dans l'accomplissement de ce qu'il appelait son « héritage paternel ». bn Son père Tiglath-pileser III avait été choisi dans le rôle de Smenkhkare fils d'Auibre Hor/Hammurabi. Bien que Smenkhkare ait été déshonoré et remplacé par Neferhotep II/Salitis, l'un de ses fils a plus tard récupéré le trône pour l'un de ses propres fils, Khyan. Si Esarhaddon pouvait survivre à Sennachérib, alors il serait libre d'installer un vrai fils à lui dans le rôle de Khyan. Sa composition, en plus de l'Issachar du Moyen Empire, aurait englobé le rôle non encore revendiqué du pharaon de l'Ancien Empire Khafre/Den. Son défi serait de trouver un moyen de survivre à son nouveau régent Sennachérib, qui avait déjà une réputation meurtrière, puis de devancer Assurbanipal avec l'un de ses propres vrais fils.

L'arrangement d'Esar-haddon et de Sennachérib a accompli toutes les prophéties nécessaires, mais il a exclu l'héritier apparent Nabuchodonosor (Nabu-kudurri-user). Nabuchodonosor, qui était appelé Nabu-sharru-user en Assyrie et Sharezer dans la Bible, a conçu un plan à deux volets pour satisfaire les destins et revendiquer le trône pour lui-même. Son premier mouvement fut d'acquérir une domination militaire et stratégique en achevant Assur-uballit. En réponse, un roi que la Bible appelle pharaon-Neco a marché vers le nord de l'Egypte à Karkemish pour sa défense. Le texte biblique est ambigu et traduit par la version KJV comme « Pharaon-Nécoh, roi d'Égypte monta contre le roi d'Assyrie jusqu'à l'Euphrate." bo En d'autres termes, Necho aidait Assur-uballit, un roi d'Assyrie, mais se battait contre un autre, à savoir Esarhaddon. le delta égyptien avant d'apprendre que la deuxième partie de la conspiration avait pris effet. Sennachérib/Nabopolassar était mort. Moins d'un mois plus tard, Nabuchodonosor était de retour à Babylone pour revendiquer la succession. De même, Esarhaddon est parti afin de confirmer sa propre succession en Assyrie .

Sennachérib était coupable d'avoir assassiné son père Sargon. Il était considéré comme juste que Sennachérib soit assassiné par son propre fils. De plus, en tant que « Juda (Horus l'Ancien) », c'était son « destin » d'être tué par un « Levi (Set) ». Cependant, l'inclusion d'une figure de Siméon a également servi à transformer Sennachérib en un « Issachar (Osiris) ». Une inscription postérieure déclare littéralement que le dieu Marduk a fait commettre le meurtre à Nabuchodonosor. bp Bien que Nabuchodonosor n'ait pas physiquement exécuté le meurtre, il avait planifié l'assassinat et accepté ainsi le rôle de Siméon. Immédiatement après, il a également pris le nom de Siamun en Égypte et y a revendiqué la souveraineté comme Naram-Sin (Siméon I) l'avait fait après avoir conspiré avec Montouhotep II (Lévi I) dans la mort de son prédécesseur Rimush (Judah I). Dans le récit de Kings/Chronicles, Sharezer a un complice nommé Adrammelech, une variante d'Urdamane (Amenhotep/Tanutamon). C'est lui, en tant que "Lévi", qui a commis le véritable meurtre en faisant tomber une statue de culte sur Sennachérib alors qu'il priait, puis peut-être en l'achevant avec l'épée.

Esar-haddon a rapporté que ses « frères », en apprenant son élection, « ont abandonné la piété » et « ont perdu la raison ». bq Esar-haddon a affirmé s'être caché pendant que ses rivaux s'affrontaient, et tandis qu'au moins deux d'entre eux conspiraient pour tuer Sennachérib lui-même à Babylone. Après la mort de Sennachérib, Esar-haddon s'introduisit de force à Ninive et fut alors reconnu comme le « roi légitime » d'Assyrie. Il a également affirmé être devenu régent sur Babylone, ce qui implique que lui et Nabuchodonosor avaient accepté de partager le pouvoir là-bas. Malgré les fanfaronnades d'Esarhaddon dans sa longue inscription inaugurale et son désaveu de tout acte répréhensible en rapport avec la mort de son prédécesseur, nous constatons que lui et Nabuchodonosor ont immédiatement commencé à poursuivre un programme commun, et en fait le faisaient déjà avant le meurtre de Sennachérib/ Nabopolassar. Il doit alors être fortement suspecté qu'Esarhaddon était non seulement au courant mais aussi partie de la conspiration contre Sennachérib. Comme indiqué ci-dessus, Esarhaddon dans le rôle du "fils d'Issacar" voulait s'assurer qu'il avait sa chance de régner (conformément à la tradition). Le père d'Esarhaddon était le principal Issachar de cette époque, mais Sennachérib a été obligé de le rejoindre dans ce rôle.

"Quelle querelle y a-t-il entre nous"
(La mort de Ramsès III)

Le récit Biblical Kings/Chronicles rappelle qu'en se rendant au combat à Carchemish, « Pharaon-Neco » a été confronté au roi Josias. L'épithète Neco/Necho, également écrite sous le nom de Nekau, a été adaptée de Netjerkhau, le nom d'Horus Pepi II, qui est devenu le principal modèle de Psamtik. Il peut également être considéré comme une forme abrégée de Neferkarê, le nom du trône de Pepi II. Lorsque Psamtik est devenu pharaon de Nubie sous le nom de Taharqa, il a utilisé un nom de trône presque identique, écrit Nefer-tem-khu-re ou Nefer-tem-khaou-re. (Taharqa semble également avoir revendiqué un partage du transtypage d'Atoum/Tem par son père Piye !) Le titre royal de Taharqa incluait également les noms Khu-tawy et Qa-khaou. Il n'y a pas de cartouche associé à Nekau/Pharaon Necho I, ce qui est une indication supplémentaire qu'il s'agissait simplement d'une épithète populaire de Taharqa-Psamtik en tant qu'incarnation de Pepi II. br En imitant Pepi II, Taharqa-Psamtik est effectivement devenu le rival/double de Nabuchodonosor dans le rôle de Siméon. Il était déjà le "jumeau" de Tanuatamon dans le rôle de Levi.

Necho a marché d'urgence vers l'Euphrate, mais en atteignant Megiddo, sa progression a été arrêtée par Josias. bs Il y a eu beaucoup de spéculations sur les raisons pour lesquelles Josias a décidé de faire une telle chose. Cependant, dans le modèle proposé ici, Josias est la représentation biblique de Psusennes/Ramses III/Shebitku, et Necho est Psamtik/Taharqa. Taharqa avait été élu par Shebitku comme co-régent du trône de Nubie environ six ans avant la confrontation. Techniquement, Josiah biblique était le supérieur de Necho. Normalement, cela aurait été sa prérogative d'interdire toute action que Necho envisageait de prendre. Cependant, la nomination de Taharqa comme taniste nubien était une admission par Shebitku que Taharqa était le roi le plus fort et que Shebitku avait désespérément besoin d'un allié puissant dans sa lutte contre Menkheperre/Sennacherib.

Trois ans après le début de la co-régence, Shebitku a en fait été sauvé lorsque Taharqa a anéanti l'armée de Sennachérib. En conséquence, Taharqa ne respectait plus l'autorité de Josias sur lui, directement ou indirectement. Cela a conduit à une autre interprétation du conflit entre Horus l'Ancien et Seth. Necho plaisante : « Quelle querelle y a-t-il entre toi et moi, ô roi de Juda ? Ce n'est pas toi que j'attaque en ce moment, mais la maison [de Sennachérib] avec laquelle je suis en guerre. bt Comme dans l'histoire originale, une bataille s'ensuivit à Megiddo et Josiah (Ramses/Psusennes) alors qu'Horus était vaincu par Necho (Nekau) dans le rôle de Seth. Même si Josiah a essayé de se déguiser une fois la bataille commencée, le roi en surpoids a été détecté et abattu de flèches. On pense qu'il y mourut soit à Megiddo, soit à Jérusalem peu de temps après. bu Cependant, lorsque la momie étiquetée comme Ramsès III a été testée, il n'a pas été trouvé qu'elle avait le groupe sanguin royal, donc Ramsès III avait évidemment un roturier enterré à sa place ! Sa confrontation avec Taharqa a donc vraisemblablement été mise en scène, ainsi que sa mort.

L'analyse de la momie de Ramsès III indique un âge au décès compris entre 35 et 50 ans. S'il était devenu pharaon pour la première fois à l'âge de huit ans, son âge réel (au moment de sa mort mise en scène) n'était pas supérieur à 45 ans. Cela représente un délai de deux à trois ans entre ses élections en tant que Psusennes I et Ramses III. Ramsès III a été enterré avec ses bras croisés sur sa poitrine, comme c'était la tradition pour un pharaon d'Égypte, mais les mains étaient ouvertes plutôt que de serrer le crochet et le fléau. Ces symboles tout-puissants lui ont été refusés lors de l'enterrement en tant que souverain subordonné. Aucun de ses trois trônes n'était pleinement souverain mais soumis d'abord au trône assyrien autoproclamé de Piye/Sargon, puis à celui de son successeur Sennachérib. Celui qui a veillé à sa momification a décidé de clarifier ce point, ou a simplement refusé de permettre au substitut non royal de Ramsès III d'avoir cet honneur.

Selon Jérémie 46, la défaite retentissante de Necho à Karkemish eut lieu la quatrième année de Jojakim. Cela signifie que Jojakim (Psusennes II) a été nommé pharaon pour la première fois au moins trois ans avant la mort de Josias (Psusennes I), et probablement juste après le deuxième siège de Thèbes par Sennachérib. On pense également que Ramsès IV a régné entre quatre et six ans, ce qui indique qu'il a été nommé pharaon à peu près en même temps que Taharqa ou Psusennes II. L'âge à la mort de Ramsès IV, basé sur l'examen de sa momie, est d'un peu moins de 40 ans. Si c'est exact, et que sa momie est également correctement identifiée, cela écarterait pratiquement sa prétention d'être un vrai fils de Ramsès III qui avait peut-être moins de dix ans son aîné. Cependant, il semble avoir été un successeur officiellement nommé.

« Ramsès IV s'efforce d'affirmer encore et encore, sur les stèles, les murs des temples et les documents, qu'il est le souverain légitime de l'Égypte, pas un usurpateur, et que ses descendants sont les héritiers légitimes de la royauté. » bv Dans le Papyrus Harris, Ramsès III était représenté comme approuvant pleinement Ramsès IV comme son successeur désigné et demande instamment que cette décision soit universellement acceptée. Bien que ce document ait probablement été rédigé par Ramsès IV au nom de son père décédé, et du même acabit que le Instruction d'Amenemhet, bw il documente probablement encore une élection appropriée, en particulier si les affirmations ci-dessus ont été faites alors que Ramsès III vivait encore. Cependant, après que Taharqa ait rejeté le commandement de Ramsès III à Megiddo, il a également rejeté Ramsès IV comme successeur de Ramsès III sur le trône égyptien.

Après avoir été mis en déroute par Nabuchodonosor et Esarhaddon, en partie parce qu'il a été contrecarré plutôt que soutenu par Josias, Necho est retourné à Jérusalem. Josias était alors mort depuis trois mois, et son trône était revendiqué Joachaz (Ramsès IV) fils de la reine Hamutal (Henutawy) fille de Jérémie I (Pinedjem I). Henutawy aurait été la même reine qui a mené le complot antérieur contre Ramsès III. Ramsès IV n'a évidemment pas été puni pour le péché de sa mère, mais il s'est toujours efforcé de confirmer sa légitimité dans les inscriptions publiques. Indépendamment, Necho a emprisonné Joahaz (Ramsès IV) bx et a nommé Jehoiakim (Psoussenès II) fils de Josias (Psoussenès I/Ramsès III) roi à la place.

Psusennes II (Eliakim/Jehoiakim) était un fils de l'épouse de Dieu Maatkare/Isis/Nitocris, et donc un petit-fils de Necho/Taharqa. Conformément à cela, la reine est appelée Zebidah/Zebudah fille de Pedaiah dans la Bible. par Ce nom hébreu a apparemment été adapté de son épithète syrienne Habazillatu ("La fleur des prés") bz et de son nom assyrien Zakutu. Son fils le biblique Eliakim/Jehoiakim est appelé le fils de Hilkiah dans le récit d'Ézéchias et dans le livre d'Isaïe. Cependant, après avoir été nommé roi de Juda par Necho, il est plutôt appelé le fils de Josias. Si Eliakim était le vrai fils de Hilkiah, alors il a probablement été fait co-régent sur le trône de Juda (Libye) par Necho/Taharqa comme acte d'apaisement envers les partisans de Hilkiah assassiné (Sennachérib/Grand Prêtre Menkheperre). Eliakim n'aurait alors été qu'un fils de Josias au sens politique. (Psusennes I avait déjà donné une de ses filles, Isetemkheb, au Grand Prêtre Menkheperre en mariage.)

Le règne de Psusennes II est assez obscur. Des durées de règne comprises entre 5 et 14 ans ont été proposées. La Bible donne à Jojakim une durée de règne de 11 ans, ce qui inclurait les années qu'il a passées en tant que co-régent avant la mort de Josias. Bien que son nom hébreu ait été changé d'Eliakim en Jehoiakim, il n'a pas semblé recevoir une nouvelle élection en tant que pharaon d'Egypte, mais simplement autorisé à continuer sur son trône libyen par Necho. Psusennes II est également resté, comme le suggère son nom de trône Tyet-kheperure cb, dans le rôle tragique de Nebkheperure Tut (Josué II). Ramsès IV en disgrâce a été traité comme Elijah-Smenkhkare II, qui avait également été déposé et tué seulement trois mois après que Moïse-Akhenaton a été lui-même détrôné. La momie de Ramsès IV a été découverte dans la cache KV 35 (Amenhotep II). On ne sait pas s'il y a des signes de mort violente. cc Smenkhkare avait été abattu, mais plus tard enterré au mépris des anciens de la famille dans la Vallée des Rois (KV 55). Cela aurait créé un précédent à suivre pour Ramsès IV.

Comme le laisse entendre le texte biblique, Necho agissait en tant que régent sur le trône du défunt Josias (Ramsès III). Conformément à cela, Psamtik/Taharqa a ajouté à ses trônes libyen/grec et nubien celui d'Égypte sous le nom de Neferkhaure Ramses (IX). Son nouveau nom de trône, Nefer-khaou-re, n'était que légèrement abrégé de celui qu'il utilisait comme Taharqa, et renforçait sa typologie préférée comme Horus Netjerkhau (Necho/Nekau), Pepi II. Son défi et le meurtre de Ramsès III auraient autrement renforcé la typographie moins souhaitable de Lévi (le dieu Set). Cependant, ce rôle n'a été partagé que quelques semaines plus tard lorsque Sennacherib (Juda) a été assassiné par Urdamane/Tanutamon (Adrammelech). Dans la dernière partie de son règne, Psamtik/Taharqa est devenu hostile au rôle de Seth/Levi, qui « n'était plus considéré comme le patron des rois conquérants de la dix-neuvième dynastie, mais simplement le dieu des Hyksos ». cd La vénération de Set peut avoir atteint son apogée avec le court règne de Setnakhte, qui s'était identifié avec le dernier grand roi Hykos, Apophis. ce

En Nubie, Taharqa exulta d'un « miracle » qui se produisit en son an 6. Il y avait eu un déluge exceptionnellement bon, qui emportait avec lui l'attente de la prospérité. Ce qui n'a pas été dit, c'est que Ramsès III en tant que Moïse avait fait son "Exode" cette année-là d'Egypte (pour mieux cultiver des royautés ailleurs, comme la Perse), et Taharqa était désormais le seul souverain d'Egypte ! Une fois en possession des trônes de Nubie et d'Égypte, Taharqa pourrait également dicter des élections sur le trône libyen inférieur. En plus de maintenir la royauté de Psusennes, il a également nommé Wah-em-ibre Necho II. Le nom du trône Wah-em-ibre classait ce prince héritier comme le prochain Moïse, et un remplaçant pour Necho I/Taharqa et/ou Ramsès III, qui a laissé le rôle partiellement inachevé par sa mort/départ prématuré. C'était un rôle initialement attribué à Taharqa en tant que Wahibre Psamtik, mais plus tard mis en gage sur Ramsès III.

Bien que le rôle prévu de Necho II soit évident, son identité au sein de la famille royale ne l'est pas. Il semble y avoir des preuves que Necho II était le vrai fils d'une autre figure de Moïse, Bakenrenef/Bocchoris, dont la royauté libyenne avait été "sacrifiée" tant d'années auparavant. cf Plus probablement, Necho II était un fils de Necho I/Taharqa, et peut en fait aussi avoir été le prince exilé Assur-uballit II, cg qui a été soutenu par Necho à au moins une occasion. Alternativement, si Assur-uballit II était le vrai fils d'Assurbanipal (Smendes II), comme on le pense généralement, alors son élection en tant que pharaon peut avoir fait partie d'une (tentative) d'alliance formée entre Psamtik/Taharqa et Assurbanipal. Les rôles de la plupart des fils de Sargon le Grand (Rimush/Judah de Sennacherib Montuhotep/Reuben de Ramses III Inyotef/Simeon de Nebuchadrezzar et Montuhotep II/Levi de Taharqa et Tanuatamon) avaient été joués. Sargon le Grand lui-même avait été joué par Piye. La question était de savoir lequel des plus jeunes princes émergerait pour devenir le néo-Gudea.

    Marguerite Bunson, Un dictionnaire de l'Egypte ancienne, p 122. De même, le nom Mentuemhet sinon le vrai prénom égyptien/nubien de Sheshonq/Masaharta, aurait été délibérément recyclé du règne de Pepi II. Nigel & Helen Strudwick, Thèbes en Egypte, p 166. Tefnakhte, alias Piankh-Sematawy, serait mort à peu près en même temps que Ramsès XI. Notez la ressemblance phonique entre le nom Psamtik (Psa/Psao-metjik) et Tao (Tsao) Voir le graphique 26a. Bien que probablement encore un très jeune homme au moment de sa défaite contre Piyé, Djed-amon-efankh avait déjà une femme et un « fils aîné » éminent, Ankhhor. Bakenkhonsu était grand prêtre à la fin du règne de Meremptah. Ma-Huhy est le nom du Grand Prêtre sous le règne du pharaon suivant Amenmesses. Dans la chronologie proposée ici, les deux étaient des contemporains (et des alter ego probables) du Grand Prêtre Amenhotep au début du règne de Shabaka. Bakenkhonsou a occupé successivement les quatre fonctions sacerdotales (Aidon Dodson, Monarchs of the Nile, p 130). C'était probablement une émulation d'Amenhotep/Aanen de la fin de la 18 e dynastie. Ma-Huhy a été remplacé par Rome-Roy, qui par association est probablement un autre nom de Haremakhet/Osorkon IV. Haremakhet, comme Amenhotep et Psamtik, était encore un très jeune prince. Il est peu probable qu'un véritable fils de Haremakhet ait été assez puissant pour devenir une force politique à part entière en l'an 9 de Psamtik. Cela indique en outre que Harkhebi n'était pas un fils naturel de Haremakhet, mais l'identité nubienne d'Amenhotep. Il a été appelé par son nom libyen Nimlot sur la Stèle de la Victoire de Piye. 2 Rois 20 :12 Esaïe 39 :1. Bala-dan II (Osorkon IV/Assur-dan IV) était de la lignée masculine de Bala-dan I (Osorkon III/Assur-dan III). L'archétype de Juda, Rimush, a été choisi par Sargon-le-Grand comme son successeur à Babylone plutôt qu'en Assyrie. Ce n'est qu'après être devenu roi à Babylone que Sargon II a nommé Smendes/Menkheperre comme son propre successeur. Il aurait également pu être de nouveau appelé par le nom de Bakenkhonsou (II) pendant cette courte période. Georges Roux, Irak antique, p 319. Cf Ephésiens 6:4 Colossiens 3:21 Wolfram von Soden, L'Orient ancien, p 58. Robert Morkot, Les Pharaons Noirs, p 200. H. Saggs, Peuples du passé : Babyloniens, p 70. 2 Rois 22:8-20 2 Chron. 34:14-28 (Le "Livre de la Loi" a été utilisé comme justification morale pour détruire Jérusalem conformément à la politique royale en vigueur, c'est-à-dire déplacer la capitale de l'empire en Mésopotamie.) Il était peut-être le chef du Ma, Pentweret, nommé dans la Stèle de la Victoire de Piye. Ramsès III a célébré une fête traditionnelle Heb-Sed au cours de son année 30. Cependant, il semble y avoir eu un doute quant à savoir s'il atteindrait cet événement convoité. Comme le mourant Horemheb/Osorkon II, Ramsès III a célébré un type de Heb-Sed en son année 22. Voir Susan Redford, La conspiration du harem, p 92-93. En l'an 29 de Ramsès III, les ouvriers des tombes de Deir el-Médineh ne pouvaient pas être payés et se mirent en grève à plusieurs reprises. (Susan Redford, La conspiration du harem, p 30.) Ésaïe 20:1 (NIV) Susan Redford, La conspiration du harem, p 9. Cf Psaume 91:13 Marc 16:18 Luc 10:19 Susan Redford, La conspiration du harem, p 110-111. Genèse 42:4, 35-38 (Jacob savait parfaitement que Joseph était encore en vie. Benjamin n'a probablement pas voyagé à cause de sa santé.) Pour la typographie d'Abraham en Osiris, voir le chapitre 13. Pour Ozias, voir le chapitre 34. Robert Morkot, Les Pharaons Noirs, p 200. 2 Chron. 29:10 (NIV) Sennachérib fait remarquer (avec un peu d'humour sans aucun doute) à Ézéchias et au peuple qu'il a également agi par "la parole du Seigneur", c'est-à-dire Yahvé (Amen) ! Après tout, il n'était pas seulement le Grand Roi, mais l'actuel Grand Prêtre d'Amon, Menkheperre ! "'Suis-je venu attaquer et détruire ce lieu sans parole du Seigneur ? Le Seigneur lui-même m'a dit de marcher contre ce pays et de le détruire'" - 2 Rois 18:25 (NIV) 2 Rois 22:11-20 2 Chron . 34:19-28 2 Chron. 30:3 (NIV) Susan Redford, La conspiration du harem, p 104. 2 Chron. 30:13 (VNI) Textes anciens du Proche-Orient, J. Pritchard, éd., p 288. 2 Chron. 30:20 Comme point de synchronisation, il est noté dans 2 Rois 18:9 que Shalmaneser a attaqué la Samarie en l'an 4 d'Ézéchias (an 7 de Josias). Le texte a confondu la déportation de la Samarie et d'Israël, qui a eu lieu peu de temps avant qu'Ézéchias/Josias ne devienne roi avec la deuxième invasion des peuples de la mer, qui s'est produite dans les années 4 et 5 d'Ézéchias (années 7 et 8 de Josias). Susan Redford, La conspiration du harem, p 94. 2 Chron. 34:3-7 2 Chron. 35:5 Témoin oculaire : Égypte ancienne, Jon E. Lewis, éd., p 226. Témoin oculaire : Égypte ancienne, Jon E. Lewis, éd., pp 227, 229. Ramsès III comme Gudea était obèse. Voir Susan Redford, La conspiration du harem, p 106. Ironiquement, ce trait a peut-être contribué à lui sauver la vie. Son demi-frère Masaharta était également corpulent. (Aidon Dodson, Les monarques du Nil, p 155) On pourrait s'attendre à ce qu'un autre demi-frère Menkheperre soit également gros, et dans l'émulation de son archétype personnel Rimush (Judah/Eglon) fils de Sargon. 2 Rois 17:37 Textes anciens du Proche-Orient, J. Pritchard, éd., p 288. 2 Chron. 32:12 2 Rois 18:22 2 Chron. 32:27-28 (LSG) Susan Redford, La conspiration du harem, p 104. Susan Redford, La conspiration du harem, p 31. 2 Chron. 33:31 (NIV) 2 Rois 20:12-14 (NIV). Voir aussi Ésaïe 39. 2 Rois 20:16-18 (NIV) 2 Rois 20:19 Esaïe 39:8 (NIV) Susan Redford, La conspiration du harem, p 31. L'histoire d'Oxford de l'Egypte ancienne, Ian Shaw, éd., p 381. Comparez le nom Wah-ib-re Psamtik et son successeur Wah-em-ib-re Necho avec celui de Mushuez-ib-Marduk. (Marduk s'appelait Rê en Égypte.) Ancient Near Eastern Texts, J. Pritchard, éd., p 302. Joan Oates, Babylone, pages 119-120. Un fils de Marduk-Baladin avait été tué dans la bataille contre Mushuezib-Marduk. Idem. Robert Morkot, Les Pharaons Noirs, p 277. Textes anciens du Proche-Orient (ANET), J. Pritchard, éd., pp 294-301. Osorkon F/IV est l'Asardinos/Asordanios de Manetho, très proche en forme d'Esarhaddon. "Esarhaddon... avait eu une croyance particulière dans les présages à cause de sa maladie. Ainsi il fit installer un roi substitut trois fois, s'intitulant à chaque fois 'M. Fermier.' L'un des trois remplaçants est décédé à temps, les deux autres ont dû être tués, et ont ensuite été honorés par des funérailles nationales." Wolfram von Soden, L'Orient ancien, p 194. Pour un commentaire supplémentaire sur la pratique d'Esarhaddon de ce rituel, voir Jean Bottero, Mésopotamie, pp 150-152.. Usermaatre avait été le nom de trône de Ramsès-le-Grand. Textes anciens du Proche-Orient (ANET), J. Pritchard, éd., p 298. Textes anciens du Proche-Orient (ANET), J. Pritchard, éd., p 288. Textes anciens du Proche-Orient, J. Pritchard, éd., pp 289. 2 Rois 23:29 (LSG) Textes anciens du Proche-Orient, J. Pritchard, éd., p 309. Textes anciens du Proche-Orient, éd. J. Pritchard, p 289. Necho, l'épithète de Psamtik/Taharqa, a été utilisé comme nom de roi par Necho II. De même, à la 19 e dynastie, l'épithète de Seti I était Meremptah, et c'est devenu le nom d'un pharaon ultérieur, le successeur de Ramsès II. 2 Rois 23:29-30 2 Chron. 22-24 2 Chr. 35:21 (NIV) Les Rois et les Chroniques diffèrent sur ce point. 2 Chr. 35:24, 2 Rois 23:30 Susan Redford, La conspiration du harem, p 137. Voir le chapitre 7. Ramsès I était aussi appelé Achazia/Jehoahaz dans le récit des Rois/Chroniques. 2 Rois 23:36. Pedaiah est dérivé du nom libyen de Necho Pediese. Voir chapitre 37. Définition de : Susan Redford, La conspiration du harem, p 32. 2 Rois 23:34 Le changement de nom subtil était peut-être destiné à flatter les prêtres plus saints que toi d'Amon. Necho a remplacé le dieu cananéen El à Eliakim par Jéhovah pour rendre le nouveau nom de Jehoiakim. Cf Tit-kheperu-re (Kheper, "le soleil se lève") et Jehoiakim ("Jéhovah ressuscité") Le Manassé biblique (Taharqa) est censuré, tout comme le précédent Achaz, pour avoir fait passer son fils à travers le feu (2 Rois 21:6 ). Taharqa a peut-être jugé nécessaire de "sacrifier" Ramsès IV qui a été placé dans le rôle de la 18 e dynastie Smenkhkare afin de remplir son propre rôle en tant que Smenkhkare du Moyen Empire. Les armoiries de Ramsès IV étaient placées de la même manière que celles de Ramsès III. Nicolas Grimal, Une histoire de l'Egypte ancienne, p 356. C'est Apophis qui a d'abord élevé le culte de Seth dans le Delta, mais ensuite « a changé ses voies » et a adoré le « vrai dieu » Amon Donald Redford, Egypt, Canaan, and Egypt in Ancient Times, p 364. Anciennement connu sous le nom de Mushuezib-Marduk ?

"Alors Psammetichus a pris le contrôle de toute l'Egypte. Il a construit la porte sud du sanctuaire d'Héphaïstos à Memphis, et en face de la porte du sanctuaire d'Apis, il a construit la cour où Apis est soigné chaque fois qu'il apparaît cette cour est entourée d'une colonnade (constitué de figures de douze coudées de haut, plutôt que de piliers) et recouvert de reliefs. Le nom grec d'Apis est Epaphus. [154] En récompense des Ioniens et des Cariens qui l'avaient aidé à gagner, Psammetichus leur a donné à chacun leur propre terre s'installer."

Hérodote, Vol 2, Section 153, traduit par Robin Waterfield, Hérodote : les histoires, Oxford University Press, p. 157-158.


Glossaire des termes et noms égyptiens anciens

Aah, Iah Moon sacré pour Osiris, Djehuty (Thoth) et Khonsu Abdu Heba Souverain de Jérusalem, contemporain d'Akhenaton Achotep, Ahhotep, Ahotep Apparemment deux reines, bien qu'il ait été suggéré qu'il n'y en ait eu qu'une : 1) Reine, fille de Tao I, sœur/épouse de Tao II Sekenenre 2) Reine, peut-être épouse de Kamose Achenaten, Akhénaton, Akhenaton, Akhenaton, Akhenaton Amenhotep IV, un pharaon du Nouvel Empire, 18e dynastie Aegis (grec) Collier ornemental, menat Ahmôsis, Amasis 1) Deux pharaons – Ahmôsis I XVIIIe dynastie et Ahmôsis II, 26e dynastie 2) Ahmose-Nefertiri, reine de la 18e dynastie 3) Ahmose Fils d'Ebana, amiral sous le roi Ahmose I (Autobiographie) 4) Ahmose Pen-nekhbet, haut fonctionnaire sous Ahmose I (Autobiographie) Akhet (Ax.t [1]), Shait Saison d'inondation, de mi-juillet à mi-novembre à l'époque ptolémaïque Akhétaton, Al Amarna, El Amarna Capitale d'Akhenaton, XVIIIe dynastie Akh (Hache) parfois traduit par ‘âme’, cf. Corps et âme Akhu, akhet (Ax.t): Les bienheureux morts, ancêtres Akhtoy, Khéti Alashia, Alasyia Probablement Chypre Amen, Ammon, Amon, Amon, Amoun, Amon-Rê ou Amen-Rê Dieu principal pendant le Nouvel Empire, identifié avec Zeus par les Grecs Aménemhab, Amenemheb Compagnon de guerre de Thoutmosis III (Biographie d'Amenemhab’s) Amenemhet, Amenemhat Quatre pharaons de la XIIe dynastie Amenhotep 1) 4 pharaons du Nouvel Empire, 18e dynastie, souvent appelés par la forme grecque (incorrecte) Aménophis 2) Fils de Hapu, scribe, favori d'Amenhotep III (Inscription autobiographique) Aménémope, Amenemopet 1) Famille de hauts fonctionnaires du Nouvel Empire 2) Vice-roi de Koush sous Seti I 3) Vizir sous Amenhotep II Aménirdis Épouse de Dieu (Grande prêtresse d'Amen) Amenmes Pharaon du Nouvel Empire, 19ème dynastie Amenmose 1) Fils de Thoutmosis I et Ahmose, général 2) Frère de Néfertari, maire de Thèbes 3) Fils de Bekenptah, officier sous les Ramessides Aménophis selon Manéthon grec pour Amenhotep et encore souvent utilisé dans ce sens philologiquement correct pour Amenemope (imn-m-ipt) Amenti Royaume des morts, cf Duat Ammit, Ammut Chimère, destructeur des cœurs des morts qui n'étaient pas justifiés Amorites, Amourru Personnes à Retenu (Liban et Syrie occidentale d'aujourd'hui) Période prédynastique moyenne amratienne, 3550 à 3400 avant notre ère, également appelée Naqada IA ​​et IB Amulet Charm Anch, ankh (anx) Symbole de la vie durable Anchesenamen, Anchesenamun, Ankhesenamen, Ankhesenamun, Ankhesenaton, Ankhesenpaaten Épouse de Toutankhamon, 18e dynastie Anchnesmerire, Reine Ankhnesmeryre, Mère de Pepi II Anhuret, Anhur, Onuris Identifié avec le grec Ares. Son culte principal était à Papremis Ankh Vie, son hiéroglyphe était souvent porté comme une amulette Ankhmahor vizir de la 6ème dynastie Ankhtifi nomarque en Haute Egypte pendant le FIP Anubis, Anpu, Khenty-Imentiu, Dieu Hermanubis, conducteur des âmes Antef voir Intégr Antefoker maire et vizir sous Senusret I Anubis, Anpu Dieu de la nécropole Apep voir Apopis Apépi Deux rois Hyksos Aphrodite l'équivalent grec de Hathor Apis, Sérapis, taureau Osiris-Apis symbolisant la fertilité vénérée à Memphis Apophis, Apopis, Apep Le serpent du Chaos, parfois assimilé à Seth Apotropaïque (du grec) Avoir le pouvoir d'éviter le mal Artaxerxès 2 rois perses et pharaons égyptiens (27e dynastie) Arura, aroura (grec) Le sol couvert par un attelage de bœufs de labour en une journée, environ 2700 m² Artaba (Persan) Mesure sèche, environ 36 litres à l'époque classique, environ 27 litres sous les Ptolémées. Aser, Asr, Ausas voir Osiris Aset, Ast, Auset voir Isis Ashur-Uballit Roi d'Assyrie, contemporain d'Akhenaton Atef Couronne portée par Osiris Aton, Aton Le disque solaire, dieu unique d'Akhenaton Avaris, Awaris Capitale des rois Hyksos dans le Delta Oui 1) Merneferre, pharaon de la 13e dynastie 2) Ay, Aye, Ai, Kheperkheperure Vizir de Toutankhamon et pharaon de la 18e dynastie

Ba (bA) L'Âme La force spirituelle telle qu'une divinité anonyme La manifestation d'un dieu Le pouvoir du roi de régner Les forces éternelles d'un humain, représentées dans les tombes comme un oiseau à tête humaine. Ba’ah, Seba-djai La planète Vénus Badarien Début de la période prédynastique, 3800 à 3500 avant notre ère, également Fayoum A ou Merimda Bai, la baie Chancelier de Ramsès Siptah, 19e dynastie Bakare Inscrit sur la liste du roi de Turin comme successeur de Khafre Bakenkhons, Bakenkhonsu, Bekenkhonsou Grand prêtre d'Amen sous Ramsès II, peut-être père de Néfertari, membre du clan Amenemope, statue de bloc Raphia, Bastet, Ubasti, déesse pacht de la maison, Artémis aux Grecs. Son centre culturel était à Bubastis Chauve souris Déesse avec la forme d'une vache, de l'Empire du Milieu sur fusionné avec Hathor Bau Messager ou apparition d'une divinité Benben 1) La première terre à sortir des eaux primordiales. 2) Pierre sacrée en forme de pyramide à Héliopolis oiseau Bennu (bnw) voir Phénix Bès, dieu nain Bisu Biridiya Souverain de Megiddo, contemporain d'Akhenaton Livre des morts Meilleur Le livre d'aller de l'avant par jour. Une collection d'écrits magiques placés dans des tombes depuis le Nouvel Empire dans le but d'aider le défunt dans l'au-delà. Burnaburiash Roi kassite de Babylonie, contemporain d'Akhenaton Byblos (grec), Gebal, Gubla, Kubna (égyptien) Ville au Liban, importante pour le commerce égyptien byssus fr. grec bussos, lin fin

Cambyse, Kambyse roi perse, conquérant de l'Egypte, fondateur de la 27e dynastie Canaan Aujourd'hui Israël et le sud du Liban, surtout la région côtière Canobique, Héracléotique (du latin, grec) Le bras le plus occidental du Nil, après la ville de Canobus (Canopus) Pots canopes (du latin, grec) Récipients contenant les organes internes du défunt, généralement quatre, sous la forme des fils d'Horus (de Canopus, voir ci-dessus) Cartonnage (français) Expression utilisée par les égyptologues pour les masques et les cercueils faits de matériaux similaires au carton. Cartouche (français) Le nom d'un pharaon en hiéroglyphes entouré d'une bande ovale dénotant l'éternité Cataracte (du grec kataraktes descente) Rapides, chute d'eau. La première cataracte du Nil était la frontière sud de l'Egypte Chadouf (arabe) voir Shadouf Chafre, Chefren voir Khafré Chamudi voir Khamudi Khéops, Chufu voir Khéops Choachyte grec pour égyptien wAH mw, allumé. Distributeur d'eau, Prêtre en charge du culte des morts qui, contre rémunération, remplissait le rôle de croque-mort Chons, Chonsu voir Khons Chthonien (grec) de la terre. Divinités chthoniennes : Sepa, Heqet etc Cippus (latin) Pilier rectangulaire pointu, en égyptologie : Amulette ou stèle montrant Horus triomphant de bêtes dangereuses Circoncision La modification chirurgicale des organes génitaux des garçons et des hommes Textes de cercueil Écrits magiques écrits sur des cercueils depuis la FIP. Corbeau (du latin) Projection dépassant du mur, supportant la structure au-dessus. Utilisé pour faire de fausses arches Corvée (français) Impôt sous forme de travail Escroc, heka A l'origine un bâton de berger, il est devenu un symbole du pouvoir porté par les pharaons et les hauts fonctionnaires Coudée (Original du latin) Mesure linéaire. 1) Coudée courte : 6 paumes = 24 doigts 2) Coudée royale : 7 paumes = 28 chiffres – 52,3 cm

Darius 2 rois perses et pharaons égyptiens (27e dynastie) Deben, (dbn) Poids, égal à 10 trousse, à l'origine 27gr (cuivre), 13gr (or), de NK sur environ 91 grammes Période grecque : unité monétaire valant 20 drachmes d'argent, puis 20 drachmes de cuivre Décans (du latin décem, dix) 36 constellations d'étoiles, chacune s'élevant au-dessus de l'horizon au lever du soleil pendant dix jours chaque année, utilisées par l'ancien calendrier égyptien Populaire (grec) la dernière étape du développement de l'écriture égyptienne ancienne Surestarie Charge payée par les déposants de céréales dans les greniers de l'État, voir crédit Dendarah, Dendérah Site du temple principal d'Hathor, Deshret (dSr.t) 1) La couronne rouge de Basse Egypte 2) La terre rouge, c'est-à-dire le dieu grec Dionysos du désert, identifié à Osiris Djahi, Zahi Ill a défini la région côtière de Canaan Pilier Djed, pilier djet (Jj) Hiéroglyphe souvent porté en amulette, lié au mythe d'Osiris Djehuti, Thot 1) Dieu du savoir et de la sagesse, dieu de la lune, identifié à Hermès Trismégiste par les Grecs 2) Scribe, général et vice-roi sous Thoutmosis III Djet (Dt) L'éternité, continue et linéaire par opposition à neheh Djéser, pharaon de l'Ancien Empire Zoser, IIIe dynastie Drachme Unité monétaire grecque, divisée en 6 oboles. La pièce standard utilisée était le tétradrachme d'argent valant quatre drachmes. Douat (dwA.t) A l'origine le ciel étoilé. Le royaume des morts, peuplé de défunts devenus des stars. Souvent appelé quelque peu à tort Underworld ou Netherworld. Dynastie (du grec) Lignée des souverains héréditaires

Début dynastique Période historique, 3050 à 2600 avant notre ère, également appelée Naqada IIIA1 à IIIC1 Echnaton voir Akhénaton El Amarna, Al Amarna (arabe), Akhétaton Capitale de l'Egypte sous Akhenaton, XVIIIe dynastie Électrum (du grec) Un alliage d'or et d'argent, utilisé pour couvrir les pointes des obélisques Encaustique (du grec) peinture à base de cire Ennéad (du grec ennéas, neuf) Un groupe de neuf divinités, comme l'Ennéade d'Héliopolis Tous les dieux d'une localité Textes d'exécration Textes contenant des malédictions contre les ennemis (d'état), cf. Rituels d'exécration Eyeil de Rê Voir Hathor

Faïence (du français, d'après la ville italienne de Faenza) Céramique émaillée, souvent bleue ou verte Faiyoum, Faiyum, Fayoum, Fayoum, Fayoum, Fayoum Région de basse altitude fertile à l'ouest du Nil Fausse porte porte symbolique de la ka, peint ou sculpté sur un mur de tombe FIP Première Période Intermédiaire Fléau, flagelle (du latin flagrum, fléau), nekhekh, nekhakha Un fléau porté par le pharaon symbolisant son attribut de pouvoir d'Osiris et de Min.

Geb, Keb dieu de la Terre Gebal, Gubla voir Byblos Mutilations génitales La modification chirurgicale des organes génitaux des filles et des femmes Gerzéen Périodes pré-dynastiques et protodynastiques tardives, 3400 à 3050 av. , IID2) Gesso (italien) Mélange de plâtre de Paris et de colle, utilisé comme une sorte de mastic Père de Dieu Prêtre de rang intermédiaire. Terre de Dieu, égyptien tA nTr (Ta netjer) Terme utilisé pour certaines régions étrangères, généralement boisées : Pount dans le sud, mais aussi régions en Syrie etc. Grand vert (traduction littérale de wAD-wr ) Généralement censé désigner la mer, en particulier la Méditerranée. Il a également été proposé de représenter le Nil (delta) ou le Fayoum. Griffin Chimaera avec un corps de lion et une tête de faucon, puisque le symbole OK du souverain victorieux

Ahah Personnification de l'éternité, soutient les cieux Hamamat, Hammamat Oued reliant la vallée du Nil à la mer Rouge près de Thèbes Hannu voir Hénénu Hapi, Hapy 1) Dieu du Nil 2) L'un des quatre fils d'Horus Hapiru, Apiru, Habiru Nomades asiatiques du 2e millénaire avant notre ère, souvent considérés comme des hors-la-loi. Utilisé pour être identifié à tort avec les Hébreux Harakhte Dieu, voir aussi Horus, Rê Harem (arabe), égyptien ipet institution dirigée par la première épouse du pharaon au profit des épouses du pharaon et des femmes de sa famille, à ne pas confondre avec le harem musulman des temps ultérieurs Haremhab voir Horemheb Hathor Déesse du ciel, de l'amour, de la joie, de la beauté et de la fertilité Hatchepsout, Hatshepsowe Femme pharaon, XVIIIe dynastie Hatti, nation Kheta anatolienne, en conflit avec les Égyptiens durant le Nouvel Empire Heb Sed (Hb-sd) Festival (Hb) célébrée après 30 ans de règne ou plus fréquemment. Son but précis est inconnu, mais est censé avoir à voir avec le rajeunissement du pharaon. Hedjet, nefer-hedjet (nfr-D.t) la couronne blanche de Haute Egypte Heka (HkA) Heka-khase magique (HqA-xAsw.t ) voir Hyksos Hekat, Heket voir Héqat Héliopolis, On Temple principal du dieu solaire Re Hemaka Royal sealbearer (chancelier) sous Den (1ère dynastie) Hénénu, Hannu, Henu Steward et surveillant de troupeaux, 11e dynastie Henku Nomarch, fin OK (Inscription) Héphaïstos, Hephaistos L'équivalent grec de Ptah Hepu Vizir sous Thoutmosis IV Hepuseneb Premier prophète d'Amen sous Hatshepsut Heqa (HqA.t) Crook, symbole de l'autorité pharaonique Héqat (HqA.t) Mesure de volume de taille variable : 1) Baril, boisseau. Divisé en 10 bonjour, ch. 4,8 litres, utilisés à travers l'histoire 2) Boisseau commun, double baril, c. 9,6 litres, Moyen à Nouvel Empire 3) Gros boisseau, également appelé oipe, environ 19,2 litres Héqat, Heqet, Hekt, Hekat, Heket (Hq.t) Déesse de la naissance sous la forme d'une grenouille Her-ka-pet La planète Saturne Hermanubis, Anpu, Khenty-Imentiu voir Anubis Heru voir Horus Heru-deshret La planète Mars Her-wepes-tawy La planète Jupiter Heseb (Hsb) Mesure carrée : Un quart de tA, divisé en 2 sa Hésire Surveillant des scribes royaux sous Djéser (3e dynastie), médecin et dentiste Hiérakonpolis (grec), Nekhen Ancienne capitale du sud Hiératique (du grec hiératikos, prêtre) Écriture cursive des hiéroglyphes Hiéroglyphes (du grec hiérogluphicos, écriture sacrée écriture égyptienne utilisant des images stylisées (hiéroglyphes) Hin (hnw) allumé. pot, un dixième d'un heqat, environ un demi-litre Hittites Les gens de Hatti Hor 1) Hor, pharaon, probablement 13e dynastie 2) Hor, prêtre à la fin de la période 3) Hor, montagne au nord de Canaan 4) voir Horus Horbaf Fils de Khéops (4e dynastie), vizir Hordjedef, Djedefhor Fils de Khéops (4e dynastie) Horemheb Général et pharaon du Nouvel Empire, XVIIIe dynastie Horus, Hor, Heru, Hru dieu Soleil, fils d'Isis et d'Osiris Nom d'Horus Premier des titres pharaoniques, souvent écrits dans un serekh Hotep Senusret (Kahun) Ville planifiée de l'Empire du Milieu Maison de la Vie Dépôts de connaissances dans les temples Hyksôs Les Heqa-khasut, traduit à tort comme rois bergers, un peuple asiatique, fonda un royaume en Egypte du Nord, 15e et 16e dynasties Hypostyle (Grec hupostules, sous des colonnes) Bâtiment avec toit soutenu par des piliers

Ikhernofret Chancelier sous Senusret III, (Stèle) Imhotep Haut fonctionnaire sous de Djéser (3e dynastie), plus tard divinisé. Intégr, Antef, Inyotef Pharaons de la 11e dynastie IP Période intermédiaire Ipet voir harem Isfet désordre, chaos, opposé à Maat Isis, Auset, Aset, Ast Déesse de la fertilité et de la nature, épouse d'Osiris. Identifié à Déméter et Aphrodite Iteru (jtrw) 1) Unité fluviale, mesure de longueur, 20000 coudées, env. 10 km, grec skhoine 2) env. 2km selon Breasted 3) River, Nil ithyphallique (du grec ithuphallicos) Avoir un pénis en érection, signe de fertilité (représentations de ba-oiseaux, Osiris, Min ou Amen, etc)

Jugement des morts Décision des dieux sur la vie après la mort d'une personne Justifié maa-kheru, allumé. Vrai de la voix, personne décédée jugée favorablement

Ka Partie immortelle d'un être, mais ayant besoin de nourriture, venant à l'existence avec l'être : la “force de vie”, continuité de l'existence. Cf. Corps et âme. Aller à son ka : mourir Kadashman Enlil Roi de Babylone, contemporain d'Amenhotep III Kadès, Kedesh, Qadesh 1) Ville fortifiée de Retenu, site de la célèbre bataille 2) Déesse Kagemni 1) Vizir sous Snefrou, auteur des Instructions de Kagemni 2) Vizir sous Teti (6ème dynastie) avec le célèbre mastaba Kahun, Lahun, Illahun (arabe) Ville planifiée du Moyen Empire près du site de Hotep Senusret Kambyse voir Cambyse Kamutef Lit. ‘Taureau de sa mère’. Nom de l'architecte ithyphallique auto-créé Amen et Min Kanofer sous Khasekhemwy (2e dynastie), spéculativement père d'Imhotep Karnak, village moderne d'Al Karnak (arabe), occupant la moitié nord de la Thèbes pharaonique, Ipet isut, le site de nombreux temples antiques Kawab Fils de Khéops (4ème dynastie) Keftiu décrit comme un endroit au milieu du Grand Vert, c'est-à-dire la Méditerranée, peut-être la Crète, parfois identifié avec Chypre ou avec l'ensemble de la mer Égée Kemet (km.t) Le noir (terre) Le sol fertile de la plaine inondable du Nil Egypte qui est aussi appelée les Deux Terres Kenbet (qnb.t) Commission judiciaire ou tribunal Kezweden, Kizzuwadna Hurrian état vassal des Hittites dans le sud de l'Anatolie Khafré, Chafre, Chefren Ancien Empire Pharaon, 4ème dynastie Khaemwaset Fils de Ramsès II, grand prêtre de Ptah Khamudi, Chamudi, Apépi II Hyksos roi Khar (XAr) Lit. sac, mesure de la capacité 1) Deka-heqat, 10 heqat, ca.48 litres. (OK, MK) 2) Deka-heqat, khar, équivaut à 4 oipe, soit 16 heqats, env. 96 litres (MK-SIP) 3) Khar, 4 oipe, 76 litres (NK-TIP) Kheker signe (Xkr) décoration architecturale Prêtre Khekheperre-sonbu (Admonitions) Khentamenti, Khenty-Imentiu, Chontamenti voir Anubis, aussi Osiris Kheops voit Khéops Khepresh, Kheperesh (xprS) La couronne bleue Khet (xt), khet-en-nu Mesure linéaire, 100 coudées, environ 50 mètres Kheta voir Hatti Khéti, Akhtoy Un certain nombre de rois régnant à Héracléopolis durant la Première Période Intermédiaire Un certain nombre de nomarques durant la Première Période Intermédiaire :
1) Kheti fils de Tefibi (inscription)
2) Kheti fils de Sit (inscription) Khnoumhotep, Khnumhotep 1) Khnumhotep I, nomarque (Inscription) 2) Khnumhotep II, petit-fils de Khnumhotep I, nomarque (Inscription) Khons, Khonsou 1) Dieu de la Lune, fils d'Amen et de Mout, son temple principal était à Karnak 2) Appelé à : Premier prophète de Menkheperra sous Ramsès II Khéops, Khéops Ancien Empire Pharaon, 4e dynastie Kiosque (du français kiosque, Turc kösk) Un toit soutenu par des colonnes ou des poteaux Trousse, cerf-volant, qite, (qd.t) poids, un dixième de deben, environ 9 grammes (au Nouvel Empire) Période grecque : unité monétaire valant un dixième de deben = 2 drachmes Khôl (de l'arabe kuhl ) Eyeliner noir (cf. Cosmétique) Kubna, Gepen nom égyptien pour Byblos Kush, région de Kash Nubian au-dessus de la deuxième cataracte KV Utilisé par les archéologues avec un certain nombre pour identifier les tombes de la Vallée des Rois

Labayu Souverain de Sichem, contemporain d'Akhenaton (cf. Lettres d'Amarna) Prêtre lecteur Prêtre lisant des textes rituels Libu, Ribu Libyens Lesonis grec pour égyptien mr-Sn, un élu en charge de la gestion économique d'un temple LP Époque tardive L.P.H. Vie, prospérité, santé (anx wDA snb) [1] – Souhait de bien-être, ajouté après les noms des pharaons, “prospérité” devrait plutôt être “solidité” Louxor (arabe el Uksor) village moderne, occupant la moitié sud de l'ancienne Thèbes, Ipet resyt

Ma voir Meshwesh Maa-kheru (mAa-xrw ) Vrai de voix, justifié. Utilisé pour 1) la partie gagnante d'un procès, 2) les morts dont le cœur pesait moins qu'une plume Maât, Ma’at, Mayet (maA.t) Déesse de la Vérité l'ordre mondial, la justice, la bonne conduite. Mafdet Déesse, symbolisant l'autorité judiciaire et l'appareil d'exécution Mammisi (copte) allumé. Maison de naissance, sanctuaire rattaché à un temple dédié à la naissance de la divinité enfant d'une triade Mastaba (Arabe mastaba, banc) Ancien Empire, tombe souterraine avec structure hors sol Maziqda 38 bonjour, environ 19 litres Medjay Mercenaires nubiens depuis la première période intermédiaire, police sous Ahmose I et ses successeurs Megiddo Importante ville cananéenne, site de la bataille de Meh-ta (mH-tA) Mesure de la superficie, 100 coudées au carré, ca.27 m², Nouvel Empire Memphis (grec), Mennefer, Mof, capitale de l'Ancien Empire égyptien (près du Caire) Ménat (mnj.t) 1) Instrument de musique, castagnettes 2) Collier large ou collier, attribut des Hommes Hathor, Ménès, Min Premier pharaon du royaume-uni selon Hérodote, identifié comme Hor-aha Menkaourê, Pharaon de l'Ancien Empire de Mykérinos, IVe dynastie Menkheperreseneb Grand prêtre d'Amon à Karnak, XVIIIe dynastie Mentouhotep, Montouhotep 4 pharaons de la 11e dynastie Mererouka vizir sous Teti (6e dynastie), successeur de Kagemni Meryre, Pépi I, Pepy Ier pharaon de l'Ancien Empire, 6e dynastie Meryt-Amen, fille d'Akhenaton et de la reine Néfertiti, épouse de Smenkhkarê (?) Meskhenet Déesse personnification de la pierre d'accouchement, deux briques placées sous les pieds de la femme accouchant en position accroupie Meshwesh (mSwS), Ma Libyens installés dans le Delta durant la Troisième Période Intermédiaire, mercenaires Metjen Officiel sous Snofru (Biographie) Min Dieu de la fertilité Pharaon, voyez Ménès Mitanni Les Hurrians vivant à Naharin (Mésopotamie occidentale), ont disparu en tant que nation indépendante pendant le Nouvel Empire égyptien MK Empire du Milieu Moeris, Moiris 1) éventuellement Amenemhet III. 2) Lac Moeris – lac dans le Fayoum fouillé selon Hérodote par Moeris Montou, le dieu Mont-guerre Montouhotep voir Mentouhotep Mut 1) Déesse mère, souvent assimilée à Isis 2) Décédée avec des intentions souvent malveillantes

Nagada, Nagada Établissement à 30 km au nord-ouest de Thèbes. Nom pour les périodes prédynastiques de 3550 à 2600 avant notre ère Naharin, Région de Naharina en Syrie ou au Liban, tantôt identifiée à Aram Naharaim, la région entre le Tigre occidental et l'Euphrate, tantôt à la région entre le Litani et l'Oronte. Naos (Grec naos, temple) Le sanctuaire aux statues divines Narmer Roi, considéré par beaucoup comme l'unificateur de la Haute et de la Basse Egypte Natron (de l'espagnol, à l'origine du grec) Mélange de sel de carbonate utilisé pour la momification, trouvé à Wadi Natroun Naucratis, Naucratis (grec) ville ionienne dans le delta Nebamen, Nebamon, Nebamon Chef de la police à Thèbes ouest sous Thoutmosis IV et Amenhoteop III Surintendant des greniers sous Thoutmosis III (cf. papyrus Abbott) Nebouaoui Grand Prêtre d'Osiris sous Thoutmosis III (Inscription) Necho, Neco, Necos, Nekhau Deux pharaons de la fin de la période dynastique, 26e dynastie Nécropole (grec) grec lit. Cité des morts, cimetière Nefer (nfr) Amulette en or, porte-bonheur Neferkarê, Pépi II, Pepy II pharaon de l'Ancien Empire, VIe dynastie Néfertari, Nefertari-Mery-Mut Épouse principale de Ramsès II Néfertiti, Nefertete, Nofretete épouse d'Akhenaton Néferty Prophète Neheh (nHH) Eternité, perpétuel renouvellement des cycles, par opposition à djet Nehes voir Nubie Nekhakha (nxx) voir flagelle Nekhbet Déesse de la Haute Egypte représentée sous la forme d'un vautour Nekhekh (nxx) voir flagelle Nekhen, Hiérakonpolis Ancienne capitale du sud Nephtys, Nepthys, déesse Nebt-Het, épouse de Seth Neshmet (nSm.t) La barque d'Osiris Nilomètre Lieu, généralement à colonne, où l'on pouvait mesurer la hauteur du Nil Nitocris, Nitokris fille de Psammétique I, 26e dynastie, épouse du dieu Amen NK Nouvel Empire Nomarque (Grec) Souverain d'un nome Nome (du grec nomos division) Région administrative Nub (nb) Or Nubie, Wawat Région au-dessus de la première cataracte, occupée par l'Égypte au 2e millénaire avant notre ère Religieuse Dieu primordial de l'eau et de la fertilité, représenté comme un homme vert ou bleu Noix Déesse du ciel

Obole Pièce grecque, un sixième d'une drachme, divisée en 8 Chaloi Ogdoad (du latin, grec pour huit) Les huit dieux primitifs de la création : Nun et Naunet, Kuk et Kauket, Huh et Hauhet, Amen et Amaunet Oipe (jp.t) Mesure de capacité, 4 heqat, environ 20 litres (NK à l'époque romaine) OK Old Kingdom On, Héliopolis (grec) Temple principal du dieu solaire Rê Ouverture de la bouche cérémonie célébrée pour une personne décédée Osiris, Asr, Ausar Dieu de Douat, épouse d'Isis. Assimilé au grec Dionysos Ostracon, Ostrakon (grec) un tesson de poterie utilisé pour écrire ou dessiner sur, au pluriel ostraka

Pabi Souverain de Lakis, contemporain d'Akhenaton Paramoné (grec) Dans la culture helléniste l'obligation d'un esclave affranchi de rendre des services à son ancien maître Paser 1) Vice-roi sous Ay et Horemheb 2) Maire et vizir sous Sethi I et Ramses II Pectoral (Latin) Bijou couvrant le haut de la poitrine Pélusiaque, pélusien (du grec) Le bras le plus oriental du Nil, nommé d'après la ville Pelusium Pediese, Petiese, Pediaset Un certain nombre de prêtres de la fin de la période, cf. La pétition de Pediese Pépi Deux pharaons de l'Ancien Empire, VIe dynastie : 1) Pépi I, Pepy I, Meryre 2) Pépi II, Pepy II, Neferkarê, fils de Pepi I Peleset L'un des peuples de la mer, les Philistins, s'est installé à Canaan Péret, Pert, Proit (pr.t) Saison de croissance, de mi-novembre à mi-mars à l'époque ptolémaïque Pesesh-kaf (psS-kf) Instrument de cérémonie utilisé lors de la cérémonie d'ouverture de la bouche pharaon (via le grec et l'hébreu (par’oh) de l'égyptien pr-aA – ‘Grande Maison’) Depuis le premier millénaire avant notre ère, roi d'Egypte, Phénix (grec), oiseau Bennu Oiseau mythologique (voir Bestiaire) Piankhi, Piye Pharaon de la fin de la période dynastique, 25e dynastie pré-dynastique, période préhistorique prédynastique, 5500 à 3050 avant notre ère Prehirwonnef Fils de Ramsès II et de la reine Néfertari, a servi dans l'armée Pronaos (du grec) Salle menant à la naos Période proto-dynastique, protodynastique 3200 à 3050, également appelée Late Gerzean Prophet (du grec) Hum nTr, allumé. serviteur du dieu, Prêtre en chef Psammétichos, Psammétique, Psamtek, Psamtik Trois pharaons, 26e dynastie Pseudoepigrapha (grec) Écrits d'une date postérieure à celle supposée, souvent attribués à une ancienne autorité comme un pharaon Pshen la double couronne de l'Égypte unie Ptach, Ptah Dieu créateur, Héphaïstos aux Grecs Ptahhotep vizir sous Djedkarê (5e dynastie), auteur putatif des instructions de la sagesse Coup de volée Apparemment une région de la Corne de l'Afrique, de l'Éthiopie et/ou du sud de l'Arabie. Parfois identifié avec Terre de Dieu. Pylône Structure massive à l'entrée d'un complexe de temples Textes pyramidaux Textes écrits à l'intérieur des pyramides concernant l'au-delà du défunt Pyramide (du grec) Pierre de faîte d'une pyramide

Qa’a Dernier pharaon de la première dynastie Qa’a Salle de réception au toit élevé dans les maisons égyptiennes (voir La maison de Djehutinefer ) Qadesh voir Kadès Qebehsenouf, Kebhsenuf etc. L'un des quatre fils d'Horus Qenbet (qnb.t) Cour judiciaire Qoseir, Port de Quseir sur la côte de la mer Rouge

Ra voir Ramsès, Ramsès, Ramsès, Ramsès, Ramsis 11 pharaons régnant sous le Nouvel Empire, 19e et 20e dynastie Ramosé 1) Vizir sous Amenhotep III et Amenhotep IV 2) Vizir sous Ramsès II , dieu Ra Soleil, Hélios aux Grecs, avec le centre de culte à Héliopolis Couronne rouge Deshret (dSr.t), la couronne de Basse Egypte Rekhmirê Maire et vizir sous Thoutmosis III et Amenhotep II, célèbre tombeau (Règlement imposé au vizir) Rémen (rm) 1) Mesure carrée, ½ Ta, Divisé en deux heseb 2) Mesure linéaire. surtout comme Double rémen, divisé en 40 chiffres – presque 75 cm 3) Mesure linéaire. 50 coudées Rensi gouverneur, peut-être fictif, mentionné dans l'histoire du Paysan Éloquent Retenir, Rezenu La région occupée aujourd'hui par la Syrie, le Liban et le nord d'Israël Rib-Addi Souverain de Byblos, contemporain d'Akhenaton Rosetau, Place Rasetjau dans l'Au-delà, les Enfers, royaume de Sokar

Sabgu La planète Mercure Sah (sAH) La constellation d'Orion, associée à Osiris Sakkara, Saqqarah Cimetière près de Memphis Sarcophage (Grec sarx + phagos, mangeur de chair) Cercueil en pierre Sau Amulette apotropaïque Scarabée 1) Bousier 2) Amulette en forme de bousier Sebakhin, Sebbakhin (arabe) Brique de boue pourrie utilisée comme engrais par les fellahs modernes Sechmet, Sekhmet Déesse de l'amour et de la protection, cf. Festival d'Hathor Sed, Heb Sed (Hb-sd) Célébration du 30e anniversaire du règne d'un pharaon, parfois célébrée après une période plus courte Senet (zn.t) Jeu de plateau Seniu (neige, jusqu'au Nouvel Empire Sna) Poids, un douzième de deben, 7,6 grammes (Nouvel Empire) Senmut, ministre de Senemut et favori de la reine Hatchepsout Senusert, Senusret, Senwosret, Sesostris Trois pharaons du Moyen Empire, XIIe dynastie Serdab (cave en arabe) Chapelle funéraire souterraine de l'Ancien Empire avec une statue du défunt, comporte de petites ouvertures permettant éventuellement de ka participer aux prières et aux sacrifices. Serekh (srx) Symbole écrit de la royauté en forme de palais (voir la palette de Narmer) Serpopards (du grec) Chimère à long cou d'origine mésopotamienne Seshat Déesse, son nom signifie ‘femme scribe’. Peut-être une forme de Nephthys Set, Seth Dieu du chaos, frère d'Osiris Setau Vice-roi de Koush sous Ramsès II Setchat, stat (STAT) Mesure carrée, 100 coudées carrées, 2500 m² grec aroura Setep (stp) Instrument de cérémonie utilisé dans la cérémonie d'ouverture de la bouche Shabti, Shawabti (?) (principalement Nouvel Empire), Oushabti (principalement la fin de la période) Statuette momifiée du défunt placée depuis le Moyen Empire dans des tombes pour effectuer des travaux manuels Shaddoof, Shadoof, Shadouf, Shadouf (arabe) Engin pour élever l'eau manuellement Shawabti (Swb.tj) voir shabti Sichem, Shekhem, ville de Sichem (sémitique) à Canaan (Palestine) Shemu, Shamu, Shamu (Smw) La saison des récoltes, de mi-mars à mi-juillet à l'époque ptolémaïque Shena (Sna) voir seniu Shepseskaf roi (4e dynastie), fils de Menkaure Sheshonk, Sheshonq 5 pharaons régnant durant la 3e période intermédiaire, 22e et 23e dynastie Shu Dieu, souvent identifié à Héraclès par les Grecs Shuwardata Souverain de Keilah, contemporain d'Akhenaton Sile Ville à la frontière orientale du delta (Tell Abu Seify), peut-être identique à Zaru SIP Deuxième Période Intermédiaire Sistre, Instrument de musique Seistron, hochet Snefru, Sneferu, Snofru Pharaon de l'Ancien Empire, 4e dynastie Bateau solaire,

barque Bateau utilisé par le dieu soleil pour traverser le ciel Sopdet (spd.t), déesse grecque Sothis, incarnation de l'étoile Sirius Speos (grec pour ‘cave’) Temple taillé dans la roche Sphinx (Grec) Statue avec corps de lion et tête humaine ou animale Statistique (sTA.t) voir Setchat statère Aussi tétradrachme, pièce de 4 drachmes grecques Stèle, stèle (pluriel stèles ou stèles) (du grec) Dalle de pierre monumentale avec des sculptures

Ta (tA) La zone de l'Ancien Empire mesure 10 coudées sur 10 coudées, env. 27 m² Tadu-heba, Tadukhipa fille de Tushratta, mariée avec Amenhotep III Talatat (de l'arabe pour trois) Petits blocs de pierre utilisés dans les murs des temples Talent 60 minas à 100 drachmes chacune, 6000 drachmes Tamilat voir Tumilat Tauret, Taweret, déesse de la fertilité Tauwret Tefnout Déesse de la rosée et de la pluie Tehenu, Tehennu, Ta-Seti Personnes vivant au Sahara, Libyens Tehuti voir Thot Temenos (Grec) Enceinte adjacente ou entourant un temple, etc. Tet (tj.t), cf. Tyet Téti pharaon de la 6e dynastie Thèbes, Non, Waset, capitale de l'Égypte du Nouvel Empire Wese, centre du culte d'Amen Thot, Thot, Toth, Tehuti, Djehuti Dieu de la sagesse, son temple principal était à Hermopolis, Hermes Trismégiste aux Grecs Thuthmose, Thoutmosis, Thoutmosis, Thoutmosis 1) Quatre pharaons du Nouvel Empire, XVIIIe dynastie 2) Artiste célèbre actif sous Akhenaton (Buste de Néfertiti) CONSEIL Troisième période intermédiaire Tiyé Épouse d'Amenhotep III, fille de Yuya et Tuyu, mère d'Akhenaton Triade (du grec ‘trias’ pour trois) Trois dieux apparentés – le Triade thébaine, les Triade d'Abydos, les Triade de Memphis Tombe thébaine TT, avec un numéro utilisé par les archéologues pour identifier les tombes anciennes à Thèbes Tumilat, Tamilat Wadi reliant le bras le plus oriental du Nil aux Lacs Amers Tushratta Roi de Mitanni, première moitié du 14ème siècle avant notre ère Toutanchamon, Toutanchamon, Toutankhamon, Toutankhaton, pharaon du Nouvel Empire Toutankhamon, XVIIIe dynastie Deux terres La terre unie de Haute et Basse Egypte, depuis le Nouvel Empire aussi appelé Kemet Tyet, Têt, Le Sang d'Isis, La Boucle d'Isis Symbole associé à Isis, amulette en pierre semi-précieuse rouge

Uat. Uto Déesse identifiée au grec Leto, son centre de culte était Buto Ubasti voir Raphia Oudjat, Wedjat (wAD.t) L'oeil d'Horus, amulette Unas, Weni, pharaon de l'Ancien Empire Wenis, 5e dynastie Uni voir Weni Upuaut, Wepwawet dieu gardien en forme de chien Uraeus (du grec, de l'égyptien jAr.t ) Cobra symbolique, faisant partie de la coiffe des pharaons et des dieux. Ouserkaf Premier roi de la cinquième dynastie Usertesen Voir Senusret Ushabti voir shabti

Vallée des rois Lieu de sépulture pharaonique près de Thèbes pendant le Nouvel Empire, nom moderne de l'ancienne « La grande et majestueuse nécropole des millions d'années du pharaon, L.P.H., à l'ouest de Thèbes » ou « Le grand champ » Vallée des Reines Lieu de sépulture des reines près de Thèbes Vizir (de l'arabe wazer) égyptien tjati, le mot arabe pour le ministre en chef, généralement utilisé dans le contexte de l'Egypte pharaonique Voussoir (français du latin volsorium) Pierre en forme de coin utilisée pour la construction d'arcs

Ouadjet (wAD.t), aussi wedjat, uzat Oeil lunaire d'Horus. L'uraeus de Rê. Souvent utilisé sous forme d'amulette pour se protéger du mauvais œil était sceptre (était) Symbole de bien-être et de bonheur Waset, Wese voir Thèbes Wawat voir Nubie Wedjahorresnet Médecin, période persane Wenamen, Wenamun, Wen-Amun, Wen-Amen, Wen-amen Prêtre de la 20e dynastie envoyé à Byblos pour acheter du bois Weni, Wenis voir Unas Weni, fonctionnaire de la 6e dynastie de l'Uni, gouverneur de Haute-Égypte, a servi sous plusieurs pharaons Wepwawet Upuaut Couronne blanche la couronne de Haute Egypte

Xerxès Roi perse et pharaon d'Égypte (585-546 avant notre ère)

Yarsu Syrien, parfois identifié avec le chancelier de Merneptah Siptah Bay. (19e dynastie) Yuya haut fonctionnaire sous Thoutmosis IV, époux de Tuyu

Zaphnathpaaneah, Zaphnath-Paaneah selon la bible le nom égyptien de Joseph Zaru, Thalu, Tjaru Une ville du delta sur la frontière orientale, peut-être identique à Sile Zoser voir Djéser


Définir

Les Musée d'excellence des fèves au lard est un musée privé situé à Port Talbot, au Pays de Galles, au Royaume-Uni.

Les sandwich aux fèves au lard est un sandwich composé de fèves au lard entre deux tranches de pain, qui peut inclure des garnitures telles que de la laitue et des garnitures telles que la mayonnaise ou le ketchup.

Fèves au lard est un plat contenant traditionnellement des haricots blancs étuvés puis, aux États-Unis, cuits en sauce à basse température pendant une longue période. Au Royaume-Uni, le plat est parfois cuit au four, mais généralement mijoté en sauce. Les fèves au lard en conserve ne sont pas cuites, mais sont cuites à la vapeur.

Fèves au lard est un plat contenant traditionnellement des haricots blancs étuvés puis, aux États-Unis, cuits en sauce à basse température pendant une longue période. Au Royaume-Uni, le plat est parfois cuit au four, mais généralement mijoté en sauce. Les fèves au lard en conserve ne sont pas cuites, mais sont cuites à la vapeur.

Cheetos est une marque de collations feuilletées au fromage fabriquées par Frito-Lay, une filiale de PepsiCo. Le créateur de Fritos, Charles Elmer Doolin, a inventé Cheetos en 1948 et a commencé sa distribution nationale aux États-Unis. Le succès initial de Cheetos a contribué à la fusion entre The Frito Company et H.W. Lay & Company en 1961 pour former Frito-Lay. En 1965, Frito-Lay devient une filiale de The Pepsi-Cola Company, formant PepsiCo, l'actuel propriétaire de la marque Cheetos.

Flets sont un groupe d'espèces de poissons plats. Ce sont des poissons démersaux, trouvés au fond des océans du monde entier, certaines espèces entreront également dans les estuaires.

Les Cuisine albanaise est un représentant de la cuisine de la Méditerranée. C'est aussi un exemple du régime méditerranéen basé sur l'importance de l'huile d'olive, des fruits, des légumes et du poisson. Les traditions culinaires du peuple albanais sont diverses en raison des facteurs environnementaux qui conviennent surtout à la culture de presque toutes sortes d'herbes, de légumes et de fruits. L'huile d'olive est la graisse végétale la plus ancienne et la plus couramment utilisée dans la cuisine albanaise, produite depuis l'antiquité dans tout le pays, en particulier le long des côtes.

Il existe une variété de pâtes au four plats, aussi appelés par leur nom italien, pâtes al forno:

UNE pomme de terre au four, connu dans certaines parties du Royaume-Uni comme un veste pomme de terre, est une préparation de pomme de terre. La pomme de terre au four idéale a un intérieur moelleux et une peau croustillante. Il peut être servi avec des garnitures, des garnitures ou des condiments tels que du beurre, du fromage, de la crème sure, de la sauce, des fèves au lard et même de la viande hachée ou du bœuf salé.

Matthieu Richard Lucas est un acteur, comédien, écrivain et personnalité de la télévision anglais. Il est surtout connu pour son travail avec David Walliams sur la série de sketchs comiques de la BBC Profil de roche, Petite Bretagne, et Viens voler avec moi (2010�). Lucas a joué le rôle de Nardole dans la série BBC Docteur Who (2015�), et est également apparu dans des films, tels que L'infidèle (2010), Alice au pays des merveilles (2010), Demoiselles d'honneur (2011), et Petits Appartements (2012). En 2020, il devient co-présentateur de Le grand gâteau britannique, aux côtés de Noel Fielding.

Le saumon est un poisson alimentaire commun classé comme poisson gras avec une riche teneur en protéines et en acides gras oméga-3. En Norvège, un important producteur de saumon d'élevage et sauvage, le saumon d'élevage et le saumon sauvage ne diffèrent que légèrement en termes de qualité et de sécurité alimentaire, le saumon d'élevage ayant une teneur plus faible en contaminants environnementaux et le saumon sauvage ayant une teneur plus élevée en oméga-. 3 acides gras.

Poulet du mendiant est un plat chinois de poulet farci, enveloppé d'argile et de feuilles de lotus, et cuit lentement à feu doux. La préparation d'une seule portion peut prendre jusqu'à six heures. Bien que le plat soit traditionnellement préparé avec de l'argile, la recette a évolué pour plus de commodité et de sécurité, il est souvent cuit avec de la pâte, des sacs à four, des casseroles en céramique ou des fours à convection.

Alaska au four, aussi connu sous le nom omelette norvégienne, omelette surprise, ou omelette sibérienne selon les pays, c'est un dessert composé d'une glace et d'un gâteau garni de meringue dorée. Le plat est composé de crème glacée placée dans un plat à tarte, garni de tranches de génoise ou de pudding de Noël, et surmonté de meringue. L'ensemble du dessert est ensuite placé dans un four extrêmement chaud pendant une courte période, assez longtemps pour raffermir et caraméliser la meringue mais pas assez longtemps pour commencer à faire fondre la crème glacée.

Cuit au four et câblé est une boulangerie et un café dans le quartier de Georgetown à Washington, D.C. La boulangerie a été ouverte en 2001 par Teresa Velazquez et est spécialisée dans la cuisson de cupcakes, mais propose également une gamme plus large d'autres produits de boulangerie, notamment des biscuits, des quiches et des brownies. Velazquez n'avait pas l'intention d'ouvrir un magasin de cupcakes, mais la demande pour les produits de boulangerie a éclipsé les autres offres.

UNE pomme de cuisson ou pomme culinaire est une pomme qui est principalement utilisée pour la cuisine, par opposition à une pomme de dessert, qui se mange cru. Les pommes à cuire sont généralement plus grosses et peuvent être plus acidulées que les variétés à dessert. Certaines variétés ont une chair ferme qui se décompose peu à la cuisson. Les variétés culinaires à haute teneur en acide produisent de la mousse à la cuisson, ce qui est souhaitable pour certaines recettes. La Grande-Bretagne cultive une large gamme de pommes spécialement pour la cuisine. Dans le monde entier, les variétés à double usage sont plus largement cultivées.

Fèves au lard est un plat contenant traditionnellement des haricots blancs étuvés puis, aux États-Unis, cuits en sauce à basse température pendant une longue période. Au Royaume-Uni, le plat est parfois cuit au four, mais généralement mijoté en sauce. Les fèves au lard en conserve ne sont pas cuites, mais sont cuites à la vapeur.

Les sandwich aux fèves au lard est un sandwich composé de fèves au lard entre deux tranches de pain, qui peut inclure des garnitures telles que de la laitue et des garnitures telles que la mayonnaise ou le ketchup.

Fèves au lard est un plat contenant traditionnellement des haricots blancs étuvés puis, aux États-Unis, cuits en sauce à basse température pendant une longue période. Au Royaume-Uni, le plat est parfois cuit au four, mais généralement mijoté en sauce. Les fèves au lard en conserve ne sont pas cuites, mais sont cuites à la vapeur.

Fèves au lard est un plat contenant traditionnellement des haricots blancs étuvés puis, aux États-Unis, cuits en sauce à basse température pendant une longue période. Au Royaume-Uni, le plat est parfois cuit au four, mais généralement mijoté en sauce. Les fèves au lard en conserve ne sont pas cuites, mais sont cuites à la vapeur.

UNE brique est un type de bloc utilisé pour construire des murs, des trottoirs et d'autres éléments de construction en maçonnerie. Correctement, le terme brique désigne un bloc composé d'argile séchée, mais est maintenant également utilisé de manière informelle pour désigner d'autres blocs de construction durcis chimiquement. Les briques peuvent être assemblées à l'aide de mortier, de colles ou par emboîtement. Les briques sont produites dans de nombreuses classes, types, matériaux et tailles qui varient selon la région et la période, et sont produites en grandes quantités.

Cuit par Melissa est une chaîne de boulangeries fondée par Melissa Ben-Ishay en 2008, spécialisée dans les cupcakes miniatures. En 2018, Baked by Melissa compte 14 sites dans la région métropolitaine de New York.

Palourdes farcies sont populaires en Nouvelle-Angleterre, en particulier dans le Rhode Island, et se composent d'un mélange de chapelure et de palourdes hachées qui est cuit sur la demi-coquille d'une palourde à coquille dure. Les autres ingrédients que l'on trouve généralement dans le mélange de chapelure de base sont : la viande comme la saucisse, le bacon ou le chouriço, le piment, le jus de citron, les poivrons, le céleri, l'oignon, l'ail, les épices et les herbes. Il existe de nombreuses recettes différentes pour les palourdes farcies, de nombreux restaurants de la Nouvelle-Angleterre ont leur propre variété, tout comme de nombreux cuisiniers à domicile.

Banh bò est une génoise sucrée et moelleuse du Vietnam. Il est fabriqué à partir de farine de riz, d'eau, de sucre et de levure, et a un aspect en nid d'abeille à l'intérieur en raison de la présence de nombreuses petites bulles d'air. Le lait de coco fait également généralement partie de la pâte, conférant une légère saveur et un léger arôme de noix de coco.Le gâteau est d'origine chinoise du sud, bien que la version chinoise, appelée bái táng gāo (白糖糕), ne contient pas de lait de coco. Banh bò sont généralement consommés en dessert, bien qu'ils puissent également être consommés en accompagnement d'un repas.

Oeufs farcis, aussi connu sous le nom oeufs au four, sont des œufs qui ont été cuits dans un plat à fond plat dont le nom provient du type de plat dans lequel il était traditionnellement cuit. Les œufs froncés sont considérés comme un plat simple et fiable qui peut être facilement varié et développé. Une autre façon de cuisiner consiste à casser les œufs dans des ramequins individuels et à les cuire au bain-marie, créant ainsi le plat français œufs en cocotte.

Oeufs farcis, aussi connu sous le nom oeufs au four, sont des œufs qui ont été cuits dans un plat à fond plat dont le nom provient du type de plat dans lequel il était traditionnellement cuit. Les œufs froncés sont considérés comme un plat simple et fiable qui peut être facilement varié et développé. Une autre façon de cuisiner consiste à casser les œufs dans des ramequins individuels et à les cuire au bain-marie, créant ainsi le plat français œufs en cocotte.

couscous israélien, aussi connu sous le nom couscous perlé, Couscous de Jérusalem, ou Ptitim, sont des pâtes grillées en petites boules, développées en Israël dans les années 1950 lorsque le riz était rare en raison de l'austérité en Israël. Malgré son nom, ce n'est pas un type de couscous.

Flets sont un groupe d'espèces de poissons plats. Ce sont des poissons démersaux, trouvés au fond des océans du monde entier, certaines espèces entreront également dans les estuaires.

Pâtisserie est une méthode de préparation des aliments qui utilise la chaleur sèche, généralement dans un four, mais peut également être faite dans des cendres chaudes ou sur des pierres chaudes. L'article de boulangerie le plus courant est le pain, mais de nombreux autres types d'aliments sont cuits au four. La chaleur est progressivement transférée "de la surface des gâteaux, des biscuits et des pains vers leur centre. Au fur et à mesure que la chaleur se propage, elle transforme les pâtes et les pâtes en produits de boulangerie et plus encore avec une croûte ferme et sèche et un centre plus doux". La cuisson peut être combinée avec la cuisson au grill pour produire une variante de barbecue hybride en utilisant les deux méthodes simultanément ou l'une après l'autre. La cuisson est liée au barbecue car le concept du four en maçonnerie est similaire à celui d'un fumoir.

Pâtisserie est une méthode de préparation des aliments qui utilise la chaleur sèche, généralement dans un four, mais peut également être faite dans des cendres chaudes ou sur des pierres chaudes. L'article de boulangerie le plus courant est le pain, mais de nombreux autres types d'aliments sont cuits au four. La chaleur est progressivement transférée "de la surface des gâteaux, des biscuits et des pains vers leur centre. Au fur et à mesure que la chaleur se propage, elle transforme les pâtes et les pâtes en produits de boulangerie et plus encore avec une croûte sèche et ferme et un centre plus doux". La cuisson peut être combinée avec la cuisson au grill pour produire une variante de barbecue hybride en utilisant les deux méthodes simultanément ou l'une après l'autre. La cuisson est liée au barbecue car le concept du four en maçonnerie est similaire à celui d'un fumoir.

Les Cuisine albanaise est un représentant de la cuisine de la Méditerranée. C'est aussi un exemple du régime méditerranéen basé sur l'importance de l'huile d'olive, des fruits, des légumes et du poisson. Les traditions culinaires du peuple albanais sont diverses en raison des facteurs environnementaux qui conviennent surtout à la culture de presque toutes sortes d'herbes, de légumes et de fruits. L'huile d'olive est la graisse végétale la plus ancienne et la plus couramment utilisée dans la cuisine albanaise, produite depuis l'antiquité dans tout le pays, en particulier le long des côtes.

Macaroni et fromage—aussi appelé macaroni au fromage aux États-Unis, et macaroni au fromage au Royaume-Uni, c'est un plat de pâtes macaroni cuites et d'une sauce au fromage, le plus souvent du cheddar. Il peut également incorporer d'autres ingrédients, comme de la chapelure ou de la viande.

Macaroni et fromage—aussi appelé macaroni au fromage aux États-Unis, et macaroni au fromage au Royaume-Uni, c'est un plat de pâtes macaroni cuites et d'une sauce au fromage, le plus souvent du cheddar. Il peut également incorporer d'autres ingrédients, comme de la chapelure ou de la viande.

Lait cuit est une variété de lait bouilli particulièrement populaire en Russie, en Ukraine et en Biélorussie. Il est fait en faisant mijoter du lait à feu doux pendant huit heures ou plus.

Penne est un type de pâtes extrudées avec des morceaux en forme de cylindre, leurs extrémités coupées en biais. Penne est le pluriel de l'italien penne, dérivé du latin penne, et est un parent du mot anglais stylo. Lorsque ce format a été créé, il était destiné à imiter les plumes en acier du stylo-plume alors omniprésent.

Il existe une variété de pâtes au four plats, aussi appelés par leur nom italien, pâtes al forno:

UNE pomme de terre au four, connu dans certaines parties du Royaume-Uni comme un veste pomme de terre, est une préparation de pomme de terre. La pomme de terre au four idéale a un intérieur moelleux et une peau croustillante. Il peut être servi avec des garnitures, des garnitures ou des condiments tels que du beurre, du fromage, de la crème sure, de la sauce, des fèves au lard et même de la viande hachée ou du bœuf salé.

UNE pomme de terre au four, connu dans certaines parties du Royaume-Uni comme un veste pomme de terre, est une préparation de pomme de terre. La pomme de terre au four idéale a un intérieur moelleux et une peau croustillante. Il peut être servi avec des garnitures, des garnitures ou des condiments tels que du beurre, du fromage, de la crème sure, de la sauce, des fèves au lard et même de la viande hachée ou du bœuf salé.

Ziti au four est une casserole populaire avec des pâtes ziti et une sauce à base de tomates de style napolitain caractéristique de la cuisine italo-américaine. C'est une forme de pâtes al forno.

Cuire-danuki (化け狸) sont une sorte de yôkai trouvé dans les classiques et dans le folklore et les légendes de divers endroits au Japon, communément associé au chien viverrin japonais ou tanuki.

Deshamanya Marhoom Al Haj Mohammed Abdul Boulanger Markar était un homme politique sri lankais. Il a été président du Parlement du Sri Lanka et gouverneur de la province du Sud.

BakéGyamon est une série japonaise de manga et d'anime, avec son concept créé par Kazuhiro Fujita. La série manga, écrite et illustrée par Mitsuhisa Tamura, a été publiée dans le Shogakukan's Dimanche Shōnen hebdomadaire de mars 2006 à avril 2007, avec ses chapitres rassemblés en cinq réservoir, bon tomes. En Amérique du Nord, Viz Media l'a publié en anglais en 2009.

BakéGyamon est une série japonaise de manga et d'anime, avec son concept créé par Kazuhiro Fujita. La série manga, écrite et illustrée par Mitsuhisa Tamura, a été publiée dans le Shogakukan's Dimanche Shōnen hebdomadaire de mars 2006 à avril 2007, avec ses chapitres rassemblés en cinq réservoir, bon tomes. En Amérique du Nord, Viz Media l'a publié en anglais en 2009.

Bak est un village du district rural de Jolgeh-e Mazhan, district de Jolgeh-e Mazhan, comté de Khusf, province du Khorasan du Sud, Iran. Au recensement de 2006, sa population était de 20, dans 5 familles.

UNE boulangerie est un établissement qui produit et vend des aliments à base de farine cuits au four tels que du pain, des biscuits, des gâteaux, des pâtisseries et des tartes. Certaines boulangeries de détail sont également classées comme des cafés, servant du café et du thé aux clients qui souhaitent consommer les produits de boulangerie sur place. Des articles de confiserie sont également fabriqués dans la plupart des boulangeries du monde entier.

Les Boulangerie est un fournil historique à Dirmstein, Rhénanie-Palatinat, Allemagne, désigné comme élément du patrimoine culturel.

UNE boulangerie est un bâtiment pour la cuisson du pain. Le terme peut être utilisé de manière interchangeable avec le terme « boulangerie », bien que ce dernier comprenne généralement à la fois les zones de production et de vente au détail.

Boulangerie peut se référer à:

  • Boulangerie
  • Fournil (bâtiment)
  • Bakehouse (Dirmstein), un fournil du patrimoine culturel à Dirmstein, Allemagne

UNE boulangerie est un établissement qui produit et vend des aliments à base de farine cuits au four tels que du pain, des biscuits, des gâteaux, des pâtisseries et des tartes. Certaines boulangeries de détail sont également classées comme des cafés, servant du café et du thé aux clients qui souhaitent consommer les produits de boulangerie sur place. Des articles de confiserie sont également fabriqués dans la plupart des boulangeries à travers le monde.

Shigeru Mizuki était un mangaka et historien japonais, surtout connu pour sa série de mangas GeGeGe no Kitarō. Né dans un hôpital d'Osaka et élevé dans la ville de Sakaiminato, Tottori, il a ensuite déménagé à Chōfu, Tokyo, où il est resté jusqu'à sa mort. Son pseudonyme, Mizuki, vient de l'époque où il gérait une auberge appelée « Mizuki Manor » alors qu'il dessinait des images pour kamishibai. Spécialiste des histoires de Yōkai, il est considéré comme un maître du genre. Mizuki était également un historien réputé, publiant des ouvrages relatifs à l'histoire du monde, à l'histoire du Japon et à sa propre expérience de la Seconde Guerre mondiale.

Shigeru Mizuki était un mangaka et historien japonais, surtout connu pour sa série de mangas GeGeGe no Kitarō. Né dans un hôpital d'Osaka et élevé dans la ville de Sakaiminato, Tottori, il a ensuite déménagé à Chōfu, Tokyo, où il est resté jusqu'à sa mort. Son pseudonyme, Mizuki, vient de l'époque où il gérait une auberge appelée « Mizuki Manor » alors qu'il dessinait des images pour kamishibai. Spécialiste des histoires de Yōkai, il est considéré comme un maître du genre. Mizuki était également un historien réputé, publiant des ouvrages relatifs à l'histoire du monde, à l'histoire du Japon et à sa propre expérience de la Seconde Guerre mondiale.

Gaafu Alifu est une division administrative des Maldives créée le 8 février 1962, lorsque l'atoll de Huvadhu a été divisé en deux districts. Gaafu Alifu correspond à la partie nord-est de ce grand atoll naturel au nord de la ligne s'étendant entre les canaux de Footukandu et de Vaarulu Kandu. La capitale de ce district est Vilingili.

Bakekang est une série dramatique télévisée philippine diffusée par GMA Network. La série est basée sur un roman graphique philippin de Carlo J. Caparas. Réalisé par Gil Tejada Jr. et Khryss Adalia, il met en vedette Sunshine Dizon dans le rôle-titre. Il a été créé le 11 septembre 2006 sur la ligne Telebabad du réseau remplaçant J'aime NY. La série s'est terminée le 30 mars 2007 avec un total de 145 épisodes.

Bakel est un village à l'est d'Helmond et d'Eindhoven dans le sud des Pays-Bas. La population totale est d'environ 5 000 habitants. Jusqu'à la fin des années 1990, il formait la municipalité de Bakel et Milheeze avec Milheeze et De Rips. En 1997, Bakel a fusionné avec la plus grande municipalité de Gemert.

Bakel est une ville d'environ 15 000 habitants située dans la partie orientale du Sénégal, en Afrique de l'Ouest. La ville est située sur la rive gauche du fleuve Sénégal, à 65 kilomètres de la frontière malienne et reliée par canoë-ferry au village de Gouraye en Mauritanie.

Bakel est un village à l'est d'Helmond et d'Eindhoven dans le sud des Pays-Bas. La population totale est d'environ 5 000 habitants. Jusqu'à la fin des années 1990, il formait la municipalité de Bakel et Milheeze avec Milheeze et De Rips. En 1997, Bakel a fusionné avec la plus grande municipalité de Gemert.

Aéroport de Bakel est un aéroport desservant Bakel, une ville du département de Bakel, région de Tambacounda, Sénégal.

Département de Bakel est l'un des 45 départements du Sénégal et l'un des quatre qui composent la région de Tambacounda à l'est du pays. Le département avait une superficie de 22 378 km et une population estimée à 215 680 en 2005. Cependant, en 2008, le département a été divisé pour former le nouveau département de Goudiry, de sorte que la superficie a été réduite à 6 290 km environ.

Département de Bakel est l'un des 45 départements du Sénégal et l'un des quatre qui composent la région de Tambacounda à l'est du pays. Le département avait une superficie de 22 378 km et une population estimée à 215 680 en 2005. Cependant, en 2008, le département a été divisé pour former le nouveau département de Goudiry, de sorte que la superficie a été réduite à 6 290 km environ.

Fort de Bekal a été construit par Shivappa Nayaka de Keladi en 1650 après JC, à Bekal. C'est le plus grand fort du Kerala, s'étendant sur 40 acres (160 000 & 160 m 2 ).

Bakel en Milheeze est une ancienne commune de la province néerlandaise du Brabant septentrional. Il se composait des villages Bakel, Milheeze et De Rips. Elle fait partie de la commune de Gemert-Bakel depuis 1997.

Bakel en Milheeze est une ancienne commune de la province néerlandaise du Brabant septentrional. Il se composait des villages Bakel, Milheeze et De Rips. Elle fait partie de la commune de Gemert-Bakel depuis 1997.

Bakel en Milheeze est une ancienne commune de la province néerlandaise du Brabant septentrional. Il se composait des villages Bakel, Milheeze et De Rips. Elle fait partie de la commune de Gemert-Bakel depuis 1997.

Orthonairovirus Qalyub, aussi connu sous le nom Nairovirus Qalyub ou simplement Virus Qalyub, est un virus à ARN monocaténaire de sens négatif découvert dans un nid de rat dans le mur d'une tombe de la ville égyptienne de Qalyub en 1952. Le principal vecteur de transmission est le Carios erratique tique, et c'est donc un arbovirus.

Ba'kelalan est un groupe de neuf villages situés dans les hautes terres de Maligan, dans la division de Limbang, au Sarawak, en Malaisie, à environ 910 & 160 m au-dessus du niveau de la mer et à 4 & 160 km de la frontière avec le Kalimantan indonésien et à 150 km de la ville la plus proche de Lawas. Il y a neuf villages à Ba'kelalan. Les villageois ici appartiennent à la tribu Lun Bawang.

Aéroport de Ba'kelalan est un aéroport de Ba'kelalan, une ville de l'État du Sarawak en Malaisie.

Résines phénol formaldéhyde (PF) ou résines phénoliques sont des polymères synthétiques obtenus par réaction de phénol ou de phénol substitué avec le formaldéhyde. Utilisés comme base pour la bakélite, les PF ont été les premières résines synthétiques commerciales (plastiques). Ils ont été largement utilisés pour la production de produits moulés, notamment des boules de billard, des comptoirs de laboratoire, ainsi que comme revêtements et adhésifs. Ils étaient autrefois le principal matériau utilisé pour la production de cartes de circuits imprimés, mais ont été largement remplacés par des résines époxy et des tissus en fibre de verre, comme les matériaux de cartes de circuits imprimés FR-4 résistants au feu.

Jan Bakelants est un cycliste professionnel belge sur route, qui roule actuellement pour l'UCI WorldTeam Intermarché–Wanty–Gobert Matériaux.

Les Bakelberg, à 18 & 160 mètres au-dessus du niveau de la mer, est le point culminant du Fischland. Il se trouve dans la municipalité d'Ahrenshoop dans le comté de Vorpommern-Rügen dans l'état allemand de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale.

Les Les gens de Kele sont un groupe ethnique au Gabon avec une population estimée à 10 774.

Bakélite ou polyoxybenzylméthylèneglycolanhydride a été le premier plastique fabriqué à partir de composants synthétiques. Il s'agit d'une résine phénol-formaldéhyde thermodurcissable, formée à partir d'une réaction de condensation du phénol avec le formaldéhyde. Il a été développé par le chimiste belgo-américain Leo Baekeland à Yonkers, New York, en 1907.

Hexion inc. ou Hexion est une entreprise chimique basée à Columbus, Ohio. Elle produit des résines thermodurcissables et des technologies connexes et des produits spécialisés.

Le musée de la bakélite est une collection de bakélite et d'autres articles appartenant à Patrick Cook qui est actuellement sans maison.

UNE cadran rotatif est un composant d'un téléphone ou d'un standard téléphonique qui met en œuvre une technologie de signalisation dans les télécommunications connue sous le nom de numérotation par impulsions. Il est utilisé lors du lancement d'un appel téléphonique pour transmettre le numéro de téléphone de destination à un central téléphonique.

UNE cadran rotatif est un composant d'un téléphone ou d'un standard téléphonique qui met en œuvre une technologie de signalisation dans les télécommunications connue sous le nom de numérotation par impulsions. Il est utilisé lors du lancement d'un appel téléphonique pour transmettre le numéro de téléphone de destination à un central téléphonique.

Kees Bakels est un chef d'orchestre néerlandais.

Bakelse-Jeanna (1702�), était une pâtissière suédoise, le nom signifiant "Pastry-Jeanna". Elle était un personnage bien connu et distinctif à Stockholm à cette époque, et souvent utilisée comme figure dans les pièces de théâtre, les chansons et la littérature suédoises aux XVIIIe et XIXe siècles.

Obake (お化け) et Bakemono (化け物) sont une classe de yôkai, créatures surnaturelles du folklore japonais. Littéralement, les termes signifient une chose qui change, se référant à un état de transformation ou de changement de forme.

Le garçon et la bête est un film d'action-aventure fantastique japonais de 2015 écrit et réalisé par Mamoru Hosoda. Le film met en vedette les voix de Kōji Yakusho, Aoi Miyazaki, Shōta Sometani, Suzu Hirose, Kazuhiro Yamaji, Mamoru Miyano, Kappei Yamaguchi, Keishi Nagatsuka, Kumiko Asō, Haru Kuroki, Sumire Morohoshi, Momoka Ōno, Masahiko Tsugawa et Yoly, Liiz . Il est sorti le 11 juillet 2015. Il a remporté l'animation de l'année aux 37e Japan Academy Prizes et a rapporté &# 1655,85 milliards au box-office japonais.

Bakemono no e, également connu sous son autre titre Bakemonozukushie, est un rouleau à main japonais de la période Edo représentant 35 bakemono du folklore japonais. Les figurines sont peintes à la main sur papier avec des pigments vifs avec des accents de pigment doré. Chaque bakemono est étiqueté avec son nom à l'encre brossée à la main. Il n'y a aucune autre écriture sur le rouleau, aucun colophon, et aucune signature ou sceau d'artiste.

Monogatari est une série de light novels japonais écrite par Nisio Isin et illustrée par Vofan. Il est centré sur Koyomi Araragi, une lycéenne de troisième année qui survit à une attaque de vampire et se retrouve à aider des filles impliquées dans diverses apparitions, divinités, fantômes, bêtes, esprits et autres phénomènes surnaturels, qui servent souvent de proxy pour leur problèmes émotionnels et mentaux. Entre novembre 2006 et octobre 2020, Kodansha a publié 26 volumes de la série sous son empreinte Kodansha Box, avec des plans pour au moins deux autres volumes à partir d'octobre�. Tous les arcs narratifs de la série partagent le suffixe de titre commun -monogatari (物語) .

Monogatari est une série de light novels japonais écrite par Nisio Isin et illustrée par Vofan. Leur intrigue se concentre sur Koyomi Araragi, une lycéenne de troisième année qui survit à une attaque de vampire et se retrouve par la suite à aider des filles impliquées dans une variété d'apparitions, de fantômes, de bêtes, d'esprits et d'autres phénomènes surnaturels.

Monogatari est une série de light novels japonais écrite par Nisio Isin et illustrée par Vofan. Leur intrigue se concentre sur Koyomi Araragi, une lycéenne de troisième année qui survit à une attaque de vampire et se retrouve par la suite à aider des filles impliquées dans une variété d'apparitions, de fantômes, de bêtes, d'esprits et d'autres phénomènes surnaturels.

Monogatari est une série de light novels japonais écrite par Nisio Isin et illustrée par Vofan. Il est centré sur Koyomi Araragi, une lycéenne de troisième année qui survit à une attaque de vampire et se retrouve à aider des filles impliquées dans diverses apparitions, divinités, fantômes, bêtes, esprits et autres phénomènes surnaturels, qui servent souvent de proxy pour leur problèmes émotionnels et mentaux. Entre novembre 2006 et octobre 2020, Kodansha a publié 26 volumes de la série sous son empreinte Kodansha Box, avec des plans pour au moins deux autres volumes à partir d'octobre�. Tous les arcs narratifs de la série partagent le suffixe de titre commun -monogatari (物語) .

Bakemono no e, également connu sous son autre titre Bakemonozukushie, est un rouleau à main japonais de la période Edo représentant 35 bakemono du folklore japonais. Les figurines sont peintes à la main sur papier avec des pigments vifs avec des accents de pigment doré. Chaque bakemono est étiqueté avec son nom à l'encre brossée à la main. Il n'y a aucune autre écriture sur le rouleau, aucun colophon, et aucune signature ou sceau d'artiste.

Baken Kydykeyeva était une actrice kirghize.

Nunataks, aussi appelé îles glaciaires, sont des parties exposées de crêtes, de montagnes ou de pics non recouverts de glace ou de neige dans un champ de glace ou un glacier. Les Nunataks présentent des points de repère facilement identifiables dans les glaciers ou les calottes glaciaires et sont souvent nommés. Le terme est dérivé du mot inuit, nunataq.

Les Mine de diamant de Baken est une mine de diamants située le long du cours inférieur du fleuve Orange en Afrique du Sud. La mine est détenue et exploitée par Lower Orange River Diamonds. L'usine centrale de traitement est opérationnelle à Baken depuis 2001.

Pattes est un film de comédie russe de 1990 réalisé par Yuri Mamin.

Pattes est un film de comédie russe de 1990 réalisé par Yuri Mamin.

Les Bakeneko est un type de japonais yôkai, ou créature surnaturelle. Il est souvent confondu avec le nekomata, un autre félin yôkai. La distinction entre eux est souvent ambiguë, mais la plus grande différence est que le Nekomata a deux queues, alors que le Bakeneko n'en a qu'une.

Ayakashi : Contes d'horreur de samouraï, connu au Japon sous le nom Ayakashi : horreur classique japonaise , est une série télévisée japonaise d'anthologie d'horreur et d'anime produite par Toei Animation.

Vallée de Båkenesdokka est une vallée remplie de glace sur le côté est de Roberts Knoll, s'écoulant vers le nord jusqu'à la plate-forme de glace Jelbart dans la terre de la Reine Maud. Il a été cartographié par des cartographes norvégiens à partir d'enquêtes et de photos aériennes de l'expédition antarctique norvégienne-britannique-suédoise (1949–821152) et nommé "Båkenesdokka".

Le promontoire de Båkeneset est un promontoire couvert de glace, marqué par Båken Nunatak près de l'extrémité côté mer, formant l'extrémité nord-ouest de la crête Ahlmann dans la Terre de la Reine Maud. Il a été cartographié par des cartographes norvégiens à partir d'enquêtes et de photos aériennes de l'expédition antarctique norvégienne-britannique-suédoise (1949–821152), et à partir de photos aériennes de l'expédition norvégienne (1958–821159), et nommé "Båkeneset".

Les Bakenesserkerk est une ancienne église et siège du groupe de travail archéologique local à Haarlem, aux Pays-Bas, sur la Vrouwestraat 10. Sa tour blanche caractéristique peut être vue dans les paysages urbains de Haarlem. L'entrée se trouve en face de l'entrée arrière du Teylers Hofje.

Les Bakeng Deuce est un monoplan à ailes parasol conçu aux États-Unis au début des années 1970 et commercialisé pour la construction résidentielle. Les plans et les pièces étaient encore disponibles en 2007, bien que les droits aient changé de mains entre-temps.

Les Bakeng Deuce est un monoplan à ailes parasol conçu aux États-Unis au début des années 1970 et commercialisé pour la construction résidentielle. Les plans et les pièces étaient encore disponibles en 2007, bien que les droits aient changé de mains entre-temps.

Les Bakeng Deuce est un monoplan à ailes parasol conçu aux États-Unis au début des années 1970 et commercialisé pour la construction résidentielle. Les plans et les pièces étaient encore disponibles en 2007, bien que les droits aient changé de mains entre-temps.

Cuisson est un stratovolcan situé dans la partie sud de la péninsule du Kamtchatka, en Russie.

Cuisson est un stratovolcan situé dans la partie sud de la péninsule du Kamtchatka, en Russie.

Bakenkhonsou était un grand prêtre d'Amon dans l'Egypte ancienne sous le règne du pharaon Ramsès II. Des informations sur sa vie ont été trouvées au dos de sa statue de bloc. Les informations sur la statue fournissent des détails sur l'éducation des jeunes nobles égyptiens à cette époque et la carrière des prêtres.

Bakenkhonsou était un grand prêtre d'Amon dans l'Egypte ancienne sous le règne du pharaon Ramsès II. Des informations sur sa vie ont été trouvées au dos de sa statue de bloc. Les informations sur la statue fournissent des détails sur l'éducation des jeunes nobles égyptiens à cette époque et la carrière des prêtres.

Bakenkhonsou était un grand prêtre d'Amon dans l'Egypte ancienne sous le règne du pharaon Ramsès II. Des informations sur sa vie ont été trouvées au dos de sa statue de bloc. Les informations sur la statue fournissent des détails sur l'éducation des jeunes nobles égyptiens à cette époque et la carrière des prêtres.

Les Bataille de Bakenlaagte s'est produit le 30 octobre 1901 pendant la phase de guérilla de la guerre anglo-boer de 1899�. La bataille a vu les commandos boers de l'Est du Transvaal des généraux Grobler, Brits, Viljoen et Louis Botha attaquer l'arrière-garde de la colonne volante n°3 tant redoutée du colonel Benson alors qu'elle marchait en formation vers son camp de base.

Bakenranef, connu par les anciens Grecs comme Bocchoris, fut brièvement un roi de la vingt-quatrième dynastie d'Égypte. Basé à Sais dans le delta occidental, il a régné sur la Basse-Égypte à partir de c. 725 à 720 av. Bien que l'historien égyptien de la période ptolémaïque Manéthon le considère comme le seul membre de la vingt-quatrième dynastie, les érudits modernes incluent son père Tefnakht dans cette dynastie. Bien que Sextus Julius Africanus cite Manéthon comme déclarant que « Bocchoris » a régné pendant six ans, certains érudits modernes diffèrent à nouveau et lui attribuent un règne plus court de cinq ans seulement, sur la base des preuves d'une stèle funéraire Apis Bull. Il établit que le règne de Bakenranef n'a pris fin qu'au début de sa 6e année de règne, ce qui, selon le système de datation égyptien, signifie qu'il a eu un règne de 5 années complètes. Prénom ou nom royal de Bakenranef, Wahkaré, signifie "Constant est l'Esprit de Rê" en égyptien.

Bakenranef, connu par les anciens Grecs comme Bocchoris, fut brièvement un roi de la vingt-quatrième dynastie d'Égypte. Basé à Sais dans le delta occidental, il a régné sur la Basse-Égypte à partir de c. 725 à 720 av. Bien que l'historien égyptien de la période ptolémaïque Manéthon le considère comme le seul membre de la vingt-quatrième dynastie, les érudits modernes incluent son père Tefnakht dans cette dynastie. Bien que Sextus Julius Africanus cite Manéthon comme déclarant que « Bocchoris » a régné pendant six ans, certains érudits modernes diffèrent à nouveau et lui attribuent un règne plus court de cinq ans seulement, sur la base des preuves d'une stèle funéraire Apis Bull. Il établit que le règne de Bakenranef ne s'est terminé qu'au début de sa 6e année de règne, ce qui, selon le système de datation égyptien, signifie qu'il a eu un règne de 5 années complètes. Prénom ou nom royal de Bakenranef, Wahkaré, signifie "Constant est l'Esprit de Rê" en égyptien.

Bakenrenef ou Bakenranef était un ancien vizir égyptien du Nord sous le règne de Psamtik I de la 26e dynastie. Comme Khaemwaset plusieurs siècles auparavant, il portait le titre de Iunmutef, "Nettoyeur de la Grande Maison". Son père était un maire appelé Padineit, tandis que sa mère était une certaine Tageb.

Bekenu est un petit village de pêcheurs près de Miri, au Sarawak, en Malaisie. Il se trouve à environ 477,6 kilomètres (297 mi) au nord-est de la capitale de l'État, Kuching.

UNE cuisiner est un concours de cuisine où les concurrents préparent chacun des plats qui seront jugés soit par un groupe restreint de juges, soit par le grand public. Les plats cuisinés sont très populaires parmi les concurrents proposant des plats très similaires, tels que le chili, et permettent de décider quelle recette est la meilleure pour ce plat particulier.

Cuisson au four, dans plusieurs domaines de la technologie et de la fabrication, et dans la construction de bâtiments, fait référence au processus d'utilisation d'une température élevée (chaleur) et éventuellement du vide, pour éliminer les composés volatils des matériaux et des objets avant de les placer dans des situations où la libération lente du les mêmes composés volatils contamineraient le contenu d'un conteneur ou d'un récipient, gâcheraient un vide ou causeraient de l'inconfort ou des maladies. L'étuvage est une accélération artificielle du processus de dégazage.

Four est une communauté non constituée en société dans le comté de Wasco, dans l'État américain de l'Oregon. Il se trouve au sud-est de Maupin et au nord-ouest de Shaniko, le long du ruisseau Bakeoven, un affluent de la rivière Deschutes.

Dédé Wilson est un boulanger américain et auteur de livres de cuisine.

UNE boulanger est un artisan qui cuit et vend parfois du pain et d'autres produits à base de farine en utilisant un four ou une autre source de chaleur concentrée. L'endroit où travaille un boulanger s'appelle une boulangerie.

UNE boulanger est quelqu'un qui fait principalement cuire et vend du pain.

Bras de boulangers est une intersection et sans doute un quartier à la limite de Leyton et Walthamstow, dans le quartier londonien de Waltham Forest. Il tire son nom d'un ancien pub qui se trouvait à la jonction de High Road Leyton, Hoe Street et Lea Bridge Road (A104). Le nom du pub est dérivé des hospices voisins pour les membres de la boulangerie de Londres, qui ont été achevés en 1866. Le premier enregistrement d'un publicain au Baker's Arms remonte à 1868. Le pub a fermé en 2010, et les locaux fonctionnent maintenant comme un pari magasin. Il y a plusieurs magasins d'alimentation, pubs et cafés, et une variété d'autres points de vente au détail.

Galerie d'art du boulanger était un studio de photographie à Columbus, Ohio de 1862 à 82111955. Parmi ceux qui se sont fait photographier se trouvaient Kyrle Bellew, William McKinley, Rutherford B. Hayes et Annie Oakley. Ils ont également remporté la première place à diverses expositions, dont la World's Columbian Exhibition.

Les Massacre de Marie était un massacre d'Indiens Piegan Blackfeet effectué par l'armée des États-Unis dans le cadre des guerres indiennes. Le massacre a eu lieu le 23 janvier 1870, dans le territoire du Montana. Environ 200 Indiens ont été tués, dont la plupart étaient des femmes, des enfants et des hommes âgés.

Canton de Laurent est un township du comté de Mercer, dans le New Jersey, aux États-Unis. Le canton fait partie de la région métropolitaine de New York telle que définie par le Bureau du recensement des États-Unis, mais borde directement la région métropolitaine de Philadelphie et fait partie de la zone de marché désignée de Philadelphie de la Federal Communications Commission. Lors du recensement des États-Unis de 2010, la population du canton était de 33 472 habitants, ce qui représente une augmentation de 4 313 (+14,8%) par rapport aux 29 159 recensés lors du recensement de 2000, qui avait à son tour augmenté de 3 372 (+13,1%) par rapport aux 25 787 recensés dans le recensement de 1990.


Акенхонсу II

акенхонсу II (*д/н — 1172 о н. е.) — давньоєгипетський політичний діяч часів занепаду XIX й початку XX инастій, верхов ний неа XIX й початку XX инастій, верхов ний н ра н оатку XX инастій. e. а володарювання фараонів еті II, Саптаха, Таусерт, Сетнахта і Рамсеса III.

оходив зі фіванського жрецтва. ин Аменемопета, начальника писарів та вояків-новобранців Амона. тосовно його предків існує екілька версій: був сином Нефертарі й онуком верховного жерця акенхонсу ненхонсу I омо р 'я молодшого сина останнього невідомо, знано, що той був жерцем якомусь храмі поблизу Фів. ому можливо він згодом отримав посаду в самих Фівах. а ще однією версією Аменемопет був одружений на Тайбесі, яка а донькою або онукою Бакенхонсу чи Ромароя. ому Бакенхонсу отримав своє ім'я на честь впливового предка. айбесі обіймала посаду священної співацки Амона.

алежність до роду Бакенсонсу I напевне сприяло стрімкій кар'єрі Бакенхонсу-молодшого. Доволі швидко став Четвертим пророком (жерцем) Амона за правління фараона Мернептаха, а при Сеті II був вже Першим пророком Амона та головою всіх пророків усіх богів Фів.

1199 або 1197 році до н. e. сля смерті родича Ромароя стає новим верховним жерцем Амона. а період каденції Бакенхонсу II Фіванський округ остаточно перетворився на окрему територію . ому сприяла боротьба за владу часів Сеті II. адалі статус і майнове становище Бакенхонсу II ише поліпшувалися.

ерховний жрець Амона підтримав сходження на трон Сетнахта, що став засновником XX династії. атомість отримав значні права, підвладні міста та копальні. цей час Бакенхонсу II власному поминальному храмі стелу з розповіддю середньоєгипетською мовою про своє середньоєгипетською мовою про своє середньоєгипетською мовою про свтською Тут вказується на незалежний статус Бакенхонсу II влади фараона. акож розповідається ро відновлення зусиллями верховного жерця рамового комплексу та самих Фів, що пострааждалого комплексу та самих Фів, що пострааждалр

акенхонсу II намагався ередати владу своєму синові Аменемопету, який був Першим ророком она х онеопету, ий був Першим пророком Амона в х онеоіету, али Першим пророком Амона в х соері, али e. омер, його наступником став представник впливового фіванського роду Усермаатренакт.


La description

Die altägyptische Kultur hat ein reiches archäologisches Erbe an Texten und Bildern hinterlassen, deren Bedeutung sich häufig erst unter Berücksichtigung ihrer räumlichen Dimension erschliesst. Der vorliegende Band widmet sich dem Zusammenspiel textueller und visueller Perspektiven in der Analyse ägyptischer Denkmäler und deren räumlicher Verortung und greift damit einen Schwerpunkt der epigraphischen und archäologischen Forschung Susanne Bickels auf. «Text-Bild-Objekte im archäologischen Kontext» entfaltet diese Forschungsperspektive in 17 Beiträgen, vom Alten Reich bis ins 19. Jahrhundert und von Nubien bis in die Schweiz.

Résumé en anglais :

« La structure poétique de l'enseignement du Sehetepibre »
Cette contribution examine la structure poétique de la version courte de Les instructions loyalistes conservé dans l'inscription stèle de Sehetepibre (Amenemhat III). La structure de ce texte est extraordinairement dense, tandis que cette version plus courte du texte semble être primaire la version plus longue (ou Instructions de Kairsou) semble représenter une élaboration secondaire. La composition, entièrement symétrique, représente un exemple extrême de concentrisme. Sa structure poétique attire ainsi l'attention sur la relation loyaliste et instancie une représentation iconique d'une monarchie centripète.

On étudie la forme poétique de la version brève de l’Enseignement loyaliste, inscrit sur la stèle de Sehetepibré (temp. Amenemhat III). À qui se laisse prendre au jeu, la densité de cette forme se révèle extraordinaire. Il suit, d'abord, que cette version brève est primaire, la version longue (ou Enseignement de Kairsou) une élaboration seconde. La composition, symétrique à tous niveaux, constitue un cas surtout extrême de focalisation par concentration. La forme poétique focalisée la relation loyaliste et est figuration iconique d'un ordre monarchique centripète.


Les références

Unionpedia est une carte conceptuelle ou un réseau sémantique organisé comme une encyclopédie – un dictionnaire. Il donne une brève définition de chaque concept et de ses relations.

Il s'agit d'une carte mentale géante en ligne qui sert de base aux schémas conceptuels. Son utilisation est gratuite et chaque article ou document peut être téléchargé. C'est un outil, une ressource ou une référence pour l'étude, la recherche, l'éducation, l'apprentissage ou l'enseignement, qui peut être utilisé par les enseignants, les éducateurs, les élèves ou les étudiants pour le monde académique : pour l'école, primaire, secondaire, lycée, collège, diplôme technique, diplômes collégiaux, universitaires, de premier cycle, de maîtrise ou de doctorat pour des articles, des rapports, des projets, des idées, de la documentation, des sondages, des résumés ou des thèses. Voici la définition, l'explication, la description ou la signification de chaque significatif sur lequel vous avez besoin d'informations, et une liste de leurs concepts associés sous forme de glossaire. Disponible en anglais, espagnol, portugais, japonais, chinois, français, allemand, italien, polonais, néerlandais, russe, arabe, hindi, suédois, ukrainien, hongrois, catalan, tchèque, hébreu, danois, finnois, indonésien, norvégien, roumain, Turc, vietnamien, coréen, thaï, grec, bulgare, croate, slovaque, lituanien, philippin, letton, estonien et slovène. Plus de langues bientôt.

Toutes les informations ont été extraites de Wikipedia et sont disponibles sous la licence Creative Commons Attribution-ShareAlike.

Google Play, Android et le logo Google Play sont des marques déposées de Google Inc.


Voir la vidéo: Extraordinary sculpture in Georgia. Ali and Nino, the kiss of the moving statues (Décembre 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos