Nouveau

Wicca

Wicca


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Wicca est une religion païenne moderne basée sur la nature. Bien que les rituels et les pratiques varient parmi les personnes qui s'identifient comme Wiccan, la plupart des observations incluent les célébrations des fêtes des solstices et des équinoxes, l'honneur d'un dieu masculin et d'une déesse féminine, et l'incorporation d'herboristerie et d'autres objets naturels dans les rituels. Les wiccans pratiquent leur religion selon un code éthique, et beaucoup croient en la réincarnation.

QU'EST-CE QUE LA WICCA ?

La Wicca est considérée comme une interprétation moderne des traditions préchrétiennes, bien que certaines personnes impliquées revendiquent une ligne directe avec les pratiques anciennes. Il peut être pratiqué par des individus ou des membres de groupes (parfois appelés covens).

La Wicca a également des points communs avec le druidisme dans sa composante environnementale et est considérée comme l'inspiration du mouvement des déesses dans la spiritualité.

Il existe une grande diversité parmi les individus et les groupes qui pratiquent une religion wiccane, mais beaucoup sont duothéistes, vénérant à la fois une déesse féminine et un dieu masculin (parfois appelé déesse mère et dieu cornu).

D'autres pratiques wiccanes sont athées, panthéistes, polythéistes ou respectueuses des dieux et des déesses en tant que symboles archétypiques plutôt qu'en tant qu'êtres réels ou surnaturels. Les rituels de la Wicca incluent souvent des vacances centrées sur les phases de la lune ; équinoxes et solstices solaires; des éléments tels que le feu, l'eau, la terre et l'air ; et cérémonies d'initiation.

MARGARET MURRAY

Les rituels de la pratique wiccane moderne peuvent être attribués à la célèbre féministe de la première vague, égyptologue, anthropologue et folkloriste Margaret Murray.

Elle a écrit plusieurs livres sur la religion médiévale centrés sur les cultes des sorcières dans l'Europe médiévale qui ont inspiré les chercheurs britanniques à créer leurs propres covens et à structurer le culte autour de ses descriptions, à commencer par les années 1921. Le culte des sorcières en Europe occidentale.

Des études ultérieures ont contesté les affirmations de Murray sur les cultes des sorcières, mais son influence n'a pas pu être effacée au sein de la Wicca.

GERALD JARDINIER

La Wicca a été nommée pour la première fois dans le livre de Gerald Gardner en 1954 La sorcellerie aujourd'hui, dans lequel il l'a annoncé comme « wica », le « c » supplémentaire étant ajouté dans les années 1960. Selon Gardner, le mot était dérivé de l'anglais écossais et signifiait « personnes sages ».

Gardner, considéré comme le fondateur de la Wicca, est né en 1884, au nord de Liverpool en Angleterre. Un voyageur du monde avec un intérêt pour l'occultisme, Gardner a entendu pour la première fois le mot «Wica» utilisé dans les années 1930 lorsqu'il s'est impliqué dans un coven à Highcliffe, en Angleterre. Il est initié au groupe en 1939.

En 1946, Gardner acheta un terrain dans le village de Brickett Wood pour y établir un centre d'études folkloriques, qui servirait de siège à son propre coven.

Gardner est décédé d'une crise cardiaque en 1964 alors qu'il était à bord d'un navire au large des côtes nord-africaines. Il est enterré à Tunis. Seul le capitaine du navire était présent. En 1973, sa vaste collection personnelle d'artefacts a été vendue à Croyez-le ou non de Ripley.

ALEISTER CROWLEY

Gardner a rencontré le célèbre occultiste Aleister Crowley en 1947. Lorsque Gardner a officiellement écrit ses rituels wiccans, il s'est fortement inspiré de ceux de Crowley, qui remontent à 1912.

Les deux hommes avaient des idées similaires. Crowley avait, en 1914, proposé l'idée de former une nouvelle religion qui s'inspirerait des anciennes traditions païennes vénérant la terre, célébrant les équinoxes et les solstices et d'autres caractéristiques du culte basé sur la nature.

LIVRE DES OMBRES

Le roman fantastique de Gardner Aide de haute magie, publié en 1949, est considéré comme l'un des premiers standards de la Wicca, mais son Livre des Ombres, une collection de sorts et de rituels, est au cœur de la pratique wiccane.

Écrit dans les années 1940 et 1950, les initiés devaient faire leur propre copie à la main. L'origine du titre est inconnue, mais certains pensent qu'il l'a emprunté au travail de l'auteur écossais pour enfants Helen Douglas Adams.

DOREEN VALIENTE

La future dirigeante wiccane Doreen Valiente a rencontré Gardner en 1952 lorsqu'elle l'a contacté à la suite d'un article dans Illustré magazine qui présentait à ses lecteurs la réalité des covens et leurs pratiques dans un contexte de gens normaux et éduqués.

Sous la direction de Gardner, Valiente réviserait le Livre des Ombres pour une consommation plus populaire, exorcisant l'influence de Crowley. En 1957, Valiente s'est séparé du clan de Gardner avec d'autres membres et rivaux de Gardner, chacun avec son propre clan. Valiente deviendrait un éminent avocat et érudit Wiccan.

RAYMOND BUCKLAND

En 1963, Gardner a initié Raymond Buckland, expatrié britannique et résident de Long Island, qui a fondé le Gardnerian Brentwood Coven, considéré comme le premier coven wiccan aux États-Unis.

Buckland est devenu un vigoureux promoteur de la Wicca aux États-Unis et dans les années 1970, il a déménagé dans le New Hampshire et a développé Seax-Wica, qui invoquait la mythologie anglo-saxonne dans la pratique Wiccan.

POIREAU DE SYBIL

Sybil Leek était un vulgarisateur de la Wicca en Amérique. Prétendant être une sorcière héréditaire, Leek s'est impliquée dans le coven de New Forest à la fin des années 1940, continuant sa pratique à travers plusieurs covens en Angleterre avant de déménager aux États-Unis et de s'installer à Los Angeles.

Leek a transformé sa pratique wiccane en une célébrité centrée sur l'astrologie, en écrivant de nombreux livres et une chronique régulière dans Journal de la maison des dames.

Alex Sanders

Alex Sanders a fondé une variété connue sous le nom d'Alexandrian Wicca dans les années 1960.

Connu comme un chercheur de publicité, il s'est catapulté à la gloire à la suite d'une autobiographie et d'un film en 1970, Légende des sorcières. Appelé «le roi des sorcières», Sanders a généralement poussé les mythes sur sa propre lignée, revendiquant l'ascendance royale et alléguant que sa grand-mère n'était pas seulement une Wiccan, mais avait appris une souche de sorcellerie qui serait originaire d'Atlantis, et impliquait le roi Arthur et Merlin.

Sanders a attiré une jeune génération d'adeptes, et les histoires sordides à son sujet sont considérées comme ayant eu pour effet de populariser la Wicca en tant que mode de vie alternatif dans les années 1970.

LAURIE CABOT

Laurie Cabot, « la sorcière de Salem », a commencé à attirer l'attention aux États-Unis à la fin des années 1960 en donnant des cours au Salem State College et en aidant la police à résoudre des cas.

Son magasin occulte à Salem est l'un des premiers en Amérique, et elle a créé le populaire bal des sorcières. Le gouverneur Michael Dukakis l'a déclarée « sorcière officielle de Salem » en 1977 et a fondé en 1986 la Witches League of Public Awareness.

WICCA ET FÉMINISME

Les années 1970 ont vu la version américaine de la Wicca passer de la discipline païenne basée sur la magie revendiquant l'héritage britannique à un mouvement spirituel basé sur la nature, avec des tons lourds d'environnementalisme et de féminisme. À son tour, cela a influencé la religion en Angleterre.

L'influence féministe dans la Wicca s'est renforcée dans les années 1970 et 1980, provoquée par des femmes entrées dans la religion attirées par la divinité féminine, mais confrontées à une réalité misogyne dans les rangs de la religion.

En 1971, l'activiste wiccan Z. Budapest a fondé le coven Susan B. Anthony, qui pratiquait la wicca dianique, une forme de culte lunaire matriarcal. Budapest a écrit le Livre des ombres féministe. Un certain nombre de covens féministes étaient des excroissances du coven de Budapest.

LA WICCA ET LA LOI

En 1986, la Wicca a été reconnue comme religion officielle aux États-Unis par le procès Dettmer c. Landon.

Dans l'affaire, le Wiccan Herbert Daniel Dettmer incarcéré s'est vu refuser des objets rituels utilisés pour le culte. La Cour d'appel du quatrième circuit a statué que la Wicca avait droit à la protection du Premier amendement comme toute autre religion.

En 1998, une étudiante wiccane du Texas a demandé l'aide de l'ACLU après que le conseil scolaire ait tenté de l'empêcher de porter des bijoux wiccans et des vêtements noirs. Le conseil a changé d'avis.

En 2004, l'Union des libertés civiles de l'Indiana s'est battue pour annuler la décision d'un juge selon laquelle les Wiccans en instance de divorce n'étaient pas autorisés à enseigner leur foi à leurs fils.

En 2005, le sergent de l'armée américaine. Patrick D. Stewart est devenu le premier Wiccan servant dans l'armée américaine à mourir au combat. Sa famille s'est vu refuser un pentacle wiccan sur sa pierre tombale. À la suite d'un procès intenté par les Américains unis pour la séparation de l'Église et de l'État, les symboles wiccans sont désormais acceptés par l'Administration des anciens combattants.

Le nombre de wiccans pratiquants aux États-Unis s'est avéré difficile à estimer, avec des sources faisant état de 300 000 à trois millions de pratiquants.

SOURCES

Wicca moderne : Une histoire de Gerald Gardner au présent. Michael Howard.
Le Triomphe de la Lune. Ronald Hutton.
Wicca. BBC.


Wicca

La Wicca est une religion néo-païenne issue des traditions préchrétiennes d'Irlande, d'Écosse et du Pays de Galles. La découverte de peintures rupestres datant de plus de 30 000 ans suggère que la Wicca est en réalité beaucoup plus ancienne. La religion est basée sur une appréciation impressionnante de la nature et sur le fait que les esprits de l'Un, de la Déesse et de Dieu existent dans toutes les créatures de la nature, les arbres, les fleurs et les océans. Tout sur Terre est divin.

De nombreuses formes et branches de la Wicca existent, mais Gerald Brousseau Gardner est le plus souvent crédité comme son fondateur. Au début des années 1950, il a affirmé qu'il faisait partie d'un ancien coven de sorcières du sud de l'Angleterre et ses écrits sur la sorcellerie sont devenus la pierre angulaire du développement de la Wicca à travers le monde.

Contrairement à la croyance populaire, la Wicca n'a rien à voir avec le satanisme ou le mal. Tout au long de l'histoire, les sorcières ont été injustement chassées, réprimandées et assassinées. Au cours de la période médiévale, il existait de nombreux mythes sur la sorcellerie (tous mauvais) et cette connotation s'est perpétuée pendant des siècles. Même dans les premières années des colonies américaines, un mensonge s'est transformé en procès pour sorcières de Salem.

En mai 2007, l'administration américaine des vétérans a autorisé (après un délai d'environ 10 ans) à placer le pentacle sur les pierres tombales des soldats wiccans et païens tombés au combat. Et l'armée américaine reconnaît la Wicca comme une religion - les personnes pratiquant la religion ont les mêmes droits religieux que les personnes d'autres confessions.

Le dieu le plus souvent vénéré dans la Wicca (et il existe de nombreuses variantes) est le dieu cornu, qui représente un pouvoir masculin. La contrepartie est la Triple Déesse, qui représente un pouvoir féminin. La Triple Déesse signifie la Jeune Fille, la Mère et la Vieille.

Les rituels, les sorts et la magie de la Wicca sont faits pour le bien et pour le bien de tous. La magie est utilisée par les Wiccans pour apporter un changement positif au monde et à ses habitants. Leur croyance est de ne pas nuire, tout en les protégeant des influences négatives ou perverses. On pense que toute action effectuée, qu'elle soit bonne ou mauvaise, se manifestera trois fois plus, laissant place à un effet boomerang. C'est ce qu'on appelle la loi des trois. La magie et les sorts sont également utilisés pour la guérison, la fertilité, l'amour et la créativité.

Le symbole le plus courant est le pentagramme, qui symbolise les cinq éléments des croyances wiccanes : l'air, la terre, le feu, l'eau et l'esprit. Les wiccans ont un immense respect pour la terre et les éléments. Ils reconnaissent le changement des saisons, des phases lunaires et des cycles de la nature pour gagner en spiritualité et adorer le divin. La plupart des wiccans célèbrent un cycle de festivals tout au long de l'année, appelés sabbats ou sabbats. Il y a huit de ces célébrations et sont collectivement connues sous le nom de Roue de l'année. Ils sont séparés en six ou sept semaines, qui sont en corrélation avec les cycles saisonniers de la terre.

Les groupes de sorcières sont appelés covens (groupes formels) dans lesquels ils pratiquent leurs rituels et traditions. Les traditions et les enseignements des dieux et des déesses sont transmis à ses adeptes à l'aide d'un système composé de trois degrés. Le premier degré est pour ceux qui viennent d'entrer dans le métier. C'est ce qui est considéré comme une période d'initiation. Le deuxième degré marque le début d'un chemin plus profond dans les enseignements. Le troisième degré est accordé à ceux qui ont acquis les connaissances et ont obtenu le statut d'anciens au sein de leurs covens. Ils sont devenus une grande prêtresse ou un prêtre.

OUTILS RITUELS WICCAN

Des outils rituels sont parfois utilisés par les wiccans. Tous ont un lien avec les éléments ou les dieux lorsqu'ils travaillent leur magie. Chaque outil doit être consacré et béni. Vous trouverez ci-dessous certains des outils, leur objectif et ce qu'ils symbolisent.

Paton – Un outil de consécration d'autel. Il est généralement inscrit avec un pentacle. Le Paton est symbolique de l'élément terre. Il s'agit souvent d'un bol ou d'une assiette.

Épée et Athamé – Associé à l'élément feu, cependant, dans certaines traditions wiccanes, il peut représenter l'air.

Baguette magique – Symbolise l'énergie masculine et est associée au feu ou à l'air. La baguette peut avoir une qualité moins agressive que l'athamé ou l'épée.

Calice – Ou un gobelet. Symbolique de l'élément eau et représente le ventre de la déesse.

Baleine – Ou un balai. Utilisé pour nettoyer rituellement le cercle magique des énergies indésirables.

Cingulum – Se traduit par ceinture ou ceinture. Il s'agit généralement d'un cordon violet porté autour de la taille, cependant, des couleurs différentes peuvent signifier différents degrés d'apprentissage.

La plupart des Wiccans ont un Livre des Ombres qui contient les écrits sacrés de leur coven sur les sorts magiques, les pratiques, les rituels et les croyances. Il existe également de nombreux autres outils et bijoux qui sont utilisés ou portés pour représenter les dieux, les déesses et les éléments.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LES AUTRES SUJETS ET LA SPIRITUALITÉ, VISITEZ LE SALLE D'APPRENTISSAGE.


Paganisme

Le paganisme représente une grande variété de traditions qui mettent l'accent sur le respect de la nature et un renouveau des anciennes pratiques religieuses polythéistes et animistes. Certaines formes modernes de paganisme ont leurs racines dans le nationalisme européen du XIXe siècle (y compris l'Ordre britannique des druides), mais la plupart des groupes païens contemporains font remonter leurs racines organisationnelles immédiates aux années 1960 et mettent l'accent sur la psychologie archétypale et un intérêt spirituel pour la nature. . Le paganisme n'est pas une religion traditionnelle en soi car il n'a pas de doctrine officielle, mais il a des caractéristiques communes rejoignant la grande variété des traditions. L'une des croyances communes est la présence divine dans la nature et le respect de l'ordre naturel dans la vie. La croissance spirituelle est liée aux cycles de la Terre et une grande importance est accordée aux préoccupations écologiques. Le monothéisme est presque universellement rejeté au sein du paganisme et la plupart des traditions païennes s'intéressent particulièrement au renouveau des anciennes traditions religieuses polythéistes, notamment les traditions nordique (Europe du Nord) et celtique (Grande-Bretagne). De nombreuses traditions païennes sont intentionnellement reconstructionnistes en ce sens qu'elles visent à faire revivre de nombreux rituels perdus des anciennes traditions, y compris les jours saints et les célébrations saisonnières. Outre la nature, de nombreux païens vénèrent également une variété de dieux et de déesses, y compris des esprits qui peuvent représenter des héros nationaux et locaux ainsi que des membres de la famille décédés. En ce sens, de nombreux païens essaient d'honorer leurs ancêtres et leurs ancêtres. Certaines traditions païennes incluent la magie rituelle, mais cette pratique n'est pas universelle.

Détails en bref :

  • Formé: Les traditions religieuses sur lesquelles les paganismes contemporains s'appuient et cherchent à restaurer sont anciennes, la date du début du XXe siècle ne reflète que le renouveau des pratiques et des communautés qui s'en nourrissent.
  • Origine: La diversité des traditions païennes comprend des mythes, des histoires et des traditions d'une grande variété de sources préchrétiennes, y compris les Européens du Nord ainsi que ceux des anciennes communautés méditerranéennes.
  • Suiveurs: La diversité des traditions païennes a rendu un recensement complet presque impossible. Les praticiens soulignent également que la discrimination sociale contre le paganisme a empêché beaucoup de pratiquer ouvertement.

Sources de faits rapides inclure www.adherents.com, www.bbc.co.uk/religion, Le manuel d'Oxford des religions mondiales (2006), L'Encyclopédie de la religion (2005), la page des mouvements religieux de l'Université de Virginie, L'histoire illustrée des religions de Cambridge (2002) et le Encyclopédie des religions du monde (1999).

Don Frew explique ce que signifie être un wiccan dans le monde d'aujourd'hui.


Une nouvelle religion est née

Au cours des années 1940, Gardner a continué à s'intéresser à un large éventail de traditions et d'idées religieuses et spirituelles, mais il a été profondément marqué par ses expériences avec le coven de New Forest. Finalement, il fonda son propre coven, qu'il nomma Bricket Wood, et commença à créer une nouvelle incarnation de l'ancien culte des sorcières, s'inspirant d'un large éventail de sources, y compris les coveners de New Forest, des éléments de la franc-maçonnerie et de la magie cérémonielle, et le travail d'autres figures occultes, dont Aleister Crowley et Cecil Williamson. Un ajout majeur que Gardner a développé est finalement devenu l'un des éléments les plus importants de la Wicca : le culte à la fois d'une déesse et d'un dieu, qui étaient égaux à tous égards. C'était vraiment unique après des millénaires de religions patriarcales dominées par les hommes !

Gardner n'a jamais appelé sa nouvelle religion « Wicca ». Il appelait parfois les membres de son coven « la Wica », un terme en vieil anglais désignant les sorciers et les personnes habiles en divination. Mais la tradition elle-même a toujours été appelée sorcellerie, souvent abrégée en « l'artisanat » ou bien « l'ancienne religion ». Il n'est pas devenu connu sous le nom de Wicca pendant au moins une autre décennie, car il s'est propagé aux États-Unis et en Australie.

À ce moment-là, de nouvelles variations sur la création de Gardner avaient été développées par ses disciples et par d'autres occultistes, dont certains ressemblent maintenant à peine au coven original de Bricket Wood. En fait, beaucoup au Royaume-Uni qui suivent encore les traditions de Gardner telles qu'elles ont été transmises d'un covenin à l'autre se réfèrent à leur pratique en tant que sorcellerie traditionnelle britannique. Ces sorcières considèrent la "Wicca" comme quelque chose de complètement différent, tendant à la décrire comme une invention américaine. Ailleurs dans le monde, cependant, cette forme originale de Wicca est connue sous le nom de Wicca Gardnerienne.


9 choses que vous devez savoir sur la Wicca et la sorcellerie moderne

Un nombre croissant de jeunes femmes, poussées par la politique féministe et le mouvement #MeToo, sont attirées par une nouvelle forme de sorcellerie, selon un rapport de NBC News. Voici neuf choses que vous devez savoir sur la Wicca et la sorcellerie moderne.

1. La sorcellerie fait référence à la vision du monde, à la religion et aux pratiques associées à l'utilisation de rituels censés exploiter et concentrer les énergies cosmiques ou psychiques pour provoquer le changement souhaité. La sorcellerie moderne est le sous-ensemble le plus important et le plus courant du néo-paganisme, un groupe diversifié de mouvements religieux qui prétendent être dérivés des religions païennes historiques.

2. Au sein du mouvement de réveil de la sorcellerie, le sous-ensemble le plus important est la Wicca. L'enquête américaine sur l'identification religieuse de 2008 a estimé qu'aux États-Unis, il y avait environ 600 000 néo-païens, dont environ la moitié s'identifiaient comme Wiccan. Certaines estimations concluent qu'en 2017, il y avait plus de 3 millions de wiccans pratiquants.

3. Dans l'usage moderne, le terme « sorcière » est considéré comme non sexiste et peut s'appliquer aux hommes ou aux femmes. Le terme « sorcier » est souvent considéré comme un terme péjoratif car l'usage original du terme signifiait « briseur de serment ». Un groupe de sorcières qui se réunissent régulièrement est connu sous le nom de « coven ». Certaines sorcières pensent qu'un coven doit avoir 13 membres ou moins, mais pas moins de trois.

4. La Wicca a été créée dans les années 1940 par Gerald Brosseau Gardner (1884-1964), un fonctionnaire britannique à la retraite et un ministre ordonné de la secte chrétienne connue sous le nom de Ancient British Church. Gardner est considéré comme le «père de la sorcellerie moderne», bien que ses croyances néo-païennes n'aient presque aucun lien avec les anciennes formes de sorcellerie. Sa marque de wiccanisme (parfois appelée Wicca Gardnerienne ou sorcellerie Gardnerienne) a été tirée d'influences plus modernes, telles que la franc-maçonnerie, l'Ordre hermétique de la Golden Dawn et l'occultiste anglais Aleister Crowley. Gardner a qualifié son système de croyances de « sorcellerie » et de « culte des sorcières », et le terme « Wicca » n'est apparu qu'en 1962.

5. Dans les années 1960 et 1970, la Wicca s'est propagée du Royaume-Uni à d'autres pays anglophones, s'est associée aux mouvements féministes et environnementaux en plein essor et s'est divisée en diverses «traditions». De la Wicca Gardnerienne sont nées des ramifications telles que la Wicca alexandrine, la Wicca d'Algard, la Wicca géorgienne, la Wicca druidique, la Seax-Wica et la Wicca éclectique.

6. Le gouvernement américain a reconnu officiellement la Wicca comme religion en 1985. Dans une affaire judiciaire impliquant un prisonnier (Dettmer c. Landon), le gouvernement fédéral a fait valoir que la doctrine de l'Église de la Wicca n'était pas une religion parce qu'elle est un « conglomérat » de « divers aspects de l'occultisme, tels que la guérison par la foi, l'autohypnose, la lecture de cartes de tarot et le lancement de sorts, dont aucune ne serait considérée comme une pratique religieuse à part entière. Le tribunal a noté que le gouvernement soutenait essentiellement "que parce qu'il trouve que la sorcellerie est illogique et incohérente en interne, la sorcellerie ne peut pas être une religion". La cour d'appel a statué que « l'Église de la Wicca occupe une place dans la vie de ses membres parallèle à celle des religions plus conventionnelles. Par conséquent, sa doctrine doit être considérée comme une religion.

7. Une croyance fondamentale communément partagée de la Wicca (ainsi que d'autres formes de sorcellerie moderne) est l'acceptation et la pratique de la magie. Le point de vue wiccan est similaire à celui d'Aleister Crowley, qui a défini la magie comme "la science et l'art de provoquer le changement conformément à la volonté". Comme le dit Wesley Baines : « Beaucoup pensent que la magie n'est qu'une autre loi de la nature, bien qu'elle soit mal comprise et qualifiée de contrefaçon. En tant que telle, la magie n'est pas surnaturelle, mais tout aussi naturelle que la gravité et le vent, et implique souvent une combinaison d'invocations, de mouvement, de musique, de méditation et d'outils. Et comme l'explique un site wiccan, « La magie [sic] est un autre mot pour la transformation, la création et la manifestation. La magie Wicca est un outil que nous utilisons pour agir sur le niveau subtil – ou énergétique, ou quantique – de la réalité. Le niveau quantique est le domaine causal. Ce sont les influences subtiles au niveau quantique qui décident de la direction que prendra la réalité. »

8. Mis à part une croyance en la magie, il y a peu de croyances que toutes les traditions wiccanes partagent. La croyance la plus communément associée à la Wicca est une variante du Wiccan Rede (« rede » vient du moyen anglais, ce qui signifie « conseil » ou « conseiller »). Considéré comme ayant été formulé par la prêtresse wiccane Doreen Valiente au début des années 1960, le Wiccan Rede est déclaré comme suit : « Et cela ne fait de mal à personne, faites ce que vous voulez. » Les variations sur le rede incluent « Que cela ne nuise à personne, fais ce que tu veux » et « Fais ce que tu veux, tant que cela ne nuit à personne. »

9. Dans ses formes plus anciennes, la Wicca possède un système de croyance duothéiste qui comprend une déesse mère féminine et un dieu cornu masculin. Alors que la Wicca est devenue plus influencée par le féminisme, elle est devenue plus orientée vers le culte de la déesse. Comme le conclut Jone Salomonsen, « les sorcières se perçoivent comme ayant quitté la Maison du Père (religion juive et chrétienne) et sont retournées « à la maison » vers le Soi (religion de la Déesse) avec un appel à guérir l'aliénation des femmes (et des hommes) occidentales vis-à-vis de la communauté et de la spiritualité. et devenir des maîtres des développements humains et sociétaux. Cette flexibilité dans l'exclusion/l'inclusion des divinités a, comme le dit Michael F. Strmiska, "permis aux personnes intéressées par différentes divinités et traditions religieuses de personnaliser la Wicca en fonction de leurs intérêts spécifiques, renforçant ainsi l'attrait de la religion pour un large et croissant membres".

Autres articles de cette série :

Joe Carter est éditeur pour The Gospel Coalition, auteur de Le guide de terrain de vie et de foi pour les parents, l'éditeur du NIV Lifehacks Bible, et co-auteur de Comment argumenter comme Jésus : apprendre la persuasion du plus grand communicateur de l'histoire. Il est également pasteur associé à la McLean Bible Church à Arlington, en Virginie. Vous pouvez le suivre sur Twitter.


Influences

Il est bien connu aujourd'hui d'où sont venues ses principales influences :

  • Magie cérémonielle des XIXe et XXe siècles, en particulier celle de l'Ordre Hermétique de l'Aube Dorée
  • Les structures rituelles de la maçonnerie, également adoptées par les ordres magiques
  • Vues romantiques du XIXe siècle sur la mythologie païenne antique

La Wicca porte également une certaine influence des traditions païennes (et non païennes) plus anciennes, mais ce sont des morceaux - parfois de minuscules morceaux - s'emboîtent dans de nouvelles significations et un nouveau contexte. Par exemple, la Wicca reconnaît les fêtes celtiques comme ses quatre grands sabbats, mais les significations, les pratiques et le cadre général sont considérablement différents.


En partie réel en partie imaginaire

La Wicca est une religion basée, en partie, sur d'anciennes croyances païennes d'Europe du Nord en une déesse de la fertilité et son époux, un dieu cornu. Bien que la religion soit une création moderne, certaines de ses sources sont antérieures à l'ère chrétienne de plusieurs siècles. La plupart des wiccans ne croient pas que leur religion soit un descendant direct et continu de cette religion antérieure. Ils le voient comme une reconstruction moderne.

Joanna Hautin Mayer a écrit:

"Nous savons tragiquement peu de choses sur les expressions religieuses réelles des anciens Celtes. Nous avons quelques mythes et légendes, mais très peu de preuves archéologiques pour étayer nos théories. Nous n'avons aucune trace écrite de leurs formes réelles de culte, et les récits de leur culture et de leurs croyances écrits par leurs contemporains sont souvent très biaisés et d'une valeur historique discutable. 1

Mme Hautin-Mayer est particulièrement critique des livres récents de Neopagan dont elle démontre qu'ils sont en grande partie des récits fictifs de l'histoire de Witta. 3(présenté comme une tradition païenne irlandaise), Faery Wicca 4(présenté comme une tradition ancienne), et 21 Leçons de Merlyn 5(un récit quelque peu raciste et sexiste du druidisme).

Argent CorbeauLoup a écrit en 1998 :

La Wicca, telle que vous la pratiquez aujourd'hui, est une nouvelle religion, vieille d'à peine cinquante ans. Les techniques que vous utilisez actuellement ne sont pas tout à fait celles que vos aînés pratiquaient il y a encore trente ans. Bien sûr, des fils de 'ce qui était' se tissent à travers la tapisserie de 'ce qui est maintenant.' . en aucun cas nous ne pouvons reproduire à la perfection les circonstances précises de l'environnement, de la société, de la culture, de la religion et de la magie il y a cent ans, ou mille ans. Pourquoi voudrions-nous ? L'idée est d'aller de l'avant avec la connaissance du passé, tempérée par les outils de notre époque." 2

Écrits qui ont formé la base de la Wicca :

Une grande partie de la Wicca moderne remonte directement aux écrits de :

Théories sur les origines de la Wicca :

Il existe de nombreuses croyances concernant les origines de la Wicca :

Gardner a affirmé qu'après avoir écrit ses livres, il a reçu de nombreuses lettres de membres de covens isolés qui croyaient que leurs groupes existaient depuis des générations ou des siècles.

D'autres individus rejettent ce système de croyances et soutiennent qu'il n'y a pas eu de présence wiccane continue depuis l'époque celtique jusqu'au 20 e siècle. Ils soutiennent que la Wicca actuelle a été créée en fusionnant quelques anciennes croyances celtiques, une structure de divinité et des jours de célébration saisonniers avec du matériel moderne provenant de la magie cérémonielle, de l'ordre maçonnique, etc.
D'autres encore font remonter la Wicca à un groupe confessionnel peu connu de la Nouvelle-Angleterre au début du 20e siècle.

Histoire récente de la Wicca :

Il est généralement admis que la Wicca est devenue un mouvement de masse ces derniers temps en Angleterre au cours des années 1950 avec la publication de livres de Gerald Gardner. Il s'est développé à un rythme effréné en Amérique du Nord et en Europe.

La Wicca est l'une des plus grandes religions minoritaires aux États-Unis. Il n'y a pas d'estimations fiables du nombre de Wiccans dans ce pays. Notre meilleure estimation est de l'ordre de 750 000. Cela ferait de la Wicca la 5 e plus grande religion organisée aux États-Unis, derrière le christianisme, l'islam, le judaïsme et l'hindouisme. Cependant, il est pratiquement inconnu du grand public. C'est parce que presque tous les Wiccans cachent leurs croyances et leurs pratiques religieuses. Ceux qui permettent à leur foi d'être connue publiquement sont très fortement persécutés en Amérique du Nord sur une base par habitant, on pense qu'ils sont victimisés plus souvent que les membres de tout autre groupe religieux. De nombreuses agressions, incendies criminels, attaques économiques sont signalés chaque année. Il y a même eu des fusillades, une lapidation publique et un lynchage ces dernières années ! Des rapports circulent fréquemment sur des agents de protection de l'enfance mal informés saisissant des enfants dans les maisons de Wiccans parce qu'ils craignaient qu'ils ne soient tués ou maltraités dans le cadre d'un rituel satanique. Les auteurs de cette haine religieuse sont généralement des gens très pieux, très inquiets mais terriblement mal informés. Ils croient à la désinformation qui s'est répandue continuellement sur les sorcières depuis le Moyen Âge. Ce n'est que dans l'est du Massachusetts, dans le sud de la Californie et dans quelques villes ailleurs en Amérique du Nord que la plupart des wiccans se sentent suffisamment en sécurité pour sortir du placard (à balais) en grand nombre. Dans d'autres régions, ils ont tendance à éviter la persécution en gardant leur foi religieuse secrète. Malheureusement, cette politique peut avoir des résultats négatifs, certaines personnes pensent que parce que les wiccans restent sous terre, ils doivent avoir quelque chose à cacher. Il s'agit d'une situation "no-win" sans solution évidente.

Le paragraphe ci-dessus a été écrit au milieu des années 1990. Depuis, la situation s'est grandement améliorée. De nombreux wiccans sont sortis du placard et ont révélé leur foi ouvertement. Le public est devenu beaucoup plus conscient de la Wicca et des autres religions néo-païennes. La fréquence de la violence a considérablement diminué, bien qu'il y ait encore des témoignages occasionnels de vandalisme et d'attaques économiques.

Références utilisées :

Les sources d'information suivantes ont été utilisées pour préparer et mettre à jour l'essai ci-dessus. Les hyperliens ne sont pas forcément encore actifs aujourd'hui.


Dans les premiers temps, lorsque le christianisme gagnait lentement en force, l'ancienne religion – les wiccans et autres païens – était l'une de ses rivales. Il est tout à fait naturel de vouloir se débarrasser d'un rival et l'Église n'a rien fait pour le faire. On a souvent dit que les dieux d'une ancienne religion deviennent les démons d'une nouvelle. Ce fut certainement le cas ici. Le Dieu de l'Ancienne Religion était un dieu cornu. Donc, apparemment, était le diable chrétien. De toute évidence alors, raisonnait l'Église, les païens étaient des adorateurs du Diable ! Ce type de raisonnement est utilisé par l'Église encore aujourd'hui. Les missionnaires étaient particulièrement enclins à qualifier toutes les tribus primitives sur lesquelles ils tombaient d'adorateurs du diable, simplement parce que la tribu adorait un ou des dieux autres que le chrétien. Peu importe que les gens soient bons, heureux, vivent souvent moralement et Ethiquement mieux que la grande majorité des chrétiens - ils devaient se convertir !L'accusation d'adoration du diable, si souvent portée contre les sorcières, est ridicule. Le Diable est une invention purement chrétienne puisqu'il n'y a aucune mention de lui, en tant que tel, avant le Nouveau Testament. En fait il est intéressant de noter que toute la notion de mal associée au Diable est due à une erreur de traduction. L'original hébreu Ha-satan de l'Ancien Testament et les diabolos grecs du Nouveau Testament signifient simplement « adversaire » ou « adversaire ». Il ne faut pas oublier que l'idée de diviser le pouvoir suprême en deux, le bien et le mal, est l'idée d'une civilisation avancée et complexe. The Old Gods, through their gradual development, were very much “human” in that they would have their good side and their bad side. It was the idea of an all-good, all-loving deity which necessitated an antagonist. In simple language, you can only have the color white if there is an opposite color, black, to which you can compare it. This view of an all-good god was developed by Zoroaster (Zarathustra), in Persia in the seventh century BCE. The idea later spread westward and was picked up in Mithraism and, later,
in Christianity.As Christianity gradually grew in strength, so the Old Religion was slowly pushed back. Back until, about the time of the Reformation, it only existed in the outlying country districts. Non-Christians at that time became known as Pagans and Heathens. “Pagan” comes from the Latin Pagani and simply means “people who live in the country”. The word “Heathen” means “one who dwells on the heath”. So the terms were appropriate for non-Christians at that time, but they bore no connotations of evil and their use today in a derogatory sense is quite incorrect.As the centuries passed, the smear campaign against non-Christians continued. What the Wiccans did was reversed and used against them. They did magick to promote fertility and increase the crops the Church claimed that they made women and cattle barren and blighted the crops! No one apparently stopped to think that if the Witches really did what they were accused of, they would suffer equally themselves. After all, they too had to eat to live. An old ritual act for fertility was for the villagers to go to the fields in the light of the full moon and to dance around the field astride pitchforks, poles and broomsticks riding them like hobby horses.They would leap high in the air as they danced, to show the crops how high to grow. A harmless enough form of sympathetic magick. But the Church claimed not only that they were working against the crops, but that they actually flew through the air on their poles … surely the work of the Devil!

In 1484 Pope Innocent VIII produced his Bull against Witches. Two years later two infamous German monks, Heinrich Institoris Kramer and Jakob Sprenger, produced their incredible concoction of anti-Witchery, the Malleus Maleficarum (The Witch Hammer). In this book definite instructions were given for the prosecution of Witches. However, when the book was submitted to the Theological Faculty of the University of Cologne—the appointed censor at that time—the majority of the professors refused to have anything to do with it. Kramer and Sprenger, nothing daunted, forged the approbation of the whole faculty a forgery that was not discovered until 1898.Gradually the hysteria kindled by Kramer and Sprenger began to spread. It spread like a fire—flashing up suddenly in unexpected places spreading quickly across the whole of Europe. For nearly three hundred years the fires of the persecutions raged. Humankind had gone mad. The inhabitants of entire villages where one or two Witches were suspected of living, were put to death with the cry: “Destroy them all… the Lord will know his own!” In 1586 the Archbishop of Treves decided that the local Witches had caused the recent severe winter. By dint of frequent torture a “confession” was obtained and one hundred twenty men and women were burned to death on his charge that they had interfered with the elements.Since fertility was of great importance—fertility of crops and beasts—there were certain sexual rites enacted by the Wicca, as followers of the nature religion. These sexual rites seem to have been given unnecessary prominence by the Christian judges, who seemed to delight in prying into the most minute of details concerning them. The rites of the Craft were joyous in essence. It was an extremely happy religion and so was, in many ways, totally incomprehensible to the gloomy Inquisitors and Reformers who sought to suppress it.A rough estimate of the total number of people burned, hung or tortured to death on the charge of Witchcraft, is nine million. Obviously not all of these were followers of the Old Religion. This had been a wonderful opportunity for some to get rid of anyone against whom they bore a grudge!’ An excellent example of the way in which the hysteria developed and spread is found in the case of the so-called Witches of Salem, Massachusetts. It is doubtful if any of the victims hung* there were really followers of the Old Religion. Just possibly Bridget Bishop and Sarah Good were, but the others were nearly all pillars of the local church up until the time the hysterical children “cried out” on them.But what about Satanism? The Witches were called worshippers of the Devil. Was there any truth to this? No. Yet as with so many of the charges, there was reason for the belief. The early Church was extremely harsh on its people. It not only governed the peasants’ way of worship but also their ways of life and love. Even between married couples, sexual intercourse was frowned upon. It was felt that there should be no joy from the act, it being permitted solely for procreation. Intercourse was illegal on Wednesdays, Fridays and Sundays for forty days before Christmas and a similar time before Easter for three days prior to receiving communion, and from the time of conception to forty days after paturition. In other words, there was a grand total of approximately two months in the year only when it was possible to have sexual relations with your spouse … but without deriving pleasure from it, of course!It was no wonder that this, together with other such harshness, led to a rebellion—albeit a clandestine one. The people—this time the Christians—finding that their lot was not bettered by praying to the so-called God of Love, decided to pray to his opposite instead. If God wouldn’t help them, perhaps the Devil would. So Satanism came into being. A parody of Christianity a mockery of it. It was a revolt against the harshness of the Church. As it turned out the “Devil” did not help the poor peasant either. But at least he was showing his disdain for the authorities he was going against the establishment. It did not take Mother Church long to find out about this rebellion. Satanism was anti-Christian. Witchcraft was also—in their eyes—anti-Christian. Ergo, Witchcraft and Satanism were one and the same.In 1604 King James I passed his Witchcraft Act, but this was repealed in 1736. It was replaced by an Act that stated that there was no such thing as Witchcraft and to pretend to have occult powers was to face being charged with fraud. By the late seventeenth century the surviving members of the Craft had gone underground into hiding. For the next three hundred years, to all appearances Witchcraft was dead. But a religion which had lasted twenty thousand years, in effect, did not die so easily. In small groups—surviving covens, of times only of family members—the Craft continued.In the literary field Christianity had a heyday. Printing had been invented and developed during the persecutions, therefore anything published on the subject of Witchcraft was written from the Church’s point of view. Later books had only these early works to which to refer so, not unnaturally, they were heavily biased against the Old Religion. In fact it was not until 1921, when Dr. Margaret Alice Murray produced The Witch Cult In Western Europe, that anyone looked at Witchcraft with anything like an unbiased light. From studying the records of the trials of the Middle Ages, Murray (an eminent anthropologist and then Professor of Egyptology at London University) picked up the clues that seemed to her to indicate that there was a definite, organized, pre-Christian religion behind all the “hogwash” of the Christian allegations. Although her theories finally proved a little far-fetched in some areas, she did indeed strike some chords. Wicca was by no means as far-reaching and widespread as Murray suggested (nor was there proof of a direct, unbroken line of descent from the cavepeople), but there can be no doubt that it did exist as an indubitable religious cult, if sporadic as to time and place. She enlarged on her views in a second book, The God of the Witches, in 1931.

In England, in 1951, the last laws against Witchcraft were finally repealed. This cleared the way for the Witches themselves to speak up. In 1954 Dr. Gerald Brousseau Gardner, in his book Witchcraft Today, said, in effect, ‘What Margaret Murray has theorized is quite true. Witchcraft was a religion and in fact it still is. I know, because I am a Witch myself.” He went on to tell how the Craft was still very much alive, albeit underground. He was the first to give the Witches’ side of the story. At the time of his writing it seemed, to him, that the Craft was rapidly declining and perhaps only hanging on by a thread. He was greatly surprised when, as a result of the circulation of his books, he began to hear from many covens throughout Europe, all still happily practicing their beliefs. Yet these surviving covens had learned their lesson. They did not wish to take the chance of coming out into the open. Who was to say the persecutions could not start again?For a while Gerald Gardner’s was the single voice speaking for the Craft. However, whatever one’s feelings about Gardner, whatever one’s belief in the Wicca’s origins, all present-day Witches and would-be Witches owe him a tremendous debt of gratitude for having had the courage to stand up and speak out for Witchcraft. It is because of him that we can enjoy the Craft, in its many forms, today.In America the first Witch to “stand up and be recognized” was Raymond Buckland. At that time there were no covens visible in this country. Initiated in Scotland (Perth) by Gardner’s High Priestess, Buckland set out to emulate Gardner insofar as to try to straighten the long-held misconceptions and to show the Craft for what it truly is. Soon Sybil Leek arrived on the scene, followed by Gavin and Yvonne Frost and other individuals. It was an exciting time as more and more covens, and many different traditions, came intonthe open or at least made themselves known. Today the would-be Witch has a wide selection from which to choose: Gardnerian, Celtic (in many variations), Saxon, Alexandrian, Druidic, Algard, Norse, Irish, Scottish, Sicilian, Huna, etc. That there are so many, and such varied, branches (“denominations” or “traditions”) of Witchcraft is admirable. We are all different. It is not surprising that there is no one religion that suits all people. In the same way, then, there can be no one type of Witchcraft to suit all Witches. Some like lots of ritual, while some are for simplicity. Some are from Celtic backgrounds, others from Saxon, Scots, Irish, Italian, or any of a number of others. Some favor a matriarchy others a patriarchy and still others seek a balance. Some prefer to worship in a group (coven), while others are for solitary worship. With the large number of different denominations, then, there is now more likelihood of everyone finding a path they can travel in comfort. Religion has come a long way from its humble beginnings in the caves of pre-history. Witchcraft, as one small facet of religion, has also come a long way. It has grown to become a world wide religion, legally recognized.Today, across America, it is not at all unusual to find open Wiccan festivals and seminars taking place in such unlikely places as family campgrounds and motels such as the Holiday Inn. Witches appear on television and radio talk shows they are written up in local and national newspapers and magazines. Witchcraft courses are given in colleges. Even in the Armed Forces is Wicca recognized as a valid religion— Department of the
Army Pamphlet No. 165-13 “Religious Requirements and Practices of Certain Selected Groups—A Handbook for Chaplains” includes instructions as to the religious rights of Witches right alongside those of Islamic groups, Sikh groups, Christian Heritage, Indian Heritage, Japanese and Jewish groups.

Yes, Witchcraft has a place in past history and will have a definite place in the future.

–Excerpt from Buckland Complete Book of Witchcraft
Raymond Buckland, Author


Pagan History 102Pagan History is a website devoted to investigating the ancient roots of modern Paganism. Read full story

History of Paganism – A classic joke among pagans is that if you ask four pagans to define paganism, your will usually receive five answers. Some use the broad definition that Paganism is the practice of religion outside the Abrahamic monotheistic religions encompassing Judaism, Christianity, and Islam. Another definition supported by the On-line Etymology Dictionary is that Pagans were those individuals that adhered to the old gods after the Christianization of Roman towns and cities. “Paganus” was Roman military jargon for “civilian, incompetent soldier” and rising Christians used this imagery to refer to those who were not “soldiers of Christ.” Another definition supported by Random House dictionary was that it was derived from the Latin word “pagus” or village and thus referred to a country-dweller — probably similar to calling someone a “hick” or “red-neck.” The term therefore would describe someone that continued to practice the local rural customs rather than the religions being observed in the cities. The definition that makes the most sense to me is that Pagan is an umbrella term for groups that practice nature-based religious practices. This can include many modern religions to include Shamanism, Wicca, Asatru, Church of All Worlds, and Druidry. Read full story

History of Modern Paganism – Contemporary Paganism is the restoration of indigenous religion, especially that of ancient Europe. Paganism has grown in popularity greatly during the last hundred years. The growth coincides with a decline in Christianity in Europe, and the increase in knowledge of past and distant cultures. Read full story

Pagan Movements – The origins of modern Paganism and Witchcraft continue to be hotly debated and discussed among practitioners. This is not intended to be anything like an exhaustive history, but rather an introduction to some of the main strands of modern Paganism. (For an exhaustive history of British Witchcraft, I highly recommend Ronald Hutton’s Triumph of the Moon. A more wide-ranging history of American Pagan movements can be found in Margot Adler’s Drawing Down the Moon.) Read full story


Why Witchcraft Is on the Rise

Americans’ interest in spell-casting tends to wax as instability rises and trust in establishment ideas plummets.

J uliet Diaz said she was having trouble not listening to my thoughts. “Sorry, I kind of read into your head a little bit,” she told me when, for the third time that August afternoon, she answered one of my (admittedly not unpredictable) questions about her witchcraft seconds before I’d had a chance to ask it. She was drinking a homemade “grounding” tea in her apartment in a converted Victorian home in Jersey City, New Jersey, under a dream catcher and within sight of what appeared to be a human skull. We were surrounded by nearly 400 houseplants, the earthy smell of incense, and, according to Diaz, several of my ancestral spirit guides, who had followed me in. “You actually have a nun,” Diaz informed me. “I don’t know where she comes from, and I’m not going to ask her.”

Diaz describes herself as a seer capable of reading auras and connecting with “the other side” a plant whisperer who can communicate with her succulents and one in a long line of healers in her family, which traces its roots to Cuba and the indigenous Taíno people, who settled in parts of the Caribbean. She is also a professional witch: Diaz sells anointing oils and “intention infused” body products in her online store, instructs more than 8,900 witches enrolled in her online school, and leads witchy workshops that promise to leave attendees “feeling magical af!” In 2018, Diaz, the author of the best-selling book Witchery: Embrace the Witch Within, earned more than half a million dollars from her magic work and was named Best Witch—yes, there are rankings—by Spirit Guides Magazine.

Now 38 years old, Diaz remembers that when she was growing up, her family’s spellwork felt taboo. But over the past few years, witchcraft, long viewed with suspicion and even hostility, has transmuted into a mainstream phenomenon. The coven is the new squad: There are sea witches, city witches, cottage witches, kitchen witches, and influencer witches, who share recipes for moon water or dreamy photos of altars bathed in candlelight. There are witches living in Winnipeg and Indiana, San Francisco and Dubai hosting moon rituals in Manhattan’s public parks and selling $11.99 hangover cures that “adjust the vibration of alcohol so that it doesn’t add extra density and energetic ‘weight’ to your aura.” A 2014 Pew Research Center report suggested that the United States’ adult population of pagans and Wiccans was about 730,000—on par with the number of Unitarians. But Wicca represents just one among many approaches to witchery, and not all witches consider themselves pagan or Wiccan. These days, Diaz told me, “everyone calls themselves witches.”

What exactly they mean by that can vary from witch to witch. According to the anthropologist Rodney Needham’s 1978 book, Primordial Characters, scholars’ working definition of a witch was, at that time, “someone who causes harm to others by mystical means.” To Diaz, a witch is “an embodiment of her truth in all its power” among other magic practitioners, witch might embody a religious affiliation, political act, wellness regimen, “hot new lewk,” or some combination of the above. “I’m doing magic when I march in the streets for causes I believe in,” Pam Grossman, a witch and an author, wrote in a New York Times op-ed.

Casting spells and assembling altars have become quite lucrative. You can attend a fall-equinox ritual organized by Airbnb, sign up for subscription witch boxes offering the equivalent of Blue Apron for magic-making, and buy aura cleanses on Etsy. Instagram’s reigning witch influencer, Bri Luna, has more than 450,000 followers and has collaborated with Coach, Refinery29, and Smashbox, for which she recently introduced a line of cosmetics “inspired by the transformative quality of crystals.”

Many professional witches, including Diaz, can also be hired to do magic on your behalf. Diaz’s most popular offering is her Ancestral Candle Service, a $45 ritual for manifesting intentions that I’d come to her apartment to try. (“Last month we had 4 pregnancies, 33 job promotions, 12 business startups, 12 wedding proposals! and 4 court wins,” claimed a promotional email.) Diaz—who grew up on food stamps, was homeless for parts of college, and, as an adult, sometimes skipped lunch to save up for rent—said she has “manifested an entirely new life” from her candle work. Features of that new life include her book deal, its best-seller status, her store, and a stronger relationship with her husband. She performs up to 100 candle services each month, and said she usually sells out within a day.

Good luck tracing the history of witches. While the idea of witches is exceptionally old—Horace’s Satires, already embracing the negative stereotype circa 35 b.c. , describes witches with wigs and false teeth howling over dead animals—the day-to-day business of being a witch has continuously evolved, which complicates attempts to reconstruct a tidy family tree. The history of witchcraft has also long suffered from unreliable narrators. The Salem witch trials loom outsize in the American imagination, yet no official court records exist, and the accounts of the trials that did survive are, per the historian Stacy Schiff, “maddeningly inconsistent.”

More recent historians haven’t fared much better: The Wicca faith grew out of the writings of Gerald Gardner, a former customs officer whose 1954 book, Witchcraft Today, recounted his experience in a coven whose tenets were allegedly passed down from the Middle Ages. But scholars later concluded that they were at least in part Gardner’s invention.

And then, no culture can claim a monopoly on witches. “There is little doubt that in every inhabited continent of the world, the majority of recorded human societies have believed in, and feared, an ability by some individuals to cause misfortune and injury to others by non-physical and uncanny (‘magical’) means,” writes the historian Ronald Hutton, who has studied attitudes toward witches in more than 300 communities, in places such as sub-Saharan Africa and Greenland. The belief in witchcraft is so widespread and so enduring that one historian speculates it’s innate to being human.

In the U.S., mainstream interest in witches has occasionally waned but mostly waxed, usually in tandem with the rise of feminism and the plummeting of trust in establishment ideas. In the 19th century, as transcendentalism and the women’s-suffrage movement took hold, witches enjoyed the beginnings of a rebranding—from wicked devil-worshippers to intuitive wisewomen. Woodstock and second-wave feminism were a boon for witches, whose popularity spiked again following the Anita Hill hearings in the ’90s, and again after Donald Trump’s election and alongside the #MeToo movement.

The latest witch renaissance coincides with a growing fascination with astrology, crystals, and tarot, which, like magic, practitioners consider ways to tap into unseen, unconventional sources of power—and which can be especially appealing for people who feel disenfranchised or who have grown weary of trying to enact change by working within the system. (Modern witchcraft has drawn more women than men, as well as many people of color and queer or transgender individuals a “witch” can be any gender.) “The more frustrated people get, they do often turn to witchcraft, because they’re like, ‘Well, the usual channels are just not working, so let’s see what else is out there,’ ” Grossman told me. “Whenever there are events that really shake the foundations of society”—the American Civil War, turmoil in prerevolutionary Russia, the rise of Weimar Germany, England’s postwar reconstruction—“people absolutely turn towards the occult.” Trump must contend not only with the #Resistance but with the #MagicResistance, which shares guides to hexing corporations, spells to protect reproductive rights, and opportunities to join the 4,900 members of the #BindTrump Facebook group in casting spells to curb the president’s power.

Throughout history, attempts to control women have masqueraded as crackdowns on witchcraft, and for some people, simply self-identifying as a witch—a symbol of strong female power, especially in the face of the violent, misogynistic backlash that can greet it—is a form of activism. “Witchcraft is feminism, it’s inherently political,” Gabriela Herstik, a witch and an author, told Sabat magazine. “It’s always been about the outsider, about the woman who doesn’t do what the church or patriarchy wants.”

Diaz’s own history of witchcraft long predates the 2016 election. She said that she had her first vision at age 5, was taught by her mother to make potions to cure her nightmares in elementary school, and quietly used her gifts as a seer while working in crime-scene forensics after college. Ten years ago, following what she says was guidance from her ancestors’ spirits, she quit her job, divorced her first husband, and threw herself full-time into working as a witch.

Diaz, a self-described “plant witch,” draws extensively on Taíno traditions and herbs, jars of which occupy almost an entire room of her apartment. But the fact that there are no set criteria for being a witch is, for many, precisely the appeal. Witchcraft beckons with the promise of a spirituality that is self-determined, antipatriarchal, and flexible enough to incorporate varied cultural traditions.

Which is not to say anything goes. Although Diaz has emerged as a leading voice for an inclusive, no-wrong-answers form of witchery, she and others prickle at the creeping tendency to claim the witch label without actually practicing magic. “A lot of girls, young girls, they post pictures of their house with their room with upside-down crosses, Goth clothes, with their potions. They don’t even practice witchcraft, and they’re like, ‘Oh, I’m a witch,’ ” Diaz told me. “It takes away from the sacredness of the word.” Diaz also says she’s troubled by what she sees as the commodification of witchcraft—though, of course, she’s benefited from its commercial appeal—and the cultural appropriation that’s come with it, such as white witches borrowing from indigenous or African-diasporic traditions. Palo Santo, a wood that is traditionally burned by shamans and is now a staple of yoga studios everywhere, can be purchased from Urban Outfitters, Bloomingdale’s, Madewell, Anthropologie, the Whitney Museum of American Art, Crate and Barrel’s CB2, and, once it’s back in stock there, Goop. (In her own store, Diaz aims to source from indigenous people and sell only products she develops herself.)

Despite all this, calling oneself a witch can still be risky. Grossman told me she’s received letters from numerous people who fear that if they openly embraced magic, they “would be either fired from their jobs, or have their kids taken away, or be kicked out of their families.” The stakes are even higher in other parts of the world, where, per a 2009 United Nations report, being labeled a witch remains “tantamount to receiving a death sentence.” Amid a rise in witchcraft-related abuse—including the case of an 8-year-old who was tortured to death in 2000—London established a police team dedicated to reducing violence targeting accused witches by contrast, officials in Saudi Arabia established an antiwitchery unit that trains police to “scientifically battle witchcraft,” which is punishable by beheading.

On a brocaded ottoman beside her couch, Diaz set out a tray containing the ingredients necessary for her candle ritual, which included a vial of straw-thin mouse bones (“for speed”), a snake carcass suspended in milky liquid (“for protection”), and frankincense oil (for “opening up a portal for the candle and sending a message into the roots of the wax”). She lit a stick of Palo Santo wood and wafted its smoke over each item, carefully encircling a tall candle that she said she would “fix” with my intention, then burn later in the sacred area she maintains in her basement.

Diaz told me my intention should be specific, one I hadn’t already made in the past 30 days, and couldn’t be to make someone fall in love with me. I settled on a classic intention: money. Specifically, I was hoping to get paid for an outstanding invoice and get a friend to return money I’d lent her a year before.



Commentaires:

  1. Fera

    Absolument avec vous, c'est d'accord. Dans ce document, quelque chose est aussi une idée bonne, d'accord avec vous.

  2. Stem

    Le blog est super, il y en aurait plus comme ça!

  3. Hyde

    Pour ma part, tu n'as pas raison. Je peux le prouver.

  4. Rechavia

    Je crois que vous vous trompez. Je suis sûr. Je peux le prouver.

  5. Jeoffroi

    C'est la conditionnalité régulière



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos