Intéressant

"La femme détruite" de Simone de Beauvoir

"La femme détruite" de Simone de Beauvoir


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Simone de Beauvoir a publié sa nouvelle, "La femme détruite", en 1967. Comme beaucoup de littérature existentialiste, elle est écrite à la première personne, l'histoire consistant en une série d'entrées de journal intime écrites par Monique, une femme d'âge moyen dont le mari est un médecin qui travaille dur et dont les deux filles adultes ne vivent plus à la maison.

Au début de l'histoire, elle vient de voir son mari prendre l'avion pour Rome où il tient une conférence. Elle envisage de rentrer chez elle tranquillement et adore la possibilité d'être libre de faire ce qu'elle veut, sans contrainte aucune des obligations familiales. "Je veux vivre un peu pour moi", dit-elle, "après tout ce temps." Cependant, dès qu'elle apprend qu'une de ses filles a la grippe, elle écourte ses vacances pour pouvoir rester à son chevet. C'est la première indication qu'après avoir passé tant d'années consacrées à d'autres, elle aura du mal à profiter de sa nouvelle liberté retrouvée.

De retour chez elle, elle trouve son appartement terriblement vide et au lieu de jouir de sa liberté, elle se sent seule. Un jour ou deux plus tard, elle découvre que Maurice, son mari, a eu une liaison avec Noellie, une femme avec laquelle il travaille. Elle est dévastée.

Au cours des mois suivants, sa situation s'aggrave. Son mari lui dit qu'il passera plus de temps avec Noellie à l'avenir, et c'est avec Noellie qu'il va au cinéma ou au théâtre. Elle traverse des humeurs variées, de la colère et de l'amertume à la récrimination de soi en passant par le désespoir. Sa douleur la consume: «Toute ma vie passée s'est effondrée derrière moi, comme le pays lors de tremblements de terre où le sol se consume et se détruit lui-même."

Maurice s'irrite de plus en plus contre elle. Là où il avait autrefois admiré la façon dont elle s'était consacrée aux autres, il considère maintenant que sa dépendance aux autres est plutôt pathétique. Alors qu'elle glisse dans la dépression, il l'invite à consulter un psychiatre. Elle commence à en voir un, et sur son conseil, elle commence à tenir un journal et à occuper un emploi de jour, mais aucun ne semble l'aider beaucoup.

Maurice finit par déménager complètement. La dernière entrée indique comment elle est revenue à l'appartement après le dîner chez sa fille. L'endroit est sombre et vide. Elle s'assied à la table et remarque la porte fermée du bureau de Maurice et de la chambre qu'ils ont partagée. Derrière les portes se trouve un avenir solitaire, dont elle a très peur.

L'histoire offre une représentation puissante de quelqu'un aux prises avec un certain âge de la vie. Il examine également la réponse psychologique de quelqu'un qui se sent trahi. Mais surtout, cela capture le vide auquel est confrontée Monique quand elle n’a plus sa famille pour ne pas en faire plus avec sa vie.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos