Intéressant

Guerre d'Irak: Deuxième bataille de Falloujah

Guerre d'Irak: Deuxième bataille de Falloujah


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La deuxième bataille de Falloujah a eu lieu du 7 au 16 novembre 2004 pendant la guerre en Irak (2003-2011). Le lieutenant-général John F. Sattler et le major-général Richard F. Natonski ont dirigé 15 000 soldats américains et de la coalition contre environ 5 000 combattants insurgés dirigés par Abdullah al-Janabi et Omar Hussein Hadid.

Contexte

Suite à l'intensification des activités des insurgés et de l'opération Vigilant Resolve (première bataille de Falloujah) au printemps 2004, les forces de la coalition dirigées par les États-Unis ont renvoyé les combats à Falloujah à la brigade irakienne de Falloujah. Dirigée par Muhammed Latif, un ancien général baathiste, cette unité s’est finalement effondrée, laissant la ville aux mains des insurgés. Ceci, ainsi que la conviction que le chef des insurgés Abou Moussab al-Zarqaoui était à Falloujah, ont conduit à la planification de l'opération Al-Fajr (Dawn) / Phantom Fury dans le but de reprendre la ville. On croyait qu'entre 4 000 et 5 000 insurgés se trouvaient à Falloujah.

Le plan

Située à environ 40 miles à l'ouest de Bagdad, Falloujah était effectivement encerclée par les forces américaines le 14 octobre. Etablissant des points de contrôle, elle chercha à s'assurer qu'aucun insurgé ne pourrait s'échapper de la ville. Les civils ont été encouragés à partir pour éviter d'être pris dans la bataille à venir, et environ 70 à 90% des 300 000 habitants de la ville sont partis.

Pendant ce temps, il était clair qu'un assaut sur la ville était imminent. En réponse, les insurgés ont préparé diverses défenses et points forts. L’attaque de la ville a été confiée au 1 er Corps expéditionnaire marin (MEF).

La ville étant bouclée, des efforts ont été déployés pour suggérer que l'attaque de la coalition proviendrait du sud et du sud-est, comme cela avait été le cas en avril. Au lieu de cela, je MEF avait l'intention d'attaquer la ville du nord sur toute sa largeur. Le 6 novembre, l'équipe de combat régimentaire 1, composée du 3ème Bataillon / 1er Marines, du 3ème Bataillon / 5ème Marines et du 2e Bataillon / 7ème Cavalerie de l'armée américaine s'est positionnée pour prendre d'assaut la moitié ouest de Falloujah par le nord.

Ils ont été rejoints par l'équipe de combat régimentaire 7, composée du 1er Bataillon / 8ème Marines, du 1er Bataillon / 3ème Marines, du 2e Bataillon / 2ème Infanterie de l'armée américaine, du 2ème Bataillon / 12ème Cavalerie et du 1er Bataillon du 6ème Artillerie de campagne, qui attaquer la partie orientale de la ville. Environ 2 000 soldats iraquiens se sont joints à ces unités.

La bataille commence

Une fois Fallujah scellé, les opérations ont commencé à 19h00. le 7 novembre, lorsque la force opérationnelle Wolfpack entreprit de prendre des objectifs sur la rive ouest de l'Euphrate, en face de Fallujah. Alors que les commandos irakiens capturaient l’hôpital général de Falloujah, les Marines sécurisaient les deux ponts sur le fleuve pour empêcher toute retraite ennemie de la ville.

Une mission de blocage similaire a été entreprise par le British Black Watch Regiment au sud et à l’est de Fallujah. Le lendemain soir, les attaques RCT-1 et RCT-7, appuyées par des frappes aériennes et d'artillerie, ont commencé leur attaque dans la ville. En utilisant une armure de l'armée pour perturber les défenses de l'insurgé, les Marines ont été en mesure d'attaquer efficacement les positions ennemies, y compris la gare principale. Bien que engagés dans de violents combats urbains, les troupes de la coalition ont pu atteindre la route 10, qui séparait la ville, le 9 novembre au soir. L’extrémité est de la route a été sécurisée le lendemain, ouvrant une ligne d’approvisionnement directe à Bagdad.

Insurgés dégagés

Malgré des combats intenses, les forces de la coalition contrôlaient environ 70% de Falloujah à la fin du 10 novembre. En pressant sur l'autoroute 10, le RCT-1 a traversé les quartiers de Resala, Nazal et Jebail, tandis que le RCT-7 attaquait une zone industrielle dans le sud-est. . Le 13 novembre, les autorités américaines ont déclaré que la majeure partie de la ville était sous le contrôle de la coalition. Les violents combats se sont poursuivis pendant plusieurs jours, les forces de la coalition s'étant déplacées de maison en maison pour éliminer la résistance des insurgés. Au cours de ce processus, des milliers d'armes ont été retrouvées dans des maisons, des mosquées et des tunnels reliant des bâtiments autour de la ville.

Le processus de nettoyage de la ville a été ralenti par des pièges et des engins explosifs improvisés. En conséquence, dans la plupart des cas, les soldats ne sont entrés dans les bâtiments que lorsque les chars d'assaut avaient percé un mur ou que des spécialistes avaient ouvert une porte à l'explosif. Le 16 novembre, des responsables américains ont annoncé que Falloujah avait été nettoyé, mais qu'il restait des épisodes sporadiques d'activités d'insurgés.

Conséquences

Au cours de la bataille de Falloujah, 51 forces américaines ont été tuées et 425 grièvement blessées, tandis que les forces irakiennes ont perdu 8 soldats dont 43 blessés. Les pertes des insurgés sont estimées entre 1 200 et 1 350 morts. Bien qu'Abou Moussab Al-Zarqaoui n'ait pas été capturé pendant l'opération, cette victoire a gravement endommagé l'élan acquis par l'insurrection avant que les forces de la coalition ne s'emparent de la ville. Les habitants ont été autorisés à revenir en décembre et ont lentement commencé à reconstruire la ville gravement endommagée.

Ayant terriblement souffert à Falloujah, les insurgés ont commencé à éviter les batailles ouvertes et le nombre d'attaques a commencé à augmenter. En 2006, ils contrôlaient une grande partie de la province d'Al-Anbar, ce qui nécessitait un nouveau balayage de Falloujah en septembre, qui dura jusqu'en janvier 2007. À l'automne 2007, la ville fut cédée à l'autorité provinciale irakienne.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos